Insee
Insee Analyses Hauts-de-France · Juin 2022 · n° 138
Insee Analyses Hauts-de-FranceEn 2019, 2 % de la population des Hauts‑de‑France réside en communauté

Megan Courthial, Noémie Cavan

En 2019, 122 800 personnes vivent en communauté dans les Hauts-de-France, un nombre globalement stable depuis 2009. Elles représentent 2,0 % de la population régionale, contre 2,4 % en France métropolitaine.

Un tiers d’entre elles résident en maison de retraite, avec la particularité d’une surreprésentation des femmes, surtout à partir de 90 ans. 27 % sont hébergées dans d’autres établissements sanitaires ou sociaux de moyen ou long séjour tels que les structures pour personnes handicapées (10 000 personnes) ou les établissements de soins médicaux (9 000 personnes). Les internats accueillent quant à eux un quart de la population en communauté : des jeunes qui ont entre 15 et 19 ans dans trois cas sur quatre et qui sont plus souvent des hommes.

L’arrondissement de Montreuil se distingue par une part importante de la population vivant en communauté (3,2 %), en raison notamment de la présence des internats d’un lycée hôtelier et d’un campus agro-environnemental. Les personnes en communauté sont également surreprésentées dans les arrondissements d’Amiens et Laon (respectivement 3,0 % et 2,9 %).

Insee Analyses Hauts-de-France
No 138
Paru le : Paru le 27/06/2022

Un tiers de la population en communauté réside en maison de retraite et un quart en internat

En 2019, dans les Hauts-de-France, 122 800 personnes vivent en communauté, soit 2,0 % de la population régionale, une proportion proche de la moyenne de France métropolitaine (encadré 1). Le nombre de personnes vivant en communauté, de même que leur poids dans la population régionale, est globalement stable depuis 10 ans (encadré 2).

En 2019, 43 600 personnes des Hauts-de-France vivent dans des maisons de retraite, soit 35 % de la population en communauté, une part similaire à la moyenne de France métropolitaine (figure 1). Les autres établissements sanitaires ou sociaux de moyen ou long séjour rassemblent 33 000 personnes (27 % des résidents en communauté, contre 25 % en France métropolitaine). Il s’agit par exemple d’établissements de soins médicaux, de structures pour personnes handicapées, de foyers de travailleurs…

Comme en France métropolitaine, les internats (autres que cités universitaires) hébergent près d’un quart de la population en communauté, soit 29 300 résidents dans les Hauts-de-France.

En outre, 7 200 personnes vivent dans une cité universitaire et 6 900 dans un établissement pénitentiaire. Ces deux catégories de communauté sont un peu plus représentées dans la région qu’en France métropolitaine (respectivement 5,8 % et 5,6 % des personnes vivant en communauté, contre 5,1 % et 4,1 %).

Figure 1Répartition de la population vivant en communauté par type de communauté en 2019

(en %)
Répartition de la population vivant en communauté par type de communauté en 2019 ((en %)) - Lecture : en 2019, dans les Hauts-de-France, 27 % de la population en communauté réside dans les établissements sanitaires ou sociaux de moyen ou long séjour, qui comprennent, entre autres, les foyers de travailleurs et les structures pour personnes handicapées.
Part de la population vivant en communauté France métropolitaine Hauts-de-France
Autre forme de communauté 0,1 0,1
Établissement social de court séjour 0,6 0,5
Communauté religieuse 1,5 0,6
Établissement militaire 3,1 1,2
Établissement pénitentiaire 4,1 5,6
Cité universitaire 5,1 5,8
Internat hors cité universitaire 24,0 23,8
Établissement sanitaire ou social de moyen ou long séjour hors maison de retraite 25,3 26,9
Maison de retraite, EHPAD 36,2 35,5
  • Lecture : en 2019, dans les Hauts-de-France, 27 % de la population en communauté réside dans les établissements sanitaires ou sociaux de moyen ou long séjour, qui comprennent, entre autres, les foyers de travailleurs et les structures pour personnes handicapées.
  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

Figure 1Répartition de la population vivant en communauté par type de communauté en 2019

  • Lecture : en 2019, dans les Hauts-de-France, 27 % de la population en communauté réside dans les établissements sanitaires ou sociaux de moyen ou long séjour, qui comprennent, entre autres, les foyers de travailleurs et les structures pour personnes handicapées.
  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

Une part élevée d’hommes jeunes et de femmes âgées

La structure par âge de la population en communauté met en évidence les deux grandes étapes de la vie particulièrement concernées par ce mode de vie : de l’adolescence au début de la vie adulte et au-delà de 75 ans (figure 3). Ainsi, en 2019, 35 % des personnes vivant en communauté dans les Hauts-de-France ont entre 12 et 25 ans ; ces jeunes sont plus souvent des hommes (61 %).

