Indice régional mensuel des prix à la consommation en Guyane - novembre 2014Baisse des prix de 0,1 % en novembre 2014, hausse de 0,5 % sur un an.

Cynthia DUCHEL

En novembre 2014, l’indice des prix à la consommation des ménages en Guyane est quasi-stable (- 0,1 %). Cette stabilité résulte de la baisse des prix de l’énergie compensée par la hausse des prix de l’alimentation. Parallèlement, les prix des services et des produits manufacturés sont stables. Par rapport à novembre 2013, les prix à la consommation ont augmenté de 0,5 %.

Sommaire
  1. Illustrations

Les prix de l’alimentation progressent de 0,4 %, portés par la forte hausse des prix des produits frais (+ 2,6 %). En effet, les prix des poissons frais augmentent très fortement (+ 9,9 %). Les prix des fruits frais et ceux des légumes frais progressent également ; respectivement + 2,1 % et 0,7 %. Hors produits frais, les prix des produits de l’alimentation sont quasi-stables (- 0,1 %), malgré une hausse de 1,1 % des prix des boissons alcoolisées.

Les prix des produits manufacturés sont stables, à l’instar des prix de « l’habillement et chaussures ». Malgré la baisse de 1,0 % des prix des voitures neuves et celle de 1,7 % des articles d’ameublement, les prix des autres produits manufacturés sont stables en novembre 2014. Parallèlement, les prix des produits de santé augmentent (+ 0,5 %), notamment du fait de la hausse des prix de l’optique médicale (+ 2,4 %). En glissement annuel (novembre 2014 par rapport à novembre 2013), les prix des produits manufacturés sont quasi-stables (- 0,1 %).

Les prix de l'énergie diminuent de 1,3 % en novembre 2014 (après + 0,3 % en octobre 2014 ; + 0,8 % sur un an). Ce nouveau recul s’explique surtout par la baisse des prix des produits pétroliers (- 3,0 %). Ainsi, les prix du supercarburant baissent de 3,5 % en novembre, ceux du gazole de 2,7 % et ceux du gaz de 1,7 %. En revanche, les prix de l’électricité ont été revalorisés de 2,1 % en novembre (+ 4,5 % sur un an).

L’indice des prix des services est quasi-stable (- 0,1 %). La diminution des prix des services de transports et communications (- 0,7 %), du fait de la baisse des prix des transports aériens de voyageurs (- 3,4 %) est compensée par la hausse des prix des services de santé (+ 0,2 %). Les prix des autres services sont quasi-stables (- 0,1 %). Par rapport à novembre 2013, les prix des services ont augmenté de 0,4 %.

Illustrations

figure 1 – Courbe d'évolution de l'indice des prix par rapport au même mois de l'année précédente

en %
Courbe d'évolution de l'indice des prix par rapport au même mois de l'année précédente
janv-10 0,7
févr-10 -0,1
mars-10 0,1
avr-10 -0,1
mai-10 0,1
juin-10 -0,1
juil-10 0,7
août-10 0,6
sept-10 0,1
oct-10 0,3
nov-10 0,3
déc-10 0,4
janv-11 1,0
févr-11 2,0
mars-11 2,2
avr-11 2,2
mai-11 2,3
juin-11 2,0
juil-11 1,6
août-11 2,2
sept-11 2,3
oct-11 2,2
nov-11 2,3
déc-11 2,3
janv-12 1,6
févr-12 1,5
mars-12 1,2
avr-12 1,7
mai-12 1,5
juin-12 2,0
juil-12 1,4
août-12 1,2
sept-12 1,5
oct-12 1,3
nov-12 1,4
déc-12 1,4
janv-13 2,0
févr-13 1,7
mars-13 1,8
avr-13 1,3
mai-13 1,2
juin-13 1,1
juil-13 1,8
août-13 1,4
sept-13 1,2
oct-13 1,3
nov-13 1,0
déc-13 1,0
janv-14 0,6
févr-14 0,5
mars-14 0,6
avr-14 0,4
mai-14 0,6
juin-14 0,6
juil-14 0,2
août-14 0,5
sept-14 0,6
oct-14 0,3
nov-14 0,5
déc-14
janv-15
  • Note de lecture : en janvier 2014, l'indice des prix (ensemble) a augmenté de 0,6 % par rapport à janvier 2013.
  • Source : Insee, indice des prix à la consommation - Dirag 2014

figure 1 – Courbe d'évolution de l'indice des prix par rapport au même mois de l'année précédente

