L'activité progresse par à-coups

Pierre-Jean Chambard, Michel Poinsard, Insee

Le regain de l'activité se confirme d'un trimestre à l'autre, même si celle-ci peine à trouver un rythme régulier. Les mises en chantier comme les autorisations de construire sont orientées à la baisse. En revanche, les exportations progressent nettement. La fréquentation hôtelière retrouve son bon niveau d'il y a deux ans. L'emploi salarié marchand non agricole rhônalpin rebondit : la dégradation perdure dans la construction, mais l'ensemble du tertiaire marchand gagne des emplois ; l'intérim en particulier est en hausse. Enfin, le taux de chômage régional est stable pour le quatrième trimestre consécutif. Au sein de la région, le département du Rhône se distingue par son dynamisme.

Insee Conjoncture Rhône-Alpes
No 07
Paru le : 15/10/2015

Les exportations retrouvent au deuxième trimestre 2015 leur niveau de fin 2008

Les exportations de Rhône-Alpes progressent de + 1,2 % par rapport au premier trimestre, pour atteindre 12,2 milliards d'euros en données corrigées des variations saisonnières. Elles sont supérieures de 7,0 % à leur niveau du deuxième trimestre 2014. France entière, la hausse trimestrielle est de + 2,3 %, 111,9 milliards d’euros, soit un niveau supérieur de 6,7 % à celui du deuxième trimestre 2014.

Sur les quatre derniers trimestres cumulés (du troisième de l'année 2014 au deuxième de 2015), les exportations de la région en équipements mécaniques, matériel électrique et électronique augmentent de + 2,1 %, confirmant le redémarrage amorcé fin 2014. Le rythme d’accroissement des exportations de produits en caoutchouc et en plastique accélère (+ 3,5 %, après + 2,3 % au premier trimestre) et celui des produits des industries agro-alimentaires continue au même rythme (+ 0,8 %). La seule baisse, modérée, concerne les produits chimiques et pharmaceutiques (- 0,3 %).

Seules les exportations à destination de l’Afrique diminuent (- 2,8 %, après + 2,4 % au trimestre précédent). Celles vers l’Asie et le continent américain progressent nettement (respectivement + 2,5 % et + 2,9 %), après deux années consécutives de baisse. Les exportations vers l’Union Européenne augmentent de + 1,7 %, celles vers les nouveaux Etats membres de + 3,0 %.

Figure 1 – Évolution des montants des exportations

En milliards d'euros
Évolution des montants des exportations
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1| 2005 9,3 85,6
T2 2005 10,0 89,1
T3 2005 9,7 89,6
T4 2005 10,2 92,3
T1| 2006 10,6 97,7
T2 2006 10,9 98,8
T3 2006 10,5 95,7
T4 2006 11,2 98,6
T1| 2007 11,2 99,9
T2 2007 11,1 99,8
T3 2007 11,4 100,4
T4 2007 11,7 101,3
T1| 2008 12,3 106,2
T2 2008 12,1 105,0
T3 2008 12,0 105,3
T4 2008 10,6 96,6
T1| 2009 8,9 84,5
T2 2009 8,8 82,9
T3 2009 9,2 87,4
T4 2009 9,5 86,9
T1| 2010 9,6 91,9
T2 2010 10,6 97,5
T3 2010 11,2 100,4
T4 2010 11,1 100,4
T1| 2011 12,0 105,1
T2 2011 12,0 104,9
T3 2011 12,1 105,2
T4 2011 11,8 105,5
T1| 2012 12,4 110,3
T2 2012 12,1 106,7
T3 2012 12,0 109,4
T4 2012 11,8 108,0
T1| 2013 11,3 106,8
T2 2013 11,5 107,4
T3 2013 11,4 106,7
T4 2013 11,3 107,0
T1| 2014 11,6 105,9
T2 2014 11,4 104,9
T3 2014 11,4 106,9
T4 2014 11,8 109,6
T1| 2015 12,0 109,4
T2 2015 12,2 111,9
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières.
  • Source : douanes.

