Une photographie du marché du travail en 2010 Depuis 2008, chômage et sous-emploi progressent

Anne Mansuy et Loup Wolff, division Emploi, Insee

En 2010, 25,7 millions de personnes ont un travail et 2,7 millions sont au chômage au sens du BIT. Sur dix personnes qui travaillent, on compte un non-salarié, cinq ouvriers ou employés et quatre cadres ou professions intermédiaires. Une large majorité de salariés travaillent avec un contrat à durée indéterminée, mais les autres formes de contrat (Intérim, apprentissage, contrats à durée déterminée) progressent sensiblement, surtout chez les plus jeunes. De plus, 6 % des personnes ayant un emploi sont en situation de sous-emploi. Cette situation est plus courante parmi les jeunes, les employés et les femmes.

Depuis 2008, le chômage gagne les cadres et les plus qualifiés, catégories jusqu’alors les plus préservées. C’est parmi les plus de 50 ans, que le chômage a le plus progressé, même si les plus jeunes et les moins qualifiés restent les plus touchés.

Publications grand public
Insee Première – No 1391
Paru le : 10/02/2012

En 2010, 25,7 millions de personnes ont un travail et 2,7 millions sont au chômage au sens du BIT.

En 2010, 28,3 millions de personnes de 15 ans ou plus vivant en France métropolitaine sont actives : 25,7 millions ont un emploi et 2,7 millions sont au chômage au sens du BIT. 21,6 millions de personnes sont inactives, c’est-à-dire ne travaillent pas et ne recherchent pas activement un emploi ou ne sont pas disponibles pour en occuper un (tableau 1).

Depuis 2003, la population active a augmenté de 1,4 million de personnes. Entre 2003 et 2010, le nombre de femmes actives a beaucoup augmenté (un million contre moins d’un demi- million pour les hommes), ainsi que le nombre d’actifs âgés de 50 à 64 ans (+ 1,1 million). Pour ces derniers, la tendance générale au vieillissement de la population française se conjugue avec une participation accrue des seniors au marché du travail : le taux d’activité sous-jacent des 50-64 ans passe de 50,6 % en 2003 à 56,6 % en 2010.

Tableau 1 – 56,7 % de personnes actives en 2010

56,7 % de personnes actives en 2010
Hommes (milliers) Femmes (milliers) Ensemble
Effectif (milliers) Répartition ( %)
Actifs 14 836 13 509 28 345 56,7
Actifs ayant un emploi 13 498 12 194 25 692 51,4
Chômeurs 1 338 1 315 2 653 5,3
Inactifs 9 046 12 594 21 640 43,3
dont inactifs de 60 ans ou plus 5 607 7 358 12 965 25,9
Total 23 882 26 103 49 986 100,0
  • Champ : population des ménages de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence), vivant en France métropolitaine, hors communautés.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2010.

Une personne ayant un emploi sur dix est non salariée

Parmi les personnes qui occupent un emploi en 2010, un peu plus d’une sur dix (11,5 %) est non salariée. Plus de la moitié de ces non-salariés (52,4 %) sont artisans ou commerçants, près d’un quart (24,5 %) exerce une profession libérale, un sixième (17,5 %) est agriculteur et la minorité restante est chef d’une entreprise de plus de 10 salariés (5,6 %). Les femmes ne représentent que 31,4 % des non-salariés. La majorité de ces indépendants travaillent sans salariés (57,1 %). Sensiblement plus âgés que la moyenne de la population active, la moitié des non-salariés ont plus de 46 ans, contre 40 ans pour la population salariée.

Un emploi sur deux est ouvrier ou employé

Les emplois salariés constituent la grande majorité (88,5 %) des emplois en France : une personne en emploi sur deux est ouvrière (21,3 %) ou employée (28,9 %) et près de quatre personnes sur dix occupent une profession intermédiaire (23,3 %) ou sont cadres (15,1 %).

Ces proportions ont légèrement évolué depuis le début des années 2000 : le groupe socioprofessionnel des cadres s’est agrandi (ils représentaient 13,3 % des personnes ayant un emploi en 2003), celui des ouvriers s’est réduit (23,9 % en 2003).

Parmi les 12,2 millions de femmes ayant un emploi, près de la moitié (soit 5,7 millions) appartiennent à la catégorie sociale des employés. Elles occupent les trois quarts de ces emplois. En revanche, elles ne représentent que 18,9 % des ouvriers et 39,0 % des cadres (tableau 2). Néanmoins, depuis le début des années 2000, la part des femmes progresse parmi les cadres (+ 4 points) et les professions intermédiaires (+ 3 points).