Les personnes âgées sont aussi fortement représentées dans les communautés : en effet, 31 % de la population correspondante a 80 ans ou plus, une proportion qui a augmenté de 7 points en 10 ans en raison du vieillissement de la population. Parmi elles, les femmes sont largement plus présentes (79 %).

Aux âges intermédiaires, entre 25 et 79 ans, les femmes sont moins nombreuses que les hommes (36 %).

Figure 3Pyramide des âges de la population vivant en communauté dans les Hauts-de-France en 2019 et en 2009

Pyramide des âges de la population vivant en communauté dans les Hauts-de-France en 2019 et en 2009
Âge Hommes 2009 Femmes 2009 Hommes 2019 Femmes 2019
0 132 117 100 75
1 89 77 70 73
2 66 83 49 54
3 87 87 62 74
4 96 69 78 82
5 137 96 97 86
6 161 115 131 112
7 222 169 182 141
8 258 164 211 173
9 329 246 289 188
10 419 268 351 224
11 576 343 491 279
12 771 411 615 364
13 1 006 570 886 523
14 1 453 837 1 217 704
15 2 902 2 028 3 024 2 289
16 3 734 2 619 3 500 2 514
17 3 350 2 434 3 321 2 446
18 3 658 2 571 3 177 2 197
19 3 074 2 196 2 605 1 582
20 2 552 1 584 1 675 1 040
21 2 133 1 240 1 696 879
22 1 807 966 1 253 613
23 1 572 710 1 076 445
24 1 328 546 1 053 452
25 1 239 443 994 332
26 1 051 331 850 287
27 952 311 787 228
28 795 275 686 192
29 744 233 627 182
30 738 203 633 173
31 629 192 607 172
32 617 152 539 164
33 648 171 507 174
34 586 170 531 150
35 579 153 494 139
36 571 216 466 144
37 610 164 444 154
38 559 173 453 181
39 503 169 419 140
40 493 175 412 142
41 475 201 425 129
42 530 190 442 133
43 493 209 430 159
44 511 196 443 158
45 581 182 422 178
46 528 213 459 196
47 492 189 424 167
48 496 218 444 171
49 507 179 419 184
50 493 207 444 204
51 477 237 435 223
52 457 217 425 238
53 442 198 402 208
54 460 251 425 179
55 454 255 423 231
56 421 218 422 231
57 410 204 411 205
58 415 209 388 228
59 480 207 437 206
60 470 223 399 244
61 427 244 428 242
62 386 271 405 267
63 374 205 400 278
64 323 200 455 306
65 329 201 444 290
66 282 215 422 321
67 280 193 426 307
68 299 224 407 340
69 346 290 489 374
70 366 313 424 350
71 369 365 390 385
72 339 411 312 423
73 326 439 318 344
74 367 537 340 407
75 408 571 301 422
76 372 707 288 432
77 422 813 340 526
78 465 953 354 608
79 483 1 057 386 810
80 418 1 185 409 894
81 441 1 376 451 1 015
82 432 1 418 453 1 206
83 505 1 645 496 1 368
84 509 1 771 527 1 598
85 572 1 849 544 1 735
86 526 1 987 575 1 952
87 546 1 938 562 2 034
88 396 1 808 598 2 226
89 325 1 605 555 2 276
90 246 1 249 494 2 218
91 154 953 450 2 164
92 146 941 471 2 013
93 146 932 363 1 844
94 145 817 328 1 677
95 108 773 223 1 422
96 94 691 169 966
97 69 517 124 717
98 47 392 70 452
99 26 262 34 294
100 17 193 10 149
101 15 102 9 108
102 7 78 8 73
103 1 40 7 51
104 2 29 4 31
105 2 7 4 23
106 0 6 1 10
107 0 4 0 8
108 1 2 0 3
109 0 1 0 1
110 0 0 0 1
111 0 0 0 0
112 0 1 0 0
113 0 0 0 1
114 0 0 0 0
115 0 0 1 0
116 0 0 0 0
117 0 0 0 0
118 0 0 0 0
119 2 0 0 0
120 0 0 0 0
  • Source : Insee, recensements de la population 2009 et 2019.

Figure 3Pyramide des âges de la population vivant en communauté dans les Hauts-de-France en 2019 et en 2009

  • Source : Insee, recensements de la population 2009 et 2019.