Figure 1 – Évolution des montants des exportations

Les mises en chantier s'orientent de nouveau à la baisse au deuxième trimestre 2015

Au deuxième trimestre 2015, le nombre de mises en chantier de logements en Rhône-Alpes diminue de - 1,2 % par rapport au premier trimestre (au cours du premier trimestre, on observait une hausse de + 1,0 %). Le niveau des mises en chantier s’établit à 44 900 logements en rythme annuel. Pour l’ensemble de la France métropolitaine, la baisse est du même ordre de grandeur (- 1,3 %), après une diminution modérée au premier trimestre (- 0,7 %). On comptabilise 333 800 logements mis en chantier en rythme annuel. Les baisses se poursuivent en juillet et août, tant en Rhône-Alpes que pour l’ensemble de la France.

Figure 2 – Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements commencés
Rhône-Alpes France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100,61 100,44
mars 2005 101,43 101,6
avril 2005 101,02 102,22
mai 2005 104,08 104,47
juin 2005 104,49 105,53
juil. 2005 103,67 105,85
août 2005 104,69 106,49
sept. 2005 106,33 108,07
oct. 2005 107,14 109,18
nov. 2005 107,14 109,28
déc. 2005 106,94 110,64
janv. 2006 107,96 110,86
févr. 2006 108,57 111,53
mars 2006 108,98 112,31
avril 2006 109,59 113,43
mai 2006 108,16 113,77
juin 2006 108,78 114,96
juil. 2006 109,8 115,35
août 2006 109,39 115,94
sept. 2006 108,78 115,72
oct. 2006 111,02 116,46
nov. 2006 112,45 117,45
déc. 2006 114,9 117,08
janv. 2007 114,69 117,08
févr. 2007 114,08 117,08
mars 2007 115,31 116,81
avril 2007 116,12 116,51
mai 2007 115,71 116,07
juin 2007 117,14 115,77
juil. 2007 119,59 117,32
août 2007 118,98 116,58
sept. 2007 120,41 116,51
oct. 2007 120,2 117,03
nov. 2007 119,8 116,36
déc. 2007 117,55 116,16
janv. 2008 118,37 115,87
févr. 2008 119,59 115,82
mars 2008 119,59 114,41
avril 2008 116,53 113,13
mai 2008 115,92 111,33
juin 2008 115,31 109,18
juil. 2008 110,82 106,27
août 2008 110,41 105,36
sept. 2008 107,76 103,31
oct. 2008 105,92 100,2
nov. 2008 102,04 96,99
déc. 2008 101,02 94,57
janv. 2009 97,55 91,34
févr. 2009 92,24 88,03
mars 2009 88,37 85,83
avril 2009 87,14 84,01
mai 2009 84,9 82,03
juin 2009 83,06 80,58
juil. 2009 84,49 80,58
août 2009 84,08 80,7
sept. 2009 83,88 79,42
oct. 2009 81,43 78,83
nov. 2009 84,49 80,21
déc. 2009 85,1 82,43
janv. 2010 84,08 82,53
févr. 2010 85,1 83,02
mars 2010 86,94 84,28
avril 2010 88,98 84,9
mai 2010 90,2 86,28
juin 2010 90,82 87,44
juil. 2010 91,22 88,1
août 2010 93,88 88,92
sept. 2010 95,31 91,34
oct. 2010 99,18 94,23
nov. 2010 103,06 96,77
déc. 2010 107,55 98,37
janv. 2011 110,2 99,75
févr. 2011 111,43 100,84
mars 2011 111,63 101,7
avril 2011 110 102
mai 2011 110,61 102,89
juin 2011 108,78 101,83
juil. 2011 107,76 101,31
août 2011 106,53 100,79
sept. 2011 106,53 99,85
oct. 2011 105,1 98,72
nov. 2011 105,1 99,58
déc. 2011 103,06 99,98
janv. 2012 102,65 99,51
févr. 2012 103,06 99,63
mars 2012 102,86 99,53
avril 2012 103,27 99,14
mai 2012 102,65 98,03
juin 2012 102,86 98,52
juil. 2012 102,45 98,3
août 2012 102,24 97,98
sept. 2012 101,84 97,38
oct. 2012 102,04 96,92
nov. 2012 100 94,32
déc. 2012 99,8 94,32
janv. 2013 100,61 95,09
févr. 2013 101,43 95,83
mars 2013 102,04 96,25
avril 2013 102,65 97,19
mai 2013 103,88 98,03
juin 2013 105,51 98,2
juil. 2013 107,14 98,17
août 2013 106,94 97,73
sept. 2013 106,94 97,48
oct. 2013 105,71 96,52
nov. 2013 103,47 95,61
déc. 2013 100,2 93,19
janv. 2014 99,8 92,3
févr. 2014 98,37 90,67
mars 2014 96,94 89,04
avril 2014 96,33 88,1
mai 2014 95,31 86,65
juin 2014 93,88 85,98
juil. 2014 92,45 85,41
août 2014 91,63 85,27
sept. 2014 90,41 84,48
oct. 2014 90,2 84,18
nov. 2014 91,22 83,81
déc. 2014 94,08 83,96
janv. 2015 93,47 83,56
févr. 2015 92,45 83,49
mars 2015 92,45 83,24
avril 2015 91,84 82,58
mai 2015 91,22 82,35
juin 2015 91,84 82,08
juil. 2015 90,82 81,66
août 2015 90,2 81,61
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente le cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 2 – Évolution du nombre de logements commencés

