Economie et Statistique n°459

Prélèvements et transferts aux ménages : des canaux redistributifs différents en 1990 et 2010 - Adhésions et dons aux associations : permanences et évolutions entre 2002 et 2010 - Le sinueux chemin vers le baccalauréat : entre redoublement, réorientation et décrochage scolaire

Publications pour expert
Économie et Statistique
Paru le : 29/08/2013
Consulter

Adhésions et dons aux associations : permanences et évolutions entre 2002 et 2010

Lionel Prouteau et François-Charles Wolff

La réalisation en 2002 et 2010 de deux enquêtes assez proches, la première conduite par l'Insee, la seconde par l'institut BVA pour le compte de la Drees, offre l'opportunité d'étudier la participation associative et sa dynamique en ce début de XXIe siècle. À la lumière des données ainsi réunies, les taux d'adhésion apparaissent globalement stables en France, confirmant les constats réalisés au cours des décennies précédentes. 45 % des 18 ans et plus sont membres d'au moins une association. La participation associative reste un comportement sélectif qui s'accroît avec l'âge, les niveaux de diplôme et de revenu. Cette permanence n'exclut toutefois pas quelques évolutions. Celles-ci concernent d'abord les domaines d'adhésion. Le sport ainsi que l'action sociale, sanitaire, caritative et humanitaire attirent plus d'adhérents en 2010, tandis que les associations de loisirs paraissent subir une désaffection relative. Ces évolutions se traduisent également par une tendance plus marquée des adhérents à s'impliquer dans les tâches bénévoles inhérentes à la vie associative. Cet engagement croissant est un facteur de développement du bénévolat qui procède tout à la fois des évolutions sociodémographiques de la population et de modifications des comportements. Ces bénévoles sont confrontés à une demande accrue de compétences à leur égard et sont plus nombreux à suivre des formations dans le cadre de leur engagement. Les contributions volontaires reçues par les associations ne se limitent pas au temps donné, elles peuvent être également en nature ou financières. La dynamique de ces contributions est inégale sur la période considérée. Si le taux de participation aux dons financiers connaît une nette augmentation, celui relatif aux dons de jouets et de vêtements fléchit.

Publications pour expert
Paru le : 29/08/2013