Retour sur 30 années de taux de chômage dans les Pays de la Loire : un tournant dans les années 1990

Lionel KERDOMMAREC et David MARTINEAU (Insee)

Début 2013, les Pays de la Loire, la Bretagne et l'Île-de-France sont les régions françaises les moins touchées par le chômage. La crise économique et financière de 2008 n'a pas modifié le positionnement favorable de la région, maintenant acquis depuis le début des années 1990. Jusqu'alors plus élevé que le taux national, le taux de chômage régional s'en est rapproché puis lui est devenu inférieur. Cette situation profite globalement à l'ensemble des zones d'emploi de la région, à l'exception de celles situées plus à l'est et sur le littoral vendéen. C'est le département de la Loire-Atlantique qui tire le mieux son épingle du jeu.

Faits et Chiffres
No 479
Paru le : 30/09/2013

Au premier trimestre 2013, le taux de chômage dans les Pays de la Loire s'élève à 9,1 %, niveau le plus élevé enregistré dans la région depuis le premier trimestre 1999, mais néanmoins sensiblement inférieur au taux national (10,4 %). La crise mondiale qui s'est déclenchée en 2008, financière puis économique, a fortement pesé sur l'activité et s'est traduite par une augmentation du taux de chômage de 50 % en cinq ans dans les Pays de la Loire comme sur le reste du territoire français.

Des cycles conjoncturels puissants

Un retour sur 30 années de taux de chômage dans la région permet de relativiser la situation actuelle. En effet, au cours des années 1980 (de 1984 à 1989 notamment) puis dans les années 1990 (de 1992 à 1999), le taux de chômage de la région dépasse de plus d'un point le taux actuel. A contrario, les années 2000 sont synonymes d'une forte baisse du taux chômage aux alentours de 7 % puis de 6 % de la population active début 2008, situation inédite dans les Pays de la Loire depuis la fin de la période des Trente Glorieuses.

Tout au long des années 1980, la région dépasse assez largement le taux national, avant que l'écart ne se réduise à partir de 1989. Depuis le quatrième trimestre 1992, le taux de chômage des Pays de la Loire est inférieur à celui de la France métropolitaine. L'écart augmente ensuite jusqu'au troisième trimestre 1999 pour atteindre - 1,4 point. Depuis cette date, seule la période d'après crise de 2008 a vu quelque peu cet écart se réduire. L'économie ligérienne connaît donc des cycles conjoncturels relativement puissants qui impactent fortement la dynamique de l'emploi et donc celle du chômage. Ces évolutions sur trente ans sont largement partagées dans l'Ouest, la Bretagne connaissant sur la période des évolutions similaires.

Figure 1 – 30 années de cycles de chômage dans les Pays de la Loire

  • Source : Insee, Taux de chômage localisés

Figure 2 – Depuis 1992, le taux de chômage régional est inférieur au taux national

  • Source : Insee, Taux de chômage localisés

Trois « groupes » de départements

Si le dynamisme économique global de la région est continu depuis 30 ans, les évolutions départementales sont plus contrastées.

Figure 3 – La Loire-Atlantique tire son épingle du jeu

  • Source : Insee, Taux de chômage localisés

Au début des années 1980, les deux départements de la région les moins urbains, la Mayenne et la Vendée, connaissent des taux de chômage inférieurs à ceux de leurs voisins ligériens ainsi qu'au taux national. S'ils sont aujourd'hui les deux moins touchés, leurs taux de chômage respectifs ont néanmoins connu une hausse de plus de deux points ces trente dernières années (passant de 4,7 % en 1982 à 6,7 % en 2012 pour la Mayenne, de 5,9 % à 8,2 % pour la Vendée) et sont proches aujourd'hui du taux de chômage de la région.