Les autorisations de construire subissent elles aussi des diminutions importantes. En Rhône-Alpes, elles reculent de - 3,4 % au deuxième trimestre 2015 (après - 4,8 % au premier) et s’établissent à 45 000 logements en rythme annuel. Pour la France métropolitaine, la baisse reste plus modérée, à - 1,1 % (- 2,8 % au trimestre précédent), et l'on compte 341 300 logements autorisés au second trimestre. En juillet et août, l’évolution reste négative en Rhône-Alpes, mais tend à la stabilisation pour l’ensemble du pays.

Figure 3 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Rhône-Alpes France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 101 100,47
mars 2005 100,83 101,51
avril 2005 101,17 102,27
mai 2005 100,67 102,8
juin 2005 101,67 104,19
juil. 2005 102,84 105,05
août 2005 102,67 105,52
sept. 2005 102,67 106,38
oct. 2005 103,84 106,52
nov. 2005 103,67 106,97
déc. 2005 105,18 108,38
janv. 2006 106,68 109,42
févr. 2006 108,18 110,69
mars 2006 111,35 112,44
avril 2006 114,52 113,42
mai 2006 115,36 114,81
juin 2006 115,86 115,55
juil. 2006 116,69 116,39
août 2006 116,53 117,06
sept. 2006 118,53 116,57
oct. 2006 117,86 118
nov. 2006 119,7 118,98
déc. 2006 120,53 118,49
janv. 2007 119,53 117,9
févr. 2007 118,2 117,92
mars 2007 119,87 118,39
avril 2007 118,2 117,86
mai 2007 116,86 117,55
juin 2007 119,2 116,78
juil. 2007 122,37 117
août 2007 124,21 116,82
sept. 2007 125,04 116,53
oct. 2007 125,54 115,79
nov. 2007 123,71 113,69
déc. 2007 123,21 112,44
janv. 2008 124,37 112,22
févr. 2008 127,21 111,87
mars 2008 123,21 110,26
avril 2008 121,7 109,48
mai 2008 120,7 108,28
juin 2008 114,19 106,09
juil. 2008 110,68 103,62
août 2008 108,18 101,16
sept. 2008 105,18 99,61
oct. 2008 102,17 97,43
nov. 2008 100 95,57
déc. 2008 93,99 92,75
janv. 2009 90,48 89,99
févr. 2009 84,64 86,39
mars 2009 81,64 83,49
avril 2009 79,63 81,24
mai 2009 77,13 78,57
juin 2009 76,96 76,64
juil. 2009 75,29 75,52
août 2009 73,29 74,66
sept. 2009 72,79 74,03
oct. 2009 70,28 73,13
nov. 2009 71,12 73,29
déc. 2009 71,95 74,01
janv. 2010 72,79 74,68
févr. 2010 74,12 76,42
mars 2010 78,46 78,95
avril 2010 83,14 80,85
mai 2010 84,31 82,96
juin 2010 87,48 85,31
juil. 2010 90,32 87,52
août 2010 91,49 88,84
sept. 2010 92,82 90,38
oct. 2010 94,32 91,03
nov. 2010 93,99 91,54
déc. 2010 95,33 92,73
janv. 2011 95,99 94,01
févr. 2011 98,5 94,22
mars 2011 96,66 93,71
avril 2011 93,66 93,65
mai 2011 95,66 95,1
juin 2011 95,33 95,46
juil. 2011 96,16 96,02
août 2011 100 97,26
sept. 2011 101 99,02
oct. 2011 103,67 99,69
nov. 2011 103,67 100,8
déc. 2011 106,34 101,84
janv. 2012 107,51 101,86
févr. 2012 105,18 102,02
mars 2012 105,84 101,7
avril 2012 107,85 102,02
mai 2012 108,18 100,61
juin 2012 109,35 100,22
juil. 2012 106,84 99,37
août 2012 105,68 99,24
sept. 2012 104,01 97,2
oct. 2012 102,5 96,65
nov. 2012 103,84 95,57
déc. 2012 100,83 93,87
janv. 2013 100,17 94,05
févr. 2013 102,67 95,55
mars 2013 103,17 96,06
avril 2013 100,67 94,52
mai 2013 98,66 92,5
juin 2013 95,99 90,76
juil. 2013 95,16 88,68
août 2013 91,99 86
sept. 2013 90,48 84,41
oct. 2013 91,82 83,92
nov. 2013 91,49 83,08
déc. 2013 92,15 82,28
janv. 2014 91,65 80,2
févr. 2014 89,32 77,16
mars 2014 88,65 76,11
avril 2014 87,15 74,95
mai 2014 85,14 75,07
juin 2014 86,48 74,95
juil. 2014 87,48 75,23
août 2014 86,48 75,01
sept. 2014 87,31 75,19
oct. 2014 83,14 74,17
nov. 2014 81,14 73,33
déc. 2014 80,47 72,93
janv. 2015 78,96 72,29
févr. 2015 78,3 71,52
mars 2015 75,79 70,47
avril 2015 75,63 70,9
mai 2015 75,29 70,29
juin 2015 74,29 70,78
juil. 2015 72,45 70,27
août 2015 72,95 71,03
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente le cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 3 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

