La Seine-Maritime, le département normand le plus urbain

Damien Barthélémy (Insee)

Au 1er janvier 2013, le département de la Seine-Maritime compte 1 254 609 habitants. Il se place au 14e rang parmi les 100 départements français en nombre d’habitants. Le solde naturel positif de ce département (plus de naissances que de décès) soutient la croissance démographique, en dépit d’un déficit migratoire important (moins d’arrivées que de départs) plaçant le département en 85e position. La croissance démographique est plus forte dans les communes de moins de 1 000 habitants, plus encore si elles se situent dans une aire urbaine.

Au 1er janvier 2013, le département de la Seine-Maritime compte 1 254 609 habitants. Il se place au 14e rang parmi les 100 départements français en nombre d’habitants, dépassé durant les cinq dernières années par la Haute-Garonne. Mais il est seulement 75e en termes d’évolution de population, position comparable avec celle des départements de la Moselle, de la Haute-Vienne ou encore de la Charente. Cette croissance démographique est le résultat d’un excédent naturel, plus de naissances que de décès (+ 0,4 %) situé dans la moyenne nationale, mais grevé par un déficit migratoire, moins d’arrivées que de départs (- 0,3 %) qui fait de la Seine-Maritime le moins attractif des départements normands (cf. figure 1).

Les trois quarts des 745 communes seinomarines ont moins de 1 000 habitants, comme dans le reste de la France. Elles connaissent une progression de leur population supérieure ou proche de 1 %, soit nettement plus forte que l’ensemble du département. Malgré cette hausse, elles ne rassemblent que 19 % des habitants de Seine-Maritime, cette proportion étant de 15 % en France. À compter du 1er janvier 2016, cette part diminuera du fait des fusions qui créeront des communes plus peuplées en réunissant des petites communes. Les projets actuels ne concernent quasiment que des commune de moins de 3 500 habitants, c’est à dire celles où le dynamisme démographique est plus marqué. Les principales villes du département restent à l’écart de ce mouvement (cf. figures 2 et 3).

Figure 1 – Le département normand le moins attractif - Évolution des soldes naturels et migratoires

Le département normand le moins attractif - Évolution des soldes naturels et migratoires
Population municipale Évolution annuelle
2008 2013 Totale 2008-2013 due au solde naturel due au solde migratoire
Seine-Maritime 1 248 580 1 254 609 + 0,10 % + 0,39 % - 0,29 %
rang* 13 14 75 32 85
Normandie 3 293 092 3 328 364 + 0,21 % + 0,29 % - 0,08 %
France 63 961 859 65 564 756 + 0,50 % + 0,43 % + 0,07 %
  • Note : La population au 1er janvier 2013 correspond à la population légale en vigueur en 2016.
  • *Rang parmi les 100 départements français.
  • Source : Insee - Recensements de la population

Figure 2 – La croissance démographique est forte dans les petites communes sous influence urbaine

  • Source : Insee - Recensements de la population

Comme en France, la croissance démographique de la Seine-Maritime est nettement moins dynamique en milieu urbain. Parmi les 20 villes de 10 000 habitants ou plus, 12 ont perdu des habitants depuis 2008 (cf. figure 3). Cependant, huit villes en ont gagné, dont Rouen, Sotteville-Les-Rouen et Elbeuf, mais aussi Petit-Quevilly, Yvetot et Caudebec-lès-Elbeuf.

Figure 3 – Une croissance démographique moins dynamique en milieu urbain - Évolution des populations municipales entre 2008 et 2013 des 10 communes les plus importantes de la Seine-Maritime

Une croissance démographique moins dynamique en milieu urbain - Évolution des populations municipales entre 2008 et 2013 des 10 communes les plus importantes de la Seine-Maritime
2013 2008 Évolution annuelle 2008-2013
LE HAVRE 172 074 178 769 - 0,8 %
ROUEN 110 755 109 425 + 0,2 %
DIEPPE 30 214 33 590 - 2,1 %
SOTTEVILLE-LES-ROUEN 28 738 28 068 + 0,5 %
SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY 28 704 30 042 - 0,9 %
LE GRAND-QUEVILLY 24 967 25 826 - 0,7 %
PETIT-QUEVILLY 22 426 21 860 + 0,5 %
FECAMP 19 381 19 434 - 0,1 %
MONT-SAINT-AIGNAN 19 178 20 001 - 0,8 %
ELBEUF 17 343 17 170 + 0,2 %
  • Source : Insee - Recensements de la population