Figure 2 – Indice des prix à la consommation en Guyane - novembre 2014

Indice de base 100 en décembre 1998
Indice des prix à la consommation en Guyane - novembre 2014
Regroupements Pondérations 2014 Indice pour le mois de Variation (%) au cours
nov 2013 août 2014 sept 2014 oct 2014 nov 2014 du dernier mois des 3 derniers mois des 12 derniers mois
Ensemble 10 000 127,2 128,3 128,1 127,8 127,8 -0,1 -0,4 0,5
Alimentation 2 297 135,4 136,9 136,6 136,4 136,9 0,4 0,0 1,1
Produits frais 371 157,0 161,3 161,7 160,9 165,1 2,6 2,4 5,2
Alimentation hors produits frais 1 926 131,2 132,2 131,8 131,6 131,5 -0,1 -0,5 0,3
Tabac 47 360,9 361,2 361,5 361,2 361,2 0,0 0,0 0,1
Produits manufacturés 2 663 94,9 94,5 94,9 94,7 94,7 0,0 0,3 -0,1
Habillement et chaussures 691 68,9 67,9 68,7 68,8 68,8 0,0 1,3 -0,2
Produits de santé 231 89,6 87,8 89,9 89,0 89,4 0,5 1,8 -0,2
Autres produits manufacturés 1 741 106,8 107,1 107,0 106,7 106,7 0,0 -0,3 -0,1
Énergie 669 162,5 166,9 165,7 166,1 163,9 -1,3 -1,8 0,8
dont Produits pétroliers 441 175,0 179,9 177,9 178,7 173,2 -3,0 -3,7 -1,0
Services 4 324 133,7 135,5 134,7 134,5 134,3 -0,1 -0,9 0,4
Loyers et services rattachés 1 776 137,0 137,6 137,6 137,6 137,6 0,0 0,0 0,4
Service de santé 168 133,9 131,9 132,9 132,4 132,7 0,2 0,6 -0,9
Transports et communications 795 111,1 113,9 109,6 109,4 108,6 -0,7 -4,7 -2,2
Autres services 1 585 137,0 139,4 139,8 139,2 139,1 -0,1 -0,2 1,5
Alimentation et tabac 2 344 143,1 144,6 144,4 144,1 144,6 0,4 0,0 1,1
Produits manufacturés et énergie 3 332 107,1 107,3 107,6 107,4 107,2 -0,2 -0,1 0,1
Manufacturés hors habillement et chaussures 1 972 105,0 105,0 105,2 104,8 104,9 0,1 -0,1 -0,1
Ensemble hors produits frais 9 611 126,0 127,0 126,7 126,5 126,3 -0,2 -0,6 0,3
Ensemble hors énergie 9 331 124,8 125,8 125,6 125,3 125,4 0,0 -0,3 0,4
Ensemble hors tabac 9 953 125,3 126,4 126,2 125,9 125,9 -0,1 -0,4 0,5
  • Source : Insee, indices des prix à la consommation - Dirag 2014.

Figure 3 – Indice des prix des départements d’outre–mer et de métropole - novembre 2014

Indice des prix des départements d’outre–mer et de métropole - novembre 2014
Regroupements Variation (%) des douze derniers mois
Guadeloupe Guyane Martinique Réunion France
Ensemble 0,5 0,4 1,1 -0,3 0,3
Alimentation 1,3 1,1 1,2 0,1 -0,3
Produits frais 4,7 5,2 -0,7 -0,7 0,9
Alimentation hors produits frais 0,4 0,3 1,6 0,1 -0,4
Tabac 3,9 0,1 1,9 3,1 3,5
Produits manufacturés -0,8 -0,1 1,1 -0,4 -1,2
Habillement et chaussures -5,4 -0,2 1,9 -1,4 0,2
Produits de santé -2,1 -0,2 0,9 -0,9 -3,0
Autres produits manufacturés 0,3 -0,1 0,8 -0,2 -1,1
Énergie 0,1 0,8 1,1 -2,1 -1,1
dont Produits pétroliers -1,3 -1,0 -1,2 -4,3 -5,1
Services 1,1 0,4 1,1 -0,2 1,5
Loyers et services rattachés 0,7 0,4 0,5 1,8 1,5
Service de santé -1,2 -0,9 -2,5 0,6 0,4
Transports et communications 2,2 -2,2 2,0 -3,9 -0,1
Autres services 1,1 1,5 1,5 0,5 2,1
Alimentation et tabac 1,4 1,1 1,2 0,3 0,2
Produits manufacturés et énergie -0,5 0,1 1,1 -0,8 -1,2
Manufacturés hors habillement et chaussures 0,1 -0,1 0,8 -0,2 -1,5
Ensemble hors produits frais 0,3 0,2 1,2 -0,4 0,3
Ensemble hors énergie 0,5 0,4 1,1 -0,2 0,5
Ensemble hors tabac 0,5 0,5 1,1 -0,4 0,3
  • Source : Insee, indices des prix à la consommation - Dirag 2014.

Pour comprendre

L'indice des prix est mesuré en base 100 par rapport à 1998. Une valeur de 125 signifie ainsi que les prix ont augmenté de 25 % pour la catégorie concernée entre 1998 et la date de référence.

L’évolution des indices des prix à la consommation est présentée en variation mensuelle (pourcentage d’évolution des indices du mois par rapport au mois précédent) et en glissement annuel. Celui–ci correspond à la variation au cours des 12 derniers mois, qui est calculée en rapportant l’indice du mois à celui du même mois l’année précédente. Ainsi par exemple, l’indice du mois de juin 2014 est rapporté à celui de juin 2013.

Qu’est–ce–que l’indice des prix à la consommation ?

L’indice des prix à la consommation est l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation du niveau général des prix des biens et des services proposés aux consommateurs sur le territoire.

C’est une mesure synthétique des évolutions de prix à qualité constante.

La quasi–totalité des biens et des services marchands proposés aux consommateurs font partie du champ de l’indice.

À quoi sert–il ?

Il permet de revaloriser les pensions alimentaires, les loyers d’habitation, les rentes viagères, et d’indexer le Smic et les retraites, ainsi que le taux du livret A ou d’autres produits financiers.

Il permet de suivre mois par mois l’évolution des prix et donc d’apprécier les tendances inflationnistes.