Saison d’été 2014 - Fréquentation en baisse dans les hôtels

Éric Rubiloni, Philippe Winnicki, Insee

Durant l’été 2014, les hôtels de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont subi une baisse de fréquentation pour la première fois depuis 2010. Les touristes français sont venus moins nombreux. La clientèle étrangère, qui compensait la moindre fréquentation française depuis 2012, a fortement diminué cette année. Tous les départements de la région ont été touchés, à l’exception du Vaucluse. Ce manque de touristes a concerné toutes les catégories d’hôtels et tous les espaces touristiques de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Insee Flash Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 7
Paru le : 17/12/2014

Baisse de la fréquentation hôtelière

Durant la saison estivale 2014 (de mai à septembre), la fréquentation hôtelière a baissé pour la première fois depuis 2010 en Provence-Alpes-Côte d’Azur : – 3,9 %, après + 0,2 % en 2013 (figure 1). Malgré une perte de 525 000 nuitées, le niveau de fréquentation reste toutefois très légèrement supérieur à 13 millions de nuitées. Au niveau national, les touristes sont également venus moins nombreux (– 2,1 %, soit une perte de 2,2 millions de nuitées). Au sein des régions ayant une forte activité touristique en été, la Corse (– 5,3 %) et Rhône-Alpes (– 6,2 %) ont plus souffert que Provence-Alpes-Côte d’Azur, alors que le Languedoc-Roussillon a enregistré une baisse d’ampleur équivalente (– 3,8 %). L’Aquitaine (– 1,2 %) et la Bretagne (– 1,1 %) ont limité les effets négatifs de la mauvaise météorologie du début de l’été. Les Pays de la Loire ont pour leur part réussi à maintenir leur fréquentation touristique (+ 0,2 %).

La clientèle française a encore reculé cette année en Paca : – 3,8 %, après – 1,2 % en 2013. Pour les touristes étrangers, cette baisse est plus marquée.

Figure 1 – La hausse de la fréquentation hôtelière s'est interrompue à l'été 2014 en Paca

en % par rapport à l’été précédent
La hausse de la fréquentation hôtelière s'est interrompue à l'été 2014 en Paca
Provence-Alpes-Côte d'Azur France métropolitaine
2011 4,9 2,7
2012 0,5 -0,7
2013 0,2 0,7
2014 -3,9 -2,1
  • Sources : Insee, CRT et CDT - Enquêtes de fréquentation hôtelière, données rétropolées de 2010 à 2013

Figure 1 – La hausse de la fréquentation hôtelière s'est interrompue à l'été 2014 en PacaÉvolution de la fréquentation des hôtels selon les saisons d'été

Moins de touristes en provenance de l’étranger

La clientèle étrangère, qui compensait la moindre fréquentation française depuis 2012, a fortement diminué en Paca cette année (– 3,9 %, après + 1,9 % en 2013). La clientèle en provenance des pays de la zone euro a encore reculé mais moins fortement que l’année dernière (– 0,5 %, après – 6,8 % en 2013). Les Belges (– 6,8 %) et les Allemands (– 2,6 %) continuent de venir moins nombreux, tandis que les Italiens (+ 3,5 %), les Espagnols (+ 6,8 %) et les Hollandais (+ 4,0 %) ont été plus présents. La clientèle des autres pays européens a été sensiblement moins présente (– 3,9 %), bien que les Britanniques (près d’un touriste sur deux de cette clientèle) aient amorcé un léger retour en Paca (+ 0,9 %). Au total, la fréquentation européenne (y compris la Turquie) a baissé de 2,1 %.

La clientèle lointaine a fortement baissé (– 8,2 %). Les États-Unis (– 7,0 %, après + 10,3 % en 2013) ont notamment « boudé » notre région. La fréquentation des touristes russes chute encore (– 16,0 %, après – 11,3 % en 2013). La fréquentation chinoise est la seule à progresser fortement (+ 13,6 %).

Seul le Vaucluse tire son épingle du jeu

Au sein de la région, la baisse de fréquentation a touché tous les départements à l’exception du Vaucluse (figure 2). Les chutes les plus marquées concernent les Hautes-Alpes (– 5,7 %) et les Alpes-Maritimes (– 5,9 %). Le Var a également enregistré une saison difficile (– 3,0 %). Après une bonne saison d’été 2013 (+ 10,1 %), portée par l’organisation de Marseille-Provence capitale européenne de la culture, la fréquentation des hôtels des Bouches-du-Rhône a diminué de 3,1 %. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, la baisse a perduré (– 1,7 %, après – 1,2 % en 2013). Seul le Vaucluse a enregistré une légère hausse de sa fréquentation hôtelière (+ 0,6 %, après – 1,4 % en 2013).

