Métropole Nice Côte d’Azur - Une croissance démographique à retrouver

Auteurs : Nicolas Chauvot, Jacques Pougnard, Insee

Créée en janvier 2012, la première en France, la métropole de Nice Côte d’Azur (NCA) rassemble 49 communes. Très orientée vers le tourisme, cette métropole s’étend entre mer et montagne sur un tiers du département des Alpes-Maritimes. Forte de 538 600 habitants en 2011, elle doit faire face au vieillissement de sa population.

Autrefois attractive, NCA perd ces dernières années de la population, notamment au profit des territoires limitrophes. Cette périurbanisation à l’œuvre en périphérie mais aussi en son sein révèle des parcours résidentiels vers un foncier plus adapté et sans doute plus abordable. Ce phénomène contribue à augmenter les déplacements domicile-travail. Peu dotée en emplois « stratégiques », marqueurs des espaces métropolitains, défavorisée par le faible niveau de diplôme de ses jeunes, NCA fait face de plus à de fortes disparités sociales. Logement, transport, part de l'emploi des cadres, enseignement supérieur, vieillissement sont pour Nice Côte d’Azur autant d’enjeux, en tenant compte des intercommunalités voisines, pour regagner en attractivité et asseoir son statut de métropole.

Insee Analyses Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 7
Paru le : 27/11/2014

Une métropole à vocation touristique

Créée le 1er janvier 2012, Nice Côte d’Azur (NCA) est la première métropole fondée suite à la loi du 16 décembre 2010 sur la réforme des collectivités territoriales. Depuis le 1er janvier 2014, son périmètre englobe 49 communes. Elle compte 538 600 habitants en 2011, dont 344 100 à Nice.

L’économie de NCA est fortement orientée vers les activités présentielles qui répondent aux besoins des personnes présentes (résidents et touristes) : 76 % de l’emploi contre 65 % dans d’autres territoires comparables (encadré). Le tourisme y est très développé par rapport aux territoires de comparaison. À population équivalente, la capacité d’accueil est dix fois plus importante. Près de 15,0 % des logements sont des résidences secondaires, contre 1,1 % dans les territoires comparables. L’hôtellerie est aussi plus fréquente, de plus haut niveau de gamme et à destination d’une clientèle étrangère (60 % des nuitées).

Autre particularité de NCA, sa population est âgée (figure 1). La moitié des habitants a plus de 43 ans ; dans les territoires de comparaison, cet âge médian est de 36 ans. En 2010, 21,8 % de la population de la métropole a 65 ans ou plus (contre seulement 14,6 % ailleurs). NCA compte ainsi plus d’habitants âgés de 65 ans ou plus que de jeunes de moins de 20 ans. Accompagner le vieillissement de sa population et diversifier son appareil productif, notamment en développant la « Silver économie » constituent deux enjeux pour NCA.

Figure 1 – Plus d'un cinquième de la population de NCA est âgé de 65 ans ou plus en 2010

