Près de 70 000 salariés travaillent dans l'économie sociale

Jean-Pierre Ferret

Les 7 000 établissements de l’économie sociale du Poitou-Charentes concentrent un emploi salarié régional sur huit, soit 69 500. On les retrouve surtout dans l’action sociale, la santé, l’éducation, les services aux entreprises, les coopératives financières ou agricoles et les assurances. Si, comme au niveau national, les associations et les coopératives regroupent l’essentiel de l’effectif salarié de ce «tiers secteur» en Poitou-Charentes, c’est dans le domaine des mutuelles d’assurance dont les sièges sont situés principalement dans la zone de Niort que la région se distingue.

e.décim@l
No 011
Paru le : 31/03/2011

Coopératives, mutuelles, associations et fondations forment ce qu’on appelle l'économie sociale. Ces entreprises, constituées de groupement de personnes et non de capitaux, adhèrent à des principes communs de liberté, de solidarité et d’indépendance. L’enseignement, la santé, l’action sociale ainsi que les activités financières et d’assurance sont les secteurs les plus présents dans l’économie sociale.

Un salarié sur huit travaille dans l’économie sociale en Poitou-Charentes

Près de 7 000 établissements appartiennent à l’économie sociale en Poitou-Charentes, soit 10,5 % de l’ensemble des établissements employeurs régionaux.

Leurs effectifs regroupent 12,5 % de l’emploi salarié régional fin 2008. Ce poids est plus élevé qu’au niveau national où il atteint seulement 10 %.

Les Deux-Sèvres, avec 16,5 % de l’emploi salarié concentrés dans l’économie sociale, tirent les chiffres régionaux vers le haut. L’implantation des mutuelles dans la zone de Niort en est la principale raison. D’ailleurs, la zone d’emploi du Sud Deux-Sèvres regroupe près des 3/4 des salariés régionaux des mutuelles.

Figure 1 – Emplois salariés de l’économie sociale et part de l’emploi salarié par zone d’emploi au 31/12/2008

  • Source : Insee, Clap 2008

Les associations, principaux employeurs de l'économie sociale

Les associations concentrent la majeure partie de l’effectif salarié de l’économie nationale, mais la part de cette famille y est cependant moins importante qu’au niveau national.

En revanche, les coopératives et, surtout, les mutuelles sont surreprésentées en Poitou-Charentes. Les fondations réunissent très peu de salariés.

Figure 2 – Nombre d'établissements et de salariés dans chaque famille de l'économie sociale au 31/12/2008

Nombre d'établissements et de salariés dans chaque famille de l'économie sociale au 31/12/2008
Famille de l'économie sociale Établissements Effectif salarié Effectif salarié moyen Part dans l'économie sociale dans l'emploi (%)
Poitou-Charentes France
Action sociale 988 23 560 23,8 33,9 35,9
Education 512 7 067 13,8 10,2 15,2
Sport 1 068 1 616 1,5 2,3 5,7
Culture et loisirs 791 1 390 1,8 2 4,2
Services aux entreprises 493 3 828 7,8 5,5 3
Santé 97 1 489 15,4 2,1 2,2
Hébergement et restauration 142 495 3,5 0,7 1,2
Autres associations 1 462 6 322 4,3 9,1 10,9
Ensemble des associations 5 553 45 767 8,2 65,8 78,2
Coopératives de crédit 621 5 369 8,6 7,7 7,3
Coopératives du domaine agricole 249 4 380 17,6 6,3 3,1
Coopératives de production 96 1 557 16,2 2,2 1,1
Autres coopératives 201 3 151 15,7 4,5 2,2
Ensemble des coopératives 1 167 15 057 12,9 21,7 13,7
Mutuelles régies par le code la mutualité 163 2 061 12,6 3 3,5
Mutuelles régies par le code des assurances 61 6 356 104,2 9,1 1,8
Ensemble des mutuelles 224 8 417 37,6 12,1 5,3
Fondations 14 289 20,6 0,4 2,8
Ensemble de l'économie sociale 6 958 69 530 10 100 100
  • Source : Clap 2008

L’action sociale et l’enseignement regroupent l’essentiel des effectifs salariés des associations

Les associations représentent la plus grosse part de l’économie sociale, regroupant près des deux tiers de ses salariés.

