En juillet 2015, le climat conjoncturel reste dégradé dans l’industrie du bâtimentEnquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie du bâtiment - juillet 2015

Selon les chefs d’entreprise du bâtiment interrogés en juillet 2015, le climat des affaires reste dégradé. L’indicateur qui le synthétise baisse d’un point et se situe en dessous (90) de sa moyenne de long terme (100). L’indicateur de retournement baisse mais se maintient en zone favorable.

Informations rapides
No 181
Paru le : 22/07/2015
Prochaine parution le : 26/09/2017 à 08h45 - septembre 2017

Selon les chefs d’entreprise du bâtiment interrogés en juillet 2015, le climat des affaires reste dégradé. L’indicateur qui le synthétise baisse d’un point et se situe en dessous (90) de sa moyenne de long terme (100). L’indicateur de retournement baisse mais se maintient en zone favorable.

Retournement – Indicateur de retournement

Climat – Indicateur synthétique du climat des affaires

Des perspectives générales d’activité moins sombres qu’au trimestre dernier

En juillet 2015, les entrepreneurs sont de nouveau moins nombreux que le mois précédent à anticiper une baisse de leur activité pour les trois prochains mois. À l’inverse, ils sont plus nombreux à signaler une baisse de leur activité sur les trois mois précédents. Les soldes d’opinion correspondants restent très inférieurs à leur moyenne de longue période. Le solde sur les perspectives générales continue de se redresser nettement par rapport aux trimestres passés mais demeure inférieur à sa moyenne de longue période.

Activite – Évolution de l'activité dans le bâtiment

Des entrepreneurs plus pessimistes concernant l’emploi

En juillet 2015, les entrepreneurs sont plus nombreux qu’en juin à signaler une baisse de leurs effectifs passés ou à venir ; les soldes d’opinion correspondants restent très inférieurs à leur moyenne de long terme.

Effectifs – Évolution de l'emploi dans le bâtiment

– Conjoncture dans l'industrie du bâtiment

Soldes d'opinion, en %, CVS
Conjoncture dans l'industrie du bâtiment
Moy* Avril 15 Mai 15 Juin 15 Juil. 15
Climat des affaires 100 89 89 91 90
Activité passée –4 –19 –17 –17 –26
Activité prévue –6 –20 –25 –20 –15
Persp. générales –19 –36 –27
Effectifs passés –4 –33 –28 –24 –28
Effectifs prévus –4 –28 –25 –19 –24
Jugements sur les carnets de commande –23 –56 –54 –56 –56
Carnets de commandes (en mois) 5,4 6,6 6,5 6,5 6,5
Taux d'utilisation des capacités de production 88,6 83,9 83,9 84,5 85,1
Goulots de production (en %) 32 20 17 22 23
- Pour insuffisance de personnel (en %) 14,7 2,8 2,6 2,7 3,5
Difficultés de recrutement (en %) 58 38 41
Prix –14 –35 –34 –32 –33
Situation de trésorerie –10 –23 –21
Délais de paiement 29 43 43
  • * Moyenne depuis septembre 1993
  • Source : enquête de conjoncture dans l’industrie du bâtiment - Insee

Des carnets de commandes encore jugés inférieurs à la normale

Le jugement des entrepreneurs sur leurs carnets de commande reste dégradé. Le solde correspondant demeure à un très bas niveau depuis octobre 2014. Le nombre de mois couverts par ces commandes est toutefois quasi stable (6,5 mois), à un niveau supérieur à sa moyenne de long terme (5,4 mois).

Carnets – Carnets de commandes

Des capacités de production légèrement plus utilisées

Tuc – Taux d'utilisation des capacités de production

En juillet 2015, le taux d’utilisation des capacités de production remonte légèrement à 85,1 % (+0,6 point par rapport au mois dernier) mais reste inférieur à sa moyenne de long terme. Parallèlement, les goulots de production concernent un peu moins d’un entrepreneur sur quatre, contre un sur trois en moyenne depuis 1993. Par ailleurs, seules 41 % des entreprises éprouvent des difficultés de recrutement contre 58 % en moyenne sur longue période.

De nombreux entrepreneurs signalent encore des baisses de prix

En juillet, les chefs d’entreprise sont quasiment aussi nombreux qu’en juin à signaler des baisses de prix. Le solde d’opinion correspondant reste très inférieur à sa moyenne de longue période. Toutefois, selon les chefs d’entreprise, la situation de trésorerie est un peu moins dégradée qu’au trimestre dernier et les délais de paiements sont stables.