37 000 agents de la fonction publique cesseraient leur activité à l’horizon 2025 en Haute-Normandie

Laurent Brunet, Caroline Levouin (Insee)

En Haute-Normandie, la fonction publique (de l’État, territoriale et hospitalière) regroupe 150 000 postes, soit 80 agents pour 1 000 habitants. Bien que ce taux d’administration soit plus faible que celui de France métropolitaine, l’Éducation nationale, les établissements médico-sociaux et la sphère communale sont davantage présents. La fonction publique territoriale est plus âgée. Certaines filières de l’État et territoriales présentent un vieillissement marqué : le nombre d’agents de 55 ans ou plus y est conséquent et ces derniers représentent une part importante de l’ensemble des agents de ces filières.

À horizon 2025, 37 000 agents partiraient, soit un quart des agents en place actuellement. Estimés à 2 500 par an jusqu'en 2018, les départs s'accélèreraient continûment jusqu'à être au nombre de 4 200 en 2025. Ces départs concerneraient pour moitié les agents des fonctions les moins qualifiées.

En 2011, l’emploi public en Haute-Normandie regroupe 150 000 agents, soit un salarié sur cinq (Tableau 1). On compte ainsi dans la région 80 agents pour 1 000 habitants (80 ‰ hab.), soit un taux d’administration1 moindre qu’en moyenne métropolitaine (85 ‰ hab.), positionnant la région au 17e rang parmi les 22 régions métropolitaines.

1 Nombre d’agents publics pour 1 000 habitants

La fonction publique de l’État (FPE) est la première employeuse, juste devant la fonction publique territoriale (FPT) et la fonction publique hospitalière (FPH).

Comparé à la France métropolitaine, le taux d’administration de la fonction publique de l’État en Haute-Normandie est moins élevé (32 ‰ hab.), plaçant la région au 20e rang. A contrario, celui des fonctions publiques territoriale (30 ‰ hab.) et hospitalière (19 ‰ hab.) est légèrement plus fort (respectivement au 11e et au 12e rang).

Les agents haut-normands sont en grande majorité des titulaires (71 % contre 69 % au niveau national), nettement devant les non titulaires (18 % contre 16 %), les agents relevant d’un statut autre2, les bénéficiaires de contrats aidés et les militaires (3 % contre 6 %).

2 Enseignants des établissements privés sous contrat (2%), assistantes maternelles (1%), etc.

Tableau 1 – Un taux d'administration moins élevé en Haute-Normandie - Principales caractéristiques de la fonction publique en Haute-Normandie en 2011

Un taux d'administration moins élevé en Haute-Normandie - Principales caractéristiques de la fonction publique en Haute-Normandie en 2011
Nombre d'agents Taux d'administration (‰ habitants) Part dans l'emploi salarié total (%)
Haute-Normandie FP de l'État 57 990 31,6 8,9
FP territoriale 54 160 29,5 8,3
FP hospitalière 35 300 19,2 5,4
Ensemble FP 147 450 80,3 22,5
France métropolitaine FP de l'État 2 386 000 38,0 10,0
FP territoriale 1 806 730 28,8 7,6
FP hospitalière 1 119 070 17,8 4,7
Ensemble FP 5 311 800 84,6 22,3
France de province (*) FP de l'État 1 818 130 35,7 10,0
FP territoriale 1 445 560 28,4 7,9
FP hospitalière 939 780 18,4 5,2
Ensemble FP 4 203 470 82,5 23,1

    Les fonctions publiques territoriale et hospitalière plus présentes en Haute-Normandie

    En Haute-Normandie, la fonction publique de l’État est moins représentée qu’en France de province (31,6 ‰ hab. contre 35,7 ‰ hab.). Le ministère de l’Éducation nationale (établissements scolaires de l’Académie ou rectorat) est le premier employeur de l’État. Les agents de l'Éducation nationale sont plus réprésentés en Haute-Normandie (18,2 ‰ contre 16,7 ‰), sachant que la proportion des moins de 20 ans est légèrement supérieure dans la région.

    A contrario, le ministère de la Défense est peu représenté en Haute-Normandie (1,4 agent pour 1 000 habitants contre 4,7 agents en France de province).

