Insee
Insee Flash Grand Est · Novembre 2022 · n° 64
Insee Flash Grand EstDans le Grand Est, près d’un septième de la population en moins d’ici 2070

Laura Horodenciuc, Perrine Kauffmann (Insee)

Selon les dernières projections démographiques, la population du Grand Est diminuerait de 752 800 habitants d’ici 2070 pour atteindre 4,8 millions d’habitants. Le Grand Est fait partie des cinq régions métropolitaines qui perdraient des résidents à l’horizon 2070. Cette déprise s’accompagnerait d’un vieillissement de la population. Le nombre de personnes âgées de 80 ans ou plus devrait ainsi doubler entre 2018 et 2070. Au sein de la région, seule la population du Bas-Rhin augmenterait. Les Vosges, les Ardennes, la Meuse et la Haute-Marne seraient les départements où le nombre d’habitants diminuerait le plus.

Insee Flash Grand Est
No 64
Paru le : Paru le 24/11/2022
Projection de population

Une évolution démographique qui ne suit pas la tendance nationale

Si les tendances démographiques récentes se poursuivaient (pour comprendre), la population du Grand Est s’élèverait à 4,8 millions d'habitants en 2070, soit 752 800 de moins qu’en 2018. Ainsi, après une quasi-stabilité sur la période 2013-2018, (- 0,01 % par an), la population de la région diminuerait en moyenne de 0,28 % par an, selon le scénario dit « central », alors qu’elle progresserait très légèrement au niveau de la France métropolitaine (+ 0,10 % par an).

Le Grand Est parmi les régions perdant des habitants d’ici 2070

Le Grand Est fait partie des cinq régions métropolitaines où la population décroîtrait en 2070, moins rapidement qu’en Normandie et qu’en Bourgogne-Franche-Comté (- 0,29 % par an chacune), mais plus que les Hauts-de-France (- 0,20 %) et le Centre-Val de Loire (- 0,13 %). Le ralentissement démographique de la région est perceptible depuis 2013 : la population reste quasi stable entre 2013 et 2018, alors qu’elle croissait de 0,11 % par an entre 2008 et 2013. Le repli démographique débuterait en 2018, puis s’accélérerait au fil du temps : la population baisserait en moyenne de 0,13 % par an entre 2018 et 2030, de 0,31 % entre 2030 et 2060, puis de 0,35 % entre 2060 et 2070 (figure 1). Ainsi, en 52 ans, le Grand Est perdrait près d’un habitant sur sept.

