Moins de naissances et plus de décès en Basse-Normandie en 2012

Aurélie Charles (Insee)

Une vague de décès et un recul progressif des naissances : en Basse-Normandie l’excédent naturel se contracte en 2012. Ainsi 15 160 personnes domiciliées dans la région sont décédées en 2012 tandis que 16 050 bébés voyaient le jour. Même si les mères sont de plus en plus âgées, leurs enfants sont en bonne santé : le taux de mortalité infantile bas-normand est, cette année, le plus faible de France.

Insee Flash Basse-Normandie
No 5
Paru le : 29/09/2014

Au 1er janvier 2013, près de 1 480 000 personnes résident en Basse-Normandie. La population a augmenté de 0,1 % entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2013, soit environ 1 200 Bas-Normands supplémentaires. En 2011, la population avait augmenté de 2 100 habitants. Cette progression démographique modeste est liée à un recul de la croissance naturelle qui est passée de + 2 080 personnes en 2011 à + 890 en 2012. Cette baisse s’inscrit dans une tendance, plutôt régulière depuis 2006, de baisse des naissances et de hausse des décès. Elle traduit surtout le vieillissement de la population bas-normande, mais aussi une baisse de la fécondité des Bas-Normandes, conjuguée à un recul de près de 10 % en 10 ans du nombre de femmes en âge d’avoir des enfants. Ainsi, 2012 est la quatrième année consécutive où l’indice conjoncturel de fécondité est plus faible en Basse-Normandie qu’en France (1,96 enfant par femme contre 2 en France). Si cette tendance se poursuit, il est probable que la Basse-Normandie soit confrontée à un déficit naturel d’ici deux ou trois années. D’ailleurs, en 2012, seul le Calvados conserve un excédent naturel, puisque la Manche connaît pour la première fois un léger déficit naturel et que l’Orne aggrave le sien.

graphique1 – Evolution des naissances et des décès en Basse-Normandie et en France métropolitaine

Indice base 100 en 2001
Evolution des naissances et des décès en Basse-Normandie et en France métropolitaine
Naissances Basse-Normandie Décès Basse-Normandie Naissances France métropolitaine Décès France métropolitaine
2001 100,0 100,0 100,0 100,0
2002 97,7 99,6 98,8 100,8
2003 96,9 103,3 98,8 104,0
2004 96,6 99,5 99,6 95,9
2005 96,1 103,1 100,5 99,4
2006 98,1 99,8 103,4 97,3
2007 96,6 103,8 102,0 98,1
2008 95,3 104,1 103,3 100,2
2009 95,4 106,4 102,9 101,4
2010 94,1 107,5 104,1 101,8
2011 92,9 106,2 102,9 100,7
2012 91,3 112,9 106,5 107,3
  • Source : Insee, Etat civil (données domiciliées)

graphique1 – Evolution des naissances et des décès en Basse-Normandie et en France métropolitaine

Une hausse de la mortalité qui accentue la tendance.

En 2012, le nombre de décès a progressé de 6,3 % par rapport à 2011. Cette augmentation particulièrement importante est supérieure à la moyenne nationale (4,6 %). La hausse des décès est, d’une manière générale, liée au fait que des générations du baby boom arrivent à des âges où la mortalité est élevée. Par ailleurs, la France a connu une vague de froid importante en février et diverses épidémies (de grippe, respiratoires et de gastro-entérite) en février et mars. En plus de leur effet direct sur la mortalité, ces épidémies ont pu rendre des personnes déjà fragiles plus vulnérables et ainsi prolonger la surmortalité les mois suivants. La plus forte proportion de personnes âgées dans la région contribue vraisemblablement à cette progression plus importante des décès en Basse-Normandie. Un autre facteur s’y ajoute : à l’instar de toutes les régions bordant la Manche, le taux de mortalité avant 60 ans est plus élevé en Basse-Normandie qu’en moyenne. Sous l’effet conjugué de ces facteurs, le taux de mortalité atteint 10,3 ‰ soit 1,5 point de plus qu’au niveau national. C’est le taux de mortalité le plus élevé depuis la dernière guerre mondiale.

Notons enfin la bonne santé des nouveaux-nés bas-normands, puisque le taux de mortalité infantile (2,6 ‰) est, cette année, le plus faible de France. Ce taux comptait, il y a quelques années encore, parmi les plus élevés du pays.

Maternité de plus en plus tardive.