    La représentation des autres ministères dans la région est soit quasi identique à l’ensemble de la France de province, soit inférieure (Tableau 2).

    La fonction publique territoriale est légèrement plus présente en Haute-Normandie (29,5 ‰ hab. contre 28,4 ‰ hab. pour la France de province). À l’instar de la France de province, l’employeur majoritaire est la commune, nettement devant le département. Plus largement, la sphère communale est bien représentée dans les emplois publics territoriaux haut-normands. On compte ainsi plus d’agents par habitant relevant d’une commune, d’une communauté de communes, d’une communauté d’agglomération ou bien d’un syndicat intercommunal. Cette plus forte représentation est en partie due à une taille moyenne des communes plus faible en Haute-Normandie qu’en France de province et au nombre élevé de communes par rapport à la taille du territoire.

    Enfin, la Haute-Normandie compte davantage d’agents de la fonction publique hospitalière par habitant que la moyenne de Province (19,2 ‰ hab. contre 18,4 ‰ hab.). Cette plus forte présence est due aux agents des établissements d’hébergements pour personnes âgées et les établissements médico-sociaux. Ils sont plus présents dans la région. Comme en France de province, la Haute-Normandie compte 16,4 agents pour 1 000 habitants exerçant dans un hôpital.

    Dans la fonction publique hospitalière, trois agents sur cinq sont des soignants

    Hors filière enseignante, qui regroupe près d’un agent de l’État sur deux, les employés et ouvriers l’emportent dans la FPE (près d’un agent sur trois).

    Dans la fonction publique territoriale, les agents travaillent essentiellement dans la filière technique (46 %) et la filière administrative (21 %).

    Enfin, 60% des agents de la FPH sont des soignants, les autres se répartissant principalement entre filières technique, administrative ou socio-éducative.

    Tableau 2 – Une plus forte représentation de l'Éducation nationale et de la sphère communale en Haute-Normandie - Taux d'administration selon l'employeur public

    Une plus forte représentation de l'Éducation nationale et de la sphère communale en Haute-Normandie - Taux d'administration selon l'employeur public
    Haute-Normandie Écart avec France de province
    Ensemble FP 80,3 – 2,2
    FP de l'État 31,6 – 4,1
    Éducation nationale, jeunesse et vie associative 18,2 + 1,5
    Intérieur, outre-mer et collectivités territoriales 3,3 – 0,4
    Enseignement supérieur et recherche 2,4 – 1,2
    Budget, comptes publics, fonction publique et réforme de l'Etat 2,1 + 0,1
    Défense et anciens combattants 1,4 – 3,3
    Écologie, développement durable, transports et logement 1,1 – 0,2
    Justice et libertés 1,1 0,0
    Autres ministères (1) 2,1 – 0,4
    FP territoriale 29,5 + 1,1
    Commune et commune nouvelle 15,7 + 1,1
    Département 4,4 – 0,3
    Intercommunalités (communautés de communes et d'agglomération) 3,4 + 0,9
    Centre communal d'action sociale (CCAS) 2,0 – 0,1
    Région 1,5 + 0,2
    Syndicats intercommunaux (SIVU, SIVOM) 0,9 + 0,4
    Service départemental d'incendie 0,8 – 0,1
    Autres 0,7 – 1,1
    FP hospitalière 19,2 + 0,8
    Hôpitaux 16,4 0,0
    Établissements d'hébergements pour personnes âgées 1,6 + 0,1
    Établissements médico-sociaux 1,2 + 0,6
    • (1) économie, finances et industrie ; travail, emploi et santé ; alimentation, agriculture, pêche, ruralité et aménagement du territoire ; culture et communication ; services du Premier ministre
    • Sources : Insee, Siasp 2011, recensement de la population 2010

    Un agent sur deux de catégorie C

    En termes de catégories hiérarchiques qui composent la fonction publique (catégorie A, B ou C), la structure régionale est quasiment similaire à celle de la France de province. Ainsi, la moitié des agents est de catégorie C. Les agents de catégorie A comptent pour un tiers. Selon le versant de la fonction publique, des disparités apparaissent. Dans la territoriale comme l'hospitalière, les agents de catégorie C sont majoritaires (respectivement huit agents sur dix et plus d'un sur deux).