La fréquentation hôtelière retrouve son bon niveau de 2013

La fréquentation des hôtels de Rhône-Alpes progresse de + 7,8 % en glissement annuel au deuxième trimestre 2015, pour atteindre le niveau de 4,3 millions de nuitées. La part des nuitées étrangères contribue une nouvelle fois fortement à cette hausse, puisqu’elle s’établit à 25,2 % contre 23,9 % en 2014. Ainsi, la fréquentation hôtelière retrouve son bon niveau de 2013, après une année 2014 médiocre. Dans le Rhône, la part de la clientèle d'affaires progresse de + 0,5 point en glissement annuel, pour atteindre 68,4 % au deuxième trimestre 2015, alors qu'elle fléchit légèrement (- 0,5 point) dans l'ensemble de la région, où elle représente désormais 52,7 % de la clientèle. Les taux d’occupation s’améliorent dans la région (+ 0,9 point), plus particulièrement dans le Rhône (+ 3,2 points).

Figure 4 – Évolution du nombre de nuitées mensuelles dans l'hôtellerie

En milliers
Évolution du nombre de nuitées mensuelles dans l'hôtellerie
2014 2015 Moyenne des années 2011 à 2014
Janvier 1 601 1 713 1653
Février 1 866 2 030 1892
Mars 1 923 1 986 2010
Avril 1 339 1 427 1372
Mai 1 199 1 320 1237
Juin 1 464 1 566 1524
Juillet 1 758 1 955 1892
Août 2 008 1950
Septembre 1 406 1443
Octobre 1 238 1223
Novembre 948 1007
Décembre 1 524 1488
  • Note : données mensuelles brutes.
  • Suite au changement de méthode intervenu début 2013, les données 2012 ont été rétropolées.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Figure 4 – Évolution du nombre de nuitées mensuelles dans l'hôtellerie

Le Rhône concentre la moitié des gains trimestriels d'emploi

Après un léger recul au premier trimestre 2015, l'emploi salarié marchand non agricole rhônalpin rebondit au second trimestre. 6 300 emplois sont gagnés, soit une hausse de + 0,4 %, plus forte que celle enregistrée niveau national (+ 0,2 %). Cette progression est avant tout le fait de l'intérim, mais concerne l'ensemble du tertiaire marchand. En revanche, l'industrie préserve à peine ses emplois et la dégradation se poursuit dans la construction. Sur un an, la région gagne 3 900 emplois, soit un accroissement de + 0,2 %, contre une baisse de - 1,1 % au niveau national.

