Une nouvelle région : la Bourgogne-Franche-Comté

Chantal Prenel (Insee)

Avec 2 819 800 habitants en 2013 et 47 800 km2 de superficie, la Bourgogne-Franche-Comté est un territoire peu densément peuplé. Un peu plus agricole que la moyenne nationale, c’est surtout la région la plus industrielle de France : 17 % des emplois relèvent de l’industrie contre 12,5 % en moyenne métropolitaine. En revanche, le tertiaire apparaît moins développé.

La Bourgogne-Franche-Comté est la troisième région la moins inégalitaire de France métropolitaine. En 2012, la moitié des habitants de la région disposent d'un revenu disponible annuel supérieur à 19 410 euros par unité de consommation.

Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté
No 01
Paru le : 06/01/2016

La Bourgogne-Franche-Comté, avec une superficie de 47 800 km2, couvre 9 % du territoire métropolitain et s’étend de l’Île-de-France à la Suisse avec laquelle elle partage 230 km de frontières.

Avec 2 819 800 habitants au 1er janvier 2013, soit 4,4 % de la population métropolitaine, c’est un territoire peu densément peuplé : 59 habitants au km2, deux fois moins qu’en moyenne métropolitaine ; seule la Corse présente une densité moindre. La population est inégalement répartie sur le territoire. Les espaces les plus peuplés se situent à l’est de l’axe Mâcon - Dijon. Toujours à l’est, la bande frontalière, bien que située en zone de montagne fait aussi partie des espaces denses. En revanche, la partie ouest de la région est constituée de zones peu denses, hormis le long de la vallée de l’Yonne, d’Auxerre à Sens et de la vallée de la Loire, de Nevers à Cosne-Cours-sur-Loire.

Dans la région, 24 communes comptent plus de 10 000 habitants et rassemblent plus du quart de la population régionale. Parmi elles, deux dépassent 100 000 habitants, Dijon avec 153 000 habitants et Besançon avec 117 000.

Entre 2008 et 2013, la population régionale a augmenté de 0,1 % en moyenne par an. Cette faible croissance démographique est inférieure de 0,4 point au rythme métropolitain et classe la région parmi les moins dynamiques démographiquement. L’excédent du solde naturel explique à lui seul la croissance de la population alors que les mouvements migratoires se compensent.

Par ailleurs la région se trouve confrontée au vieillissement de sa population : près de 20 % des habitants sont âgés de 65 ans ou plus, soit deux points de plus qu’en moyenne métropolitaine. Ici encore, l’espace est coupé en deux : l’est est plus jeune, l’ouest plus âgé.

Figure 1 – Un maillage plus fin de grandes villes dans la partie Est

  • Source : Insee - Recensement de la population 2013.

Une région industrielle et agricole

Les 1 081 700 emplois localisés en Bourgogne-Franche-Comté fin 2013 représentent 4,1 % de l’emploi métropolitain. Neuf emplois sur dix sont des emplois salariés.

C’est une région agricole, tournée à la fois vers la viticulture et l’élevage. Avec 4 % des emplois relevant de l’agriculture, elle occupe le quatrième rang des treize régions françaises. Un peu plus de 50 % du territoire régional est en surface agricole utilisée et 36 % est boisé (respectivement 49 % et 36 % en France métropolitaine).

C’est aussi et surtout une région de tradition industrielle. La Bourgogne-Franche-Comté se classe au premier rang des 13 nouvelles régions selon le critère de la part des emplois industriels dans l’emploi total : 17 % des emplois relèvent de l’industrie contre 12 % en moyenne métropolitaine. Quatre secteurs rassemblent 56 % des effectifs de l’industrie : la métallurgie et la fabrication de produits métalliques, la fabrication de matériel de transport, la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac et la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique et autres produits minéraux non métalliques.

Le clivage est-ouest est ici encore marqué. L’est de la région est caractérisé par une forte concentration de grands établissements industriels, avec en particulier l’établissement PSA de Sochaux, deuxième plus gros employeur de France métropolitaine, après Airbus. À l’ouest, l’activité économique est essentiellement animée par des petites et moyennes entreprises.