Dans le monde associatif, l’action sociale occupe une place prépondérante, concentrant plus de la moitié des emplois salariés. L’aide aux personnes âgées, aux enfants, aux handicapés ou aux sans-abris sont les domaines d’intervention privilégiés. Ce sont souvent de grosses structures, avec un effectif moyen de 24 salariés par établissement. Plusieurs centres d’aides par le travail emploient plus d’une centaine de salariés, avec un effectif moyen par CAT proche de 70 salariés.

L’enseignement est également très présent dans les associations. Il s’agit principalement d’écoles ou de collèges liés à l’Église catholique ou des formations continues pour adultes.

Les associations sportives, culturelles ou de loisirs sont très nombreuses mais elles sont principalement organisées autour de bénévoles et emploient donc peu de salariés.

La santé au sein de l’économie sociale comprend des dispensaires et des centres de dépistage mais les plus grosses structures sont des centres de rééducation ou des maisons de convalescence.

Certains services aux entreprises sont également gérés par des associations. Dans le domaine du conseil en gestion d’entreprises, plusieurs établissements dépassent la cinquantaine de salariés tout comme des groupements d’employeurs qui mettent en commun leur main-d’œuvre.

Enfin, une multitude d’organisations fonctionnent par adhésion volontaire. On y trouve pêle-mêle des associations militant pour une cause d’intérêt public, des associations de consommateurs, des amicales d’étudiants ou des clubs à vocation récréative. À part quelques grands noms comme les unions départementales d’association familiale, il s’agit le plus souvent de petits employeurs. Cependant leur nombre étant important, ce sont globalement 6 000 salariés qui sont concernés.

Un poids des coopératives agricoles deux fois supérieur au niveau national

Les coopératives occupent également une place importante en Poitou-Charentes, réunissant plus de 15 000 salariés, soit près de 22 % des salariés de l’économie sociale. Les organismes bancaires constitués en coopératives de crédit, du type Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Crédit Coopératif ou Caisse d’Épargne, concentrent un tiers des effectifs de l’ensemble des coopératives. Les coopératives du domaine agricole «pèsent» presque aussi lourd, avec près de 4 400 salariés. Surtout, leur part est deux fois plus forte en Poitou-Charentes qu’en France entière.

Dans les coopératives de production, figurent en particulier l’école de conduite française (ECF) et quelques établissements industriels ou de transports, peu nombreux mais comptant un nombre de salariés assez important.

Parmi les autres coopératives, l’essentiel des salariés est employé dans des supermarchés fonctionnant en coopérative, à l’exemple des Coop, Carrefour Market, Eco-Frais, enseignes du groupe Coop Atlantique.

La zone de Niort, bastion des mutuelles d’assurance

Les mutuelles sont surreprésentées dans notre région, regroupant 12 % des salariés de l’économie sociale contre seulement 5 % au niveau France entière. Surtout, ce sont les mutuelles régies par le code des assurances qui emploient le plus grand nombre de salariés dans notre région (75 % des effectifs des mutuelles) alors qu’inversement, au niveau national, les mutuelles régies par le code la mutualité concentrent le plus d’emplois avec deux tiers des salariés de l’ensemble des mutuelles. Pourtant, en nombre d’établissements employeurs, en Poitou-Charentes comme en France, ce sont bien les mutuelles régies par le code la mutualité qui sont plus nombreuses. Cette singularité dans notre région provient de la présence dans la zone de Niort des sièges sociaux de grandes mutuelles d’assurance comme la Maif, la Macif, Groupama ou Maaf qui regroupent à elles seules plus de 90 % des effectifs des mutuelles d’assurance de la région. Et encore, pour certaines mutuelles, telles la Maaf, la plus grande part de leurs salariés est employé dans des filiales qui ne rentrent pas dans le champ de l’économie sociale (Voir l'encadré).

