Élections 2012 : une participation en baisse par rapport à 2007 en Poitou-Charentes

Nathalie Dupas, Jean-Pierre Ferret

Le taux de votants à au moins un tour des élections présidentielles est de 89 % des inscrits en Poitou-Charentes, soit un peu mieux que la moyenne nationale (87 %). Lors des législatives, ce taux baisse sensiblement (moins de 67 %) et se situe dans la norme nationale. Les électeurs assidus (votent aux deux tours) sont très majoritaires aux présidentielles (78 %). La participation dépend de nombreux facteurs. Cependant, l'âge, le niveau de diplôme et la catégorie socioprofessionnelle influent davantage que le genre ou le fait d'être Français immigré. En revanche, les taux d'inscription des Français immigrés et des jeunes sur les listes électorales sont sensiblement plus faibles.

e.décim@l
No 23
Paru le : 10/09/2012

Lors des élections présidentielles et législatives de 2012, ouvertes aux Français majeurs et inscrits sur une liste électorale, 66 % des électeurs de Poitou-Charentes ont voté à au moins un tour de chaque scrutin. Ce taux est équivalent à celui de la moyenne nationale.

Mais les Picto-Charentais ont un sens civique légèrement supérieur à la moyenne nationale puisque les abstentionnistes systématiques (vote à aucun des quatre tours des deux scrutins) représentent 11 % des inscrits dans notre région contre 12 % en France métropolitaine. Également, les électeurs picto-charentais privilégient les présidentielles. 89 % se sont déplacés pour y voter au moins à un tour dont 23 % n'ont voté qu'à ces élections contre 21 % au niveau national. À l'inverse, très rares sont ceux qui ont voté uniquement aux législatives.

Figure 1 – Taux de participation aux deux scrutins de 2012

Taux de participation aux deux scrutins de 2012
Poitou-Charentes France
Vote aux deux scrutins (1) 66 66
Vote uniquement aux présidentielles (1) 23 21
Vote uniquement aux législatives (1) <0,5 1
Abstention systématique 11 12
TOTAL 100 100
  • (1) au moins à 1 tour.
  • Source : enquête Participation Electorale 2012, INSEE.

Des électeurs poitevins plus assidus lors des élections présidentielles

Pour chacun des deux tours de l'élection présidentielle de 2012, le taux de participation dans la région est supérieur d'environ un point à celui de la France métropolitaine. Le second tour de l'élection présidentielle attire un peu plus d'électeurs tant au niveau national qu'au niveau régional (environ un point de différence). Le vote intermittent (vote au 1er tour et pas au second ou inversement) s'établit à plus de 10 % pour la région et touche surtout les électeurs de moins de 30 ans.

Lors des scrutins aux législatives, les taux de participation au 1er et 2e tour sont quasiment identiques en Poitou-Charentes (de l'ordre de 59 %). Par contre, au niveau national, les électeurs se sont sensiblement moins déplacés au second tour avec 55 % contre 57 % au 1er tour. Le taux d'abstention aux deux tours atteint 34 % en Poitou-Charentes, soit trois fois plus qu'aux présidentielles.

Figure 2 – Taux de participation détaillé aux élections de 2012

  • Source : enquête Participation Electorale 2012, INSEE.

Moins de votants qu'en 2007

En Poitou-Charentes, les élections présidentielles de 2012 ont été moins suivies que celles de 2007, avec un taux d'abstentionnistes aux deux tours légèrement supérieur (11 % contre 10 %). Surtout, les électeurs assidus (vote aux deux tours) sont proportionnellement moins nombreux en 2012 (78 % contre 84 % en 2007).

Les comportements aux élections législatives sont similaires en 2007 et en 2012 avec des taux de participation au 1er et au 2e tour aux environs de 60 % et un tiers d'abstentionnistes systématiques.

On vote le plus entre 35 et 70 ans

Dans la région comme au niveau national, il n'existe pas de différence de comportement notable entre hommes et femmes sur la participation aux élections.

Ce taux de participation dépend davantage de l'âge de l'électeur. Si ce taux est supérieur à 90 % pour les électeurs ayant entre 35 et 70 ans, il atteint moins de 40 % pour les dix premières années de droit civique (moins de 28 ans) et descend à moins de 60 % après 80 ans.

Selon le mode de cohabitation, des divergences de comportement apparaissent. Par exemple, les adultes d'un couple avec enfant(s) se sentent plus concernés par les élections. Ils sont plus de 95 % à avoir voté à au moins un des deux scrutins (68 % aux deux scrutins). En revanche, chez les adultes d'une famille monoparentale, le taux de participation n'atteint pas les 85 % et le vote assidu est à peine supérieur à 50 %.

