L’emploi salarié limousin repart à la baisse au premier trimestre 2014

Frédéric Carpentier

En Limousin, au premier trimestre 2014, l'emploi salarié repart à la baisse (– 0,5 %) alors qu’il s’était redressé au trimestre précédent. La baisse affecte les trois départements limousins et plus particulièrement la Haute-Vienne. L’emploi est en repli dans les principaux secteurs d’activité sauf les services marchands hors intérim où les effectifs restent quasiment stables.

Au premier trimestre 2014, l'emploi salarié marchand limousin (données révisées, corrigées des variations saisonnières) s’inscrit à la baisse : – 0,5 %, soit une perte de près de 740 emplois. Au niveau national, l’emploi s’oriente également à la baisse mais le recul est moindre (– 0,1 %).

Figure_1 – L’emploi salarié limousin se replie de 0,5 % au premier trimestre 2014

  • Variation trimestrielle de l’emploi salarié en Limousin, en % (données provisoires corrigées des variations saisonnières).
  • Champ : ensemble de l'économie hors particuliers employeurs, hors agriculture et hors secteurs principalement non marchands (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale)
  • Source : Insee, estimations d’emploi

Sur une année, l'emploi se contracte fortement en Limousin (– 1,4 % contre – 0,3 % en France métropolitaine). Au total, plus de 1 900 emplois ont été détruits dans la région entre avril 2013 et fin mars 2014. Le Limousin est ainsi la deuxième région la plus affectée par la dégradation de l’emploi salarié après la Lorraine.

Figure_2 – L'emploi salarié se contracte dans les trois départements limousins au premier trimestre 2014

Unité : %
L'emploi salarié se contracte dans les trois départements limousins au premier trimestre 2014
Corrèze Creuse Haute-Vienne Limousin
T1 2014 sur 1 an T1 2014 sur 1 an T1 2014 sur 1 an T1 2014 sur 1 an
Industrie – 0,3 – 1,9 – 0,1 – 1,4 – 1,3 – 2,6 – 0,8 – 2,2
Construction – 1,5 – 3,2 – 1,5 – 5,2 – 0,6 – 4,8 – 1,1 – 4,3
Commerce – 0,3 – 0,9 + 1,0 + 0,1 – 0,7 – 1,7 – 0,3 – 1,2
Services marchands hors intérim + 0,6 – 0,2 – 0,4 – 2,7 – 0,1 – 1,0 + 0,1 – 0,9
Intérim – 3,1 + 6,3 – 4,7 + 8,7 – 6,1 + 7,9 – 4,9 + 7,4
Services marchands (ensemble) + 0,3 + 0,4 – 0,9 – 1,6 – 0,6 – 0,3 – 0,3 – 0,2
Ensemble – 0,2 – 0,9 – 0,3 – 1,6 – 0,8 – 1,6 – 0,5 – 1,4
Ensemble hors intérim – 0,1 – 1,2 – 0,1 – 2,0 – 0,6 – 1,9 – 0,4 – 1,7
  • Évolution de l'emploi salarié par secteur d'activité et par département
  • Données provisoires, corrigées des variations saisonnières
  • Champ : ensemble de l'économie hors particuliers employeurs, hors agriculture et hors secteurs principalement non marchands (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale)
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Figure_4 – Au premier trimestre 2014, l’emploi salarié limousin se replie plus fortement qu’au niveau national

Au premier trimestre 2014, l’emploi salarié limousin se replie plus fortement qu’au niveau national
Limousin France métropolitaine
2009 T4 100 100
2010 T1 100,2 100
2010 T2 100,3 100
2010 T3 100,6 100,2
2010 T4 100,5 100,4
2011 T1 100 100,7
2011 T2 100,8 101
2011 T3 100,4 100,9
2011 T4 99,7 100,9
2012 T1 99,7 100,9
2012 T2 99,2 100,8
2012 T3 98,7 100,5
2012 T4 98,2 100,2
2013 T1 97,8 100,2
2013 T2 97 100
2013 T3 96,7 99,9
2013 T4 97 100,1
2014 T1 96,5 99,9
  • Emploi salarié en indice (base 100 au 4ème trimestre 2009 - données corrigées des variations saisonnières)
  • Champ : ensemble de l'économie hors particuliers employeurs, hors agriculture et hors secteurs principalement non marchands (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale)
  • Source : Insee, estimations d’emploi

