La demande reste bien orientée, l'activité progresse par à-coupsPoint de conjoncture - octobre 2015

Vladimir Passeron, Dorian Roucher

La croissance des économies avancées est restée solide au printemps. L'activité a accéléré dans les pays anglo-saxons et, dans la zone euro, le scénario d'une reprise qui se diffuse s'est confirmé ; seule la croissance française y a déçu, marquant le pas après un début d'année dynamique. En revanche l'activité a rechuté au Japon et les économies émergentes ont continué de ralentir, pâtissant notamment des baisses des cours des matières premières. Le climat des affaires reste bien orienté dans les pays avancés. Notamment en France, il s'améliore depuis le début d'année dans tous les secteurs, sauf la construction. La baisse récente de la production industrielle ne serait que temporaire mais affecterait encore le rythme du PIB au troisième trimestre (+0,2%), avant qu'il ne s'élève au quatrième (+0,4%). Sur l'ensemble de l'année 2015, la croissance atteindrait +1,1%. La consommation des ménages serait dynamique, en phase avec leur pouvoir d'achat, en net progrès sur l'ensemble de l'année (+1,7 % après +1,1%). En revanche, leur investissement en logement continuerait de reculer et de peser sur l'activité d'ensemble. De son côté, l'investissement des entreprises accélèrerait modérément. Le regain de l'activité entraîne celui de l'emploi, par ailleurs favorisé par le CICE et le Pacte de responsabilité d'une part, le dynamisme des contrats aidés d'autre part : près de 120 000 emplois seraient créés en 2015, ce qui permettrait une stabilisation du taux de chômage.