    En revanche, la catégorie A domine parmi les agents de la fonction publique de l’État. Néanmoins, hors enseignants, les agents de l’État appartiennent principalement à la catégorie B (Figure 1).

    Figure_1 – Un agent sur deux appartient à la catégorie C

    • Source : Insee, Siasp 2011

    Une fonction publique territoriale plus âgée

    Comparés à l’ensemble des salariés exerçant en Haute-Normandie, les salariés du public sont plus souvent des femmes (deux tiers des emplois publics). Le taux de féminisation est même le plus élevé des régions métropolitaines. C’est vrai à tous les âges, excepté pour les plus jeunes (moins de 23 ans) (Figure 2).

    Par ailleurs, on recense 20 600 agents âgés de 55 ans ou plus dans la fonction publique, soit 14 % de l’ensemble des agents, proportion légèrement moindre que celle de France de province.

    Figure_2 – Fonction publique : plus souvent des femmes

    • Source : Insee, Siasp 2011, DADS

    Figure_3 – Fonction publique territoriale : des agents plus âgés

    • Source : Insee, Siasp 2011, DADS

    La fonction publique territoriale est la plus âgée. 8 800 agents ont 55 ans ou plus, soit 16 % des agents territoriaux. Ainsi, de nombreux départs dans un futur proche sont attendus. Les classes d’âge comprises entre 45 et 55 ans sont également très pourvues (Figure 3).

    Les agents de la fonction publique de l’État sont moins âgés que les agents territoriaux. 14 % d’entre eux ont 55 ans ou plus (7 800 agents). Les 45-55 ans sont moins nombreux et les 25-40 ans sont davantage représentés.

    Enfin, les emplois publics hospitaliers sont occupés par des agents plus jeunes, et de manière plus marquée chez les femmes. Elles sont beaucoup plus nombreuses à occuper plus tôt un emploi hospitalier (entre 20 et 25 ans). Seulement 11 % des agents hospitaliers ont 55 ans ou plus (4 000 agents).

    Des départs et besoins de renouvellement plus forts dans certaines filières

    Certaines filières d’emploi comprennent beaucoup d’agents de 55 ans ou plus, tant en nombre qu’en proportion (Tableau 3).

    Pour celles-ci, l’anticipation des départs de fin d’activité ou les besoins de renouvellement constituent donc des enjeux forts (Tableau 4).

    Ces enjeux sont particulièrement importants dans deux filières de la fonction publique d’État : les adjoints administratifs ou techniques de catégorie C et les professeurs de lycée professionnel (catégorie A).

    Pour la première filière, on compte 1 150 agents de 55 ans ou plus, ce qui représente 22 % des agents de la filière. Il est à noter que seulement 10 % des agents ont moins de 35 ans (29 % pour l’ensemble des agents de l’État du même âge).

    À l’instar de la FPE, deux filières territoriales sont plus concernées par ces enjeux : dans le domaine social, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (catégorie C) et dans le domaine administratif, les attachés territoriaux (catégorie A).

    Tableau 3 – 13 % des seniors de la fonction publique sont adjoints techniques territoriaux de catégorie C - Filières d'emploi publiques dont le nombre d'agents de 55 ans ou plus est supérieur à 200

    13 % des seniors de la fonction publique sont adjoints techniques territoriaux de catégorie C - Filières d'emploi publiques dont le nombre d'agents de 55 ans ou plus est supérieur à 200
    Classement décroissant selon le versant de fonction publique Nombre d'agents de 55 ans ou plus
    Filières ensemble FP 20 550
    Filières FP de l'État 7 810
    dont : Professeurs certifiés et agrégés (cat. A) 1 920
    Adjoints administratifs et adjoints techniques (cat. C) 1 150
    Professeurs des écoles (cat. A) 890
    Personnels administratifs et techniques (cat. B) 730
    Professeurs de lycée professionnel (cat. A) 380
    Filières FP territoriale 8 750
    dont : Adjoints techniques territoriaux (cat. C) 2 730
    Adjoints techniques des établissements d'enseignement (cat. C) 910
    Adjoints administratifs territoriaux (cat. C) 800
    Agents de maîtrise territoriaux (cat. C - filière technique) 440
    Rédacteurs territoriaux (cat. B - filière administrative) 410
    Attachés territoriaux (cat. A - filière administrative) 350
    Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (cat. C - filière sociale) 310
    Agents sociaux territoriaux (cat. C) 270
    Filières FP hospitalière 3 990
    dont : Filière soignante (cat. C) 960
    Filière technique ouvrière (cat. C) 570
    Filière soignante (cat. A) 380
    Filière soignante (cat. B) 340
    Filière administrative (cat. C) 280
    • Source : Insee, Siasp 2011

