Réforme de la politique de la ville dans la communauté urbaine d'Arras

Composée de 39 communes, la communauté urbaine d'Arras compte 102 000 habitants en 2011. Depuis 2006, la population s'accroît de 0,3 % par an, soit une croissance nettement plus soutenue que la moyenne régionale (+ 0,1 %).Un habitant de la communauté urbaine d'Arras sur deux vit dans un ménage dont le revenu fiscal par unité de consommation est supérieur à 18 950 euros. Si ce revenu médian est nettement plus élevé que celui du Nord-Pas-de-Calais, il avoisine le revenu médian de France métropolitaine. Au sein de la région, les communautés urbaines d'Arras et de Lille se distinguent fortement des autres grandes communautés urbaines et communautés d'agglomération : ces deux territoires présentent les revenus les plus élevés. Toutefois, les disparités de revenus à l'intérieur de la communauté urbaine d'Arras sont marquées. Cinq communes présentent ainsi un revenu inférieur à celui de la communauté : Saint-Nicolas, Arras, Saint-Laurent-Blangy, Achicourt et Beaurains. Au sein de la commune d'Arras, les disparités de revenus sont conséquentes : les 10 % des ménages les plus riches ont un revenu fiscal 14 fois plus élevé que les 10 % des ménages les plus pauvres, soit un rapport interdécile deux fois plus important que pour l'ensemble de la communauté urbaine. Dans ces cinq communes, cinq quartiers concentrent les populations à bas revenus.

Insee Dossier Nord-Pas-de-Calais
Paru le : 15/01/2015
Consulter

Une approche multidimensionnelle de la pauvreté dans les quartiers prioritaires

Betty Becuwe, David Desrivierre, Sébastien Terra

Les cinq nouveaux quartiers prioritaires de la politique de la ville regroupent près de 13 000 habitants, soit 13 % de la population de la communauté urbaine d'Arras. Si la population couverte par la nouvelle géographie prioritaire est moins importante, la fragilité sociale des habitants de ces quartiers apparaît plus marquée que dans l'ancienne géographie. Par exemple, la part des actifs au chômage s'élève en moyenne à 32 % pour les nouveaux quartiers prioritaires alors qu'elle est proche de 25 % pour les quartiers relevant de l'ancienne géographie et de 13,5 % pour la communauté urbaine d'Arras. Les quartiers prioritaires « Nouvelles résidences Saint-Nicolas lez Arras - Saint-Laurent Blangy » et « Arras Ouest » présentent les situations les moins favorables parmi les cinq nouveaux quartiers de la politique de la ville.

Insee Dossier Nord-Pas-de-Calais
Paru le : 15/01/2015