Comptes définitifs 2010 MartiniqueUne reprise portée par la consommation des ménages

Insee Martinique

Après une année 2009 marquée par des mouvements sociaux et la crise financière, le produit intérieur brut en valeur (PIB) de la Martinique progresse en 2010 de 3,4 %, dépassant son niveau de 2008 de 1,2 point.

La consommation des ménages et des administrations publiques constitue le principal moteur de la reprise. La situation financière des entreprises s’est redressée, même si elles demeurent prudentes et modèrent leurs dépenses d’investissements

Après une année 2009 marquée par des mouvements sociaux et la crise financière, le produit intérieur brut en valeur (PIB) de la Martinique progresse en 2010 de 3,4 %, dépassant son niveau de 2008 de 1,2 point.

La consommation des ménages et des administrations publiques constitue le principal moteur de la reprise. La situation financière des entreprises s’est redressée, même si elles demeurent prudentes et modèrent leurs dépenses d’investissements.

Après avoir chuté de près de 5,4 % en 2009, la consommation des ménages augmente de 11,0 %, profitant d’une inflation modérée (+ 1,5 %). Le niveau de consommation dépasse de 4,9 % le niveau de 2008. La hausse des dépenses observées peut s’expliquer par un phénomène de rattrapage classique dans une économie de sortie de crise, certaines dépenses non réalisées en 2009 dans un contexte régional et international difficile ont pu être reportées. Les hausses des importations en biens de consommation et en biens intermédiaires semblent le confirmer.

La stabilité du chômage (21 %), combinée aux progressions de la rémunération des salariés (+ 3 %) et des prestations sociales versées (+ 3 %), en soutenant le pouvoir d’achat participent au dynamisme de la consommation des ménages.

Le taux de marge des entreprises (30,8 %) progresse légèrement et retrouve son niveau de 2008. L’épargne des entreprises s’est largement reconstituée. En effet, leur taux d’épargne retrouve un niveau supérieur à 2008 (26,1 %).

Après avoir fortement diminué en 2009, de près de 26 %, le rebond de l’investissement total est faible (+ 1,4 %). Les commandes publiques sont en retrait, et les entrepreneurs restent prudents. En effet, après avoir fortement chuté en 2009, le taux d’investissement des entreprises progresse peu. Il s’établit à 21,6 %.

Les échanges extérieurs retrouvent leur dynamisme, en lien avec la demande intérieure. Après avoir fortement chuté en 2009, les importations progressent de 13,9 %.

Les exportations s’accroissent de 7,3 %. Les importations étant largement supérieures aux exportations, le taux de couverture (rapport entre les exportations et les importations) sur l’extérieur est de 24,4 %, très inférieur à celui de la métropole (93,0 %).

Avec une population en repli de 0,6 % en 2010, le PIB par habitant s’élève à 20 593 euros, soit deux tiers du PIB par habitant de la France entière (30 758 euros), quand il est de 18 775 euros en Guadeloupe. Il progresse donc de 3,9 % par rapport à 2009 et dépasse son niveau de 2008.

Figure 1 – La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut

La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut
Consommation finale (ménage, état, association..) Investissement Importations Exportations Variations de stock PIB
2008 8379990 1866033 -2 957 347 717 825 -4180 8002321
2009 8155628 1380920 -2 467 333 640355 125533 7835103
2010 8782612 1400030 -2809757 686942 37803 8097630
  • Champ : Martinique.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 1 – La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut Niveau des composantes du PIB en Martinique, en valeur (en milliers)

Figure 2 – La consommation finale des ménages dépasse légèrement son niveau de 2008

La consommation finale des ménages dépasse légèrement son niveau de 2008
Consommation finale des ménages à prix courants Revenu disponible brut
2008 5024,259 5611,574
2009 4751,388 5847,115
2010 5271,76 6070,342
  • Champ : Martinique.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 2 – La consommation finale des ménages dépasse légèrement son niveau de 2008Niveau de la consommation finale et du revenu disponible brut des ménages en Martinique,en valeur (en centaines de milliers)

Figure 3 – Entreprises : le taux de marge se stabilise

Entreprises : le taux de marge se stabilise
Taux de marge Taux d'investissement Valeur ajoutée brute
2008 30,4 27,6 3078
2009 27,4 20,2 2959
2010 30,8 21,6 3090
  • Champ : Martinique.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 3 – Entreprises : le taux de marge se stabilise Taux de marge et taux d’investissement en Martinique, en valeur (en % et en centaines de milliers)

Figure 4 – L’investissement des administrations décline

L’investissement des administrations décline
Consommation finale des administrations Investissement Part de la consommation des administrations dans consommation finale
2008 3356 500 0,40
2009 3404 360 0,42
2010 3511 296 0,40
  • Champ : Martinique.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 4 – L’investissement des administrations déclineNiveau de la consommation finale et des investissements des administrations en Martinique, en valeurs (en % et en milliers)

Sources

L’existence de statistiques spécifiques, notamment sur le commerce extérieur, permet l’élaboration de comptes régionaux en Guadeloupe, Guyane et Martinique selon les méthodes et concepts du système de comptabilité nationale. Les comptes des DOM sont en base 2005. La production de ces comptes régionaux n'est donc pas une régionalisation des comptes nationaux comme dans les régions métropolitaines.

Les comptes régionaux annuels donnent une fois par an une description globale et détaillée de l'économie régionale. Cette description porte sur les ressources et emplois de biens et de services, l'activité des branches, les comptes des secteurs institutionnels et les tableaux entrées-sorties (TES) et les tableaux économiques d'ensemble (TEE).

Définitions

Le Produit intérieur brut (PIB) mesure la richesse produite sur un territoire donnée, grâce à la somme des valeurs ajoutées des biens et services produits sur le territoire. Il est publié en valeur ou à prix courant.

Pour en savoir plus

« Comptes économiques définitifs 2008-2010 de la Martinique», Chiffres détaillés - avril 2015.

Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer (CEROM) - Martinique

Forgeot G., « Année économique et sociale 2010 en Martinique », Insee 2011.

L'économie française - Comptes et dossiers - Insee Références - Édition 2011.