    Tableau 4 – Un potentiel de renouvellement limité dans certaines filières d'emploi - Filières d'emploi publiques dont la part des 55 ans ou plus est supérieure à 20 %

    Unité : %
    Un potentiel de renouvellement limité dans certaines filières d'emploi - Filières d'emploi publiques dont la part des 55 ans ou plus est supérieure à 20 %
    Classement décroissant sur la part des agents de 55 ans ou plus selon le versant de fonction publique Part des agents de 55 ans ou plus Part des agents de moins de 35 ans
    Filières ensemble FP 13,9 27,7
    Filières FP de l'État 13,5 29,0
    dont : Personnels administratifs et techniques (cat. B) 23,7 11,9
    Adjoints administratifs et adjoints techniques (cat. C) 22,3 9,9
    Professeurs de lycée professionnel (cat. A) 20,0 11,2
    Filières FP territoriale 16,1 22,1
    dont : Secrétaires de mairie (cat. A - filière administrative) 57,6 5,6
    Médecins territoriaux (cat. A - filière médico-sociale) 41,1 5,6
    Professeurs territoriaux d'enseignement artistique (cat. A - filière culturelle) 32,4 7,4
    Agents de maîtrise territoriaux (cat. C - filière technique) 23,8 4,2
    Agents territoriaux spécialisé des écoles maternelles (cat. C - filière sociale) 22,0 7,7
    Attachés territoriaux (cat. A - filière administrative) 20,1 23,0
    Filières FP hospitalière 11,3 34,1
    dont : Filière administrative (cat. A) 37,8 18,0
    Filière socio-éducative (cat. A) 34,7 4,0
    Filière médico-technique (cat. A) 33,3 4,2
    • Source : Insee, Siasp 2011

    Enfin, dans la FPH, rares sont les filières où la proportion d’agents de 55 ans ou plus est élevée. La filière soignante est celle où les agents les plus âgés sont les plus nombreux (1 700) mais leur part est faible rapportée à l’ensemble des agents composant la filière soignante (8 %). Inversement, les filières administratives, socio-éducatives ou médico-techniques (catégorie A) possèdent une forte proportion d’agents âgés (un tiers) mais leur nombre n’est que de 150 agents.

    À l’horizon 2025, deux départs sur cinq concerneraient la fonction publique territoriale

    D’ici à 2025, les départs pour fin d’activité dans la fonction publique concerneraient 37 000 agents, soit un quart des agents en place actuellement (Figure 4).

    Les départs les plus nombreux s'effectueraient dans la FPT (41 % des départs de la fonction publique). Ils représenteraient 28 % des agents territoriaux en poste.

    Quatre agents cessant leur activité sur cinq seraient de catégorie C. En termes de temporalité, le rythme des départs s'accélèrerait à partir de 2018. Ils passeraient de 900 départs en 2015 à 1 800 en 2025.

    La FPE serait le deuxième versant le plus touché par les départs de fin d’activité. 37 % des départs de la fonction publique de 2015 à 2025 seraient générés par les agents de l’État. Ils représenteraient 23 % des agents de l’État en poste.

    Trois agents cessant leur activité sur cinq seraient de catégorie A. Comme pour la FPT, le rythme des départs s'accélèrerait à partir de 2018 mais moins fortement. Ils passeraient de 1 000 départs en 2015 à 1 500 en 2025.

    En 10 ans, 22 % des départs de fin d’activité de la fonction publique affecteraient la fonction hospitalière, soit 24 % des agents hospitaliers actuellement en place.

    Comme pour la FPT, la majorité des départs concernerait les agents de catégorie C (trois agents sur cinq). Le rythme des départs s'accélèrerait à partir de 2018 et passeraient de 600 départs en 2015 à 900 en 2025.

