Comptes définitifs 2010 GuadeloupeUne reprise après une année 2009 très difficile

Insee Guadeloupe

Après une année 2009 marquée par d’importants mouvements sociaux et la crise financière, le produit intérieur brut (PIB) de la Guadeloupe progresse en 2010 de 3,2 %. Il a dépassé en valeur, le niveau de PIB de 2008 de 1,9 point.

La consommation des ménages et des administrations publiques constitue le principal moteur de ce rebond. Les entreprises se redressent, même si les niveaux de leurs investissements et leur taux de marge demeurent inférieurs à ceux enregistrés en 2008.

Après avoir chuté de plus de 10 % en 2009, la consommation des ménages ne progresse que de 3,8 % en valeur, pénalisée par une inflation soutenue (+ 2,8 %), soit la plus forte progression depuis 2003. La hausse des prix s’expliquerait en partie par un phénomène de rattrapage, l’inflation ayant été quasi nulle en 2009.

Cette hausse de la consommation des ménages est en ligne avec la hausse de la rémunération des salariés (+ 3,7 %). Toutefois, elle demeure contenue par la hausse du chômage (23,8 %, soit une hausse de 1,5 point). Les prestations sociales versées progressent de 6,6 %.

Le taux de marge des entreprises (23,4 %) progresse légèrement, mais s’établit 4 points en dessous de son niveau de 2008. L’épargne des entreprises se reconstitue ; leur taux d’épargne annuel retrouve son niveau de 2008 (16,0 %) après avoir chuté sensiblement en 2009. Le taux d’investissement des entreprises (19,0 %) progresse légèrement, sans pour autant retrouver le niveau de 2008 (22,5 %).

Après avoir chuté en 2009 de près de 16 %, l’investissement global rebondit de + 11,6 %. Ce regain peu s’expliquer par le report en 2010 d’investissements non réalisés l’année précédente. Ainsi, par exemple, le nombre de permis de construire délivrés pour leslogements neufs augmente de 36 % sur l’année, après des évolutions de 20,5 % et 3,7 % en 2008 et en 2009.

Les importations retrouvent leur dynamisme, en lien avec la demande intérieure. Après une forte chute en 2009, les importations progressent de 10,8 %.

Les exportations s’accroissent de 13,0 %. Les importations étant toujours largement supérieures aux exportations, le taux de couverture (rapport entre les exportations et les importations) sur l’extérieur reste stable (30 %), très inférieur à celui de la métropole (93 %).

Le PIB par habitant s’élève à 18 775 euros, soit 61 % du PIB par habitant de la France entière (30 758 euros), et un peu moins que la Martinique (20 600 euros). Avec une population en hausse de 0,5 % en 2010, il progresse de 2,6 % par rapport à 2009 et dépasse légèrement le niveau de 2008.

Figure 1 – La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut Niveau des composantes du PIB en Guadeloupe, en valeur (en milliers)

La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut
Consommation finale (ménage, état, association..) Investissement Importations Exportations Variations de stock PIB
2008 8 019 473 1 484 042 -2 771 726 745 093 -34 150 7 442 732
2009 7 611 766 1 248 106 -2 280 341 660 390 108 769 7 348 690
2010 7 936 329 1 392 549 -2 526 809 746 032 37 012 7 585 113
  • Champ : Guadeloupe.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 1 – La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut Niveau des composantes du PIB en Guadeloupe, en valeur (en milliers)

Figure 2 – La consommation finale des ménages ne retrouve pas le niveau de 2008

La consommation finale des ménages ne retrouve pas le niveau de 2008
Consommation finale des ménages à prix courants Revenu disponible brut
2008 4839,804 5441,21
2009 4329,551 5549,768
2010 4494,925 5715,695
  • Champ : Guadeloupe.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 2 – La consommation finale des ménages ne retrouve pas le niveau de 2008Niveau de la consommation finale et du revenu disponible brut des ménages en Guadeloupe, en valeur (en centaines de milliers)

Figure 3 – Entreprises : le taux d’investissement demeure atone

Entreprises : le taux d’investissement demeure atone
Taux de marge Taux d'investissement Valeur ajoutée brute
2008 27,7 22,5 2663
2009 22,9 17,6 2528
2010 23,4 19,0 2620
  • Champ : Guadeloupe.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 3 – Entreprises : le taux d’investissement demeure atoneTaux de marge et taux d’investissement en Guadeloupe, en valeur (en % et en centaines de milliers)

Figure 4 – Les administrations continuent de consommer

Les administrations continuent de consommer
Consommation finale des administrations Investissement Part de la consommation des administrations dans consommation finale
2008 3180 384 0,40
2009 3282 366 0,43
2010 3441 371 0,43
  • Champ : Guadeloupe.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 4 – Les administrations continuent de consommerNiveau de la consommation finale et des investissements des administrations en Guadeloupe, en valeur (en % et en centaines de milliers)

Sources

L’existence de statistiques spécifiques, notamment sur le commerce extérieur, permet l’élaboration de comptes régionaux en Guadeloupe, Guyane et Martinique selon les méthodes et concepts du système de comptabilité nationale. Les comptes des DOM sont en base 2005. La production de ces comptes régionaux n'est donc pas une régionalisation des comptes nationaux comme dans les régions métropolitaines.

Les comptes régionaux annuels donnent une fois par an une description globale et détaillée de l'économie régionale. Cette description porte sur les ressources et emplois de biens et de services, l'activité des branches, les comptes des secteurs institutionnels et les tableaux entrées-sorties (TES) et les tableaux économiques d'ensemble (TEE).

Définitions

Le Produit intérieur brut (PIB) mesure la richesse produite sur un territoire donnée, grâce à la somme des valeurs ajoutées des biens et services produits sur le territoire. Il est publié en valeur ou à prix courant.

Pour en savoir plus