Tableau 2 – En 2010, sur dix personnes ayant un emploi, neuf sont salariées

En 2010, sur dix personnes ayant un emploi, neuf sont salariées
Hommes Femmes Part de femmes (%) Ensemble
  Effectif (milliers) Répartition (%) Effectif (milliers) Répartition (%) Effectif (milliers) Répartition (%)
Non-salariés1 2 028 15,0 929 7,6 31,4 2 957 11,5
Salariés 11 470 85,0 11 265 92,4 49,5 22 735 88,5
Cadres 2 355 17,4 1 510 12,4 39,0 3 867 15,1
Professions intermédiaires 2 944 21,8 3 035 24,9 50,8 5 978 23,3
Employés 1 733 12,8 5 687 46,6 76,6 7 420 28,9
Ouvriers 4 438 32,9 1 034 8,5 18,9 5 471 21,3
Total 13 498 100,0 12 194 100,0 47,5 25 692 100,0
  • 1. Non-salariés : ce statut regroupe les agriculteurs exploitants, artisans, commerçants et assimilés, chefs d'entreprise de 10 salariés ou plus, professions libérales et assimilés (PCS 10, 21, 22, 23, 31).
  • Champ : actifs de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence) ayant un emploi et vivant en France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2010.

Le tertiaire emploie les trois quarts des personnes ayant un emploi

En 2010, les trois quarts des personnes ayant un emploi (salarié ou non) travaillent dans le secteur tertiaire, 14,0 % dans l’industrie, 7,1 % dans la construction et 2,9 % dans l’agriculture (tableau 3).

L’agriculture (incluant la sylviculture et la pêche) est le seul secteur où le non-salariat est majoritaire (un peu plus de 500 000 personnes, soit 67,3 % des emplois du secteur). Les ouvriers exercent quant à eux majoritairement dans les secteurs de l’industrie (43,5 % des emplois) et de la construction (51,8 %). Ils ne sont pas pour autant absents du secteur tertiaire (14,2 % des emplois) : les ouvriers représentent 44,0 % des emplois dans le secteur des transports (en grande partie des routiers et des conducteurs d’engins) et 28,0 % des emplois dans le secteur des sciences, techniques et services administratifs (dont de nombreux salariés en charge du nettoyage et de la propreté).

Le secteur de l’hébergement-restauration compte 45,0 % d’employés, en majorité des serveurs et des employés de l’hôtellerie. L’administration publique, l’éducation, la santé et l’action sociale emploient quant à elles presque autant d’employés (43,3 %), et des femmes dans trois cas sur quatre : assistantes maternelles, aides à domicile, aides soignantes ou adjointes administratives. Enfin, les secteurs employant le plus de cadres sont les activités financières, d’assurance et immobilières, l’information et communication.

Tableau 3 – Les trois quarts des emplois sont dans le secteur tertiaire

en %
Les trois quarts des emplois sont dans le secteur tertiaire
Ensemble Non salariés Salariés
Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Agriculture 2,9 67,3 1,3 3,4 2,1 25,9
Industrie 14,0 5,3 16,5 27,1 7,5 43,5
Construction 7,1 22,7 5,8 14,3 5,5 51,8
Tertiaire 76,0 9,5 16,1 24,2 36,1 14,2
Commerce 12,9 15,0 10,5 22,7 33,8 18,0
Transports 5,1 4,9 10,8 17,3 23,1 44,0
Hébergement et restauration 3,7 20,2 4,7 11,9 45,0 18,3
Information et communication 2,9 9,3 54,1 22,9 10,1 3,5
Finance, assurance, immobilier 4,5 7,1 31,7 24,2 32,8 4,3
Sciences, techniques, serv. administratifs 10,1 13,1 19,7 19,1 20,0 28,0
Administration publique, éduction, santé, action sociale 29,9 4,8 15,2 31,0 43,3 5,6
Autres services et activités indéterminées 6,5 13,7 9,3 16,1 50,9 9,9
Total 100,0 11,5 15,0 23,3 28,9 21,3
  • Champ : actifs de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence) ayant un emploi et vivant en France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2010.

