La dette publique s’établit à 1 457,4 milliards d’eurosDette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques (APU) - 3e trimestre 2009

À la fin du troisième trimestre 2009, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 457,4 Mds€, en hausse de 29,4 Mds€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe approximativement à 75,8 %, en hausse de 1,9 point par rapport au trimestre précédent. La progression de la dette publique nette est plus importante sur le trimestre (hausse de 57,1 Mds€, soit +3,3 points de PIB).

Publications pour expert
Informations rapides – No 337
Paru le : 30/12/2009
Prochaine parution le : 30/06/2017 à 08h45 - premier trimestre 2017

La dette publique progresse de 29,4 milliards d’euros entre le 2e et le 3e trimestre 2009

À la fin du troisième trimestre 2009, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 457,4 Mds€, en hausse de 29,4 Mds€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe approximativement à 75,8 %, en hausse de 1,9 point par rapport au trimestre précédent. La progression de la dette publique nette est plus importante sur le trimestre (hausse de 57,1 Mds€, soit +3,3 points de PIB).

Sous l’effet de la hausse de l’endettement de l’État…

La contribution de l’État à la dette publique de Maastricht progresse de 23,4 Mds€ au troisième trimestre. Cet endettement supplémentaire finance le déficit budgétaire. Il finance également une prise de participation de la SPPE (Société de prise de participation de l’État) dans une banque française (3,0 Mds€).

…et de celle de la dette des administrations de sécurité sociale

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette publique augmente de 5,9 Mds€, en particulier sous l’effet d’une hausse de l’endettement de l’ACOSS (+3,9 Mds€). La contribution des administrations publiques locales augmente légèrement, de +0,5 Md€, un mouvement comparable à ceux observés lors des troisièmes trimestres des années précédentes.

GraphIR – Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

TableauA – La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument

(en Mds€)
La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument
2008T3 2008T4 2009T1 2009T2 2009T3
Ensemble des adm. publiques 1284,2 1314,1 1366,9 1428,0 1457,4
en point de PIB (*) 66,0 % 67,4 % 70,5 % 74,0 % 75,8 %
dont, par sous-secteur, consolidée (*) :
État 996,2 1036,2 1080,7 1135,4 1158,8
Organismes divers d'adm. centrale 94,8 96,1 109,3 109,8 109,4
Administrations publiques locales 134,3 146,7 142,9 141,1 141,6
Administrations de sécurité sociale 59,0 35,1 34,0 41,7 47,6
dont, par instrument :
Dépôts 16,0 23,5 20,7 19,1 19,8
Titres négociables 1070,3 1104,1 1167,2 1224,2 1249,3
court terme 150,4 178,3 218,4 228,2 265,9
long terme 920,0 925,8 948,9 996,0 983,4
Crédits 197,9 186,6 179,0 184,7 188,3
court terme 46,3 16,5 17,1 23,3 25,9
long terme 151,6 170,1 161,9 161,3 162,4
  • (*) voir précisions dans la note méthodologique simplifiée
  • Source : comptes nationaux base 2000 - Insee, DGFiP, Banque de France

La dette publique nette en plus forte augmentation que la dette de Maastricht

Au troisième trimestre 2009, la dette nette des administrations publiques s’élève à 1 331,5 Mds€ (soit approximativement 69,3 % du PIB), en progression de 57,1 Mds€ par rapport au trimestre précédent. Cette hausse est plus importante que celle de la dette brute, en raison de la forte diminution de la trésorerie de l’État (-28,3 Mds€), qui retrouve un niveau proche de celui d’il y a un an.

TableauB – La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur

(en Mds€)
La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur
2008T3 2008T4 2009T1 2009T2 2009T3
Ensemble des adm. publiques 1178,9 1195,8 1233,0 1274,3 1331,5
dont :
État 960,8 995,4 1025,1 1064,8 1116,8
Org. divers d’adm. centrale 61,0 58,2 72,3 68,7 67,8
Adm. publiques locales 121,2 134,4 130,4 128,4 128,9
Adm. de sécurité sociale 35,9 7,9 5,3 12,5 18,0

    Graph_dette_nette – Dette au sens de Maastricht et dette nette

    La valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM en hausse

    Au troisième trimestre 2009, la valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM détenus par les administrations publiques s’élève à 211,9 Mds€, en hausse de 33,0 Mds€ par rapport au trimestre précédent. Cette augmentation s’explique principalement par l’amélioration des marchés boursiers, mais aussi par l’apport de titres de participations de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) au Fonds stratégique d’investissement (FSI), classé en organisme divers d’administration centrale. Les apports de l’État au FSI, qui se traduisent par un transfert d’actions cotées de l’État aux organismes divers d’administration centrale, sont, quant à eux, neutres sur l’ensemble des administrations publiques.

    TableauC – Les actions cotées et les OPCVM détenues par les administrations publiques

    (en Mds€)
    Les actions cotées et les OPCVM détenues par les administrations publiques
    2008T3 2008T4 2009T1 2009T2 2009T3
    Ensemble des adm. publiques 226,7 197,0 162,0 178,9 211,9
    dont :
    État 125,1 109,8 81,4 91,1 102,3
    Org. divers d’adm. centrale 30,5 22,6 18,6 22,4 39,4
    Adm. publiques locales 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8
    Adm. de sécurité sociale 70,2 63,8 61,2 64,7 69,4

      Graph_F5 – Actions cotées et titres d'OPCVM détenus par les APU