Au premier trimestre 2012, le pouvoir d’achat des ménages est quasi stable (–0,1 % après –0,2 %), le PIB reste atone (0,0 % après +0,1 %)Comptes nationaux trimestriels - résultats détaillés (PIB) - 1er trimestre 2012

Au premier trimestre 2012, le PIB en volume* est stable (0,0 %), après une faible progression au quatrième trimestre 2011 (+0,1 %).

Informations rapides
No 160
Paru le : 29/06/2012
Prochaine parution le : 22/12/2017 à 08h45 - troisième trimestre 2017

Au premier trimestre 2012, le PIB en volume* est stable (0,0 %), après une faible progression au quatrième trimestre 2011 (+0,1 %).

Les dépenses de consommation des ménages restent peu dynamiques (+0,2 % après –0,1 %). La formation brute de capital fixe (FBCF) se contracte (–0,7 % après +1,3 %). Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) contribue modestement à la croissance du PIB : +0,1 point après +0,3 point fin 2011. Les importations se redressent (+0,8 % après –1,5 %) tandis que les exportations ralentissent (+0,2 % après +1,3 %). Ainsi, la contribution du solde extérieur à la croissance est négative (–0,2 point de PIB, après +0,8 point le trimestre précédent). Enfin, les variations de stocks des entreprises contribuent faiblement à l’activité : +0,1 point au premier trimestre, après –1,0 point.

Le pouvoir d’achat des ménages est quasi stable après deux trimestres de repli

Au premier trimestre 2012, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut (RDB) des ménages est quasi stable (–0,1 % après –0,2 % au quatrième trimestre 2011). Par unité de consommation, il recule de 0,2 % début 2012 après –0,3 % le trimestre précédent.

Le RDB en terme nominal augmente d’un peu moins de 0,6 %, après +0,4 % au quatrième trimestre 2011, et les prix de consommation d’un peu plus de 0,6 %.

Graph1 – Le PIB et ses composantes

Tab1 – Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations t/t-1, en %, données cjo-cvs
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés
2011 T2 2011 T3 2011 T4 2012 T1 2011 2012 (acquis)
PIB 0,0 0,3 0,1 0,0 1,7 0,2
Importations -0,9 0,5 -1,5 0,8 5,2 -0,2
Dép. conso. ménages -0,9 0,2 -0,1 0,2 0,2 0,0
Dép. conso. APU* 0,0 0,2 0,2 0,5 0,2 0,7
FBCF totale 0,4 0,2 1,3 -0,7 3,5 0,5
dont ENF* -0,1 -0,5 1,8 -1,3 5,1 -0,2
dont ménages 1,3 1,2 0,5 -0,3 3,2 1,0
dont APU* 0,2 0,3 0,9 -0,2 -1,8 0,7
Exportations 0,9 1,6 1,3 0,2 5,5 2,2
Contributions :        
Demande intérieure finale hors stocks -0,4 0,2 0,3 0,1 0,9 0,3
Variations de stocks -0,1 -0,2 -1,0 0,1 0,8 -0,8
Commerce extérieur 0,5 0,3 0,8 -0,2 0,0 0,7
  • *APU : administrations publiques - ENF : entreprises non financières

Tab2 – Comptes d’agents

en %, données cjo-cvs
Comptes d’agents
2011 T2 2011 T3 2011 T4 2012 T1 2011 2012 (acquis)
Taux de marge des SNF* (niveau) 28,5 28,3 28,0 27,8 28,5  
Pouvoir d’achat du RDB** des ménages 0,3 -0,3 -0,2 -0,1 0,5 -0,3
  • *SNF : sociétés non financières
  • **RDB : revenu disponible brut

Tab3 – Le PIB et ses composantes : indices de prix

variations t/t-1, en %, données cjo-cvs
Le PIB et ses composantes : indices de prix
2011 T2 2011 T3 2011 T4 2012 T1 2011 2012 (acquis)
PIB 0,4 0,3 0,5 0,2 1,3 0,9
Importations 0,1 0,8 1,0 0,8 5,4 2,0
Dép. conso. :      
- des ménages 0,5 0,4 0,6 0,6 2,1 1,4
- des APU 0,4 0,2 0,2 0,1 1,4 0,5
FBCF totale 0,7 0,6 0,6 0,8 2,9 1,7
- dont ménages 1,5 1,1 0,5 1,0 3,8 2,3
- dont ENF 0,5 0,4 0,5 0,7 2,3 1,4
- dont APU 0,4 0,7 0,9 0,5 3,6 1,6
Exportations 0,3 0,2 0,4 0,5 3,2 1,0