La moyenne d’âge de la population varie fortement selon la catégorie de communauté (figure 4). Elle est logiquement plus élevée dans les maisons de retraite : 85 ans, contre 86 ans en France métropolitaine. Dans les établissements de soins médicaux, les résidents sont en moyenne âgés de 67 ans (contre 69 ans en France métropolitaine), ceux des communautés religieuses ont en moyenne 63 ans (contre 65 ans en France métropolitaine).

À l’inverse, la population la plus jeune se trouve dans les établissements d’aide sociale à l’enfance et de protection judiciaire des enfants et jeunes majeurs (16 ans en moyenne), ainsi que dans les internats (17 ans).

Certaines communautés sont fortement genrées. En effet, la part de femmes est particulièrement faible dans les établissements pénitentiaires (3,9 %, contre 3,7 % en France métropolitaine), les établissements militaires (16 %) et dans une moindre mesure dans les établissements sociaux de court séjour (23 %).

Figure 4Principales caractéristiques de la population par type de communauté en Hauts-de-France en 2019

Principales caractéristiques de la population par type de communauté en Hauts-de-France en 2019
Type de communauté Hauts-de-France
Nombre de résidents Âge moyen Part de femmes (en %)
Maison de retraite, EHPAD 43 593 85 74
Établissement sanitaire ou social de moyen ou long séjour hors maison de retraite 32 994 46 43
dont : foyer de travailleurs 3 979 36 27
établissement de soins médicaux 8 589 67 56
structure pour enfants handicapés 501 19 32
structure pour adultes handicapés 9 655 46 42
structure d'aide sociale à l'enfance et de protection judiciaire pour enfants et jeunes majeurs 3 669 16 44
structure sociale pour adultes et familles 3 513 40 29
Établissement militaire 1 458 28 16
Cité universitaire 7 162 22 41
Internat hors cité universitaire 29 294 17 40
Établissement pénitentiaire 6 878 34 4
Établissement social de court séjour 621 38 23
Communauté religieuse 716 63 69
Autre forme de communauté 128 29 0
Ensemble 122 843 51 51
  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

À partir de 80 ans, les femmes vivent plus souvent en maison de retraite que les hommes

En 2019, 3,0 % des personnes de 60 ans ou plus vivent en maison de retraite dans la région (3,3 % en France métropolitaine). Cette part augmente naturellement avec l’âge : elle passe de 0,8 % pour les personnes âgées de 60 à 79 ans à 7,2 % pour les 80-89 ans, pour atteindre 26 % chez les 90 ans ou plus (figure 5).

En lien avec leur espérance de vie plus élevée, les femmes sont nettement plus présentes que les hommes dans les maisons de retraite : elles représentent trois pensionnaires sur quatre. En effet, plus souvent seules à partir de 80 ans car survivantes de leur conjoint, elles vivent alors plus couramment en maison de retraite que les hommes. Ainsi, dans la région, 14 100 femmes de 80 à 89 ans (soit 8,5 % des femmes de la tranche d’âge) vivent en maison de retraite (contre 4 300 hommes, soit 4,8 %). Elles sont 12 900 à partir de 90 ans, soit 29 % de la tranche d’âge (contre 2 500 hommes, soit 17 %).

Par ailleurs, si les seniors de la région, et notamment les plus âgés, sont plus souvent dépendants qu’ailleurs, leur maintien à domicile est plus fréquent (pour en savoir plus). Ainsi, à partir de 90 ans, la part de la population vivant en maison de retraite (26 %) est plus faible qu’en France métropolitaine (– 2 points). Cela peut s’expliquer, d’une part, par une offre de services d’aide à domicile plus développée qu’ailleurs, et d’autre part, par un nombre de places en institution relativement faible dans la région. De plus, le niveau de vie des seniors moins élevé qu’ailleurs rend l’accès aux institutions plus difficile malgré les aides existantes.

Entre 2009 et 2019, le nombre de résidents en maison de retraite a augmenté de 8 600 personnes (soit + 25 %), essentiellement chez les plus âgés. Ainsi, le nombre de résidents de 90 ans ou plus a doublé (15 400 en 2019, contre 7 700 en 2009), tout comme la population régionale de cette tranche d’âge (58 800 personnes en 2019, contre 29 400 en 2009). L’espérance de vie en bonne santé, également en hausse, permet d’assurer un maintien à domicile aux premiers âges seniors (– 600 résidents de moins de 80 ans).