Le Rhône connaît pour le troisième trimestre consécutif des gains d'emploi significatifs. Avec 3 200 salariés supplémentaires (+ 0,6 %), il concentre la moitié des gains de la région ce trimestre. L'emploi est à la hausse en Savoie également (+ 0,8 %, soit 900 emplois gagnés). A l'opposé, les gains sont limités dans l'Isère (+ 0,2 %) et en Haute-Savoie (+ 0,1 %). Les autres départements sont dans la moyenne rhônalpine, avec des gains de + 0,3 à + 0,4 %.

En glissement annuel, le Rhône se distingue là encore : avec 6 600 salariés supplémentaires (+ 1,1 %), il compense très largement les évolutions moins favorables des autres départements et permet à la région d'afficher un solde d'emplois positif. L'Ardèche et la Haute-Savoie maintiennent leur niveau d'emploi. Les pertes sont limitées (- 0,1 à - 0,2 %) dans l'Isère, l'Ain et la Savoie, plus sensibles dans la Drôme (- 0,4 %), et surtout dans la Loire (- 1,4 %).

Figure 5 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 100,24 100,06
T3 2005 100,39 100,18
T4 2005 100,4 100,33
T1 2006 100,52 100,43
T2 2006 101,27 101
T3 2006 101,55 101,38
T4 2006 101,7 101,45
T1 2007 102,41 102,24
T2 2007 102,74 102,48
T3 2007 103,23 102,86
T4 2007 103,09 103,06
T1 2008 103,65 103,32
T2 2008 102,92 102,89
T3 2008 102,59 102,57
T4 2008 101,62 101,85
T1 2009 100,28 100,77
T2 2009 99,57 100,29
T3 2009 99,1 100,02
T4 2009 99,5 100,1
T1 2010 99,19 100,02
T2 2010 99,66 100,09
T3 2010 100,16 100,3
T4 2010 100,64 100,51
T1 2011 100,96 100,79
T2 2011 101,23 101,06
T3 2011 101,07 100,97
T4 2011 101,12 100,95
T1 2012 101,31 100,99
T2 2012 101,21 100,85
T3 2012 101,27 100,63
T4 2012 100,86 100,34
T1 2013 100,78 100,29
T2 2013 100,62 99,91
T3 2013 100,69 99,99
T4 2013 100,89 100,05
T1 2014 100,78 99,88
T2 2014 100,76 99,88
T3 2014 100,4 99,55
T4 2014 100,78 99,66
T1 2015 100,61 99,61
T2 2015 101 99,77
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 5 – Évolution de l'emploi salarié marchand

L’emploi intérimaire rebondit

Le profil de l'évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire, tant rhônalpin que national, demeure très heurté, avec une succession de hausses et de baisses marquées. Ce trimestre, le secteur gagne 3 400 emplois dans la région (+ 5,4 %), après des pertes importantes précedemment. Cette évolution favorable de l'emploi intérimaire, recensé dans le tertiaire marchand, mais dont les missions s'exercent pour moitié dans l'industrie et pour un peu moins d'une sur cinq dans la construction, viennent nuancer les évolutions médiocres de ces secteurs. Au niveau national, les fluctuations de l'intérim sont d'ampleur moindre, et la progression atteint + 3,6 % ce trimestre. En glissement annuel, le niveau de l'emploi intérimaire progresse dans la région (+ 1,6 %) comme au niveau national (+ 2,0 %).