    Figure_4 – Les départs de fin d’activité s'accélèreraient à partir de 2018

    • Note de lecture : en 2025, les agents territoriaux de catégorie C seraient deux fois plus nombreux à partir qu'en 2015.
    • Source : Insee, Siasp 2011-2012

    Pour comprendre

    Méthode d’estimation des départs pour fin d’activité dans la fonction publique

    Dans l’étude, le nombre estimé de départs pour fin d’activité dans la fonction publique correspond à une notion de départ plus large que les seuls départs à la retraite. En effet, les départs de fin de carrière couvrent plusieurs situations : retraite ou pré-retraite, mutation vers une autre région, inactivité pour raison de santé, départ vers le secteur privé, etc.

    Cette estimation des départs s’appuie sur une comparaison des effectifs par âge de deux années consécutives (Siasp 2011 et 2012) pour chaque versant de la fonction publique (de l’État, territoriale et hospitalière) et pour chaque catégorie hiérarchique (A, B ou C).

    Les hypothèses de l’estimation sont les suivantes : pas de départ avant l’âge de 55 ans, tous les agents partent au plus tard à 67 ans 1 , pas de passerelle entre versant de fonction publique et entre catégories hiérarchiques.

    On calcule alors des taux de départs 2012 par âge. Ces taux sont ensuite appliqués, année après année, aux « stocks » d’agents restant mais vieillis d’un an au fur et à mesure.

    L’estimation tient compte de la dernière réforme des retraites (allongement de la durée de cotisation). Ce correctif consiste en un décalage progressif et linéaire de deux ans de chaque taux de départ par âge dans un intervalle de cinq ans, soit de l’année 2013 jusqu’à l’année 2017 incluse, l’année 2018 devenant la première année de plein exercice de la réforme.

    Enfin, en sommant les départs calculés aux âges compris entre 55 et 67 ans une année donnée, on obtient donc un nombre annuel de départs. Dans l’étude, les résultats de l’estimation des départs pour fin d’activité dans la fonction publique sont diffusés pour les années 2015 à 2025.

    1 Une autre hypothèse a été testée en faisant partir les agents un peu plus tôt (à partir de 50 ans par exemple) ou un peu plus tard (70 ans par exemple). Les résultats sur l’estimation des départs de fin d’activité varient relativement peu.

    Sources

    La source Siasp (Système d’information sur les agents des services publics), produite par l’Insee depuis 2009, recense l’ensemble des postes des trois versants de la fonction publique. Le champ de l’étude couvre l’ensemble des agents de la fonction publique : titulaires, non titulaires, bénéficiaires de contrats aidés, militaires, enseignants des établissements privés sous contrat, assistantes maternelles, etc.

    Dans l’étude, seuls les postes principaux finaux sont retenus, c’est-à-dire les postes à la fois actifs et non annexes (volume de travail suffisant en termes de rémunération, de nombre d’heures et de durée d’emploi), au 31 décembre de l’année d’exploitation et au lieu de travail.

    Définitions

    Le périmètre de la fonction publique renvoie aux personnes morales et organismes soumis au droit administratif dans lequel le recrutement se fait sur la base du droit public.

    La fonction publique se décompose en trois versants : la fonction publique de l’État (FPE), la fonction publique territoriale (FPT), et la fonction publique hospitalière (FPH). Le périmètre de chaque versant s’appuie sur la catégorie juridique de l’employeur.

    Pour en savoir plus

    « L’emploi dans la fonction publique en 2012 » / Émilie Sénigout, Insee, Éva Baradji et Salah Idmachiche DGAFP - In : Insee Première n°1496 (2014, avr.)

    « L'emploi dans la fonction publique en Haute-Normandie » / Insee Haute-Normandie ; Laurent Brunet - In : Brèves d’Aval n°88 (2013, déc.)

    « La fonction publique d’État en Bourgogne : 8 % de l’emploi de la région » Insee Bourgogne ; Christine Charton, Stéphane Vigneau - In : Dimensions n°195 (2014, fév.)

    « L’emploi public en région Nord-Pas-de-Calais : effectif et caractérisation » / Insee NPdC : Véronique Bruniaux, Delphine Léglise - In : Pages de Profils n°142 (2013, oct.)