Populations légales au 1er janvier 2013 : 1 298 562 Haut-Garonnais

Damien Dotta

Au 1er janvier 2013, la Haute-Garonne compte 1 298 562 habitants. Entre 2008 et 2013, le rythme de croissance du département (+ 1,3 % par an) est le deuxième le plus élevé de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, derrière celui de l’Hérault, et parmi les plus rapides de métropole. La Haute-Garonne gagne 16 200 habitants en moyenne chaque année : c’est la troisième plus forte augmentation absolue de population de métropole, juste après le Rhône et la Gironde. Avec plus de 205 habitants au km², la Haute-Garonne est l’un des départements les plus densément peuplés de la moitié sud du pays.

Figure 1 – Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne

Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne
Population en 2013 Population en 2008 Évolution annuelle moyenne entre 2008 et 2013 (%)
Haute-Garonne 1 298 562 1 217 344 1,3
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées 5 683 878 5 419 946 1,0
France métropolitaine 63 697 865 62 134 866 0,5
Grandes aires urbaines du département
Toulouse(1) 1 291 517 1 202 889 1,4
Saint-Gaudens 30 129 29 673 0,3
Principales unités urbaines du département
Toulouse 920 402 864 936 1,3
Fonsorbes 16 975 15 087 2,4
Saint-Gaudens 15 770 15 860 -0,1
Castelnau-d'Estrétefonds(1) 11 655 10 321 2,5
Revel 9 364 9 121 0,5
  • (1) Y compris partie hors Haute-Garonne.
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale.

La dynamique toulousaine au-delà du département

Le dynamisme de Toulouse irrigue tout le nord du département, il s’étend loin au sud le long de l’autoroute vers Saint-Gaudens et déborde sur les départements voisins. Avec près de 1,3 million d’habitants, l’aire urbaine de Toulouse est la quatrième de France, empiétant sur cinq départements voisins. Elle concentre à elle seule un tiers de la croissance démographique de la nouvelle région. Entre 2008 et 2013, chaque année, la population de l’aire urbaine dans son ensemble progresse sensiblement (+ 1,4 %) : elle gagne 17 700 personnes supplémentaires par an, dont 11 000 dans l’agglomération toulousaine, qui compte maintenant plus de 920 402 habitants. Toulouse, quatrième commune de France, gagne 3 750 habitants chaque année. Certaines communes de banlieue affichent des taux de croissance très élevés, comme Colomiers, qui augmente en moyenne de 1 020 habitants par an entre 2008 et 2013. C’est dans l’espace périurbain que la croissance est la plus forte : la couronne progresse ainsi de 1,9 % par an. Certaines unités urbaines importantes de cet espace, très proches de la banlieue toulousaine, continuent à progresser à un rythme élevé (Fonsorbes, Castelnau-d’Estrétefonds).

Figure 2 – Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne

Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne
Principales communes Population en 2013 Population en 2008 Évolution annuelle moyenne entre 2008 et 2013 (%)
Toulouse 458 298 439 553 0,8
Colomiers 38 302 33 200 2,9
Tournefeuille 26 206 25 574 0,5
Muret 24 725 23 297 1,2
Blagnac 22 969 21 556 1,3
Plaisance-du-touch 17 126 15 995 1,4
Cugnaux 16 638 15 922 0,9
Balma 14 929 12 951 2,9
Ramonville-Saint-Agne 13 475 11 554 3,1
Castanet-Tolosan 12 388 10 821 2,7
Fonsorbes 11 786 11 199 1,0
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale.

La population de Saint-Gaudens, deuxième grande aire urbaine du département, est en légère augmentation (+ 0,3 % par an) entre 2008 et 2013, même si le pôle urbain et surtout la commune-centre perdent des habitants. La quasi-totalité des unités urbaines du département affichent des croissances soutenues, parfois proches de 3 % par an.

Figure_3 – Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle entre 2008 et 2013

  • Source : Insee, Recensements de la population

Définitions

Unité urbaine : La définition de l’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants (pas plus de 200 m entre deux constructions). Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

Aire urbaine : L’aire urbaine est la zone d’influence, en termes d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne constituée par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine.

Pour en savoir plus

En données complémentaires :

Population communale des communes du département

Population communale des aires et unités urbaines de Midi-Pyrénéesl

Répartition de la population selon les espaces du zonage en aires urbaines 2010