Figure 6 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 100,48 99,86
T3 2005 99,46 101,93
T4 2005 100,86 102,6
T1 2006 102,22 101,7
T2 2006 105,72 107,36
T3 2006 106,6 107,33
T4 2006 105,74 105,31
T1 2007 115,46 114,93
T2 2007 115,03 112,47
T3 2007 112,74 110,87
T4 2007 106,11 109,72
T1 2008 113,61 114,33
T2 2008 105,87 106,28
T3 2008 99,62 99,93
T4 2008 84,31 86,9
T1 2009 67,65 73,86
T2 2009 67,63 75,59
T3 2009 72,4 79,59
T4 2009 82,39 84,26
T1 2010 85,57 88,79
T2 2010 92,49 93,33
T3 2010 96,8 97,1
T4 2010 104,08 100,81
T1 2011 105,41 101,29
T2 2011 103,62 101,53
T3 2011 102,37 100,44
T4 2011 96,62 96,52
T1 2012 95,36 95,18
T2 2012 92,44 91,82
T3 2012 89,46 87,97
T4 2012 85,91 86,04
T1 2013 89,07 88,46
T2 2013 91,5 87,19
T3 2013 91,84 88,79
T4 2013 94,3 91,7
T1 2014 92,03 89,21
T2 2014 94,37 91,3
T3 2014 88,92 87,4
T4 2014 93,83 91,77
T1 2015 91,06 89,91
T2 2015 95,93 93,15
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi en fin de trimestre ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 6 – Évolution de l'emploi intérimaire

La dégradation perdure dans la construction, mais le tertiaire marchand gagne des emplois

Figure 7 – Emploi salarié privé par secteur d'activité (hors agriculture)

Emploi salarié privé par secteur d'activité (hors agriculture)
Secteur d'activités Effectif au 2e trimestre 2015 Évolution par rapport au 1er trimestre 2015
En effectif En % France métropolitaine (en %)
Industrie 401 900 -400 -0,1 -0,3
Construction 146 700 -1 300 -0,9 -0,9
Tertiaire marchand (1)+(2)+(3) 1 088 100 8 000 0,7 0,4
(1) Commerce 307 600 1 200 0,4 0,2
(2) Services hors intérim 712 900 3 400 0,5 0,2
(3) Intérim 67 600 3 400 5,4 3,6
Ensemble 1 636 700 6 300 0,4 0,2
  • Champ : emploi salarié marchand en fin de trimestre (hors agriculture et salariés des particuliers employeurs) ; données corrigées des variations saisonnières
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Comme aux deux trimestres précédents, les pertes d'emplois restent limitées dans l'industrie : - 0,1 %, soit 400 postes en moins. Le repli est une nouvelle fois plus accentué (- 0,3 %) au niveau national. En glissement annuel, l’emploi salarié industriel perd 2 800 postes en Rhône-Alpes, soit un recul de - 0,7 %, moindre qu'en France Métropolitaine (- 1,2 %).

La situation de l'emploi salarié continue de se dégrader dans la construction, avec, pour le cinquième trimestre consécutif, des pertes dépassant le millier d'emplois dans la région. Elles atteignent 1 300 postes ce trimestre, soit une baisse de - 0,9 %, comme au niveau national. L'ensemble des départements rhônalpins enregistre, à des degrés divers, des pertes d'emploi. Sur un an, les pertes régionales s'élèvent à 5 700 salariés, soit une régression de - 3,8 %, là encore dans la tendance nationale.

Le commerce connaît, comme au trimestre dernier, de nets gains d'emploi. À l'exception de l'Isère, tous les départements rhônalpins voient leur nombre de salariés progresser, parfois de manière significative comme dans la Loire ou la Drôme. La région gagne au total 1 200 emplois, soit une progression de + 0,5 %, supérieure à celle enregistrée en France métropolitaine (+ 0,2 %). Sur un an, le nombre de salariés du secteur augmente plus dans la région (+ 0,7 %) qu’au niveau nationale (+ 0,2 %).

Le nombre de salariés des services marchands hors intérim progresse de manière beaucoup plus franche qu'au trimestre précédent : + 0,5 %, soit 3 400 salariés supplémentaires, contre + 0,2 % en France métropolitaine. C'est en Savoie que la hausse est la plus marquée. À l'opposé, la Drôme est le seul département de la région à perdre des emplois dans ce secteur. En glissement annuel, la région compte 9 300 salariés de plus dans les services, soit une progression de + 1,3 %, contre + 0,7 % au niveau national.