La Sarthe et le Maine-et-Loire ont connu au cours de ces 30 dernières années des évolutions globalement similaires à la moyenne régionale. Dans les années 1980, dans ces deux départements, le taux de chômage est proche de la moyenne régionale et oscille entre 8 % et 10 % au cours des années 1980, et il passe sous la moyenne nationale au début de la décennie 1990. Cependant, avec la crise de 2008, le chômage y augmente plus fortement que dans le reste de la région. Au sein des Pays de la Loire, la Sarthe (9,6 %) et le Maine-et-Loire (9,1 %) ont aujourd'hui les taux de chômage les plus élevés.

Enfin, la Loire-Atlantique est le département dont la situation face au chômage s'est le plus améliorée. Au début des années 1980, ce département connaît le taux de chômage le plus élevé des Pays de la Loire (9 %, soit environ deux points de plus que la moyenne régionale). Ce taux connaîtra ensuite deux envolées (au milieu des années 1980 puis au début des années 1990) pour atteindre près de 12 %. À partir de la fin des années 1990, le chômage entame une décrue particulièrement forte et quasi-continue de dix ans, qui prendra fin avec la crise de 2008. Parti d'un niveau plus élevé que celui de ses voisins, le taux de chômage de la Loire-Atlantique passe sous le taux national au tournant des années 2000. Aujourd'hui, la Loire-Atlantique est le seul département qui présente un taux de chômage plus faible fin 2012 (8,4 %) qu'en 1982 (9 %).

20 zones d'emploi dont 6 connaissent plus de difficultés

Si au niveau départemental, la Loire-Atlantique est le département qui a le mieux tiré son épingle du jeu depuis 30 ans, le dynamisme de l'économie ligérienne semble profiter à une large majorité (14 zones sur 20) des zones d'emploi des Pays de la Loire.

Au premier trimestre 2013, seules 6 des 20 zones d'emploi de la région connaissent un taux de chômage supérieur à la médiane de ceux des zones d'emploi françaises. Les zones d'emploi du littoral vendéen connaissent ainsi un taux de chômage élevé (12 % aux Sables-d'Olonne, le plus fort taux régional, et 10,8 % à Challans) tout comme les zones de l'est de la région (10,4 % au Mans, 10,5 % à la Flèche, 11,2 % à Saumur). Les 14 autres ont un taux inférieur au taux médian (10,2 %) et 8 se situent sous le premier quartile (8,8 %).

Figure 4 – Le littoral vendéen et lEst de la région connaissent un chômage plus élevé

  • Source : Insee, Taux de chômage localisés

Sources

Le terme « taux de chômage au sens du BIT » est remplacé pour les taux régionaux, départementaux et par zone d'emploi par « taux de chômage localisé ». Il s'agit de taux en moyenne sur le trimestre, qui sont cohérents avec ceux publiés au niveau national. Les séries ont été révisées depuis 1982.

Définitions

Taux de chômage : Pourcentage de chômeurs dans la population active (actifs occupés + chômeurs).

Chômeur au sens du Bureau International du Travail : Personne en âge de travailler (de 15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions : - être sans emploi, c'est-à-dire ne pas avoir travaillé, ne serait-ce qu'une heure, durant une semaine de référence ; - être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ; - chercher activement un emploi ou en avoir trouvé un qui commence ultérieurement.

Zones d'emploi : Une zone d'emploi est un espace géographique à l'intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements trouvent l'essentiel de la main-d'œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts.

Médiane : Si on ordonne une distribution, la médiane est la valeur qui partage cette distribution en deux parties égales.

Quartile : Si on ordonne une distribution, les quartiles sont les valeurs qui partagent cette distribution en quatre parties égales.

Pour en savoir plus

Les Pays de la Loire : 1e région en progression du PIB entre 1990 et 2008 - Insee Pays de la Loire, Faits & Chiffres n°475, Juin 2013

Emploi et chômage dans les zones d'emploi des Pays de la Loire - Insee Pays de la Loire, Faits & Chiffres n°436, Décembre 2011

Portrait économique des zones d'emploi dans les Pays de la Loire - Insee Pays de la Loire, Faits & Chiffres n°420, Septembre 2011