Production manufacturière : la France perd des parts de marché en Europe, mais se maintient dans ses spécialités

Anthony Bouvier, division Élaboration des statistiques de production industrielle, Insee

La crise économique a durement touché l'industrie manufacturière française. Si le choc de 2008 a été atténué en France, le rebond qui s'en est suivi a aussi été moins marqué qu'ailleurs en Europe, et une nouvelle dégradation est survenue à partir de 2011.

De 2008 à 2013, le poids de l'industrie chimique française est resté stable en Europe, alors que l'industrie automobile a décroché par rapport à ses concurrents européens. La France occupe toujours une place majeure dans l'aéronautique et la réparation de certains équipements de pointe.

En 2013, les ventes de produits industriels reculent de nouveau en France

Entre 2008 et 2013, les ventes de produits manufacturés (sources) issus de l'industrie ont reculé de 11 % en France ; dans le même temps, l'érosion était contenue à 6 % en Europe (Union européenne à 28 pays) (figure 1).

De 2008 à 2009, les ventes françaises pâtissent pourtant moins du choc financier et de ses répercussions (- 17 % contre - 23 % en Europe). Mais le regain d'activité qui suit entre 2009 et 2011 est plus modéré en France (+ 7 % contre + 10 %). Enfin, entre 2011 et 2013, les ventes françaises fléchissent à nouveau (- 3 % en 2012 et - 1 % en 2013), alors qu'elles sont globalement stables en Europe (- 2 % en 2012, puis + 2 % en 2013).

Figure 1 – Évolution du chiffre d'affaires dégagé par l'industrie manufacturière en France et en Europe (UE 28)

base 100 en 2010
Évolution du chiffre d'affaires dégagé par l'industrie manufacturière en France et en Europe (UE 28)
France Europe
2008 110 112
2009 93 90
2010 100 100
2011 103 106
2012 100 104
2013 99 106
  • Lecture : entre 2010 et 2011, le chiffre d'affaires en euros constants dégagé par l'industrie manufacturière a augmenté en France de 3 % contre 6 % en Europe. Les séries sont représentées en euros constants. Elles ont été déflatées selon l'indice de prix à la production (IPP) dans l'industrie hors industrie agroalimentaire et énergie.
  • Champ : entreprises fabriquant des produits de l'industrie manufacturière (divisions 10 à 33 de la NACE), hors industrie agroalimentaire (divisions 10 à 12) et sciage et rabotage du bois (section 16.10).
  • Source : Eurostat, données Prodcom.

Figure 1 – Évolution du chiffre d'affaires dégagé par l'industrie manufacturière en France et en Europe (UE 28)

Le poids de l'automobile française en Europe chute entre 2008 et 2013

En 2013, la production manufacturière française réalise un chiffre d'affaires de 433 milliards d'euros. Elle contribue pour 11 % à la production européenne (3 935 milliards d'euros). En 2008, son poids avoisinait les 12 %.

Après le choc de 2008, la plupart des ventes françaises de produits manufacturés ont amorcé une reprise dès 2009. C'est le cas notamment de l'industrie chimique, qui retrouve en 2013 son niveau de ventes d'avant-crise, après une baisse de 0,5 % entre 2008 et 2009. Pour cette industrie, le poids des ventes françaises dans le total européen est resté quasi stable : 13,5 % en 2013 contre 13,9 % en 2008 (figure 2). Mais d'autres productions ont perdu quelques parts de marché suite à la crise. Ainsi, le poids des ventes françaises a diminué d'environ 1 point dans la fabrication de machines et équipements et dans celle des autres produits métalliques.

L'industrie automobile française a, quant à elle, subi de plein fouet la crise économique. Après une année 2009 « noire » sur le plan des ventes, la production reprend entre 2009 et 2010, stimulée par la prime à la casse pour l'achat de véhicules propres. Cette embellie est cependant de courte durée : les ventes de produits automobiles déclinent à nouveau entre 2011 et 2013, dans des proportions comparables à celles de 2008-2009. En Europe, en revanche, les ventes de l'industrie automobile progressent entre 2009 et 2013, soutenues par le dynamisme de la production au Royaume-Uni, en Allemagne et dans une moindre mesure en Espagne. De ce fait, le poids des ventes françaises en Europe recule fortement sur la période : alors qu'il avait légèrement augmenté entre 2008 et 2009 (de 11,3 % à 11,6 %), il diminue progressivement pour atteindre 7,2 % en 2013.