Figure_4 – Au premier trimestre 2014, l’emploi salarié limousin se replie plus fortement qu’au niveau national

L’emploi en baisse dans les trois départements limousins

Les effectifs sont en baisse dans les trois départements de la région. Le repli est important en Haute-Vienne (– 0,8 %) où tous les secteurs d’activités s’inscrivent à la baisse, notamment l’industrie et l’intérim.

Le recul est moins prononcé en Corrèze (– 0,2 %) : seuls les services marchands hors intérim (+ 0,6 %) gagnent des emplois sans pouvoir compenser les pertes dans les autres secteurs, en particulier, la construction (– 1,5 %) et l’intérim (– 3,1 %).

En Creuse, hormis dans le commerce (+ 1,0 %), l’emploi diminue dans tous les secteurs, l’intérim (– 4,7 %) et la construction (– 1,5 %) sont les plus touchés.

Au total, en rythme annuel, l’emploi salarié s’est contracté dans les trois départements limousins. Les pertes sont importantes en Creuse et en Haute-Vienne (– 1,6 %), elles sont moindres en Corrèze (– 0,9 %).

Tous les secteurs s’orientent à la baisse sauf les services marchands hors intérim

En Limousin, au premier trimestre 2014, l’emploi salarié s’oriente à la baisse dans l’ensemble des principaux secteurs d’activité hormis dans les services marchands hors intérim (+ 0,1 %). Les effectifs ont progressé dans l’hébergement et la restauration (+ 1,2 %) ainsi que dans l’information et la communication (+ 2,6 %). À l’inverse, ils sont en recul dans les activités scientifiques et techniques, des services administratifs et de soutien (– 0,5 %). Cependant, sur un an, les services marchands hors intérim s’inscrivent nettement à la baisse (– 0,9 %).

Figure_3 – Au premier trimestre 2014, l'intérim est en forte baisse

Au premier trimestre 2014, l'intérim est en forte baisse
Industrie Construction Commerce Services marchands hors intérim Intérim Ensemble y.c intérim
2009 T4 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2010 T1 99,3 99,4 100,2 100,4 107,6 100,2
2010 T2 98,7 99,2 100,0 100,5 114,4 100,3
2010 T3 98,7 98,7 100,6 101,2 114,1 100,6
2010 T4 98,0 97,8 100,4 101,4 117,4 100,5
2011 T1 98,0 96,8 100,0 101,5 109,6 100,0
2011 T2 98,8 96,4 100,2 102,9 111,0 100,8
2011 T3 98,1 95,7 100,2 102,3 114,3 100,4
2011 T4 97,7 94,7 100,1 102,2 101,9 99,7
2012 T1 97,7 93,6 99,8 102,2 108,3 99,7
2012 T2 96,5 92,6 99,6 102,2 105,6 99,2
2012 T3 96,7 91,5 99,0 102,0 98,7 98,7
2012 T4 96,2 90,9 98,4 101,7 97,9 98,2
2013 T1 95,7 89,9 98,5 101,5 96,0 97,8
2013 T2 95,0 88,5 97,7 100,5 97,3 97,0
2013 T3 94,5 87,8 97,2 100,2 100,5 96,7
2013 T4 94,4 87,0 97,6 100,5 108,4 97,0
2014 T1 93,6 86,1 97,3 100,6 103,1 96,5
  • Emploi salarié en indice (base 100 au 4ème trimestre 2008 - données corrigées des variations saisonnières en date du 7 avril 2014)
  • Champ : ensemble de l'économie hors particuliers employeurs, hors agriculture et hors secteurs principalement non marchands (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale)
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Figure_3 – Au premier trimestre 2014, l'intérim est en forte baisse

Les pertes sont importantes dans l’industrie (– 0,8 % ce trimestre et – 2,2 % sur un an). La dégradation est nette dans la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac (– 1,8 %) et dans le large secteur regroupant notamment la métallurgie, les industries du cuir, du bois et du papier (– 0,6 %). Les effectifs restent stables dans la fabrication de matériel de transport et dans les activités de cokéfaction, de raffinage, des industries extractives, de l'énergie et de l'eau. Début 2014, les effectifs dans la construction sont de nouveau en baisse (– 1,1 %). Sur un an, ils ont chuté de 4,3 %.