Figure 1Évolution de la population selon différents scénarios

base 100 en 2013
Évolution de la population selon différents scénarios (base 100 en 2013) - Lecture : entre 2013 et 2070, dans le Grand Est, la population devrait diminuer de 13,6 % selon le scénario central.
Année Scénario central Grand Est Scénario « Population basse » Grand Est Scénario « Population haute » Grand Est Scénario central France métropolitaine Scénario « Population basse » France métropolitaine Scénario « Population haute » France métropolitaine Évolution moyenne de la populationentre 2013 et 2018, Grand Est Évolution moyenne de la populationentre 2013 et 2018, France métropolitaine
2013 100,0 100,0
2014 100,0 100,4
2015 100,1 100,7
2016 100,0 101,1
2017 99,9 101,4
2018 100,0 100,0 100,0 101,8 101,8 101,8 100,0 101,8
2019 99,9 99,9 99,8 102,0 102,0 102,0
2020 99,7 99,8 99,7 102,2 102,3 102,2
2021 99,6 99,6 99,6 102,4 102,5 102,4
2022 99,4 99,4 99,5 102,6 102,5 102,6
2023 99,3 99,1 99,5 102,8 102,6 103,0
2024 99,2 98,9 99,5 103,0 102,7 103,3
2025 99,1 98,6 99,6 103,2 102,8 103,7
2026 99,0 98,3 99,6 103,4 102,8 104,1
2027 98,8 98,0 99,7 103,6 102,8 104,4
2028 98,7 97,7 99,7 103,8 102,8 104,8
2029 98,5 97,3 99,8 103,9 102,7 105,2
2030 98,4 96,9 99,9 104,1 102,6 105,6
2031 98,2 96,4 100,0 104,2 102,5 106,1
2032 98,0 96,0 100,1 104,4 102,3 106,5
2033 97,8 95,5 100,2 104,5 102,2 106,9
2034 97,6 95,0 100,2 104,6 102,0 107,3
2035 97,4 94,5 100,3 104,7 101,8 107,7
2036 97,2 94,0 100,4 104,8 101,6 108,1
2037 96,9 93,5 100,4 104,8 101,3 108,5
2038 96,7 93,0 100,5 104,9 101,1 108,9
2039 96,4 92,4 100,5 104,9 100,8 109,2
2040 96,1 91,8 100,6 105,0 100,5 109,6
2041 95,9 91,2 100,6 105,0 100,2 110,0
2042 95,6 90,7 100,6 105,0 99,9 110,3
2043 95,3 90,0 100,6 105,0 99,6 110,6
2044 95,0 89,4 100,6 105,0 99,3 111,0
2045 94,7 88,8 100,7 105,0 98,9 111,3
2046 94,3 88,2 100,6 105,0 98,6 111,6
2047 94,0 87,6 100,6 104,9 98,2 111,9
2048 93,7 86,9 100,6 104,9 97,8 112,2
2049 93,4 86,3 100,6 104,8 97,5 112,5
2050 93,0 85,7 100,6 104,8 97,1 112,8
2051 92,7 85,0 100,5 104,7 96,7 113,0
2052 92,3 84,4 100,5 104,6 96,3 113,3
2053 92,0 83,7 100,5 104,5 95,9 113,6
2054 91,6 83,1 100,4 104,4 95,5 113,8
2055 91,3 82,4 100,4 104,3 95,0 114,1
2056 90,9 81,8 100,3 104,2 94,6 114,3
2057 90,6 81,1 100,3 104,1 94,1 114,6
2058 90,2 80,5 100,3 104,0 93,7 114,8
2059 89,9 79,8 100,2 103,9 93,2 115,1
2060 89,5 79,2 100,2 103,7 92,7 115,3
2061 89,2 78,5 100,2 103,6 92,2 115,6
2062 88,8 77,8 100,2 103,5 91,7 115,9
2063 88,5 77,2 100,3 103,3 91,2 116,1
2064 88,2 76,6 100,3 103,2 90,7 116,4
2065 87,9 75,9 100,3 103,1 90,2 116,7
2066 87,6 75,3 100,4 103,0 89,7 117,1
2067 87,3 74,7 100,5 102,9 89,2 117,4
2068 87,0 74,0 100,5 102,8 88,8 117,7
2069 86,7 73,4 100,6 102,6 88,3 118,1
2070 86,4 72,8 100,7 102,5 87,8 118,4
  • Lecture : entre 2013 et 2070, dans le Grand Est, la population devrait diminuer de 13,6 % selon le scénario central.
  • Champ : Grand Est.
  • Source : Insee, Omphale 2022.

Figure 1Évolution de la population selon différents scénarios

  • Lecture : entre 2013 et 2070, dans le Grand Est, la population devrait diminuer de 13,6 % selon le scénario central.
  • Champ : Grand Est.
  • Source : Insee, Omphale 2022.

L’évolution du nombre d’habitants à l’horizon 2070 dépend des hypothèses d’évolution de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations. Dans l’hypothèse d’un scénario où les évolutions de ces composantes sont défavorables (dit « population basse »), la décroissance démographique du Grand Est serait encore plus prononcée. En moyenne, la population diminuerait de 0,61 % par an, soit 1 508 100 habitants en moins par rapport à 2018. La population régionale s’établirait ainsi à 4,0 millions d'habitants à l’horizon 2070. À l’inverse, seule la combinaison de facteurs favorables (scénario dit « population haute ») permettrait au Grand Est de maintenir quasi constant le niveau de sa population. Avec un accroissement annuel de 0,01 %, la région compterait 43 100 habitants en plus en 2070, soit 5,6 millions d’habitants.

Contrairement à la période récente, les décès seraient excédentaires par rapport aux naissances. Le contribuerait à une baisse de la population de 0,3 point par an à l’horizon 2070.

Les mouvements migratoires resteraient excédentaires dans la région, mais ne permettraient pas de compenser le solde naturel négatif : le contribuerait à faire augmenter la population régionale de 0,02 point par an entre 2018 et 2070.