Figure 5Part de la population vivant en maison de retraite ou EHPAD selon la tranche d’âge en 2019

(en %)
Part de la population vivant en maison de retraite ou EHPAD selon la tranche d’âge en 2019 ((en %)) - Lecture : en 2019, dans les Hauts-de-France, 7,2 % de la population âgée de 80 à 89 ans vivent en maison de retraite. Cette part est de 7,4 % en France métropolitaine.
Hauts-de-France Ensemble France métropolitaine
Hommes Femmes Ensemble
Entre 60 et 79 ans 0,8 0,8 0,8 0,7
Entre 80 et 89 ans 4,8 8,5 7,2 7,4
90 ans ou plus 17,2 28,9 26,1 28,0
Ensemble des 60 ans ou plus 1,8 3,9 3,0 3,3
  • Lecture : en 2019, dans les Hauts-de-France, 7,2 % de la population âgée de 80 à 89 ans vivent en maison de retraite. Cette part est de 7,4 % en France métropolitaine.
  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

10 000 personnes dans les structures pour personnes handicapées, 9 000 dans les établissements de soins médicaux

Dans les Hauts-de-France, en 2019, les établissements sanitaires et sociaux de moyen ou long séjour (distincts ici des maisons de retraite) accueillent 33 000 résidents, dans des types de structures très différentes qui rassemblent au total 27 % de la population vivant en communauté. Les établissements pour adultes handicapés hébergent 9 700 personnes (500 dans ceux pour enfants handicapés), tandis que 8 600 personnes vivent dans un établissement de soins médicaux. En complément de ces structures sanitaires, d’autres établissements apportent une aide sociale : il s’agit des foyers de travailleurs (4 000 résidents), des établissements d’aide sociale à l’enfance et de protection judiciaire pour enfants et jeunes majeurs (3 700) et des structures sociales pour adultes et familles (3 500).

Hormis les structures spécifiquement dédiées aux enfants et celles qui hébergent des personnes nécessitant des soins médicaux, souvent plus âgées, les autres types d’établissements ne ciblent pas des âges spécifiques ; l’âge moyen y varie ainsi de 36 à 46 ans.

La part de femmes est également très hétérogène : elles ne sont majoritaires que dans les établissements de soins médicaux (56 %). À l’inverse, elles sont moins nombreuses dans les foyers de travailleurs (27 %).

Trois internes sur quatre ont entre 15 et 19 ans

Dans la région, 5,5 % des jeunes de 15 à 19 ans vivent dans un internat (contre 7,3 % en France métropolitaine). Cette tranche d’âge rassemble les trois quarts des jeunes vivant en internat. Le quart restant se répartit entre 15 % de moins de 15 ans et 11 % de 20 ans ou plus.

La pyramide des âges des élèves internes reflète le recours accru à ce type d’hébergement à partir du second cycle. En effet, la part d’élèves scolarisés en dehors de leur commune de résidence augmente fortement avec l’âge, entraînant une hausse des distances domicile – école, en particulier lors du passage au lycée (pour en savoir plus). Il est alors plus difficile de trouver un lycée qu’un collège à proximité de son domicile. De plus, le choix de l’orientation à la sortie du collège peut amener les élèves à s’éloigner de leur domicile, favorisant ainsi le recours à l’internat.

Les filles sont sous-représentées dans les internats : elles représentent seulement 40 % des effectifs contre 48 % des 15 à 19 ans dans la population régionale. Cela peut notamment s’expliquer par leur présence moindre dans les filières professionnelles, où le recours à l’internat est plus fréquent (pour en savoir plus).

Une part de personnes en communauté plus importante à Montreuil, Amiens et Laon

La part de personnes vivant en communauté est plus élevée dans les arrondissements de Montreuil (3,2 % de la population), Amiens (3,0 %) et Laon (2,9 %) (figure 6). À l’inverse, cette part est la plus faible dans les arrondissements de Lens (1,2 % de la population), Calais (1,3 %) et Béthune (1,4 %).

Dans l’arrondissement de Montreuil, les internats constituent la catégorie de communauté la plus représentée : ils hébergent 40 % des personnes en communauté contre un quart seulement dans la région. Cette sur-représentation des élèves en internat s’explique par la présence d’un lycée hôtelier, d’un campus agro-environnemental et de diverses maisons familiales rurales qui accueillent des élèves internes. De nombreux internats sont également implantés dans l’arrondissement d’Amiens, avec 34 % de la population en communauté qui y réside. De plus, l’offre importante de formations dans l’enseignement supérieur à Amiens attire beaucoup d’étudiants venant notamment des zones rurales alentours. Ainsi, 14 % de la population vivant en communauté réside en cité universitaire à Amiens (contre 6 % dans l’ensemble de la région). Dans l’arrondissement de Laon, ce sont les établissements sanitaires ou sociaux de moyen ou long séjour (hors maison de retraite) qui sont prépondérants : ils abritent 30 % des personnes en communauté.