La moitié des jeunes salariés en apprentissage, CDD ou intérim

Plus de six salariés sur sept (86,8 %) bénéficient d’un contrat à durée indéterminée (tableau 4). Les autres formes d’emploi sont moins courantes : les contrats à durée déterminée touchent 9,6 % de la population salariée, l’intérim 2,1 % et l’apprentissage 1,5 %. Intérim, apprentissage et contrats à durée déterminée reviennent majoritairement aux salariés les plus jeunes. Sur les 3 millions de salariés travaillant en 2010 sous ces types de contrat, plus de la moitié (1,6 million) ont moins de 29 ans et plus d’un tiers (1,1 million) moins de 24 ans (encadré). Ils étaient moins nombreux en 2003. Cette évolution est due au développement rapide de l’apprentissage : de 241 000 en 2003, le nombre d’apprentis est passé à 333 000 en 2007 et 338 000 en 2010.

Tableau 4 – Un jeune salarié sur deux a un contrat à durée indéterminée en 2010

en %
Un jeune salarié sur deux a un contrat à durée indéterminée en 2010
  Intérimaires Apprentis Contrats à durée déterminée Contrats à durée indéterminée
Cadres ns ns 6,6 93,0
Professions intermédiaires 0,9 1,0 8,4 89,7
Employés 0,8 1,5 13,1 84,6
Ouvriers 6,3 3,1 8,5 82,1
Hommes 2,8 2,0 7,7 87,5
Femmes 1,3 1,1 11,6 86,0
15 - 24 ans 6,1 15,4 28,5 50,1
25 - 49 ans 1,9 ns 8,4 89,6
50 ans et plus 0,8 ns 5,6 93,6
Ensemble 2,1 1,5 9,6 86,8
  • Champ : salariés de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence) ayant un emploi et vivant en France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2010.

Le sous-emploi touche près de 6 % des personnes qui travaillent

La proportion de personnes à temps partiel a légèrement augmenté passant de 16,5 % en 2003 à 16,8 % en 2008 et 17,6 % en 2010. Le temps partiel est particulièrement répandu parmi les employés, catégorie sociale très féminisée. Parmi les personnes travaillant à temps partiel en 2010, près de trois sur dix (29,7 %) souhaiteraient travailler plus. En 2010, 1,5 million de personnes sont en situation de sous-emploi, c’est-à-dire ont un emploi (le plus souvent à temps partiel) mais souhaitent travailler davantage ; cela représente 5,9 % des personnes ayant un emploi (tableau 5). Avec la crise, le nombre de personnes en sous-emploi a sensiblement augmenté (1,2 million en 2008). Les femmes, représentent plus des deux tiers des personnes en sous-emploi en 2010. Mais l’écart avec les hommes s’est réduit en deux ans : 8,8 % des femmes sont en sous-emploi en 2010, contre 3,3 % des hommes, soit un risque de sous-emploi 2,6 fois supérieur en 2010, alors qu’il était de 3,5 en 2008. La crise explique en partie cette réduction des écarts. Le nombre de personnes en situation de chômage technique ou partiel a, en effet, plus que doublé entre 2008 (82 000 personnes) et 2010 (196 000), et cette forme particulière du sous-emploi touche dans trois cas sur quatre des hommes.

Le sous-emploi touche particulièrement les salariés les plus jeunes (un salarié de moins de 24 ans sur dix connaît cette situation) et les employés (un employé sur dix).

Tableau 5 – Les employés et les jeunes sont plus concernés par le sous-emploi

Les employés et les jeunes sont plus concernés par le sous-emploi
  Actifs ayant un emploi (milliers) Sous-emploi (milliers) Taux de sous-emploi (%)
Ensemble 25 692 1 518 5,9
Hommes 13 498 449 3,3
Femmes 12 194 1 068 8,8
Catégorie socioprofessionnelle
Non salariés 2 957 98 3,3
Cadres 3 867 92 2,4
Professions intermédiaires 5 978 229 3,8
Employés 7 420 786 10,6
Ouvriers 5 471 313 5,7
Âge
15-24 ans 2 255 238 10,5
25-49 ans 16 786 947 5,6
50 ans et plus 6 651 333 5,0
  • Lecture : 1,5 million de personnes ayant un emploi souhaiteraient travailler plus ; elles représentent 5,9 % des actifs de 15 ans et plus ayant un emploi.
  • Champ : actifs de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence) ayant un emploi et vivant en France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2010.

Le chômage augmente dans les classes les plus préservées

En moyenne sur 2010, 2,7 millions de personnes sont au chômage au sens du BIT, soit 9,4 % de la population active (tableau 6). Le chômage touche plus durement les plus jeunes (22,9 % des actifs de 15 à 24 ans), les ouvriers (13,5 %) et les moins diplômés (15,3 %).

