Sphères présentielle et productive de 1975 à 2016Recensement de la population

Résultats pour les communes de France

Bases de données
Paru le : Paru le 09/09/2019

Le millésime 2011 intègre les données pour Mayotte, issues du recensement de 2012.

La partition de l'économie en deux sphères, présentielle et productive, permet de mieux comprendre les logiques de spatialisation des activités et de mettre en évidence le degré d'ouverture des systèmes productifs locaux. Elle permet aussi de fournir une grille d'analyse des processus d'externalisation et autres mutations économiques à l'œuvre dans les territoires.

Les activités présentielles sont les activités mises en œuvre localement pour la production de biens et de services visant la satisfaction des besoins de personnes présentes dans la zone, qu'elles soient résidentes ou touristes.

Les activités productives sont déterminées par différence. Il s'agit des activités qui produisent des biens majoritairement consommés hors de la zone et des activités de services tournées principalement vers les entreprises correspondantes.

Suite à la publication « Trente ans de mutations fonctionnelles de l'emploi dans les territoires », Insee Première n° 1538 de février 2015, la dénomination de la sphère non présentielle est changée en sphère productive. La répartition des activités n'est pas modifiée. Ce changement est effectif à compter du 25 juin 2015.

Grille pour la définition des sphères à partir des activités de la Naf rév. 2
(xls, 116 Ko)

Les données ci-dessous proposent une quantification des deux sphères pour toutes les communes en 2011, pour les communes hors Mayotte en 2016, 2006 et 1999 et pour les seules communes de métropole en 1990, 1982 et 1975.

Les données sont fournies en géographie au 1er janvier 2019.

Les changements de nomenclature que ce soit celui de la Naf rév. 1 vers la Naf rév. 2 récemment ou celui de la Nap à la Naf ont peu de conséquences sur les effectifs des deux sphères (cf. méthodologie).

Données communales de 1975 à 2016
(xls, 11 Mo)

Avertissement

La population active regroupe à la fois les personnes ayant un emploi et les chômeurs. Pour repérer ces sous-populations, le recensement de la population ne suit pas les critères définis par le Bureau international du Travail (BIT). L'enquête Emploi, qui elle les met en œuvre, est donc la source pertinente pour effectuer des comparaisons internationales. Le recensement permet quant à lui des analyses à des niveaux géographiques très fins (jusqu’au niveau communal et infra-communal).

L’écart entre le nombre d’emplois mesuré à partir du recensement de la population et celui comptabilisé dans les sources administratives a augmenté à partir de l’enquête annuelle de recensement de 2015, prise en compte pour l’établissement des résultats du recensement des années 2013 et postérieures. Cet accroissement est concomitant avec l’introduction de la réponse par internet dans le recensement. Les évolutions du nombre d’emplois sont donc à interpréter avec prudence.