La construction régionale, avec 6 % de l’emploi a un poids comparable à celui de la France métropolitaine. En revanche le secteur tertiaire est moins développé, caractéristique que la Bourgogne-Franche-Comté partage avec les régions qui bordent l’Île-de-France. Le tertiaire contribue pour 72 % à l’emploi total contre 79 % en moyenne métropolitaine. Cette moindre présence du tertiaire, et notamment du tertiaire marchand (39 % contre 48 % au plan national), est liée en partie à la démographie de la région et à l’absence des grandes métropoles dans lesquelles se développent davantage ces emplois, notamment ceux de recherche et développement. La Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas partie non plus des régions les plus touristiques de France, ce qui explique aussi cette moindre présence du tertiaire marchand.

Entre 1982 et 2011, l’emploi progresse moins rapidement en Bourgogne-Franche-Comté qu’en moyenne en France métropolitaine. Ce décrochage effectif depuis les années 2000 a tendance à s’accentuer depuis la crise. La région est moins dynamique et figure parmi celles qui perdent le plus d’emplois depuis 2008.

Un niveau de vie dans la moyenne nationale

La Bourgogne-Franche-Comté est la troisième région la moins inégalitaire de France métropolitaine, après la Bretagne et Pays de la Loire. En 2012, la moitié de la population de la région dispose d'un niveau de vie supérieur à 19 410 euros. Ce niveau de vie médian, légèrement inférieur à la moyenne de la France métropolitaine (19 790 euros) masque des disparités territoriales. Les revenus sont plus élevés dans les grandes aires urbaines et les couronnes placées sous leur influence, en particulier le long de l’axe Dijon - Mâcon. Ils le sont aussi le long de la frontière suisse, grâce aux revenus issus du travail frontalier, mais les inégalités entre personnes riches et pauvres y sont également très marquées, comme dans les villes-centres et leurs banlieues.

Dans la région, 352 000 personnes vivent en situation de pauvreté monétaire en 2012. Parmi elles, 44 % vivent dans l’une des seize plus grandes villes de la région.

Figure 2 – Chiffres clés

Chiffres clés
Bourgogne-Franche-Comté France métropolitaine
Population 2013 2 819 783 63 697 865
Évolution annuelle moyenne de la population 2008-2013 (%) + 0,1 + 0,5
Part des moins de 25 ans (%) 28,9 30,4
Part des 65 ans et plus (%) 19,7 17,5
Niveau de vie médian 19 410 19 790
Nombre d'emplois 1 081 700 26 507 000
part de l'emploi agricole (%) 4,0 2,5
part de l'emploi industriel (%) 17,4 12,5
Part de l'emploi dans la construction (%) 6,2 6,4
part de l'emploi tertiaire marchand (%) 39,2 47,6
part de l'emploi tertiaire non marchand (%) 33,2 31,0
  • Source : Insee, recensement de la population 2008 2012 - 2013 - Estimations d’emploi 2013 - Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-Ccmsa, Fichier localisé social et fiscal.

Définitions

Niveau de vie : revenu disponible annuel des ménages, divisé par le nombre d’unités de consommation (UC). Le nombre d’unités de consommation n’est pas égal au nombre de personnes du ménage, car il est tenu compte du fait que la vie commune procure des économies d’échelle. L’échelle actuellement utilisée retient la pondération suivante : · le premier adulte du ménage compte pour 1 UC ; les autres personnes de 14 ans ou plus comptent pour 0,5 UC ; les enfants de moins de 14 ans comptent pour 0,3 UC.

Alors que le revenu disponible concerne le ménage, le niveau de vie représente ce dont dispose un individu pour vivre compte tenu de la composition du ménage auquel il appartient. Tous les individus d’un même ménage possèdent donc le même niveau de vie : celui du ménage dont ils font partie.

Pour en savoir plus

Bourgeois J., Lecrenais C., Mirault A., Silactchom C., « En Bourgogne Franche-Comté, des inégalités et une pauvreté plus faibles que la moyenne », Insee Analyses Bourgogne n° 12, juin 2015

Brion D., Gray P., Zemis G., « Bourgogne Franche-Comté : les grands établissements de la sphère productive », Insee Flash Bourgogne n° 23, avril 2015

Charton C., Pariente J., Zemis G. « L’emploi en Bourgogne Franche-Comté : La région la plus industrielle de France », Insee Flash Bourgogne n° 22, avril 2015

Brion D., Mirault A., Silactchom C., « Bourgogne et Franche-Comté : un espace de 2,8 millions d’habitants », Insee Flash Bourgogne n° 13, janvier 2015