À la fin du deuxième trimestre 2012, la dette publique s’établit à 1 832,6 milliards d’eurosDette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques (APU) - 2e trimestre 2012

À la fin du deuxième trimestre 2012, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 832,6 Md€, en augmentation de 43,2 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 91,0 %, en augmentation de 1,7 point par rapport au trimestre précédent. La dette publique nette progresse plus modérément (+25,7 Md€).

Publications pour expert
Informations rapides – No 239
Paru le : 28/09/2012
Prochaine parution le : 23/12/2016 à 08h45 - troisième trimestre 2016

La dette publique augmente de 43,2 milliards d’euros entre le 1er trimestre et le 2e trimestre 2012…

À la fin du deuxième trimestre 2012, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 832,6 Md€, en augmentation de 43,2 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 91,0 %, en augmentation de 1,7 point par rapport au trimestre précédent. La dette publique nette progresse plus modérément (+25,7 Md€).

…sous l’effet d’une hausse de l’endettement de l’État

La contribution de l’État à la dette augmente de 51,3 Md€ au deuxième trimestre ; il s’agit pour l’essentiel de sa dette négociable à long terme (+36,2 Md€) et court terme (+5,9 Md€) ainsi que d’emprunts à long terme (+9,9 Md€).

…alors que les administrations de sécurité sociale se désendettent

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette diminue de 8,2 Md€. La Cades se désendette de 9,5 Md€ : elle rembourse 16,0 Md€ de titres, dont 14,1 Md€ à court terme, émet 4,0 Md€ d’obligations et contracte 2,5 Md€ d’emprunts à court terme. L’Acoss réduit sa dette de 2,6 Md€. L’Unedic et la MSA accroissent leurs endettements respectivement à hauteur de 2,5 Md€ et 1,4 Md€.

La contribution des administrations publiques locales à la dette connaît une évolution comparable aux deuxièmes trimestres des années précédentes (+0,4 Md€).

La contribution des organismes divers d’administration centrale à la dette se stabilise également (-0,3 Md€).

GraphIR – Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

Tableau 1 – La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument

(en Mds€)
La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument
2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2
Ensemble des adm. publiques 1696,1 1692,2 1717,0 1789,4 1832,6
en point de PIB (*) 86,2% 85,4% 86,0% 89,3% 91,0%
dont, par sous-secteur, consolidée (*) :
Etat 1338,6 1330,0 1335,1 1381,9 1433,2
Organismes divers d'adm. Centrale 9,8 9,9 10,4 10,0 9,7
Administrations publiques locales 154,3 153,4 166,3 160,9 161,3
Administrations de sécurité sociale 193,4 199,0 205,2 236,6 228,4
dont, par instrument :
Dépôts 27,9 30,5 30,0 31,5 30,7
Titres négociables 1467,4 1457,7 1471,2 1540,1 1571,3
court terme 227,9 240,2 226,0 236,1 225,6
long terme 1239,5 1217,5 1245,1 1304,0 1345,6
Crédits 200,7 203,9 215,8 217,8 230,6
court terme 10,4 12,7 8,5 10,0 11,8
long terme 190,3 191,2 207,2 207,8 218,8
  • (*) voir précisions dans l’encadré « Pour en savoir plus »
  • Source : Comptes nationaux base 2005 - Insee, DGFiP, Banque de France

La dette publique nette en moindre hausse que la dette de Maastricht

Au deuxième trimestre 2012, la dette nette des administrations publiques s’élève à 1 616,2 Md€ (soit 80,3 % du PIB contre 79,4 % au trimestre précédent), en progression de 25,7 Md€ par rapport au trimestre précédent. Cette hausse est moins importante que celle de la dette brute en raison de la progression soutenue de la trésorerie de l’État (+16,6 Md€) tandis que celle des organismes de sécurité sociale diminue de 7,5 Md€. Par ailleurs, les encours de prêts détenus par les administrations publiques augmentent : l’État accorde 9,8 Md€ de prêts aux pays de la zone euro dans le cadre du FESF (voir encadré).

Tableau 2 – La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur

(en Mds€)
La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur
2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2
Ensemble des adm. publiques 1523,2 1550,1 1572,6 1590,5 1616,2
dont :
Etat 1239,4 1266,3 1271,0 1287,7 1312,7
Org. divers d’adm. centrale –4,7 –4,5 –1,7 –2,3 –2,7
Adm. publiques locales 144,8 143,7 156,6 151,1 151,5
Adm. de sécurité sociale 143,7 144,7 146,6 153,9 154,8

    Graph_dette_nette – Dette au sens de Maastricht et dette nette

    La valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM se stabilise

    Au deuxième trimestre 2012, la valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM détenus par les administrations publiques s’élève à 173,4 Md€, un niveau au-dessus de celui du trimestre précédent (171,4 Md€). Le montant des actions cotées détenues diminue de 1,5 Md€, en raison de la baisse des marchés d’actions. Cette diminution est en partie contrebalancée par la hausse des détentions d’OPCVM (+3,5 Md€) des organismes de sécurité sociale : l’Unedic et le RSI en acquièrent pour respectivement 2,0 Md€ et 0,6 Md€.

    Tableau 3 – Les actions cotées et les OPCVM détenues par les admnistrations publiques

    (en Mds€)
    Les actions cotées et les OPCVM détenues par les admnistrations publiques
    2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2
    Ensemble des adm. publiques 199,4 169,5 169,7 171,4 173,4
    dont :
    Etat 79,0 65,4 59,1 56,2 55,4
    Org. divers d’adm. centrale 29,7 23,2 22,2 24,5 23,8
    Adm. publiques locales 0,6 0,6 0,6 0,6 0,7
    Adm.de sécurité sociale 90,1 80,5 87,8 90,2 93,6

      Graph_F5 – Actions cotées et OPCVM détenus par les APU

      Documentation

      La note méthodologique simplifiée
      (pdf, 125 Ko)