Figure 3 – Taux de participation selon l’âge aux deux scrutins de 2012 en Poitou-Charentes

  • Source : enquête Participation Electorale 2012, INSEE.

Moins d'abstentionnistes systématiques dans les petites communes

Dans la région, le taux d'abstention aux quatre tours des deux scrutins de 2012 atteint 11 %. Ce taux atteint des records chez les personnes âgées et les moins de 30 ans. En effet, dans la région, près de 17 % des électeurs de plus de 65 ans n'ont pas voté aux deux scrutins et un cinquième des jeunes de moins de 25 ans ne sont pas déplacés aux urnes.

Le comportement des femmes et des hommes face à l'abstention systématique est proche. Par contre, parmi les personnes en emploi, les écarts sont importants entre catégories socioprofessionnelles. Seulement 4 % des électeurs cadres et professions intellectuelles supérieures se sont abstenus de voter contre près de 11 % des électeurs ouvriers. Par ailleurs, les non diplômés délaissent plus que les autres la possibilité de s'exprimer par le vote : ils sont proportionnellement trois fois plus nombreux à ne pas voter que ceux possédant le BAC.

La situation matrimoniale a également une influence sur le taux d'abstention. L'abstentionnisme systématique est plus important chez les célibataires (16 %) que chez les personnes mariées (6 %). De même, il concerne près de 30 % des veufs et veuves mais cette population abrite les personnes les plus âgées, donc les moins mobiles et qui votent globalement moins. Enfin, la taille de la commune de résidence intervient. Dans les grandes communes, ce sont 14 % des électeurs qui se sont abstenus de voter contre seulement 10 % dans celles de moins de 10 000 habitants.

Figure 4 – Taux d’abstention systèmatique aux élections de 2012, en Poitou-Charentes, selon la catégorie socioprofessionnelle

  • Source : enquête Participation Electorale 2012, INSEE.

Si l'on devait faire le profil type de l'électeur civique, ce serait un homme entre 52 et 56 ans, marié, cadre ou exerçant une profession intellectuelle supérieure, possédant le BAC et habitant dans une commune de moins de 10 000 habitants.

Encadré

Les jeunes et les Français immigrés moins souvent inscrits

Le taux d'inscription global sur les listes électorales en Poitou-Charentes est de 94 %, soit un point de mieux que sur l'ensemble de la France métropolitaine. S'il est quasiment équivalent selon le genre, ce taux varie surtout suivant l'âge et le fait d'être immigré ou non. Ainsi, le taux d'inscription descend à 71 % pour les immigrés et à 75 % pour les moins de 20 ans. L'inscription dépend aussi de la situation matrimoniale, du diplôme et de la catégorie socioprofessionnelle. Par exemple, plus on est diplômé et plus on est inscrit : jusqu'à 97 % pour les diplômés du supérieur contre seulement 90 % pour les sans diplôme. De même, les célibataires sont inscrits à 90 % contre 97 % pour les personnes mariées. Les agriculteurs et les cadres sont inscrits à plus de 97 % contre seulement 89 % pour les inactifs hors retraités.

Sources

Depuis l'élection présidentielle de 1988, l'Insee réalise des enquêtes sur la participation électorale, avec l'appui du ministère de l'Intérieur. En suivant le comportement des inscrits sur les listes électorales entre deux tours d'un même scrutin et entre différents scrutins successifs, ces enquêtes permettent d'observer l'intermittence du vote, en distinguant les votants systématiques (ont voté aux quatre tours, ou aux trois tours lorsque l'élection législative n'a eu qu'un seul tour), les abstentionnistes systématiques (aucun vote aux quatre tours), et les électeurs plus ou moins intermittents (au moins un vote aux quatre tours).

L'enquête de 2012 porte sur les élections présidentielles et législatives. À cet effet, un échantillon de 300 000 électeurs potentiels a été constitué en mettant en relation le fichier des électeurs et l'échantillon démographique permanent qui rassemble les bulletins d'état civil et les bulletins de recensement d'un échantillon de la population depuis 1968. À partir de cet extrait du recensement apparié au fichier des électeurs, on calcule le taux d'inscription sur les listes électorales des électeurs potentiels recensés en France métropolitaine. Les caractéristiques sociodémographiques sont celles déclarées aux recensements.

La participation aux élections d'un sous-échantillon de 40 000 personnes résidant en métropole ou dans les DOM et inscrits sur des listes de France métropolitaine est ensuite relevée par les agents de l'Insee en consultant les listes d'émargement en préfecture dans les dix jours qui suivent le scrutin, comme tout électeur peut le faire.

Le vote blanc ou nul est un vote, avec émargement de la liste électorale. Il est donc comptabilisé comme une participation.