Figure 4 – Une croissance toujours soutenue dans les communes de moins de mille habitants - Évolution des populations municipales 2008 et 2013

Une croissance toujours soutenue dans les communes de moins de mille habitants - Évolution des populations municipales 2008 et 2013
Taille Nombre de communes* Population municipale 2013 Part dans la population du département Évolution annuelle 2008-2013
Moins de 250 habitants 160 26 656 2,1% 1,0%
250 à 499 habitants 203 74 600 5,9% 1,2%
500 à 999 habitants 198 136 223 10,9% 0,8%
1 000 à 3 499 habitants 134 221 755 17,7% 0,5%
3 500 à 9 999 habitants 30 199 217 15,9% 0,0%
10 000 habitants ou plus 20 596 159 47,5% -0,4%
Département de la Seine-Maritime 768 1 254 609 100% -2,4%
  • Note : * le nombre de communes correspond à celui du 1er janvier 2015.
  • La population au 1er janvier 2013 correspond à la population légale en vigueur en 2016
  • Source : Insee - Recensements de la population

Encadré

3,3 millions de Normands

La nouvelle carte des régions qui sera officielle le 1er janvier 2016 fera passer leur nombre de 22 à 13 en métropole, les deux régions normandes étant ainsi regroupées dans une même entité. Avec une population de 3,328 millions d’habitants, la Normandie se classe au 9e rang de ces 13 nouvelles régions. La croissance annuelle de la population y est plus faible qu’en moyenne nationale, + 0,21 % contre + 0,50 %. Elle est portée exclusivement par l’excédent des naissances sur les décès, puisque le solde migratoire est très légèrement négatif. Chaque département présente un profil démographique différent : un solde naturel élevé et un solde migratoire négatif en Seine-Maritime, tandis que les migrations sont positives pour le Calvados, la Manche et l’Eure, l’Orne ayant un solde migratoire et un solde naturel tous deux déficitaires.

Figure 5 – Évolution de la population normande par département - Évolution des populations municipales 2008 et 2013

Évolution de la population normande par département - Évolution des populations municipales 2008 et 2013
Départements Population municipale Évolution annuelle
2008 2013 2008-2013 due au solde naturel due au solde migratoire
Calvados 678 206 689 945 0,34% 0,30% 0,04%
Eure 577 087 595 043 0,61% 0,46% 0,15%
Manche 496 937 499 919 0,12% 0,01% 0,11%
Orne 292 282 288 848 -0,24% -0,02% -0,22%
Seine-Maritime 1 248 580 1 254 609 0,10% 0,40% -0,30%
Normandie 3 293 092 3 328 364 0,21% 0,29% -0,08%
France 63 961 859 65 564 756 0,50% 0,43% 0,07%
  • Source : Insee - Recensements de la population

Pour comprendre

Comment lire les populations légales ?

Le terme générique de « populations légales » regroupe pour chaque commune sa population municipale, sa population comptée à part et sa population dite « totale ».

La population municipale est la seule qui évite qu’une même personne soit comptée deux fois. C’est pourquoi elle est privilégiée dans les descriptions statistiques. Les chiffres de cette publication ne portent que sur la population municipale.

Définitions

Les populations légales sont définies par le décret n°2003-485 publié au Journal officiel du 8 juin 2003, relatif au recensement de la population. Désormais, elles sont actualisées et authentifiées par décret chaque année. Environ 350 textes législatifs ou réglementaires font référence à ces populations.

La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle (au sens du décret) sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté.

La population comptée à part comprend certaines personnes dont la résidence habituelle (au sens du décret) est dans une autre commune, mais qui ont conservé une résidence sur le territoire de la commune.

Pour en savoir plus

Retrouvez sur notre site www.insee.fr les quatre Insee Flash Normandie n°1 à 4 consacrés aux autres départements normands

Rendez vous sur le site : http://www.le-recensement-et-moi.fr/

« La population de la Seine-Maritime progresse lentement » Damien Barthélémy, Insee Haute-Normandie - In Insee Flash Haute-Normandie N° 16