Figure_2 – Seuls les hôtels du Vaucluse enregistrent une légère hausse de fréquentation

  • Source : Insee, CRT et CDT – Enquêtes de fréquentation hôtelière, donnés rétropolées de 2010 à 2013

Toutes les catégories d’hôtels sont touchées...

La fréquentation des hôtels 1 étoile a fortement diminué (– 12,0 %). Celle des 2 étoiles, qui reste soutenue par la clientèle étrangère, et celle des 3 étoiles, dont la clientèle française a été plus présente, ont limité leur baisse (respectivement – 0,8 % et – 1,8 %). Les hôtels plus haut de gamme ont également été très touchés : la fréquentation dans les 4 étoiles a baissé de 4,8 %, et celle des 5 étoiles de 7,4 %. Leur clientèle, majoritairement étrangère, y a été moins présente (figure 3).

Figure 3 – Tous les espaces et toutes les catégories sont concernés Fréquentation hôtelière en Paca - saison d'été 2014

Tous les espaces et toutes les catégories sont concernés Fréquentation hôtelière en Paca - saison d'été 2014
Fréquentation Séjours Part des nuitées des touristes étrangers en %
Nuitées 2014 en milliers Évolution 2014/2013 en % Évolution 2014/2013 en %
Ensemble 13 001 -3,9 -5,1 44,9
Selon l'espace touristique
Littoral 8 135 -4,4 -5,6 49,5
Alpes-Maritimes 4 489 -5,2 nd 62,6
Bouches-du-Rhône 1 678 -6,7 nd 29,2
Var 1 968 -0,3 nd 37,0
Urbain 3 483 -2,9 -4,2 39,5
Rural 970 -3,2 -6,4 35,4
Montagne 413 -3,4 -3,5 21,6
Selon la catégorie
1 étoile 504 -12,0 -14,1 30,4
2 étoiles 2 842 -0,8 -2,7 31,9
3 étoiles 4 431 -1,8 -3,1 46,9
4 étoiles 2 746 -4,8 -5,7 55,3
5 étoiles 970 -7,4 -5,9 67,0
Non classés 1 510 -8,4 -10,0 35,1
  • Sources : Insee, CRT et CDT - Enquêtes de fréquentation hôtelière, données rétropolées de 2010 à 2013

... ainsi que tous les espaces touristiques

L’espace littoral (deux tiers de la fréquentation hôtelière estivale) a été moins fréquenté durant la saison d’été 2014 (– 4,4 %). Les clientèles étrangère et française y ont toutes deux baissé (respectivement – 5,3 % et – 3,6 %). Dans les espaces littoraux des Bouches-du-Rhône et azuréen, la fréquentation a sensiblement diminué (respectivement – 6,7 % et – 5,2 %). Seul à bénéficier d’une légère hausse des touristes étrangers (+ 0,7 %), le littoral varois a limité la baisse de fréquentation (– 0,3 %).

Les hôtels de l’espace urbain non littoral ont accueilli moins de touristes cet été (– 2,9 %). La clientèle française a notamment fortement baissé (– 4,4 %). La clientèle étrangère est restée pratiquement stable (– 0,4 %). Au sein de la région, seuls les espaces urbains des départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse enregistrent une légère hausse de fréquentation (respectivement + 0,7 % et + 1,0 %). Dans les Bouches-du-Rhône, sont venus plus nombreux les touristes français (+ 2,3 %) ; dans le Vaucluse, les touristes étrangers (+ 8,0 %). À l’inverse, la baisse de fréquentation est marquée dans les espaces urbains des Alpes-Maritimes (– 10,6 %), des Hautes-Alpes (– 13,9 %) et du Var (– 15,4 %). Elle est plus contenue dans les Alpes-de-Haute-Provence (– 0,4 %).

Dans l’espace rural, le nombre de nuitées a également diminué (– 3,2 %). Cette baisse a concerné les clientèles française et étrangère (respectivement – 3,1 % et – 3,3 %). Au sein de la région, seul l’espace rural des Bouches-du- Rhône a été plus fréquenté (+ 6,2 %). À l’opposé, celui des Alpes-Maritimes a subi la plus forte baisse (– 12,1 %).

Enfin, la fréquentation des hôtels de l’espace montagne s’est également repliée à l’été 2014 (– 3,4 %). Les touristes étrangers sont venus moins nombreux (– 1,9 %) et les Français ont été beaucoup moins présents (– 3,8 %). Dans les Hautes-Alpes et le Vaucluse, la fréquentation a chuté (respectivement – 5,9 % et – 4,3 %). À l’inverse, dans les Alpes-Maritimes (+ 1,1 %) et les Alpes-de-Haute-Provence (+ 4,0 %), elle a progressé.

Sources

L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie concerne les hôtels homologués Atout France (1 à 5 étoiles) et, depuis janvier 2014, tous les hôtels de cinq chambres ou plus, classés ou non. Les données 2010 à 2013 ont été rétropolées.

Pour en savoir plus