Après s’être légèrement redressé au dernier trimestre 2013, l’emploi dans le commerce repart à la baisse (– 0,3 % après + 0,4 %). Les effectifs dans ce secteur ont diminué de 1,2 % au cours de l’année écoulée.

Enfin, après trois trimestres consécutifs de croissance, l’emploi intérimaire est en repli début 2014 (– 4,8 %). Cependant, sur une année, c’est le seul secteur à avoir gagné des emplois (+ 7,4 %).

Figure_5 – Évolution de l'emploi salarié limousin par secteur d'activité

Évolution de l'emploi salarié limousin par secteur d'activité
T4 2013 T1 2014 sur 1 an
Industrie (de C1 à C5) – 0,1 – 0,8 – 2,2
Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac (C1) + 0,9 – 1,8 – 2,1
Cokéfaction et raffinage/Industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution (C2DE) – 0,1 -0,1 + 1,3
Fabrication d'équipements électriques, électroniques, informatiques ; fabrication de machines (C3) – 0,5 – 1,3 – 4,5
Fabrication de matériels de transport (C4) + 0,5 + 0,2 -0,6
Fabrication d'autres produits industriels (C5) – 0,3 – 0,6 – 2,4
Construction (FZ) – 0,9 – 1,1 – 4,3
Commerce (GZ) + 0,4 – 0,3 – 1,2
Services (de HZ à RU) hors intérim + 0,3 + 0,1 – 0,9
Transports et entreposage (HZ) + 0,2 – 0,1 – 0,5
Hébergement et restauration (IZ) – 0,8 + 1,2 – 1,5
Information et communication (JZ) – 1,1 + 2,6 + 1,0
Activités financières et d'assurance (KZ) – 0,1 + 0,2 – 0,8
Activités immobilières (LZ) + 0,6 + 2,1 + 0,7
Activités scientifiques et techniques ; services administratifs et de soutien hors intérim (MN) + 0,7 – 0,5 – 1,3
Autres activités de services (RU) (hors activités extra-territoriales) + 1,3 – 0,4 – 1,1
Intérim (MN78) + 7,9 – 4,9 + 7,4
Ensemble + 0,4 – 0,5 – 1,4
Ensemble hors intérim + 0,1 – 0,4 – 1,7
  • Données provisoires, corrigées des variations saisonnières
  • (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale)
  • Champ : ensemble de l'économie hors particuliers employeurs, hors agriculture et hors secteurs principalement non marchands
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Sources

La source principale des évolutions de l'emploi régional provient de l'exploitation des bordereaux récapitulatifs de cotisations adressés par les employeurs aux Urssaf. Elle est établie 90 jours après la fin du trimestre et prend en compte l'expertise de la source Urssaf, réalisée par les directions régionales de l'Insee. Seul est ici concerné l'emploi salarié de l'ensemble de l'économie hors particuliers employeurs, hors agriculture et hors secteurs principalement non marchands (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale). Les estimations trimestrielles régionales sont calées sur les données nationales et corrigées des variations saisonnières. Dans la Nomenclature d'activités française, les intérimaires sont habituellement comptés dans le secteur des services, en tant que salariés des agences d'intérim, même s'ils effectuent une mission d'intérim dans un autre secteur économique. Or la variation de l'emploi intérimaire est en partie liée à la conjoncture dans des secteurs autres que celui des services. Afin de tenir compte de cette spécificité, l'emploi intérimaire est analysé, dans cette étude, de façon séparée du reste de l'emploi dans les services.

Pour en savoir plus

« En Limousin, l’embellie ne s’est pas confirmée », Insee Conjoncture Limousin n°1, juillet 2014

« Le chômage s’est stabilisé en Limousin au premier trimestre 2014 », Insee Flash Limousin n°1, juillet 2014