L'industrie en FranceÉdition 2006

Insee Références
Paru le : 01/12/2006
Consulter

Les délais et les défauts de paiement dans l'industrie

Les délais de paiement se réduisent dans l'industrie française : les entreprises sont payées à 72 jours en moyenne en 2004, contre 78 en 1990. Ils restent néanmoins plutôt élevés par rapport aux principaux pays développés. Le solde du crédit interentreprises s'est stabilisé dans l'ensemble de l'industrie, mais ce constat masque une baisse de ce solde pour les grandes entreprises au détriment des plus petites. Le secteur joue fortement sur les délais de paiement : globalement, ils sont plus longs en amont qu'en aval de la chaîne de production. Les sous-traitants sont payés plus tard que les autres entreprises en moyenne. L'appartenance à un groupe allonge, quant à elle, à la fois les délais clients et fournisseurs tandis que la taille impacte davantage le solde du crédit interentreprises, plus élevé dans les PMI. Les délais de paiement n'ont pas de lien étroit avec la santé des entreprises : celles qui sont payées tard ne sont pas plus endettées que les autres et ce sont celles qui ont des délais moyens qui affichent les meilleurs résultats. 5,6 % des entreprises industrielles ont eu au moins un incident de paiement en 2004. Si cette proportion varie peu avec la taille, en revanche le nombre d'incidents par entreprise en défaut est significativement plus élevé parmi les PMI et TPEI : un quart d'entre elles comptent au moins 8 incidents dans l'année, tandis que trois quarts des grandes entreprises en défaut n'en ont eu qu'un seul. Les montants d'impayés ont un impact économique globalement limité, mais ils se concentrent sur un petit nombre d'entreprises. Rapportés aux dettes fournisseurs, ils sont très hétérogènes parmi les entreprises en défaut et, en moyenne, beaucoup plus importants dans les PMI et TPEI que dans les grandes. Le défaut de paiement est généralement annonciateur de la défaillance : une procédure judiciaire est en cours pour 8,4 % des firmes ayant eu au moins un défaut de paiement en 2004, contre 0,8 % seulement pour celles sans défaut.

Insee Références
Paru le : 01/11/2006