Enquête Trajectoires et Origines en 2019 

TeO2

Sources
Paru le :Paru le20/06/2024
Consulter

Présentation statistique

Description des données

L’enquête « Trajectoires et Origines 2 » (TeO2) permet d’établir des statistiques nationales sur la diversité des populations en France métropolitaine et d’étudier comment les origines migratoires influencent le devenir des personnes.

Elle cherche à mesurer l’impact des origines sur l’accès aux principaux biens qui définissent la place de chacun·e dans la société : le logement, l’éducation, la maîtrise de la langue, l’emploi, les services publics et prestations sociales, la santé, les relations sociales et familiales, la nationalité, la citoyenneté, etc.

Pour cela, il est indispensable d’étudier les liens entre les origines et d’autres facteurs de différenciation dans la société française, notamment le milieu social, le genre, l’âge, le niveau d’instruction, le revenu et le quartier.

L’enquête TeO2 s’inscrit dans la continuité de la première enquête TeO1, avec certaines thématiques du questionnaire approfondies (origine des grands-parents, parcours administratif, réactions face aux discriminations, santé, etc.) et des nouvelles populations cibles (immigrés chinois, immigrés venant de pays avec de nombreux réfugiés, enfants de Français de l’étranger, etc).

Un volet complémentaire de l’enquête est adressé aux petits enfants d’immigrés d’origine non-européenne (la 3ème génération) et fait l’objet d’un rapport qualité distinct (TeO2-3G).

Nomenclature

L’Insee et l’Ined ont assuré la co-maîtrise d’ouvrage de l’enquête Trajectoires et Origines pour sa première et sa deuxième édition (TeO1 2008-2009 et TeO2 2019-2020). Dans ce cadre, les deux instituts ont construit une nomenclature des pays et des nationalités pour permettre aux chercheurs et aux statisticiens publics de mener leurs travaux sur l’immigration en France. Cette classification vise à fournir des regroupementspertinents du point de vue des vagues migratoires et des profils socio-culturels . Ce faisant, sa mise en place et sa diffusion au-delà de l’enquête TeO2, doit permettre une meilleure comparabilité des résultats d’une étude à l’autre.

Concepts et définitions statistiques

L’enquête TeO2, comme la première édition, est centrée sur les trajectoires sociales des individus et sur l’analyse des processus d’insertion. Le questionnaire s’intéresse donc aux parcours individuels et comprend des éléments rétrospectifs (trajectoires scolaires, professionnelles, familiales et résidentielles). Le recueil des éléments constitutifs de l’origine, aussi bien géographique que sociale, culturelle ou résidentielle fait l’objet d’une attention particulière.

Chaque sphère de la vie des enquêté·e·s est approfondie dans un module spécial. Exception faite de modification mineure dans le titre des modules, leur liste est identique à celle de la première enquête. Comme lors de l’enquête de 2008-2009, les principaux thèmes abordés sont :

  • l’environnement familial et social (entourage familial, histoire matrimoniale, relations sociales),

  • l’accès aux différentes ressources de la vie sociale (éducation, logement, emploi, santé, vie citoyenne),

  • les différentes dimensions des origines et appartenances (lien avec le pays d’origine, religion, langues, image de soi et regard des autres).

Le thème des discriminations est abordé de façon transversale dans différents modules. Les motifs de discriminations enregistrés peuvent être divers : origine, mais aussi genre, religion, handicap, orientation sexuelle, lieu de résidence, etc.

Par rapport à TeO1, des développements ont été apportés pour permettre de nouvelles études sur tous les thèmes du questionnaire et notamment sur les sujets suivants :

  • les conséquences sur les trajectoires socio-économiques des migrant·e·s de leurs caractéristiques pré-migratoires ;

  • l’impact des trajectoires légales (statut administratif) des migrant·e·s sur leurs conditions d’intégration ;

  • les comportements de santé des populations immigrées et leur intégration au sein du système de soins français ;

  • les trajectoires sociales des petits-enfants d’immigrés (la « troisième génération »).

Unité statistique

Personne vivant en logement ordinaire

Population statistique

L’enquête porte sur un échantillon d‘individus âgés de 18 à 59 ans vivant en ménage ordinaire en France métropolitaine au moment de l’enquête, avec une surreprésentation de certaines populations pour assurer une précision suffisante des analyses.

Cinq sous-populations sont distinguées :

• les immigrés (personnes dites de « première génération ») ;

• les personnes nées dans un département ou une région d'Outre-Mer (Drom) ;

• les personnes nées en France dont au moins un parent est immigré (descendants d’immigrés, personnes pouvant aussi être dites de « deuxième génération ») ;

• les personnes nées en France métropolitaine dont au moins un parent est né dans un département ou une région d’Outre-mer ;

• les personnes n’appartenant à aucun des groupes ci-dessus (« population majoritaire »), parmi lesquelles certaines ont une ascendance migratoire et présentent un intérêt particulier pour l’enquête :

  • les personnes dont au moins un parent est né Français à l’étranger, y compris dans une colonie (dit « enfants de Français de l’étranger ») ;

  • les petits-enfants d’immigré(s) (dits de « troisième génération »), d’origines européennes et non européennes, pour lesquels un effort de surreprésentation doit être réalisé.

Zone géographique de référence

France métropolitaine

Extensions régionales

sans objet

Couverture temporelle

Variable selon les parties du questionnaire

Période de base

sans objet

Faits marquants

La première édition de l’enquête (TeO1) a permis d’éclairer un grand nombre de questions autour de la place de l’origine dans les processus d’intégration, de discrimination et de construction identitaire au sein de la société française. Elle a fait l’objet d’un nombre important de publications et textes scientifiques. Près de 150 ont été recensés fin 2015, dont 52 articles de revues scientifiques, 3 ouvrages et 11 chapitres d’ouvrage, 22 publications institutionnelles (telles que Insee Première, Population & Sociétés, Infos migrations, Dares Analyses, etc.), 49 documents de travail et 8 thèses.

Depuis la mise à disposition des données de l’enquête sur le réseau Progedo-Quetelet, près de 220 demandes d’utilisation ont été effectuées et validées, sur une grande variété de sujets, dont certaines émanant de chercheurs d’autres pays européens ou nord-américains.

La publication aux éditions de l’Ined d’un ouvrage collectif de plus de 600 pages qui condense les résultats les plus importants de l’enquête a eu un retentissement important dans les médias. On a ainsi pu recenser 25 articles de presse autour des résultats de TeO1 au moment de la sortie de l’ouvrage en l’espace d’un mois et demi entre janvier et mi-février 2016.

La conduite de l’enquête elle-même n’a pas soulevé de difficultés majeures. La collaboration entre l’Insee et l’Ined a été très productive, la mise en place de l’enquête sur le terrain s’est déroulée de manière fluide et la perception de l’enquête a été très bonne, par les enquêteurs et enquêtrices, ainsi que les enquêté·e·s.