Part en %
Plus d'un cinquième de la population de NCA est âgé de 65 ans ou plus en 2010
Âge (en années) Nice côte d'Azur - Hommes Nice côte d'Azur - Femmes Territoires comparables - Hommes Territoires comparables - Femmes
0 5,56 5,28 6,26 5,8
1 5,36 5,19 6,04 5,75
2 5,46 5,15 5,82 5,65
3 5,31 5,08 5,77 5,39
4 5,27 5,12 5,62 5,44
5 5,40 4,99 5,63 5,26
6 5,41 5,02 5,5 5,19
7 5,06 4,87 5,37 5,36
8 5,17 5,23 5,44 5,06
9 5,49 5,18 5,59 5,14
10 5,32 4,97 5,42 5,17
11 5,43 5,50 5,55 5,27
12 5,60 5,26 5,48 5,14
13 5,54 5,10 5,55 5,26
14 5,46 5,49 5,51 5,2
15 5,45 5,26 5,56 5,43
16 5,72 5,43 5,81 5,43
17 5,67 5,51 5,98 5,78
18 6,48 6,12 8,66 9,33
19 6,63 6,58 9,55 10,41
20 6,03 6,36 9,93 10,53
21 6,13 6,27 9,91 10,99
22 6,63 5,96 9,71 10,26
23 5,78 5,96 9,3 9,52
24 5,42 5,98 8,62 9
25 5,31 5,97 8,34 8,37
26 5,05 5,80 8,04 8,09
27 5,52 5,54 7,94 7,89
28 5,54 6,02 8,07 7,74
29 5,81 6,03 7,62 7,41
30 5,71 6,14 7,55 7,28
31 5,83 6,12 7,35 6,9
32 5,42 6,25 6,88 6,62
33 5,89 5,98 6,74 6,51
34 5,29 6,31 6,79 6,51
35 6,17 6,25 6,83 6,56
36 6,12 6,40 6,79 6,58
37 6,07 6,81 6,87 6,65
38 6,31 6,71 6,72 6,9
39 6,57 6,87 6,73 6,69
40 6,38 6,80 6,29 6,54
41 6,52 6,71 6,34 6,56
42 6,28 7,08 6,36 6,4
43 6,42 7,11 6,3 6,75
44 6,78 7,19 6,2 6,88
45 6,67 7,29 6,36 6,73
46 6,14 7,12 6,37 6,87
47 6,69 7,33 6,26 6,85
48 6,45 6,80 6,29 6,77
49 6,35 6,50 6,1 6,68
50 6,06 6,99 6,06 6,73
51 5,70 6,45 5,93 6,55
52 6,24 6,40 5,87 6,61
53 5,72 6,79 5,99 6,42
54 6,27 6,45 5,9 6,48
55 5,69 6,95 5,74 6,42
56 5,75 6,38 5,62 6,45
57 6,01 6,51 5,57 6,33
58 5,93 6,67 5,52 6,26
59 6,18 6,71 5,47 6,27
60 5,93 6,86 5,24 6,23
61 5,95 7,26 5,12 6,06
62 5,99 6,98 4,75 5,48
63 5,81 6,96 4,47 5,19
64 5,70 6,35 4,14 4,7
65 5,33 5,76 3,8 4,37
66 4,97 5,80 3,45 3,98
67 4,66 5,49 3,26 3,84
68 4,84 5,30 3 3,88
69 4,34 5,41 2,9 3,61
70 4,13 5,37 2,97 3,56
71 3,99 5,30 2,82 3,68
72 4,34 5,25 2,84 3,7
73 3,95 5,43 2,87 3,68
74 3,91 4,95 2,53 3,66
75 3,96 4,85 2,68 3,69
76 4,09 5,29 2,48 3,62
77 3,70 5,09 2,49 3,61
78 3,61 5,02 2,35 3,73
79 3,59 5,25 2,28 3,51
80 3,14 5,12 2,02 3,38
81 3,14 5,16 1,93 3,25
82 2,85 4,56 1,73 3,16
83 2,51 4,61 1,54 3,16
84 2,39 4,35 1,39 2,89
85 2,17 4,06 1,26 2,69
86 1,94 3,95 1,24 2,51
87 1,76 3,66 0,92 2,28
88 1,25 2,97 0,88 1,93
89 1,03 2,42 0,69 1,62
90 0,74 1,85 0,47 1,22
91 0,59 1,39 0,31 0,91
92 0,40 1,20 0,24 0,65
93 0,30 1,06 0,19 0,5
94 0,28 1,01 0,15 0,49
95 0,24 0,72 0,1 0,4
96 0,15 0,54 0,08 0,32
97 0,11 0,51 0,05 0,24
98 0,08 0,32 0,04 0,21
99 0,05 0,33 0,02 0,14
100 0,1 0,4 0,04 0,22
  • Source : Insee, Recensement de la population 2010

Figure 1 – Plus d'un cinquième de la population de NCA est âgé de 65 ans ou plus en 2010Pyramide des âges de NCA et du référentiel en 2010

