L'aire urbaine d'Angoulême, un territoire en transition(s)

L'aire urbaine d'Angoulême est historiquement industrielle. En 1975, l'industrie offrait plus d'un tiers des emplois. Elle en offre encore 16 % en 2011. La diminution de ces emplois industriels est compensée par l'émergence d'activités tertiaires. Ainsi, l'enseignement se développe, en lien avec la filière Image. Le secteur des banques et des assurances offre de plus en plus d'emplois. Cette transition économique s'accompagne d'autres transitions socio-démographiques. Depuis les années 2000, le territoire est devenu attractif. L'aire urbaine d'Angoulême, déjà âgée, sera particulièrement affectée par le vieillissement de la population. Le déficit du territoire en infirmiers et médecins est déjà important. Il pourrait alors s'aggraver. Le mot du Grand Angoulême Afin de concilier les dynamiques démographiques, économiques et résidentielles avec les enjeux environnementaux, le Grand Angoulême s'est engagé dans une démarche de Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) à l'échelle de 38 communes, permettant de conduire le développement sur un territoire plus large que celui de l'agglomération. L'étude menée ici par l'Insee élargit encore le champ de l'analyse pour identifier les mutations en cours et les enjeux à saisir. À sa lecture, nous ne pouvons qu'être convaincus de la nécessité de renforcer nos stratégies de coopération territoriale, d'innovation économique, d'aménagement spatial et d'implantation de services afin de développer l'attractivité de notre aire urbaine. Jean-François Dauré Président du GrandAngoulême

Insee Dossier Poitou-Charentes
Paru le : 25/11/2014
Consulter

Démographie : un territoire bénéficiant de migrations de populations et confronté à la périurbanisation

Jérôme Borély, Frédéric Bertaux et Nadège Pradines (Insee)

Historiquement industrielle, l'aire urbaine d'Angoulême est un territoire relativement âgé. Ce territoire attire depuis les années 2000, des actifs et leurs enfants. Affectée par l'exode rural durant les Trente Glorieuses, l'aire gagne désormais plus de population en périphérie que dans le centre. Cette périurbanisation alimente les activités présentielles dans certaines communes rurales de l'aire. Cependant elle s'accompagne d'une forte consommation d'espace. À l'inverse, les emplois se concentrent de plus en plus dans le GrandAngoulême, allongeant les navettes quotidiennes entre résidence et lieu de travail. Ces phénomènes s'observent dans presque toutes les aires urbaines de France. En revanche, l'aire urbaine d'Angoulême se caractérise par de nombreux logements inoccupés et un faible prix de l'immobilier.

Insee Dossier Poitou-Charentes
Paru le : 25/11/2014