    Tab4 – Produits manufacturés : ressources et emplois en volumes

    variations t/t-1, en %, données cjo-cvs
    Produits manufacturés : ressources et emplois en volumes
    2011 T2 2011 T3 2011 T4 2012 T1 2011 2012 (acquis)
    Production branche -0,9 -0,1 0,2 -0,9 3,2 -1,0
    - dont valeur ajoutée -1,1 -0,2 -0,5 -0,5 0,7 -1,3
    Importations -0,1 0,3 -1,9 1,7 6,7 0,3
    Emplois intermédiaires -0,3 0,2 0,3 -0,2 2,9 0,1
    Dép. conso. :      
    - des ménages -1,5 0,3 0,3 -0,7 0,9 -0,7
    - des APU 0,8 1,1 0,3 1,4 3,6 2,5
    FBCF totale -0,4 -1,0 2,6 -3,2 7,3 -1,9
    - dont ENF -0,6 -1,3 2,9 -3,5 7,6 -2,3
    - dont APU 0,6 0,6 0,6 0,6 -0,5 1,5
    Exportations 0,7 1,5 1,4 1,4 4,5 3,4
    Variations de stocks (en contribution) -0,1 -0,9 -2,5 0,0 1,9 -2,4

      Tab5 – RDB et ratios des comptes des ménages

      variations t/t-1, en %, données cjo-cvs
      RDB et ratios des comptes des ménages
      2011 T2 2011 T3 2011 T4 2012 T1 2011 2012 (acquis)
      RDB 0,9 0,1 0,4 0,6 2,6 1,1
      RDB (pouvoir d’achat) 0,3 -0,3 -0,2 -0,1 0,5 -0,3
      RDB par uc* (pouvoir d’achat) 0,2 -0,4 -0,3 -0,2 -0,1 -0,6
      RDB ajusté (pouvoir d’achat) 0,4 -0,1 -0,1 0,0 0,8 0,0
      Taux d’épargne (niveau) 16,7 16,3 16,1 15,9 16,2  
      Taux d’épargne financière (niveau) 7,7 7,1 6,9 6,7 7,1  
      • * uc : unité de consommation

      Tab6 – Ratios des comptes des SNF

      niveaux en %, données cjo-cvs
      Ratios des comptes des SNF
      2011 T2 2011 T3 2011 T4 2012 T1 2011
      Taux de marge 28,5 28,3 28,0 27,8 28,5
      Taux d’investissement 20,1 20,0 20,3 20,3 20,1
      Taux d’épargne 13,4 13,0 13,0 13,0 13,5
      Taux d’autofinancement 66,9 65,2 63,9 64,0 66,9

        L’accélération des revenus salariaux et celle des prestations contribuent de conserve à celle du RDB nominal. La masse salariale progresse un peu plus vite (+0,6 % après +0,4 %) car l’emploi et le salaire moyen par tête sont légèrement plus dynamiques. Les prestations sociales progressent plus vivement (+0,9 % après +0,6 %), portées notamment par les prestations retraites et les indemnités chômage. Toutefois, les impôts sur le revenu et le patrimoine pèsent un peu plus sur les revenus (+1,5 % après +1,0 %), en raison notamment des mesures rehaussant le rendement des prélèvements sociaux sur les revenus.

        La consommation des ménages en valeur augmente plus vite (+0,8 % après +0,5 %) que le RDB nominal. Par conséquent le taux d’épargne recule, de 16,1 % à 15,9 %, pour le troisième trimestre consécutif.

        Le taux de marge des SNF recule de nouveau

        Au premier trimestre 2012, le taux de marge des sociétés non financières (SNF) diminue, pour le sixième trimestre consécutif (-0,2 point), et s’établit à 27,8 %. Le taux de marge se situe ainsi à son niveau le plus bas depuis le quatrième trimestre 1985.

        Le recul des marges au premier trimestre résulte d’une baisse de la valeur ajoutée, alors que les rémunérations qu’elles versent continuent de progresser. La baisse de la valeur ajoutée des SNF (–0,2 % après +0,5 %) est notamment imputable à l’accélération du prix des consommations intermédiaires. En revanche les rémunérations qu’elles versent continent de croître, bien que plus modestement (+0,2 % après +0,9 %). La masse salariale croît quasiment au même rythme qu’au quatrième trimestre 2011 (+0,7 % après +0,6 %) : l’emploi (0,0 % après –0,1 %) et le salaire moyen par tête (+0,7 % après +0,8 %) évoluent au même rythme qu’au trimestre précédent. À l’inverse, les cotisations sociales employeurs reculent (–1,4 % après +1,6 %) après une fin d’année 2011 dynamisée par la mesure d’annualisation des allégements généraux de cotisations.

        L’estimation de la croissance du PIB est inchangée

        Par rapport à la précédente publication, l’estimation de la croissance du PIB est inchangée, au premier trimestre 2012 comme aux précédents. Plusieurs révisions de faible ampleur (introduction de nouvelles informations, ré-estimation des coefficients CVS) se compensent. Par ailleurs le profil du pouvoir d’achat du RDB est modifié en 2011 (sans changement sur l’évolution annuelle) : il s’inscrit en baisse aux troisième (–0,3 %) et quatrième trimestres 2011 (–0,2 %) contre une stabilité précédemment.