Figure 8 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 101,01 99,62 100,42 100,49
T3 2005 102,23 99,24 100,77 100,81
T4 2005 103,26 98,64 100,83 100,72
T1 2006 104,52 98,37 100,89 101,2
T2 2006 105,98 98,15 101,82 101,63
T3 2006 107 97,78 102,28 102,04
T4 2006 108,36 97,32 102,61 102,05
T1 2007 109,27 97,23 103,03 102,42
T2 2007 110,3 97,38 103,4 102,88
T3 2007 111,88 96,98 104,38 103,51
T4 2007 112,97 96,66 104,65 103,55
T1 2008 112,8 96,56 105,12 103,15
T2 2008 112,76 95,79 104,84 102,94
T3 2008 113,27 95,61 104,75 102,66
T4 2008 112,88 94,8 104,71 102,52
T1 2009 112,16 93,32 104,5 102,1
T2 2009 111,63 91,53 104,27 101,58
T3 2009 110,39 90,09 104,01 101,05
T4 2009 109,75 89,3 104,46 100,94
T1 2010 109,45 88,24 104,26 101,42
T2 2010 109,4 87,85 104,77 101,92
T3 2010 109,34 87,59 105,45 102,51
T4 2010 109,34 87,31 105,88 102,66
T1 2011 109,31 87,5 106,23 102,94
T2 2011 109,31 87,37 106,92 103,44
T3 2011 109,18 87,25 106,81 103,38
T4 2011 109,05 87,11 107,42 103,96
T1 2012 109,72 86,89 107,87 104,26
T2 2012 109,2 86,78 108,04 104,44
T3 2012 109,38 86,67 108,39 104,67
T4 2012 109,29 86,41 108,11 104,02
T1 2013 108,52 86,14 107,97 103,77
T2 2013 108,43 85,72 107,75 103,15
T3 2013 108,15 85,48 108,02 103,42
T4 2013 108,11 85,16 108,34 103,9
T1 2014 107,91 85,07 108,4 103,61
T2 2014 107,18 84,88 108,39 103,39
T3 2014 106,38 84,5 108,49 103,34
T4 2014 105,17 84,49 108,98 103,39
T1 2015 104,03 84,38 109,12 103,7
T2 2015 103,12 84,3 109,61 104,1
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 8 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes

Le taux de chômage est stable en Rhône-Alpes pour le quatrième trimestre consécutif

En Rhône-Alpes le taux de chômage s'établit au deuxième trimestre à 8,9 % de la population active, comme aux trois trimestres précédents. Il est néanmoins supérieur de 0,3 point à son niveau du deuxième trimestre 2014. Le taux de chômage s’établit en France métropolitaine à 10,0 %, soit le même niveau qu’au premier trimestre, supérieur de 0,3 point à celui du deuxième trimestre 2014

Figure 9 – Taux de chômage

En %, CVS
Taux de chômage
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 7,2 8,3
T2 2005 7,3 8,4
T3 2005 7,4 8,6
T4 2005 7,5 8,7
T1 2006 7,5 8,7
T2 2006 7,3 8,6
T3 2006 7,3 8,5
T4 2006 6,9 8,0
T1 2007 7,0 8,1
T2 2007 6,7 7,8
T3 2007 6,6 7,6
T4 2007 6,2 7,2
T1 2008 5,8 6,8
T2 2008 6,0 7,0
T3 2008 6,2 7,1
T4 2008 6,6 7,4
T1 2009 7,5 8,2
T2 2009 8,2 8,8
T3 2009 8,1 8,8
T4 2009 8,5 9,2
T1 2010 8,3 9,0
T2 2010 8,1 8,9
T3 2010 8,0 8,8
T4 2010 7,9 8,8
T1 2011 7,8 8,7
T2 2011 7,7 8,7
T3 2011 7,9 8,8
T4 2011 8,0 9,0
T1 2012 8,1 9,1
T2 2012 8,3 9,3
T3 2012 8,4 9,4
T4 2012 8,7 9,7
T1 2013 8,8 9,9
T2 2013 8,8 10,0
T3 2013 8,8 9,9
T4 2013 8,6 9,7
T1 2014 8,6 9,8
T2 2014 8,6 9,7
T3 2014 8,9 10,0
T4 2014 8,9 10,1
T1 2015 8,9 10,0
T2 2015 8,9 10,0
  • Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 9 – Taux de chômage