Un territoire entre mer et montagne

S’étendant de la Méditerranée aux montagnes du Mercantour et couvrant plus d’un tiers du département des Alpes-Maritimes, la métropole se compose de trois territoires bien distincts. Son Littoral, artificialisé et très dense, concentre 84 % de la population, soit 454 800 habitants. L’habitat collectif y est dominant. Avec ses 71 900 habitants, le Moyen-Pays accueille une majorité de familles et d’actifs qui résident essentiellement en habitat individuel. Sa population y est plus jeune. Enfin, le Haut-Pays s’étend de la Vallée de la Tinée à la frontière italienne. La population de ce territoire enclavé et montagneux, avec des sommets de plus de 3 000 mètres, est particulièrement âgée, ce qui pose la question de l’accessibilité à certains équipements ou services. Bien que le Haut-Pays occupe les trois quarts de la superficie de NCA, seules 11 900 personnes y résident. Dans cet espace, six logements sur dix sont des résidences secondaires.

Une population qui diminue entre 2006 et 2011

Entre 1962 et 1990, la population de la métropole NCA est passée de 368 200 à 508 900 habitants ; soit une progression de + 0,9 % par an, inférieure à celle de la région Paca ou des Alpes-Maritimes mais identique à celle des territoires comparables (figure 2). Depuis une vingtaine d’années, ce dynamisme démographique s’essouffle. Il est aujourd’hui nettement moins soutenu qu’ailleurs. Entre 2006 et 2011, le territoire a même perdu 3 000 habitants. Le rythme de croissance est ainsi passé en douze ans de + 0,5 % par an entre 1999 et 2006 à – 0,1 % entre 2006 et 2011. Ce fort ralentissement est également constaté ailleurs, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les territoires de comparaison, mais ces derniers continuent à gagner des habitants.

Figure 2 – La croissance de la population de NCA s'essoufle

Base 100 en 1962
La croissance de la population de NCA s'essoufle
Nice Côte d'Azur Territoires comparables Provence-Alpes-Côte d'Azur Alpes-Maritimes France métropolitaine
1962 100 100 100 100 100
1968 113 115 117 117 107
1975 125 127 130 132 113
1982 130 129 141 143 117
1990 138 137 151 157 122
1999 142 148 160 164 126
2006 147 159 171 174 132
2011 146 160 174 175 136
  • Lecture : la population de la métropole Nice Côte d'Azur a augmenté de 46 % entre 1962 et 2011.
  • Champ : évolution à périmètre constant, celui de 2014
  • Source : Insee, Recensements de la population de 1962 à 2011

Figure 2 – La croissance de la population de NCA s'essoufleÉvolution de la population de NCA, des Alpes-Maritimes, de Paca et de France métropolitaine depuis 1962

Les dynamiques démographiques à l’œuvre sont très différentes selon les territoires au sein de la métropole. En cinquante ans, la population du Moyen-Pays a augmenté quatre fois plus vite que celles du Littoral et du Haut-Pays. Sur la dernière décennie, la population a augmenté à un rythme élevé dans le Moyen-Pays et le Haut-Pays (respectivement + 1 % par an et + 1,5 %, contre + 0,1 % pour le Littoral). Le ralentissement constaté depuis 2006 touche les trois territoires mais le Haut-Pays est moins concerné. Seule la population de la zone littorale baisse depuis cinq ans.

Un déficit migratoire avec les territoires voisins

Depuis 1999, le solde naturel est le seul moteur de la croissance démographique, alors qu’il était toujours négatif auparavant. Il est toutefois insuffisant pour compenser le déficit migratoire de NCA. En effet, l’attractivité démographique de la métropole ne cesse de s’éroder, alors qu’elle était très importante avant 1990 (figures 3.1 et 3.2). Dans ses échanges migratoires avec le reste de la France métropolitaine, NCA devient même déficitaire. La métropole a ainsi perdu 1 400 habitants en moyenne par an entre 2003 et 2008.