En 2070, deux fois plus d’habitants âgés de 80 ans ou plus

Selon le scénario central, en 2070, la structure par âge des habitants du Grand Est serait très différente de celle de 2018 (figure 2). Le vieillissement de la population se poursuivrait : les hommes gagneraient 7,9 ans d’, et les femmes 4,3 ans. L’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes continuerait de se réduire : il serait de 2 ans en 2070, contre 5,6 années en 2018. Aux âges plus avancés, la répartition de la population entre hommes et femmes serait plus équilibrée qu’actuellement : les 85 ans ou plus compteraient 42 % d’hommes contre 30 % en 2018. Dans la région comme au niveau national, trois résidents sur dix seraient âgés de 65 ans ou plus en 2070, contre deux sur dix en 2018. Leur nombre augmenterait ainsi de 369 000 habitants dans le Grand Est, soit en moyenne + 0,56 % par an entre 2018 et 2070. La part des 65 ans ou plus dépasserait le tiers de la population en 2070 dans quatre départements (Haut-Rhin, Haute-Marne, Meuse et Vosges). La progression la plus marquante serait celle des personnes âgées de 80 ans ou plus : elles seraient deux fois plus nombreuses en 2070.

À l’inverse, le nombre des résidents du Grand Est âgés de moins de 60 ans décroîtrait de 0,58 % en moyenne par an sur la même période. La région perdrait trois jeunes de moins de 20 ans sur dix d’ici 2070, soit - 0,72 % en moyenne par an. Le nombre d’enfants par femme en âge de procréer (de 15 à 50 ans) diminuerait par rapport à la période récente. L’ baisserait à 1,64 enfant par femme dans le Grand Est contre 1,78 en France métropolitaine sur la période 2023-2070. De plus, les femmes en âge d’avoir des enfants seraient, en proportion, moins nombreuses en 2070 qu’en 2018 (35,9 % contre 41,4 %).

Figure 2Population par sexe et âge en 2018 et à l'horizon 2070 dans le Grand Est

Population par sexe et âge en 2018 et à l'horizon 2070 dans le Grand Est - Lecture : en 2018, le Grand Est compte 31 830 hommes et 30 940 femmes de 25 ans ; en 2070, ils seraient respectivement 25 230 et 22 890.
Âge Hommes Femmes
2018 2070 2018 2070
0 28 520 20 660 27 100 19 640
1 29 480 20 820 28 210 19 860
2 30 420 20 870 29 070 19 960
3 31 320 20 970 30 170 20 030
4 31 980 21 020 30 100 20 040
5 33 080 21 120 31 370 20 070
6 33 020 21 220 31 740 20 130
7 34 130 21 410 32 370 20 290
8 33 800 21 590 31 770 20 520
9 33 720 21 910 32 940 20 930
10 33 830 22 260 32 610 21 280
11 34 320 22 690 32 330 21 650
12 34 110 23 140 32 130 22 050
13 33 400 23 720 32 300 22 480
14 33 580 24 240 31 870 22 910
15 33 920 24 890 32 690 23 410
16 35 110 25 540 33 120 23 740
17 36 130 25 830 33 580 23 870
18 34 250 26 040 31 530 23 920
19 34 480 26 200 32 090 23 900
20 33 660 26 370 31 040 23 990
21 33 310 26 240 31 670 23 750
22 32 560 25 950 30 400 23 470
23 31 550 25 630 29 680 23 270
24 30 930 25 300 29 330 22 960
25 31 830 25 230 30 940 22 890
26 32 300 25 250 31 350 23 030
27 32 510 25 340 31 750 23 210
28 32 280 25 500 32 500 23 530
29 32 940 25 710 33 470 23 840
30 32 890 25 850 33 540 24 140
31 33 610 26 090 33 900 24 470
32 33 250 26 250 33 970 24 720
33 32 810 26 420 33 770 24 880
34 32 850 26 550 33 450 25 010
35 34 300 26 740 35 070 25 170
36 35 590 26 860 35 930 25 330
37 35 530 27 020 36 070 25 480
38 33 470 27 050 33 990 25 590
39 32 030 27 130 32 820 25 730
40 32 770 26 950 33 120 25 660
41 31 760 26 910 32 380 25 640
42 32 620 26 850 32 920 25 590
43 34 780 26 890 35 020 25 640
44 36 950 26 950 37 320 25 710
45 37 800 27 110 38 520 25 810
46 37 970 27 190 38 340 25 960
47 38 160 27 320 37 980 26 090
48 37 750 27 540 37 900 26 240
49 36 970 28 080 37 290 26 900
50 37 520 28 900 37 530 27 680
51 38 730 29 260 38 280 27 900
52 38 400 29 800 39 170 28 370
53 39 380 30 340 39 870 28 830
54 38 490 31 010 39 750 29 370
55 37 850 31 380 38 610 30 130
56 37 460 31 610 38 550 29 850
57 37 330 32 050 38 940 30 360
58 36 400 31 660 39 040 30 470
59 35 770 32 140 38 640 30 890
60 35 820 31 470 38 150 30 170
61 35 420 31 230 37 940 30 430
62 34 480 30 660 37 890 29 840
63 34 340 30 720 37 500 29 700
64 33 670 29 800 36 240 29 020
65 33 930 29 000 36 200 28 750
66 32 390 28 550 35 310 28 350
67 33 210 28 310 35 870 28 490
68 32 160 28 600 35 080 28 780
69 31 610 29 030 34 220 29 150
70 29 840 27 240 32 490 27 710
71 27 590 27 070 30 260 27 950
72 20 000 26 310 22 670 27 250
73 19 130 26 300 22 240 27 930
74 18 530 26 000 21 280 27 390
75 17 450 25 340 20 610 26 920
76 15 540 25 060 18 580 26 810
77 15 990 25 650 20 390 27 980
78 16 390 25 770 21 530 28 040
79 15 340 25 500 20 860 27 970
80 14 720 24 700 20 310 27 890
81 13 840 24 400 20 260 27 850
82 12 500 23 550 19 320 27 150
83 11 670 23 010 18 790 26 670
84 10 540 21 860 17 760 25 820
85 9 770 20 470 17 560 24 720
86 8 670 19 170 16 270 23 410
87 7 530 18 640 15 060 23 300
88 5 970 17 600 12 890 22 410
89 4 890 15 850 11 370 20 960
90 4 030 13 300 9 770 18 190
91 3 210 11 140 8 690 15 940
92 2 390 9 650 7 070 14 290
93 1 800 7 730 5 850 12 190
94 1 310 6 470 4 600 10 600
95 890 5 490 3 530 9 360
96 670 4 530 2 750 8 110
97 470 3 520 1 910 6 630
98 180 2 610 810 5 140
99 ou plus 250 6 030 1 440 13 260
  • Lecture : en 2018, le Grand Est compte 31 830 hommes et 30 940 femmes de 25 ans ; en 2070, ils seraient respectivement 25 230 et 22 890.
  • Champ : Grand Est.
  • Source : Insee, Omphale 2022 – scénario central.