Le taux de chômage baisse de 0,1 point dans le Rhône par rapport à son niveau du premier trimestre. Il ne varie pas dans la Loire, l'Ain et la Haute-Savoie, et augmente de 0,1 point dans les autres départements rhônalpins.

Sur un an, c'est dans le Rhône et les Savoie que le taux de chômage augmente le moins. À l'opposé, il est en hausse sensible dans la Drôme, l'Isère et l'Ain. Les autres départements sont dans la tendance régionale.

Figure 10 – Chômage au 2e trimestre 2015 par département

Chômage au 2e trimestre 2015 par département
Taux (en %) Évolution sur 1 an (en point)
Drôme 11,2 0,5
Ain 7,3 0,4
Isère 8,5 0,4
Ardèche 10,7 0,3
Loire 10,1 0,3
Haute-Savoie 7,5 0,2
Savoie 8,0 0,2
Rhône 9,2 0,1
Rhône-Alpes 8,9 0,3
France métropolitaine 10,0 0,3
  • Note : ordre décroissant des évolutions sur un an.
  • Source : Insee, taux de chômage localisés (Rhône-Alpes) et au sens du BIT (France).

Encadrés

En France, la demande reste bien orientée, mais l’activité progresse par à-coups

En France, l’activité a calé au deuxième trimestre (0,0 % après + 0,7 %), du fait notamment du décrochage de la production industrielle qui s’est poursuivi jusqu’au début de l’été. Au second semestre, la consommation des ménages retrouverait une croissance en phase avec les gains de pouvoir d’achat, lequel accélèrerait nettement sur l’ensemble de l’année (+ 1,7 %). Leur investissement en logement continuerait cependant de peser sur l’activité. Après une hausse au premier semestre, l’investissement des entreprises accélèrerait modérément au second semestre, avec la hausse de leurs marges et un accès au crédit facilité par les mesures de politiques monétaires. Au total, au-delà des à-coups trimestriels, l’activité progresserait au second semestre (+ 0,2 % puis + 0,4 %) à un rythme comparable à celui du premier semestre. En moyenne annuelle, la croissance serait de + 1,1 %, après + 0,2 % en 2014. L’accélération de l’activité et les politiques d’allégement du coût du travail stimuleraient l’emploi, qui serait rehaussé de 120 000 postes en 2015. En conséquence, le taux de chômage se stabiliserait, à 10,3 % de la population active fin 2015.

Au niveau international, le climat conjoncturel est favorable dans les économies avancées mais se dégrade encore dans les pays émergents

Au deuxième trimestre 2015, la croissance des pays avancés est restée robuste. Elle a été particulièrement vive aux États-Unis et au Royaume-Uni. Dans les pays émergents, l’activité a continué de ralentir, notamment en Chine. Le commerce entre pays asiatiques a pesé sur les échanges mondiaux, qui se sont de nouveau contractés. Dans la zone euro, en revanche, la reprise continue de se diffuser progressivement : le redémarrage de l’emploi et la baisse du prix du pétrole portent la consommation des ménages, tandis que la dépréciation de l’euro depuis mi-2014 stimule les exportations. L’activité resterait très dynamique en Espagne, grâce aussi à la vigueur de l’investissement privé. Elle accélèrerait modérément en Allemagne, et plus modestement encore en Italie, dont le PIB a renoué avec la croissance début 2015. Dans les pays anglo-saxons, l’activité resterait soutenue par la vigueur de la consommation. Au total en 2015, la croissance des économies avancées resterait solide. Dans les pays émergents, l’activité continuerait de tourner au ralenti, et leurs importations reculeraient en moyenne annuelle, pour la première fois depuis 2009.

Pour en savoir plus

Point de conjoncture national, octobre 2015 « La demande reste bien orientée, l'activité progresse par à-coups »