Le modèle de simulation macroéconomique Avionic

Le modèle Avionic (Analyse Variantielle Input Output Nationale, Importée et en Contenus) est un modèle développé par l’Insee. Il modélise la structure de l’économie à travers son processus productif au point d’équilibre de l’offre et de la demande (ressources et emplois de l’économie). Il permet de calculer des montants d’importations ou de valeur ajoutée générés par une composante de la demande finale (consommation des ménages, exportations ou formation brute de capital fixe). Il permet également de simuler les effets de chocs exogènes : par exemple, effet d’une variation de la demande finale sur les ressources de l’économie (production et importations) ou effet d’une variation de prix des intrants sur le prix de production d’un produit.

Méthodes
Dernière mise à jour le :09/07/2020

Caractéristiques générales du modèle

Le modèle Avionic développé au sein du département des comptes nationaux de l’Insee s’appuie sur le tableau entrées-sorties (TES) symétrique français. Ce tableau analyse chacun des produits de l’économie selon son origine, les ressources (production nationale ou importations), et sa destination, les emplois (consommation intermédiaire, consommation finale, exportations, investissement). Le TES symétrique sépare l’ensemble des ressources et des emplois de l’économie en une partie provenant de la production domestique (TES domestique) et une partie provenant des importations (TES importé). Les emplois y sont en outre valorisés au prix de base (et non au prix d’acquisition) ce qui a pour conséquence que le TES symétrique n’intègre ni marges de commerce, ni marges de transport, ni impôts ou subventions sur les produits.

Les équations sur lesquelles repose le modèle résultent directement de l’égalité entre les ressources et les emplois, d’une part dans le TES domestique, et d’autre part, dans le TES importé. Il s’agit d’un modèle d’équilibre qui retrace la structure de l’économie au point d’équilibre où l’on peut simuler des chocs exogènes (par exemple effet sur la production d’une relance budgétaire sur l’investissement en Bâtiment et Travaux Public). Le modèle permet également de calculer des montants d’importations, de valeur ajoutée ou de facteur travail générés par une composante de la demande finale (consommation des ménages, exportations ou formation brute de capital fixe).

Le modèle Avionic est un modèle sans bouclage et statique : il ne tient pas compte des éventuelles modifications de comportement suite aux chocs, ni des effets multiplicateurs transitant par les revenus et l’investissement. Il suppose aussi, en maintenant des coefficients techniques fixes, que les rendements sont constants et que le processus de production du produit est identique, quelle que soit l’utilisation finale du produit.

Le modèle s’adapte aux bases de données internationales développées récemment à l’OCDE (TiVA) ou à Eurostat (Figaro) qui s’appuient sur des TES inter-pays. Les résultats peuvent être présentés à différents niveaux de la nomenclature de produits, et une analyse croisée sur la dépense de consommation par type de ménages est possible.

Principales utilisations

Le modèle Avionic propose trois types de modélisations :

  • la modélisation d’une variation de la demande finale permet de simuler l’effet sur les ressources de l’économie (production et importations) d’un choc exogène (par exemple, l’impact d’une relance budgétaire sur l’investissement en un produit donné) ;
  • la modélisation du contenu de la demande finale permet de calculer des montants d’importations ou de valeur ajoutée générés par une composante de la demande finale (consommation des ménages, exportations ou formation brute de capital fixe). La somme des contenus en importations et des contenus en valeur ajoutée correspond à l’emploi final. Il est également possible, selon le même principe, de calculer la quantité de facteur travail générée par une composante de la demande finale (modélisation en contenus en emplois), ou d’intégrer diverses données permettant de varier les analyses (CO2, matières…) ;
  • la modélisation de variation de prix permet enfin de simuler l’effet sur l’ensemble des prix de production d’un choc exogène sur le prix des intrants (par exemple un choc sur le prix des importations d'un produit donné).

Le modèle s’adapte aux bases de données internationales développées récemment à l’OCDE (TiVA) ou à Eurostat (Figaro) et qui s’appuient sur des TES inter-pays. Il est envisageable à partir de ces données, de déterminer la ventilation du contenu en importation d’un produit donné selon les pays exportateurs.

Les résultats peuvent être présentés à différents niveaux de la nomenclature de produits, même s’il est préférable de manière générale de réaliser des simulations sur le niveau le plus fin disponible afin de bénéficier au mieux des interactions possibles au sein du TES (notamment via les consommations intermédiaires).

Une analyse par type de ménages est possible, en s’appuyant notamment sur les structures issues du compte des ménages par catégories, qui réconcilie les agrégats de comptabilité nationale estimés sur l’ensemble des ménages avec certaines données d’enquêtes qui identifient les ménages selon leurs caractéristiques sociodémographiques.

Méthodologie

Le modèle Avionic s’appuie sur le TES symétrique. Ce dernier repose sur l’égalité selon laquelle la somme de la production nationale et des importations est égale à la somme des consommations intermédiaires et de la demande finale (consommation des ménages, investissement, exportations et variations de stocks).

Pour le modèle Avionic le TES symétrique est décomposé en une partie domestique et une partie importée. Les équations sur lesquelles repose le modèle résultent directement de l’égalité entre les ressources et les emplois, d’une part dans le TES domestique, et d’autre part, dans le TES importé. Pour la partie domestique cela revient à dire que la production nationale est égale à la somme des consommations intermédiaires en produits domestiques et à la demande finale en produits domestiques. Pour la partie importée, que le total des importations est égal à la somme des consommations intermédiaires en produits importés et à la demande finale en produits importés.

L’utilisation des matrices des coefficients techniques domestiques et importés permet ensuite de retrouver les équations classiques du modèle de Léontieff à travers une décomposition des équations en domestique/importé.

Fichiers de résultats

Des résultats de l'utilisation du modèle sont proposés en téléchargement.

Publications

Pour en savoir plus

Le code source et une documentation détaillée du modèle sont mis à disposition sur github.

Un tutoriel vidéo est à disposition ici