Créations d’entreprises à La Réunion - Recul de 1,7 % en 2014

Claude Touzet

Avec moins de 6 400 entreprises nouvelles, la création d’entreprises recule de 1,7 % en 2014. Comme en 2013, la baisse s’explique principalement par la chute des immatriculations sous le régime de l’auto-entrepreneur (– 20 %, après – 25 % en 2013). Hors auto-entreprises, la création progresse de 6 %.

Sur le deuxième semestre, la création d’entreprises repart à la hausse avec deux trimestres consécutifs de croissance. Elle progresse notamment de 10 % au 4e trimestre 2014.

6 386 entreprises ont été créées en 2014 à La Réunion

Dans l’ensemble des secteurs marchands non agricoles, 6 386 entreprises ont été créées en 2014 à La Réunion (figure 1). Le nombre de créations recule de nouveau de 1,7 %, après – 4,6 % en 2013. La baisse se poursuit également dans les autres DOM, à l’exception de Mayotte (+ 0,6 %). À l’inverse, la création d’entreprises reprend au niveau national (+ 2,3 %) après une baisse de 2,1 % en 2013.

Désaffection du statut d’auto-entrepreneur

Déjà peu utilisé à La Réunion (24 % des créations contre 51 % en France), le statut de l’auto-entrepreneur poursuit sa chute (avertissements). Avec 1 500 demandes, les immatriculations d’auto-entrepreneurs reculent de 20 % en 2014, après un repli déjà très marqué en 2013 (– 25 %). Entre 2010 et 2012, 2 500 immatriculations d’auto-entreprises avaient été enregistrées en moyenne chaque année à La Réunion. Hors auto-entreprises, la création progresse de 5,6 % à La Réunion en 2014.

En 2014, les créations d’entreprises diminuent dans tous les secteurs d’activité : – 3,7 % dans l’industrie et – 2,8 % dans la construction (figure 2). La baisse est moins prononcée dans le « commerce, transports, hébergement et restauration » (– 1,7 %) et les « autres services » (– 1,1 %). Ce dernier secteur concentre une création d’entreprise sur deux.

Figure 1 – Créations d'entreprises annuelles à La Réunion

(Données brutes)
Créations d'entreprises annuelles à La Réunion
Sociétés Entreprises individuelles hors auto-entrepreneurs Auto-entrepreneurs
2008 1968 4 249 0
2009 1 804 3 317 1 567
2010 2 651 2 854 2 628
2011 2 338 2 645 2 654
2012 1 925 2 402 2 480
2013 1 889 2 733 1 870
2014 2 060 2 812 1 502
  • Source: Insee, Sirene.

Figure 1 – Créations d'entreprises annuelles à La Réunion

Figure 2 – Créations d'entreprises par secteurs d’activité à La Réunion et en France

(Données CVS-CJO y compris auto-entrepreneurs en données brutes)
Créations d'entreprises par secteurs d’activité à La Réunion et en France
La Réunion France
2013 2014 Variation trimestrielle(p) (%) Variation du cumul sur 12 mois(p) (%) Variation du cumul sur 12 mois(p) (%)
4e trim. 1e trim. 2e trim. 3e trim. 4e trim. (p)
Ensemble 1 505 1 652 1 470 1 553 1 711 10,2 -1,7 2,3
Industrie 102 84 71 102 110 7,8 -3,7 5,5
Construction 183 200 183 188 200 6,4 -2,8 -2,8
Commerce, transports, hébergement et restauration 530 592 534 514 631 22,8 -1,7 3,1
Autres Services 690 776 682 749 770 2,8 -1,1 3,1
  • (p) provisoire.
  • Source : Insee, Sirene.

Hausse de 10 % des créations au 4e trimestre 2014

Au 4e trimestre 2014, la création d’entreprises augmente de 10 % par rapport au 3e trimestre (figure 3). C’est plus qu’au niveau national où le nombre de créations s’accroît de 3 %.

Après un regain au 3e trimestre, les demandes d’immatriculation sous le statut d’auto-entrepreneur baissent sensiblement au 4e trimestre (– 13%). Elles restent portées par le secteur des services où deux auto-entreprises sur trois sont créées. En données brutes, la part des sociétés continue de progresser par rapport aux entreprises individuelles. Les sociétés représentent ainsi 35 % des entreprises créées au 4e trimestre, soit 2 points de plus qu’au 3e trimestre (figure 4).

En données corrigées des variations saisonnières, le nombre de créations d’entreprises a particulièrement augmenté dans le « commerce, transports, hébergement et restauration » (+ 23 %) (figure 5). La hausse est plus modérée dans la construction (+ 6 %) et dans les « autres services » (+ 3 %). En revanche, la création recule dans l’industrie (– 14 % en données brutes) (avertissements).

Figure 3 – Créations d'entreprises par trimestre à La Réunion et dans les DOM (hors Mayotte)

(Données CVS-CJO y compris auto-entreprises en données brutes)
Créations d'entreprises par trimestre à La Réunion et dans les DOM (hors Mayotte)
2013 2014 Variation trimestrielle(p) (%)
4e trim. 1e trim. 2e trim. 3e trim. 4e trim. (p)
La Réunion 1 505 1 652 1 470 1 553 1711 10,2
dont auto entreprises 403 465 315 387 335 -13,4
hors auto-entreprises 1 102 1 187 1 155 1 166 1376 18,0
Martinique 813 788 738 812 758 -6,7
Guyane 550 488 437 479 420 -12,3
Guadeloupe 1 008 1 093 988 993 1109 11,7
France entière 135 793 143 141 136 910 134 177 138674 3,4
  • (p) provisoire.
  • Source : Insee, Sirene.