Figure 3.1 – Diminution de la population de NCA depuis 2006, malgré un excédent naturel

En %
Diminution de la population de NCA depuis 2006, malgré un excédent naturel
Taux d'évolution annuel moyen dont solde migratoire apparent dont solde naturel
1968 - 1975 1,57 1,74 - 0,17
1975 - 1982 0,49 0,69 - 0,21
1982 - 1990 0,79 0,87 - 0,08
1990 - 1999 0,27 0,29 - 0,02
1999 - 2006 0,54 0,48 0,07
2006 - 2011 - 0,10 - 0,29 0,19
  • Lecture : de 2006 à 2011, la population de NCA a diminué de 0,1 % par an.
  • Source : Insee, Recensements de la population de 2006 et 2011, État civil

Figure 3.1 – Diminution de la population de NCA depuis 2006, malgré un excédent naturel Taux d'évolution démographique annuel moyen de Nice Côte d'Azur

Figure 3.2 – Le solde naturel, seul moteur de la croissance des territoires de comparaison depuis 2006

En %
Le solde naturel, seul moteur de la croissance des territoires de comparaison depuis 2006
Taux d'évolution annuel moyen dont solde migratoire apparent dont solde naturel
1968 - 1975 1,40 0,51 0,89
1975 - 1982 0,22 - 0,44 0,66
1982 - 1990 0,75 0,13 0,62
1990 - 1999 0,83 0,22 0,61
1999 - 2006 0,84 0,24 0,60
2006 - 2011 0,47 - 0,16 0,63
  • Lecture : de 2006 à 2011, la population des territoires comparables a augmenté de près de 0,5 % par an.
  • Source : Insee, Recensements de la population de 2006 et 2011, États civils

Figure 3.2 – Le solde naturel, seul moteur de la croissance des territoires de comparaison depuis 2006Taux d'évolution démographique annuel moyen des territoires comparables

Ces départs se font principalement vers le reste de la région Paca, plus particulièrement vers la communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis (CASA) et la communauté de communes du Pays des Paillons. NCA perd en moyenne 600 habitants par an dans ses échanges avec ces deux territoires contigus. À l’inverse, elle reste attractive pour les habitants des régions du nord de la France, notamment l’Ile-de-France et dans une moindre mesure le Nord-Pas-de-Calais.

Moins d’arrivées d’étudiants

L’offre d’enseignement supérieur ne semble pas suffisante pour que NCA puisse attirer autant d’étudiants que les cinq territoires comparables. La présence de grands établissements scolaires, d’universités régionales et d’écoles d’ingénieurs à recrutement national, notamment à Toulouse ou Grenoble, explique en partie une attractivité dix à quinze fois supérieure dans ces territoires. Sur NCA, seuls les jeunes de 17 à 21 ans sont plus nombreux à s’installer sur la métropole qu’à en partir, alors qu’ailleurs ce constat s’observe jusqu’à 25 ans. À l’âge du premier emploi, les jeunes actifs quittent le territoire de NCA mais dans une moindre proportion que dans les territoires comparables. Développer ou conforter le pôle universitaire est un autre enjeu pour la métropole NCA.

Les familles s’éloignent du littoral

Au sein de la métropole NCA, les mouvements migratoires sont particulièrement marqués. De nombreux habitants quittent la zone littorale pour aller s’installer à proximité, notamment dans le Moyen-Pays. Entre 2003 et 2008, le Littoral a perdu en moyenne 2 100 habitants par an suite à un déménagement, alors que dans le même temps le Moyen-Pays en a gagné 450. Ce sont des familles avec ou sans enfants qui partent du Littoral pour s’installer en périphérie, sans doute à la recherche d’un habitat plus grand à coût moindre. À l’inverse, les familles monoparentales ou les personnes seules quittent cet espace composé principalement d’habitat individuel pour se rapprocher du Littoral. Ces parcours résidentiels accentuent les spécificités du Littoral et du Moyen-Pays. Le Haut-Pays bénéficie aussi de ces mouvements résidentiels internes à la métropole et gagne ainsi 280 habitants par an. Il attire tous les types de ménages.