Depuis 2008, et surtout en 2009, la situation s’est sensiblement détériorée : de 7,4 % en 2008, le taux de chômage est passé à 9,1 % en 2009 et le nombre de chômeurs a progressé de 600 000. Avec respectivement 190 000 et 170 000 chômeurs supplémentaires par rapport à 2008, les ouvriers et les employés sont deux catégories sociales qui ont largement contribué à cette augmentation du chômage. Mais c’est pour les cadres que le chômage a progressé le plus vite dans cette période : passant de 130 000 à 177 000 personnes, soit + 36,6 % entre 2008 et 2010, pour + 27,7 % chez les ouvriers et + 28,7 % chez les employés.

La progression du chômage chez les 50 ans et plus est elle aussi rapide : + 36,7 % en deux ans, ce qui fait d’eux la classe d’âge la plus durement touchée sur cette période. Cette dégradation s’est cependant atténuée : + 8,3 % entre 2009 et 2010 contre + 26,2 % entre 2008 et 2009. Chez les jeunes, l’augmentation du chômage a été particulièrement brutale entre 2008 et 2009 (+ 28,5 %), suivie d’une légère amélioration entre 2009 et 2010 (− 3,0 %). Malgré cette inflexion, le taux de chômage des 15-24 ans reste largement supérieur à celui des plus de 50 ans.

En 2010, le taux de chômage des hommes (9,0 %) reste inférieur à celui des femmes (9,7 %). Mais cet écart a tendance à se réduire : en 2008, l’écart était de 1 point. La réduction de cet écart s’explique notamment par la crise intervenue en 2008, qui a touché plus durement les secteurs où les hommes sont nombreux (Intérim, industrie…).

Tableau 6 – 2,7 millions de chômeurs en 2010

2,7 millions de chômeurs en 2010
Chômage BIT Chômeurs Chômeuses Total
Milliers  % Milliers  % Milliers  %
en milliers et  % de la population active
Ensemble 1 338 9,0 1 315 9,7 2 653 9,4
15-24 ans 356 22,2 312 23,7 668 22,9
25-49 ans 756 7,9 778 8,9 1 534 8,4
50 ans et plus 226 6,1 225 6,6 451 6,3
Catégories socioprofessionnelle
Cadres et professions intellectuelles supérieures 100 3,7 77 4,4 177 4,0
Professions intermédiaires 167 5,2 157 4,7 324 4,9
Employés 162 8,6 618 9,8 781 9,5
Ouvriers 640 12,6 211 17,0 851 13,5
Niveau de diplôme
Sans diplôme ou brevet 566 15,3 485 15,4 1 051 15,3
CAP, BEP 333 7,8 296 10,2 629 8,8
Baccalauréat 209 7,9 269 9,7 478 8,9
Bac + 2 104 5,8 115 5,2 219 5,4
Diplôme supérieur au Bac+2 126 5,1 149 6,0 275 5,6
en milliers et  % du nombre de chômeurs
Chômeurs depuis 1 an ou plus 562 42,0 509 38,7 1 070 40,4
15-24 ans 118 33,0 83 26,6 201 30,0
25-49 ans 324 42,8 303 38,9 626 40,8
50 ans et plus 120 53,1 122 54,1 242 53,6
Chômeurs depuis 2 ans ou plus 256 19,2 237 18,0 493 18,6
15-24 ans 45 12,6 31 9,9 76 11,3
25-49 ans 141 18,7 136 17,4 277 18,1
50 ans et plus 70 31,0 70 31,0 140 31,0
  • Champ : population active de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence), vivant en France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2010.

Des chômeurs de longue durée plus nombreux

Le chômage est élevé chez les plus jeunes, mais plus durable chez leurs aînés : 53,6 % des actifs de plus de 50 ans recherchent un emploi depuis plus d’un an et 31,0 % depuis plus de deux ans. Par comparaison, en moyenne, tous âges confondus, 40,4 % des chômeurs le sont depuis plus d’un an et 18,6 % depuis plus de deux ans. Les hommes sont plus touchés que les femmes par ce chômage longue durée.

La détérioration du marché du travail s’est traduite par une augmentation du poids des chômeurs longue durée en deux ans (40,4 % en 2010, contre 37,8 % en 2008). L’amorce de retour à l’emploi entre 2009 et 2010 des chômeurs de moins de 25 ans, parmi les plus récents, a contribué à augmenter l’ancienneté moyenne des personnes restées au chômage. Le chômage de longue durée a continûment enflé durant la même période : passés de 781 000 en 2008 à 915 000 en 2009, les chômeurs en recherche depuis plus d’un an dépassent le million en 2010 (1 070 000). Cette augmentation a plus pesé sur les actifs les plus jeunes (augmentation de 52,8 % du nombre de chômeurs longue durée chez les 15-24 ans) que sur les plus âgés (+ 31,3 % pour les 50 ans et plus), qui restent, malgré ces évolutions, la classe d’âge la plus touchée par cette forme de chômage.