Figure 4 – Créations d’entreprises par trimestre et par catégorie juridique à La Réunion

(Données brutes)
Créations d’entreprises par trimestre et par catégorie juridique à La Réunion
2013 2014 Variation trimestrielle (en %) (p)
4e trim. 1e trim. 2e trim. 3e trim. 4e trim. (p)
Ensemble 1 394 1 748 1 488 1 547 1 591 2,8
Sociétés 426 503 476 517 564 9,1
Ent. individuelles 968 1 245 1 012 1 030 1 027 -0,3
dont auto-entreprises 403 465 315 387 335 -13,4
hors auto-entreprises 565 780 697 643 692 7,6
  • (p) provisoire.
  • Source : Insee, Sirene.

Figure 5 – Créations trimestrielles d’entreprises par secteurs d'activité à La Réunion

(Données CVS-CJO y compris auto-entrepreneneurs en données brutes)
Créations trimestrielles d’entreprises par secteurs d'activité à La Réunion
Industrie Construction Commerce, transports, hébergement et restauration Autres services
2009 T4 156 198 712 779
2010 T1 221 275 668 748
2010 T2 312 251 707 726
2010 T3 225 220 719 797
2010 T4 533 245 685 800
2011 T1 255 216 700 688
2011 T2 261 240 698 809
2011 T3 220 216 729 804
2011 T4 142 227 675 768
2012 T1 124 255 656 800
2012 T2 60 166 606 677
2012 T3 102 221 608 769
2012 T4 122 172 643 823
2013 T1 104 203 613 802
2013 T2 78 207 609 747
2013 T3 97 200 558 771
2013 T4 102 183 530 690
2014 T1 84 200 592 776
2014 T2 71 183 534 682
2014 T3 102 188 514 749
2014 T4 110 200 631 770
  • Source: Insee, Sirene.

Figure 5 – Créations trimestrielles d’entreprises par secteurs d'activité à La Réunion

Encadré

Avertissements

Depuis le 19 décembre 2014, de nouvelles dispositions définies par la loi Pinel du 18 juin 2014 s’appliquent au régime de l’auto-entrepreneur. En particulier, le terme de micro-entrepreneur se substitue à celui d'auto-entrepreneur. Pour les données de créations d’entreprises, cette nouvelle dénomination sera employée à partir du 1er trimestre 2015.

En données corrigées des variations saisonnières (CVS), les évolutions des créations d’entreprises sont perturbées dans le secteur de l’industrie. Les coefficients de variation saisonnière sont ainsi affectés par les fortes variations entre 2009 et 2011 du fait d’un nombre important de créations liées aux installations d’unités photovoltaïques. C’est pourquoi nous préférons commenter cette évolution en données brutes.

Les « autres services » regroupent différents postes : information et communication, activités financières, activités immobilières, activités spécialisées, scientifiques et techniques, activités de services administratifs et de soutien, administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale, autres activités de services.

Sources

La notion de création d’entreprises s’appuie sur le concept défini par Eurostat afin d’harmoniser les données européennes. Une création d’entreprise correspond à l’apparition d’une unité légale exploitante n’ayant pas de prédécesseur. Il n’y a création d’une entreprise que si elle s’accompagne de la mise en œuvre de nouveaux moyens de production.

Le champ sur lequel portent les créations d’entreprises correspond à l’ensemble des activités marchandes hors agriculture.

Les données brutes, issues du répertoire Sirene, correspondent au nombre d’entreprises créées au cours d’un mois ou trimestre donné. La création d’entreprise est soumise à des mouvements réguliers infra-annuels, aussi appelés variations saisonnières. Ces mouvements peuvent résulter du fonctionnement général de l’économie (vacances estivales par exemple).

La saisonnalité brouille la lecture de la tendance générale de la création d’entreprise. Ainsi, les séries de données brutes sont corrigées afin d’éliminer le facteur saisonnier et mieux faire ressortir l’évolution générale de moyen terme. De même, les variations imputables aux jours ouvrables (CJO) sont corrigées. Les données CVS-CJO permettent ainsi de comparer le nombre de créations entre les différents mois ou trimestres consécutifs.

La somme sur l’année des quatre résultats trimestriels CVS-CJO peut différer légèrement du nombre de créations annuel brut car elle tient compte des variations d’une année sur l’autre de la composition annuelle en jours ouvrables.

La variation du cumul sur 12 mois est le rapport du cumul des créations des 12 derniers mois comparé à celui des 12 mois précédents.

Une évolution en glissement compare la valeur d'une grandeur à deux dates, séparées en général d'un an ou d'un trimestre.

Pour en savoir plus

Les séries longues sur le « Tableau de bord de la conjoncture à La Réunion »;

Batto V. et Sylvie R., « Hausse des créations d’entreprises en 2014, notamment les sociétés », Insee Première n° 1 534, janvier 2015 ;

Touzet C. ,« La création d’entreprises ne repart pas », Insee Dossier Réunion n° 1, p. 15, juillet 2014 ;

Touzet C. ,« Démographie des entreprises », Tableau économique de La Réunion (Édition 2014), pp. 130-131, avril 2014.