Augmentation des déplacements domicile-travail

Cette périurbanisation du Littoral vers le Moyen-Pays, mais aussi vers la communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis et la communauté de communes du Pays des Paillons, contribue à augmenter sensiblement les déplacements domicile-travail (+ 22 % depuis 1999). En effet, 40 % des actifs qui s'installent ailleurs dans les Alpes-Maritimes continuent de travailler au sein de la métropole. Ce phénomène renforce l’idée d’une mobilité davantage résidentielle que professionnelle.

Offrant moins d’emplois par actif occupé que dans les territoires de comparaison, NCA attire moins d’actifs résidant à l’extérieur. Ainsi, 16 % des emplois de NCA sont occupés par des actifs qui n’y résident pas, contre 31 % sur les territoires comparables. En 2010, près de 58 000 navettes ont lieu quotidiennement entre NCA et l’extérieur (hors Monaco).

Beaucoup de navettes avec Sophia-Antipolis ou vers Monaco

Plus de 26 000 actifs parcourent quotidiennement le trajet entre la communauté de Sophia-Antipolis et NCA pour se rendre sur leur lieu travail, autant dans un sens que dans l’autre (figure 4). Cet axe représente 45 % des déplacements domicile-travail entre NCA et l’extérieur (hors Monaco). D’autres liaisons sont également très fréquentées : celle avec la communauté de communes du Pays des Paillons, notamment en direction de NCA ; ou encore celle avec Cannes et ses environs mais de façon plus équilibrée. Par ailleurs, les navettes en direction de la principauté de Monaco ne sont pas négligeables : 11 600 habitants de NCA déclarent y travailler tous les jours. Ce nombre est en augmentation de près de 40 % depuis 1999.

Les déplacements domicile-travail sont également importants au sein de la métropole, puisque 83 % des actifs y résident et y travaillent. Cela représente 179 000 navettes quotidiennes. Plus précisément, 19 600 navettes ont lieu entre le Littoral et le Moyen-Pays, dont 3 800 entre Nice et Carros. Au sein du Littoral, des flux entre Nice et d’autres communes comme Saint-Laurent-du-Var, Cagnes, La Trinité, s’ajoutent aux 101 000 déplacements internes des Niçois. Les actifs de NCA déclarent utiliser un peu moins souvent les transports en commun pour aller travailler que dans les territoires comparables (17 % contre 19 %) mais nettement plus la marche à pied (11 % contre 7 %). Le développement des transports en commun à l’échelle de la métropole mais plus largement sur l’ensemble du littoral des Alpes-Maritimes est un défi pour NCA.

Figure_4 – En 2010, 69 500 navettes quotidiennes de NCA avec l’extérieur, dont 11 600 vers Monaco

  • 1. Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Aquitaine.
  • Source : Insee, Recensement de la population de 2010

Moins d’emplois dits « supérieurs »

Les cadres sont moins présents sur la métropole NCA que sur les territoires comparables (15,3 % de la population active de 15 ans ou plus contre 22,1 %). Les emplois de cadres des fonctions métropolitaines (CFM) sont également moins représentés. En 2010, ces 17 800 emplois stratégiques ne représentent que 8,4 % des emplois de NCA, contre 13,8 % sur les territoires comparables. Ces emplois, liés aux fonctions de conception-recherche, aux prestations intellectuelles, au commerce interentreprises, à la gestion ou à la culture et aux loisirs, participent à l’attractivité d’une métropole. Leur nombre n’a augmenté que de 26 % en vingt ans, alors qu’il a plus que doublé sur les territoires comparables. Toutefois, ce différentiel s’explique en partie par la proximité de la technopole de Sophia-Antipolis. En tenant compte des 16 600 CFM supplémentaires de cette zone d’activité à l’ouest de NCA, l’écart serait atténué. Le développement d’une économie de la connaissance et des réseaux est un des enjeux de NCA.

