En 2011, les tumeurs malignes ont provoqué plus d’un quart des décès en Haute-Normandie

Catherine Sueur (Insee Haute-Normandie)

En 2011, les cancers sont la principale cause des décès en Haute-Normandie, devancés par les maladies de l’appareil respiratoire chez les plus âgés. Moins nombreux, les décès provoqués par les maladies du système nerveux et des organes des sens augmentent fortement en 10 ans. Comparée à la France métropolitaine, la Haute-Normandie présente une surmortalité plus prononcée chez les hommes, sur la période 2009-2011.

Insee Flash Haute-Normandie
No 6
Paru le : 22/08/2014

En 2011, 16 100 personnes sont décédées en Haute-Normandie, dont 22 % avaient moins de 65 ans. Ces décès prématurés affectent deux fois plus les hommes (2 460) que les femmes (1 160).

Premières causes des décès, les tumeurs malignes (29 %) et les maladies de l’appareil circulatoire (26 %) ont provoqué la mort de 8 900 personnes. Loin derrière, les causes externes de blessures et d’empoisonnement représentent 6,8 % des décès.

Les cancers, première cause de décès des moins de 75 ans

Toutes classes d’âge confondues, les tumeurs malignes représentent la première cause de mortalité des hommes (2 790 décès) tandis que les femmes sont davantage affectées par les maladies de l’appareil circulatoire (2 290 décès). Néanmoins, avant 45 ans, les causes externes de blessures et d’empoisonnement sont les plus fréquentes parmi les causes de décès des hommes. Dans cette tranche d’âge, elles représentent 40 % des décès masculins, soit 190 décès, contre 18 % des décès féminins (40). À partir de 45 ans, les cancers deviennent la première cause de mortalité masculine. Cette pathologie est plus répandue chez les femmes dès l’âge de 25 ans, celles-ci étant moins touchées par les causes externes de blessures et d’empoisonnement.

Au total, les tumeurs malignes ont provoqué chez les personnes de moins de 75 ans, 41 % des décès masculins (1 580 décès) et 45 % des décès féminins (895 décès).

Après 75 ans, ceux provoqués par les maladies de l’appareil circulatoire augmentent et cette affection devient la première cause de décès des personnes les plus âgées. Elle représente alors 30 % des décès masculins (1 280) et 34 % des décès féminins (2 000). Cependant, les tumeurs malignes demeurent encore responsables de nombreux décès (28 % des décès masculins et 18 % des décès féminins ).

Figure_1 – Pas de parité hommes-femmes face à la maladie

  • Source : Inserm, CepiDc

Augmentation des maladies du système nerveux et des organes des sens

Par rapport à 2001, la mortalité due aux cancers augmente de 4 % (+ 180 décès). Moins fréquents, les décès causés par les maladies du système nerveux et des organes des sens augmentent de 54 % en 10 ans et atteignent 900 décès. Ils représentent en 2011 5,6 % des décès, contre 3,7 % en 2001.

À l’inverse, le nombre de décès provoqués par les maladies de l’appareil circulatoire baisse de 11 % avec 516 décès de moins qu’en 2001. Ceux consécutifs à des causes externes de blessures et d’empoisonnement diminuent de 12,5 %. Parmi celles-ci, la mortalité causée par les accidents de transport a notablement baissé, passant de 235 décès à 90 en dix ans.

La Haute-Normandie au 3e rang des régions pour la surmortalité masculine

En moyenne sur la période 2009-2011, le taux de décès standardisé (*) s’élève à 859,1 pour 100 000 habitants en Haute-Normandie, et 782,9 en France métropolitaine. La région présente ainsi une surmortalité de 10 % par rapport à la moyenne en France métropolitaine. Cette surmortalité est plus prononcée pour les hommes (+ 12 %) que pour les femmes (+ 8 %). Variable selon les causes, elle est plus marquée pour les troubles mentaux et du comportement et les maladies de l’appareil digestif, tant pour les hommes que pour les femmes. Les décès par suicide touchent particulièrement la population masculine haut-normande, avec une surmortalité de 28 % par rapport à la moyenne métropolitaine.

(*) Les taux standardisés permettent de comparer globalement la mortalité dans des populations différentes en éliminant l’effet de l'âge.

Tableau 1 – Surmortalité haut-normande de 10 % par rapport à la moyenne française - Taux de décès standardisés pour 100 000 habitants sur la période 2009-2011

Unité : Moyenne annuelle sur la période de 3 ans en %
Surmortalité haut-normande de 10 % par rapport à la moyenne française - Taux de décès standardisés pour 100 000 habitants sur la période 2009-2011
Hommes Femmes Ensemble
Haute-Normandie France métropolitaine Haute-Normandie France métropolitaine Haute-Normandie France métropolitaine
Ensemble des causes de décès 1166,7 1044,1 649,9 600,0 859,1 782,9
Tumeurs 388,4 334,9 183,2 168,3 265,5 236,5
dont : Tumeur maligne du larynx de la trachée des bronches et du poumon 89,0 80,6 20,1 20,5 49,7 46,7
Tumeur maligne du sein 0,7 0,6 33,8 30,4 19,8 17,5
Tumeur maligne du côlon 26,9 24,3 16,0 14,4 20,4 18,4
Maladies de l’appareil circulatoire 292,8 264,3 180,0 162,1 223,7 203,1
Causes externes de blessure et d’empoisonnement 89,0 81,2 36,7 35,9 60,1 56,1
dont : Suicides 33,6 26,2 8,6 7,9 20,0 16,3
Accidents de transport 9,5 10,1 2,2 2,8 5,7 6,4
Symptômes et états morbides mal définis 74,0 76,6 42,6 50,0 57,0 62,0
Maladies de l’appareil respiratoire 76,5 72,4 36,9 33,8 50,6 47,8
Maladies du système nerveux et des organes des sens 53,4 50,0 44,6 42,7 48,5 46,0
Maladies de l’appareil digestif 58,5 45,5 30,8 24,8 42,8 33,9
Troubles mentaux et du comportement 38,7 30,7 30,0 22,1 34,5 26,3
Maladies endocriniennes, nutritionelles et métaboliques 36,2 32,9 26,0 23,9 30,2 27,6
Maladies infectieuses et parasitaires 20,9 20,9 13,3 12,7 16,2 15,9
Maladies de l'appareil génito-urinaire 21,6 18,9 10,6 9,9 14,2 12,9
  • Source : Inserm, CepiDc

Pour en savoir plus

« Tumeurs et maladies du système circulatoire sont les principales causes de mortalité en haute-normandie » / Insee Haute-Normandie ; Julien Delamare - In : Brèves d’Aval n° 71 (2013, avril)

« Les cancers toujours en tête de la mortalité haut-normande » / Insee Haute-Normandie ; Nadine Poullain In : Brèves d’Aval n° 47 (2012, mars)

« Principales causes de décès en 2011 en France métropolitaine »