Figure 2Population par sexe et âge en 2018 et à l'horizon 2070 dans le Grand Est

  • Lecture : en 2018, le Grand Est compte 31 830 hommes et 30 940 femmes de 25 ans ; en 2070, ils seraient respectivement 25 230 et 22 890.
  • Champ : Grand Est.
  • Source : Insee, Omphale 2022 – scénario central.

Une décroissance démographique plus marquée dans les Ardennes, la Haute-Marne, la Meuse et les Vosges

Dans les Ardennes, la Haute-Marne, la Meuse et les Vosges, la population reculerait à un rythme soutenu, d’au moins 0,64 % par an. Cette évolution fait suite à la déprise démographique constatée entre 2013 et 2018. Ces départements perdraient près de trois habitants sur dix à l’horizon 2070. Le déficit naturel pèserait particulièrement sur l’évolution démographique de ces départements. L’excès des décès sur les naissances contribueraient à une baisse de la population allant en moyenne de - 0,49 point par an dans les Ardennes à - 0,80 point par an dans les Vosges. Enfin, les mouvements migratoires, avec des contributions négatives, accentueraient le décroissement de la population dans les Ardennes et dans la Meuse. En revanche, ils permettraient de le limiter dans la Haute-Marne et les Vosges, du fait de contributions du solde migratoire positives (respectivement + 0,06 point et + 0,14 point).

Figure 3Projections démographiques à l'horizon 2070 dans les départements du Grand Est

(en %)
Projections démographiques à l'horizon 2070 dans les départements du Grand Est ((en %)) - Lecture : entre 2018 et 2070, la population du Bas-Rhin augmenterait de 0,04 % en moyenne par an. Le solde migratoire contribuerait à hauteur de 0,1 point par an tandis que le solde naturel ferait baisser la population de 0,06 point par an.
Code Départements Taux d’évolution annuel moyen de la population entre 2018 et 2070 Contribution du solde naturel Contribution du solde migratoire
08 Ardennes -0,68 -0,49 -0,19
10 Aube -0,14 -0,25 0,11
51 Marne -0,27 -0,11 -0,16
52 Haute-Marne -0,64 -0,70 0,06
54 Meurthe-et-Moselle -0,30 -0,14 -0,16
55 Meuse -0,64 -0,59 -0,05
57 Moselle -0,37 -0,38 0,01
67 Bas-Rhin 0,04 -0,06 0,10
68 Haut-Rhin -0,28 -0,38 0,10
88 Vosges -0,66 -0,80 0,14
Grand Est -0,28 -0,30 0,02
France métropolitaine 0,01 -0,08 0,09
  • Lecture : entre 2018 et 2070, la population du Bas-Rhin augmenterait de 0,04 % en moyenne par an. Le solde migratoire contribuerait à hauteur de 0,1 point par an tandis que le solde naturel ferait baisser la population de 0,06 point par an.
  • Champ : Grand Est.
  • Source : Insee, Omphale 2022 – scénario central.

