Retard scolaire à l’entrée en 6e : la Lorraine bonne élève

Steve Piralla

À la rentrée 2011, parmi les 27 100 jeunes Lorrains entrés pour la première fois en classe de sixième, près de 11,5 % sont en retard d’au moins un an sur leur cursus scolaire normal. La Lorraine fait figure de bonne élève en se classant au 11e rang des 30 académies. Des quatre départements lorrains, seule la Meurthe-et-Moselle enregistre un taux de retard plus élevé que la moyenne métropolitaine. La probabilité pour un élève d’être en retard varie fortement selon les caractéristiques sociodémographiques de sa famille. Elle varie également sensiblement selon le niveau de vie ou encore l’environnement géographique.

Insee Flash Lorraine
No 4
Paru le : 09/10/2014

À la rentrée 2011, plus de 27 100 jeunes Lorrains sont entrés pour la première fois en 6e (les primo-entrants). Parmi eux, un peu plus de 3 100 avaient au moins un an de retard sur leur cursus normal, soit 11,5 %. Dans l’académie de Nancy-Metz, le taux de retard est légèrement moindre qu’en moyenne métropolitaine (12,0 %). Si on inclut les départements d’outre-mer (Dom), le taux de retard national grimpe à 12,3 %. La Lorraine se place ainsi au 11e rang (sur trente) du classement des académies les moins touchées par le retard scolaire des élèves entrant au collège.

Six fois plus de retard scolaire dans les catégories socioprofessionnelles les moins élevées

La proportion d’élèves en retard varie fortement en fonction de la nationalité et de la catégorie socioprofessionnelle du responsable de famille. Sur ce dernier critère, le taux de retard est six fois plus élevé lorsque le chef de famille est dans une catégorie socioprofessionnelle moins élevée que s’il est d’une catégorie plus favorisée.

À un degré moindre, le fait d’être boursier, de vivre en zone urbaine sensible (ZUS) ou de fréquenter une école relevant d’un dispositif particulier de soutien aux élèves (zone ou réseau d’éducation prioritaire, dispositifs RAR, RRS ou Éclair) multiplie par deux la probabilité d’entrer au collège avec du retard. Le niveau de vie de la population intervient également. Plus il est élevé, plus la proportion d’élèves en retard à l’entrée en 6e diminue. Ainsi, lorsque le niveau de vie médian par unité de consommation s’élève de 1 000 euros, le taux de retard diminue de 0,4 %.

La Meurthe-et-Moselle moins performante

En Meurthe-et-Moselle, le taux de retard scolaire est supérieur à la moyenne métropolitaine. Le département se classe au 66e rang sur 96, loin derrière les trois autres départements de la région qui se situent entre la 19e et la 26e place. La situation est particulière en Île-de-France où l’on enregistre le taux de retard le plus faible des départements métropolitains dans les Hauts-de-Seine (8,2 %) et le plus fort en Seine-Saint-Denis (18,1 %).

Figure 1 – 11,5 % des élèves lorrains ont au moins un an de retard à leur entrée en classe de 6e

11,5 % des élèves lorrains ont au moins un an de retard à leur entrée en classe de 6e
Nombre de primo-entrants en classe de 6e
ensemble dont en retard Taux de retard (%)
Meurthe-et-Moselle 8 327 1 055 12,7
Meuse 2 418 273 11,3
Moselle 11 798 1 283 10,9
Vosges 4 589 515 11,2
Lorraine 27 132 3 126 11,5
France métropolitaine 761 610 91 735 12,0
  • Champ : primo-entrants en 6e à la rentrée scolaire 2011
  • Source : MENESR-DEPP, Système d'information Scolarité ; enquête n°16 sur les établissements privés hors contrat

Le taux de retard scolaire varie selon les territoires. Dans les bassins de vie de Ludres, de Hettange-Grande ou de Phalsbourg, il est inférieur à 6 %. Il dépasse les 17 % dans ceux de Piennes et de Morhange. Il faut cependant interpréter ces données avec un certain recul, car elles ne concernent dans chaque cas qu’une dizaine d’élèves scolarisés en retard. Parmi les bassins de vie les mieux classés, on trouve l’est vosgien (à l’exception de Gérardmer), les bassins de Vaucouleurs, de Verdun et de Dombasle-sur-Meurthe, et une grande partie des territoires ruraux de la Moselle.

Figure_2 – Des taux de retard moins forts dans les zones rurales

  • Champ : primo-entrants en 6e à la rentrée scolaire 2011
  • Source : MENESR - DEPP, Système d’information Scolarité ; enquête n°16 sur les établissements privés hors contrat

Figure_3 – Taux de retard et revenu médian par académie

  • Champ : toutes académies (hors Guyane)
  • Lecture : Chaque point représente une académie en fonction de la part des élèves défavorisés en abscisse et de la part des élèves en retard à l'entrée en 6e en ordonnée.
  • Source : MENESR - DEPP, Système d'information Scolarité ; enquête n°16 sur les éts privés hors contrat.26 900 élèves de 6e à la rentrée 2013

26 900 élèves de 6e à la rentrée 2013

Environ 26 900 collégiens sont scolarisés en classe de 6e à la rentrée 2013 en Lorraine. Contrairement à l’ensemble des collégiens, ce nombre est en baisse de 1,3 % par rapport à la rentrée précédente. Les effectifs reviennent à leur niveau de 2010 après un pic en 2011. En effet, les effectifs en 6e avaient connu une forte poussée cette année-là avec l’arrivée des élèves nés en l’an 2000, génération la plus nombreuse des vingt dernières années en Lorraine. Hors de ce pic, la tendance reste à la baisse. Ainsi, depuis 2005, le nombre d’élèves en classe de 6e a diminué de 4 %.

Les naissances ayant été particulièrement faibles en Lorraine en 2003, la baisse des effectifs à l’entrée en 6e devrait se poursuivre à la rentrée 2014.

Figure 4 – Le nombre d'élèves de 6e en baisse de 4 % en Lorraine depuis 2005

Évolution des effectifs en 6e et au collège (base 100 en 2005)
Le nombre d'élèves de 6e en baisse de 4 % en Lorraine depuis 2005
6e Ensemble collège
2005 100,0 100,0
2006 99,9 97,3
2007 99,4 95,0
2008 97,8 94,3
2009 97,0 94,0
2010 95,9 93,6
2011 100,1 94,2
2012 97,2 94,2
2013 95,9 94,3
  • Source : Ministère de l'Éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche, DEEP

Figure 4 – Le nombre d'élèves de 6e en baisse de 4 % en Lorraine depuis 2005

Définitions

Retard scolaire : on considère qu’un élève présente un retard scolaire lorsqu’il a au moins une année de retard par rapport à un cursus normal, c’est-à-dire une scolarité sans :interruption ni redoublement ni saut de classe. Autrement dit, les élèves en retard en 6e sont ceux qui ont 12 ans ou plus au 1er janvier de l’année scolaire considérée.

L’unité de consommation (UC) est un système de pondération attribuant un coefficient à chaque membre du ménage et permettant de comparer les revenus de ménages de taille ou de composition différente. L’échelle actuellement la plus utilisée retient la pondération suivante : 1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus, 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans.

Pour en savoir plus

Le retard scolaire à l’entrée en 6 : plus fréquent dans les territoires les plus défavorisés, Insee Première n° 1512, septembre 2014

Passe ton BAC d’abord, Reflets de l’économie franc-comtoise n° 26, février-mars 1986