Les mères qui ont accouché en 2012 étaient âgées en moyenne de 29,7 ans et celles qui ont mis au monde leur premier enfant, de 27,8 ans en moyenne. Elles étaient, dans les deux cas, un an plus âgées que celles qui avaient accouché en 2011. Elles restent cependant plus précoces que les Françaises. En 2012, les deux tiers des nouveau-nés ont une maman âgée de 25 à 35 ans. Enfin, suivant une tendance croissante, le nombre de bébés nés hors mariage progresse encore. En 2012, ils représentent deux naissances sur trois.

graphique2 – Taux de fécondité selon l'âge de la mère en Basse-Normandie

en %
Taux de fécondité selon l'âge de la mère en Basse-Normandie
Âge atteint dans l'année 1992 2002 2012
15 0,03 0,00 0,00
16 0,10 0,10 0,00
17 0,32 0,22 0,31
18 0,8 0,8 0,7
19 1,7 1,6 1,3
20 3,3 2,8 2,9
21 5,1 4,5 3,5
22 6,7 5,4 5,1
23 8,7 7,1 6,3
24 11 8,7 7,4
25 13 10 10
26 14 12 12
27 15 15 14
28 15 15 14
29 15 15 15
30 12 15 15
31 11 14 15
32 9,4 12 13
33 7,6 10 13
34 6,7 9,1 10
35 5,4 7,7 8,9
36 4,3 6,1 7,6
37 3,2 4,5 5,9
38 2,5 4,1 4,9
39 2,1 3 3,3
40 1,5 2,2 3
41 1,2 1,5 1,9
42 0,7 0,8 1,4
43 0,3 0,6 0,8
44 0,2 0,4 0,5
45 0,1 0,2 0,3
46 0,1 0,1 0,1
47 0 0 0
48 0 0 0
49 0 0 0
  • Note de lecture : 14,73 % des femmes de 30 ans ont mis au monde un enfant en 2012. Vingt ans plus tôt, cette proportion atteignait 12,21 %.
  • Source : Insee, Etat civil (données domiciliées), estimations de population

graphique2 – Taux de fécondité selon l'âge de la mère en Basse-Normandie

L’été plutôt que l’hiver

Avec plus de 48 naissances par jour en moyenne en septembre et 46 en août, l’été est apparu comme la saison la plus propice aux naissances dans la région. A contrario, au mois de décembre, la fréquence des naissances est tombée à 40 par jour en moyenne.

tableau1 – Bilan démographique

Bilan démographique
Calvados Manche Orne Basse-Normandie France
Population au 1er janvier 2013 (p) 688 887 500 980 289 375 1 479 242 65 542 916
2012 (p) 687 378 500 342 290 337 1 478 057 65 251 737
2011 685 262 499 531 290 891 1 475 684 64 933 400
Naissances vivantes 2012 (p) 7 833 5 282 2 933 16 048 819 191
2011 8 041 5 193 3 105 16 339 821 589
Décès 2012 (p) 6 395 5 403 3 359 15 157 567 933
2011 5 996 5 141 3 123 14 260 543 330
Solde naturel 2012 (p) 1 438 -121 -426 891 251 258
2011 2 045 52 -18 2 079 278 259
Taux de natalité (en ‰) 2012 (p) 11,4 10,6 10,1 10,9 12,6
2011 11,7 10,4 10,7 11,1 12,6
Taux de mortalité (en ‰) 2012 (p) 9,3 10,8 11,6 10,3 8,7
2011 8,7 10,3 10,7 9,7 8,3
Taux de mortalité infantile (en ‰) (1) 2010/2012 (p) 2,6 3,2 3,1 2,9 3,5
2009/2011 3,2 3,1 3,0 3,1 3,6
Taux de naissances hors mariage (en %) 2012 (p) 64,7 65,2 64,2 64,8 56,7
2011 62,6 64,2 62,8 63,1 55,8
Indicateur conjoncturel de fécondité 2012 (p) 1,89 2,09 2,02 1,97 2,01
2011 1,93 2,03 2,11 1,99 2,01
  • (p): données provisoires
  • (1) : nombre de décès de moins d'un an / nombre d'enfants nés vivants sur les 3 années 2010 - 2011 - 2012.
  • Source : Insee, Etat civil (données domiciliées), estimations de population.

Définitions

L’indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Pour en savoir plus

En 2013, 811 510 bébés sont nés en France - Plus de 800 000 bébés par an depuis 2005, Insee Focus N°9 - septembre 2014

Un siècle de fécondité en Basse-Normandie, Cent pour cent Basse-Normandie N°238 - janvier 2013