La dette publique s’établit à 1 489,0 milliards d’eurosDette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques (APU) - 4e trimestre 2009

À la fin du quatrième trimestre 2009, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 489,0 Md€, en hausse de 31,7 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 77,6 %, en hausse de 1,8 point par rapport au trimestre précédent. La progression de la dette publique nette est moins importante sur le trimestre (hausse de 22,9 Md€, soit +1,3 point de PIB).

Informations rapides
No 87
Paru le : 31/03/2010
Prochaine parution le : 29/09/2017 à 08h45 - deuxième trimestre 2017

La dette publique progresse de 31,7 milliards d’euros entre le 3e et le 4e trimestre 2009…

À la fin du quatrième trimestre 2009, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 489,0 Md€, en hausse de 31,7 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 77,6 %, en hausse de 1,8 point par rapport au trimestre précédent. La progression de la dette publique nette est moins importante sur le trimestre (hausse de 22,9 Md€, soit +1,3 point de PIB).

…sous l’effet d’une hausse de l’endettement des administrations publiques locales et des organismes de sécurité sociale …

La contribution des administrations publiques locales augmente de +13,9 Md€, un rythme comparable à celui observé lors des quatrièmes trimestres des années précédentes.

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette publique augmente de 6,0 Md€, du fait en particulier du régime général et de l’UNEDIC.

…ainsi que de la dette des administrations centrales

La dette de l’État et des organismes d’administration centrale (ODAC) progresse de 11,7 Md€ au quatrième trimestre. L’émission par la société de prise de participation de l’État (SPPE) de billets de trésorerie sur les marchés contribue à augmenter de 7,7 Md€ la contribution des ODAC à la dette publique et à diminuer d’autant celle de l’État.

GraphIR – Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

TableauA – La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument

(en Md€)
La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument
2008T4 2009T1 2009T2 2009T3 2009T4
Ensemble des adm. publiques 1315,1 1347,2 1428,6 1457,3 1489,0
en point de PIB (*) 67,5% 69,5% 74,0% 75,8% 77,6%
dont, par sous-secteur, consolidée (*) :
État 1036,2 1079,9 1134,6 1158,0 1162,6
Organismes divers d'adm. Centrale 95,5 88,9 109,2 108,2 115,3
Administrations publiques locales 148,1 144,1 142,3 142,8 156,8
Administrations de sécurité sociale 35,4 34,3 42,4 48,3 54,3
dont, par instrument :
Dépôts 23,4 20,6 19,0 19,7 20,3
Titres négociables 1103,7 1146,2 1223,5 1248,0 1261,5
court terme 177,4 216,7 227,0 264,7 261,1
long terme 926,3 929,5 996,5 983,3 1000,5
Crédits 188,1 180,3 186,0 189,6 207,1
court terme 16,7 17,3 23,6 26,2 24,2
long terme 171,4 163,0 162,4 163,5 182,9
  • (*) voir précisions dans l’encadré « Pour en savoir plus »
  • Source : Comptes nationaux base 2000 - Insee, DGFiP, Banque de France

La dette publique nette en moindre hausse que la dette de Maastricht

Au quatrième trimestre 2009, la dette nette des administrations publiques s’élève à 1 356,9 Md€ (soit 70,7 % du PIB), en progression de 22,9 Md€ par rapport au trimestre précédent. Cette hausse, moins importante que celle de la dette brute, résulte principalement de l’augmentation des dépôts à l’actif de l’État (+17,6 Md€), par anticipation des dépenses publiques à venir en 2010. À l’inverse, les remboursements des banques à la SPPE permettent à cette dernière de se désendetter, mais ils se traduisent dans le même temps par une diminution des actifs qu’elle détient, si bien qu’ils n’ont pas d’impact sur l’évolution de la dette nette des administrations publiques.

TableauB – La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur

(en Md€)
La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur
2008T4 2009T1 2009T2 2009T3 2009T4
Ensemble des adm. publiques 1199,9 1217,2 1277,9 1333,9 1356,9
dont :
État 995,5 1023,8 1063,5 1115,6 1101,4
Org. divers d’adm. centrale 59,9 54,0 70,1 68,5 81,6
Adm. publiques locales 135,6 131,7 129,6 130,0 144,3
Adm. de sécurité sociale 8,8 7,9 14,7 19,8 29,5

    Graph_dette_nette – Dette au sens de Maastricht et dette nette

    La valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM en légère hausse

    Au quatrième trimestre 2009, la valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM détenus par les administrations publiques s’élève à 214,0 Md€, en hausse de 4,3 Md€ par rapport au trimestre précédent. Cette augmentation s’explique principalement par la hausse des marchés boursiers.

    TableauC – Les actions cotées et les OPCVM détenues par les administrations publiques

    (en Md€)
    Les actions cotées et les OPCVM détenues par les administrations publiques
    2008T4 2009T1 2009T2 2009T3 2009T4
    Ensemble des adm. publiques 197,7 163,0 180,1 209,7 214,0
    dont :
    État 109,6 81,1 90,8 100,2 104,1
    Org. divers d’adm. centrale 22,1 18,5 22,3 38,3 37,8
    Adm. publiques locales 0,4 0,4 0,4 0,5 0,5
    Adm.de sécurité sociale 65,6 63,0 66,6 70,8 71,7

      Graph_F5 – Actions cotées et titres d'OPCVM détenus par les APU