Une jeunesse moins diplômée

L'attraction plus faible d’étudiants et le moindre nombre d’emplois de cadres offerts par NCA s’accompagnent d’un niveau de formation peu élevé. En 2010, alors que 45,5 % des actifs des territoires de comparaison sont diplômés de l’enseignement supérieur, cette proportion n’est que 35,8 % sur la métropole NCA.

C’est aussi le cas pour les jeunes, qui devraient constituer un atout dans le rayonnement de la métropole. Parmi les 15-29 ans qui ne sont pas élèves, étudiants ou stagiaires, 14,9 % sont sans diplôme et 10,1 % sont inactifs (contre respectivement 10,9 % et 6,6 % ailleurs).

Malgré ces constats, cette jeunesse ne semble pas plus touchée par le chômage qu'ailleurs (18,0 % au sens du recensement de la population contre 18,1 %). Sur l’ensemble de la population, la part des chômeurs en 2010 est de 11,6 %, inférieure de 0,6 point à celle des territoires comparables.

Peu de logements sociaux

Le revenu fiscal médian par unité de consommation de la métropole NCA est légèrement inférieur à celui des territoires comparables. Par ailleurs, certains revenus particulièrement bas sur Nice expliquent une plus grande disparité des revenus. La dépendance aux allocations est plus importante qu’ailleurs (+ 2 points) et 81 000 habitants de NCA vivent dans un foyer allocataire CAF à bas revenus, un niveau proche de celui observé ailleurs.

Pourtant, la proportion de logements HLM est nettement plus faible que dans les territoires comparables (8,7 % contre 16,3 %). Par ailleurs, signe d’un taux de rotation faible, moins d’emménagements récents ont eu lieu dans ce parc de logements. Accompagner la production du logement locatif social est également un enjeu pour la métropole.

+ 29 000 habitants de 65 ans ou plus à l’horizon de 2030

Selon les différents scénarios de projections, la population de la métropole Nice Côte d’Azur évoluerait entre une baisse de 40 400 habitants et une hausse de 9 500 habitants d’ici vingt ans. Le scénario central indique une baisse de la population de 0,1 % par an (soit – 15 800 habitants). Pourtant, le nombre de ménages augmenterait de 0,2 % par an, entrainant un besoin en logements. En effet, la baisse de la taille des ménages se poursuivrait, mais moins fortement qu’ailleurs. D’une part, les ménages modifient leur mode de cohabitation (mise en couple plus tardive, séparation, divorce...). D’autre part, le vieillissement de la population accroit le nombre de ménages d’une ou deux personnes.

La population des 65 ans ou plus serait la seule à augmenter (+ 29 000 d’ici 2030 selon le scénario central). Ils représenteraient alors 28,1 % de la population. Les problèmes de dépendance devraient également s’accentuer, puisque le nombre de personnes âgées de 80 ans ou plus augmenterait de plus de 30 % (+ 13 000). Comme ailleurs, leur prise en charge sera donc un enjeu crucial pour NCA.

Encadré

Territoire étudié, territoire de référence

Comparer la métropole de Nice Côte d’Azur (NCA) à un référentiel composé d’entités comparables permet de pointer certaines spécificités ou enjeux propres à ce territoire. Les cinq établissements publics de coopération intercommunale retenus ont entre 400 000 et 725 000 habitants en 2011. Il s’agit des communautés urbaines de Bordeaux, Toulouse Métropole, Nantes Métropole, Strasbourg et de la communauté d’agglomération de Grenoble Alpes Métropole. Par ailleurs, afin d’analyser les dynamiques à l’intérieur de NCA, le territoire étudié a été découpé en trois sous-ensembles : le Littoral, le Moyen-Pays et le Haut-Pays.

Figure_5 – Un territoire entre mer et montagne

  • Source : Insee, RFL 2011

Pour en savoir plus