Economie et Statistique n°354

Comparaisons internationales de PIB par habitant - Diplôme, déclassement et insertion - Mobilité intersectorielle des salariés - Placements financiers des ménages en Europe

Economie et Statistique
Paru le : 01/11/2002
Consulter

Topographie des secteurs d'activité à partir des flux de mobilité intersectorielle des salariés

Sylvie Le Minez

L'analyse de tables de mobilité intersectorielle des salariés sur la période 1968-1998 conduit à une topographie des secteurs d'activité, selon laquelle l'énergie, les transports et le bâtiment sont isolés, les flux de mobilité entre ces trois secteurs et les autres étant extrêmement faibles. Ces autres secteurs sont regroupés en trois pôles distincts, un « pôle services », un « pôle biens de consommation » et un « pôle industrie lourde ». En leur sein, les mobilités sont intenses tandis qu'elles sont faibles ou inexistantes d'un pôle à l'autre. Le coeur de cette topographie est remarquablement stable dans le temps et inchangé lorsqu'on l'établit à partir des flux de salariés qualifiés ou non, jeunes comme moins jeunes. Une telle analyse des flux de mobilité intersectorielle enrichit les diagnostics de segmentation du marché du travail, celle-ci signifiant surtout une imparfaite fluidité du marché du travail. Cette segmentation des activités est en résonance avec de nombreuses typologies des secteurs d'activité en fonction des modes de gestion de la main-d'oeuvre. Les « pôles » de secteurs et les secteurs isolés peuvent chacun être rattachés à des segments « primaires » et « secondaires » du marché du travail. Néanmoins, cette segmentation des secteurs d'activité éclate en sous-groupes certaines activités proches du point de vue des typologies usuelles. Aussi agrégée soit-elle, l'analyse réalisée sous-entend que des logiques de métiers ou de produits présideraient aux flux de mobilité intersectoriels. Une partie de la circulation des salariés a lieu entre des activités proches : soit elle suit le cheminement des produits ; soit elle s'explique par la proximité des métiers qui sont exercés dans ces activités et a lieu via des marchés professionnels. Souvent, en raison des contraintes de marché auxquelles elles sont soumises mais aussi de soubassements institutionnels communs, ces activités proches ont des modes de gestion des salariés voisins ...

Economie et Statistique
No 354
Paru le : 01/11/2002