Les activités créatives et artistiques très implantées dans l’économie sociale

Certains secteurs d’activité ont vocation à appartenir à l’économie sociale. Il s’agit des activités créatives et artistiques, dont 78 % des effectifs sont employés dans l’économie sociale. Les activités des organisations associatives ne dérogent évidemment pas à la règle (74 % des salariés dans l’économie sociale). Les autres grands secteurs sont les assurances, l’action sociale sans hébergement, les activités sportives, récréatives et de loisirs ou celles liées à l’emploi.

En Poitou-Charentes, les services financiers, par l’intermédiaire notamment des coopératives de crédit et des caisses de retraites, font majoritairement partie de l’économie sociale (55 % des salariés du secteur dans l’économie sociale, soit 25 points de plus qu’au niveau national).

Figure 3 – Poids de l’économie sociale dans l’effectif salarié au 31/12/2008 par secteur

  • Source : Insee, Clap 2008

Encadré

Des filiales, surtout pour les mutuelles d’assurance de la zone de Niort

Certaines entreprises de l’économie sociale ont des filiales qui peuvent intervenir hors du champ de l’économie sociale. Ces filiales qui appartiennent à l’économie privée rayonnent sur tout le territoire national. L’ensemble de ces entreprises - mère et filiales - constitue ce qu’on appelle un groupe. L’entreprise-mère - détenue dans le cas de l’économie sociale par des personnes physiques nommées adhérents - est appelée tête de groupe.

En Poitou-Charentes, 40 entreprises de l'économie sociale sont têtes de groupe. Elles emploient, à elles seules, 23 100 personnes dans leurs différents établissements situés sur l'ensemble de la France, dont 10 900 dans la région et 12 200 hors région. En outre, les filiales de ces 40 entreprises emploient 10 500 salariés situés hors de l’économie sociale, dont 3 500 dans la région et 7 000 hors région. Au total, ces groupes dont la tête est située en Poitou-Charentes emploient 33 600 personnes dans toute la France.

Parmi ces 40 entreprises têtes de groupe de la région, ce sont les mutuelles d'assurance qui ont le poids le plus important. Elles regroupent 70 % des effectifs salariés français de ces 40 groupes et plus de 30 % des effectifs français de l’ensemble des groupes du secteur des mutuelles d’assurance.

Toujours en raison de l’implantation des mutuelles dans la zone de Niort, les têtes de groupe de l’économie sociale situées en Deux-Sèvres concentrent 72 % de ces effectifs contre 21 % en Charente-Maritime et 7 % pour Charente et Vienne réunies.

Sources

Définitions

Qu’est-ce que l’économie sociale ?

Les acteurs de l’économie sociale s’inspirent des principes fondateurs datant de 1845, principes repris dans la charte de 1980 de l’économie sociale :

- une gouvernance démocratique qui s’appuie sur le principe «une personne = une voix». Chaque membre dispose ainsi du même droit de vote indépendamment de son apport en capital dans une coopérative, ou de son temps de travail dans une association ;

- la solidarité qui est un fondement originel de l’économie sociale ;

- la juste répartition des excédents : sans but lucratif, les acteurs de l’économie sociale peuvent dégager des excédents. Mais elles ne les distribuent pas en fonction de la détention de fonds propres, sauf dans les coopératives, mais dans la limite d’un plafond ;

- la gestion autonome et indépendante : nulle collectivité publique, nul groupe, nul fonds de pension ou nul concurrent ne peut prendre le contrôle des entreprises de l’économie sociale car elles ne sont pas cotées en bourse ;

- la liberté d’adhésion qui suppose une liberté totale dans l’initiative d’adhésion à une structure de l’économie sociale et autorise également les adhérents à quitter cette structure quand ils le souhaitent.

Le périmètre de l’économie sociale a été établi en lien avec le réseau des chambres régionales de l’économie sociale et solidaire (Cress). Il est constitué des coopératives, mutuelles, associations et fondations repérées par leur statut juridique. En sont exclus les administrations publiques, organisations patronales et consulaires, syndicats de salariés, et les organisations politiques ou religieuses.

Activités créatives et artistiques :

Organisation et production de spectacles (théâtre, concert, danse, opéra), créations artistiques (arts plastiques, écrivains, compositeurs, journalistes indépendants)

Pour en savoir plus