Le « halo » du chômage se stabilise en 2010

Parmi les 2,7 millions de chômeurs comptabilisés en moyenne sur 2010, 130 000 n’effectuent plus de recherche, car ils ont trouvé un emploi commençant dans les trois mois. A contrario, 830 000 personnes souhaitent travailler, mais ne sont pas considérées comme au chômage car elles ne sont pas à la recherche d’un emploi ou ne sont pas disponibles pour prendre un emploi. Elles constituent ce que l’on appelle le « halo » du chômage. Ce dernier représente 2,8 % des personnes actives ou inactives et souhaitant travailler, en légère augmentation de 0,1 point par rapport à 2008. Les jeunes sont davantage concernés que les seniors (6,5 % contre 2,3 %), et les femmes que les hommes (3,5 % contre 2,2 %), mais l’augmentation du « halo » sur deux ans a porté principalement sur ces derniers. Au total, en ajoutant au « halo » les 2,6 millions de chômeurs en recherche d’emploi près de 3,4 millions de personnes sont sans emploi et souhaitent travailler en 2010.

Encadré

Les formes particulières d’emploi

Conçus en alternance avec des périodes d’enseignement général, technologique et professionnel en centre de formation, les contrats en apprentissage concernent presque exclusivement les plus jeunes : deux apprentis sur trois ont moins de 20 ans et pratiquement aucun plus de 25 ans. Ces contrats se concentrent majoritairement sur les métiers ouvriers (48,5 % des apprentis en 2010) et sur les jeunes hommes (65,9 %). Comme l’apprentissage, mais dans une moindre mesure, l’intérim touche surtout les plus jeunes (32,6 % des intérimaires ont moins de 25 ans et 50,5 % moins de 30 ans en 2010). Ces emplois sont très majoritairement ouvriers (74,3 % des intérimaires) et masculins (68,9 %).

Les contrats à durée déterminée (CDD) se différencient nettement des deux statuts d’emploi précédents. Ils concernent moins systématiquement les ouvriers (21,2 % des CDD en 2010) et touchent plus massivement les employés (44,3 %) et les femmes (59,8 %). Ces contrats sont répartis sur tous les âges, mais restent plus fréquents chez les jeunes : les salariés en CDD ont en moyenne près de 8 ans de moins que ceux en CDI.

Sources

L’enquête Emploi est réalisée en continu sur toutes les semaines de l’année pour la métropole. Son échantillon est partiellement renouvelé et les résultats sont exploités chaque trimestre. En 2010, l’enquête s’est déroulée auprès de 268 000 résidences principales et 414 000 personnes ont répondu au questionnaire.

Avant le 1er janvier 2009, l’échantillon de l’enquête provenait du recensement de 1999. À partir du 4e trimestre 2011, l’échantillon sera entièrement issu du fichier de la Taxe d’habitation (TH) 2006, remis à jour annuellement afin d’ajouter des logements nouveaux. Entre ces deux dates, les deux bases de sondage coexistent, la deuxième venant augmenter et remplacer progressivement la première.

Définitions

Chômeur au sens du Bureau international du travail (BIT) : personne en âge de travailler (conventionnellement 15 ans ou plus) qui : 1/ n’a pas travaillé au cours de la semaine de référence ; 2/ est disponible pour travailler dans les deux semaines et 3/ a entrepris des démarches effectives de recherche d’emploi ou a trouvé un emploi qui commence dans les trois mois.

Taux de chômage au sens du BIT : nombre de chômeurs rapporté à la population active totale BIT (actifs ayant un emploi et chômeurs).

Taux d’activité « sous-jacent » d’une classe d’âge : moyenne des taux d’activité par âge détaillé. C’est le taux qu’aurait connu la classe d’âge si la taille de chaque génération qui la compose était identique.

Sous-emploi (BIT) : situation d’une personne ayant un emploi à temps partiel, mais qui souhaite travailler plus d’heures sur une semaine donnée et qui est disponible pour le faire, qu’elle recherche un emploi ou non. Est également incluse dans le sous-emploi la personne ayant involontairement travaillé moins que d’habitude (chômage technique…).