Figure 2 – Évolution du poids de la production française dans l'Europe, pour les 4 produits générant le chiffre d'affaires le plus important dans l'industrie manufacturière française

en %
Évolution du poids de la production française dans l'Europe, pour les 4 produits générant le chiffre d'affaires le plus important dans l'industrie manufacturière française
Industrie chimique (20) Fabrication de produits métalliques, sauf machines et équipements (25) Industrie automobile (29) Fabrication de machines et équipements (28)
2008 13,9 13,4 11,3 8,4
2009 13,4 12,7 11,6 8,8
2010 13,7 12,8 10,8 7,9
2011 13,6 12,5 9,8 7,6
2012 13,5 12,5 8,2 7,7
2013 13,5 12,2 7,2 7,4
  • 1. La nomenclature CPA est la classification officielle de produits par activité de l'Union européenne. Le nombre entre parenthèses qui suit l'intitulé correspond au code de la nomenclature CPA2.
  • Lecture : en 2008, la production automobile française représentait 11,3 % des ventes en Europe. En 2013, elle n'en représentait que 7,2 %.
  • Champ : entreprises fabriquant des produits de l'industrie manufacturière (divisions 10 à 33 de la NACE), hors industrie agroalimentaire (divisions 10 à 12) et sciage et rabotage du bois (section 16.10).
  • Source : Eurostat, données Prodcom.

Figure 2 – Évolution du poids de la production française dans l'Europe, pour les 4 produits générant le chiffre d'affaires le plus important dans l'industrie manufacturière françaiseProduits (niveau CPA2 ¹)

L'aéronautique française occupe une place de choix en Europe

Bien que la crise ait touché fortement certains domaines de l'industrie, il existe encore des productions spécifiques dans lesquelles la France est spécialisée. Pour ces produits, la France représente plus de 20 % du total des ventes européennes (figure 3).

C'est le cas de la réparation de certains équipements de pointe tels que les matériels électroniques et optiques ou les générateurs de vapeur, dont la contribution aux ventes européennes s'est accrue entre 2008 et 2013. La France occupe toujours une place de choix dans l'aéronautique, dont les parts de marché sont restées à un niveau élevé après la crise économique. La France se distingue également dans l'industrie chimique, en particulier dans la fabrication de parfums et produits pour la toilette ou la production de pesticides et autres produits agrochimiques.

Figure 3 – Les dix produits de l'industrie manufacturière où la contribution française aux ventes européennes est la plus forte

Les dix produits de l'industrie manufacturière où la contribution française aux ventes européennes est la plus forte
Réparation d'ouvrages en métaux (3311) 4,2
Aéronefs et engins spatiaux (3030) 3,1
Réparation de matériels électroniques et optiques (3313) 3,0
Parfums et produits pour la toilette (2042) 2,9
Articles de bijouterie fantaisie et articles similaires (3213) 2,5
Pesticides et autres produits agrochimiques (2020) 2,5
Éléments en plâtre pour la construction (2362) 2,3
Béton prêt à l'emploi (2363) 2,2
Installation de machines et d'équipements industriels(3320) 2,1
Emballages en bois (1624) 2,0
  • 1. Les produits sont classés selon la nomenclature CPA qui est la classification officielle de produits par activité de l'Union européenne. Le nombre entre parenthèses qui suit l'intitulé correspond au code de la nomenclature CPA4.
  • 2. L'indicateur de spécialisation correspond, pour un produit donné, à la part des ventes françaises de ce produit dans les ventes européennes, relativement au poids de la production industrielle française dans l'Europe. Un indicateur supérieur à 1 atteste d'une orientation caractéristique de l'industrie française.
  • Lecture : la production d'aéronefs et engins spatiaux est un domaine important de spécialisation de la France dans l'industrie manufacturière européenne. Son indicateur de spécialisation vaut 3,1 : le poids de la France en Europe pour ce produit vaut 3,1 fois le poids total de la France dans la production manufacturière européenne.
  • Champ : entreprises fabriquant des produits de l'industrie manufacturière (divisions 10 à 33 de la NACE), hors industrie agroalimentaire (divisions 10 à 12) et sciage et rabotage du bois (section 16.10).
  • Source : Eurostat, données Prodcom.

Figure 3 – Les dix produits de l'industrie manufacturière où la contribution française aux ventes européennes est la plus forteProduits (niveau CPA4 ¹)

Sources

Cette étude porte sur la production manufacturière (hors industrie agroalimentaire (IAA), sciage et rabotage du bois). Elle a été réalisée à partir des résultats issus de l'enquête européenne Prodcom : en France, c'est l'enquête annuelle de production (EAP) qui permet d'obtenir ces résultats. La liste Prodcom est une liste détaillée de produits (code sur 8 positions) utilisée par les États membres de l'Union européenne pour établir des statistiques sur la production industrielle. Elle permet de repérer les différentes activités exercées par les entreprises (via la ventilation de leur chiffre d'affaires en branche), et d'en déduire leur activité principale. Elle regroupe un peu moins de 4 000 produits. Les facturations Prodcom de chaque pays se restreignent aux ventes des produits qui ont été réellement fabriqués sur leur territoire, sans double compte. Aussi les donneurs d'ordre ne sont pas pris en compte dans cette étude ; figurent seulement les fabricants pour compte propre et les sous-traitants.