Figure 3Projections démographiques à l'horizon 2070 dans les départements du Grand Est

  • Lecture : entre 2018 et 2070, la population du Bas-Rhin augmenterait de 0,04 % en moyenne par an. Le solde migratoire contribuerait à hauteur de 0,1 point par an tandis que le solde naturel ferait baisser la population de 0,06 point par an.
  • Champ : Grand Est.
  • Source : Insee, Omphale 2022 – scénario central.

La Moselle perdrait 182 200 habitants à l’horizon 2070, soit en moyenne 0,37 % par an. Les entrées dans ce département seraient aussi nombreuses que les sorties, ce qui ne permettrait pas de limiter l’effet du déficit naturel. La population de la Marne, de la Meurthe-et-Moselle et du Haut-Rhin décroîtrait à un rythme très proche de celui de la région jusqu’en 2070 (- 0,28 % par an). Enfin, la déprise démographique serait moins prononcée dans l’Aube (- 0,14 % par an), à la fois grâce à un déficit naturel moins important et à des mouvements migratoires plus dynamiques.

Le Bas-Rhin serait le seul département à gagner des habitants à l’horizon 2070 (figure 3). Le nombre de Bas-Rhinois s’élèverait à 1 160 000, soit un accroissement de 0,04 % par an depuis 2018. La croissance démographique du département serait portée essentiellement par l’excédent des migrations. Les décès dépasseraient les naissances à partir de 2040, mais le déficit naturel serait le moins dégradé de la région. Le solde migratoire contribuerait à augmenter la population départementale de 0,10 point par an entre 2018 et 2070, alors que le solde naturel diminuerait de 0,06 point.

Pour comprendre

Les projections locales 2018-2070 présentées dans cette étude représentent une déclinaison des projections de population 2021-2070 pour la France diffusées par l’Insee en novembre 2021 [Algava, Blanpain, 2021a ; pour en savoir plus]. Le modèle Omphale permet de réaliser des projections infranationales en projetant d’année en année les pyramides des âges des différents territoires.

L’évolution de la population par sexe et âge repose sur des hypothèses d’évolution de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations (flux internes à la France et solde migratoire avec l’étranger). Ces évolutions sont appliquées aux comportements observés sur la zone d’intérêt. Le point de départ des projections est la population 2018 issue du recensement de la population.

Différents scénarios sont élaborés selon les hypothèses retenues. Le scénario central décline localement les évolutions nationales basées sur l’observation du passé récent (hors pandémie de Covid-19) : un solde migratoire avec l’étranger de + 70 000 personnes par an à compter de 2021, une fécondité stable à 1,8 enfant par femme à partir de 2023 et des gains d’espérance de vie de 8,1 ans pour les femmes et de 11,5 ans pour les hommes. Les autres scénarios se conçoivent comme des modulations appliquées aux dernières tendances observées, en modifiant l’hypothèse d’évolution d’une ou de plusieurs composantes. Les projections ne doivent pas être assimilées à des prévisions : il est impossible de prédire comment évolueront exactement les différentes composantes démographiques dans le futur. Les projections de population permettent d’illustrer et d’objectiver l’impact d’évolutions possibles des comportements démographiques sur la structure et la taille de la population à moyen et long terme.

Définitions

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès au cours de l’année.

Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l’année.

L’espérance de vie à la naissance représente la durée de vie moyenne d’une génération fictive soumise aux conditions de mortalité par âge d’une année. C’est un indicateur synthétique de la mortalité d’une année considérée.

L’indicateur conjoncturel de fécondité, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l’année considérée à chaque âge demeuraient inchangés. C’est un indicateur synthétique de la fécondité d’une année.

Pour en savoir plus

Cazaubiel A., El Guendouz A., « D’ici 2070, un tiers des régions perdraient des habitants », Insee Première n° 1930, novembre 2022.

Algava É., Blanpain N., « 68,1 millions d’habitants en 2070 : une population un peu plus nombreuse qu’en 2021, mais plus âgée  », Insee première n° 1881, novembre 2021

Lu A-V, Vuillier-Devillers F., « Des perspectives de croissance démographique peu favorables  », Insee Analyses Grand Est n° 45, juin 2017