L’arrondissement de Lille rassemble 20 % de la population en communauté de la région, soit une part équivalente au poids démographique de l’arrondissement. Ces 25 100 personnes ne représentent cependant que 2,0 % de la population de l’arrondissement. Les étudiants résidant en cité universitaire y sont surreprésentés : plus de la moitié d’entre eux vivent dans l’arrondissement de Lille. Ils représentent 16 % des personnes vivant dans les communautés de l’arrondissement (contre 5,8 % dans la région).

Figure 6Effectifs de la population vivant en communauté et part dans la population totale en 2019 par arrondissement

Effectifs de la population vivant en communauté et part dans la population totale en 2019 par arrondissement
Code arrondissement Libellé arrondissement Effectifs communautés Part de la population (en%)
624 Montreuil 3 592 3,2
802 Amiens 9 222 3,0
022 Laon 4 581 2,9
025 Vervins 1 925 2,7
625 Saint-Omer 3 375 2,6
602 Clermont 3 364 2,6
601 Beauvais 5 930 2,6
621 Arras 6 294 2,5
593 Douai 5 708 2,3
603 Compiègne 4 240 2,3
803 Montdidier 1 035 2,2
024 Soissons 2 337 2,2
021 Château-Thierry 1 484 2,1
023 Saint-Quentin 2 693 2,1
595 Lille 25 085 2,0
604 Senlis 5 653 2,0
591 Avesnes-sur-Helpe 4 365 1,9
801 Abbeville 2 249 1,8
804 Péronne 1 696 1,8
592 Cambrai 2 883 1,8
594 Dunkerque 6 497 1,7
596 Valenciennes 5 685 1,6
623 Boulogne-sur-Mer 2 398 1,5
622 Béthune 4 008 1,4
626 Calais 2 083 1,3
627 Lens 4 463 1,2
  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

Figure 6Effectifs de la population vivant en communauté et part dans la population totale en 2019 par arrondissement

  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

Encadré 1 - Peu de personnes en communauté dans les Hauts-de-France

Si les Hauts-de-France sont la troisième région où la part de personnes en communauté est la plus faible, derrière l’Île-de-France et la Corse, cette proportion est relativement basse dans l’ensemble des régions de France métropolitaine (figure 2). Elle varie de 1,7 % en Île-de-France à 3,2 % en Bourgogne-Franche-Comté, où la population est plus âgée qu’en moyenne nationale et réside un peu plus souvent en maison de retraite (13 % des personnes âgées de 80 ans ou plus, contre 12 % en France métropolitaine). À l’inverse, la population d’Île-de-France est jeune, peu présente en internat, et les personnes âgées de 80 ans ou plus résident moins souvent en maison de retraite (9,0 %).

Figure 2Effectifs de la population en communauté et part dans la population totale, par région en 2019

Effectifs de la population en communauté et part dans la population totale, par région en 2019
Code région Région Effectifs communautés Part de la population (en %)
11 Île-de-France 213 502 1,7
24 Centre-Val de Loire 69 237 2,7
27 Bourgogne-Franche-Comté 88 584 3,2
28 Normandie 86 161 2,6
32 Hauts-de-France 122 843 2,0
44 Grand Est 147 915 2,7
52 Pays de la Loire 102 550 2,7
53 Bretagne 95 078 2,8
75 Nouvelle-Aquitaine 168 537 2,8
76 Occitanie 153 742 2,6
84 Auvergne-Rhône-Alpes 205 300 2,6
93 Provence-Alpes-Côte d’Azur 123 389 2,4
94 Corse 6 894 2,0
  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

Figure 2Effectifs de la population en communauté et part dans la population totale, par région en 2019

  • Source : Insee, recensement de la population 2019.

Encadré 2 - Précautions sur les évolutions

Le nombre de personnes vivant en communauté est globalement stable dans la région entre 2009 et 2019 (– 0,3 % en moyenne par an). Dans un contexte de faible augmentation démographique, la part de ces personnes dans la population régionale évolue peu (– 0,1 point entre 2009 et 2019).

Les évolutions sont sensibles au changement de mode de fonctionnement de certaines structures. Par exemple, les cités universitaires ou les foyers de travailleurs ont développé des logements indépendants alors que ces structures étaient majoritairement composées de chambres auparavant. Leurs habitants sont alors comptabilisés avec la population des logements ordinaires et ne font donc plus partie des effectifs des communautés. Ainsi, le classement des résidents des structures collectives entre ménages ordinaires et communautés évolue dans le temps.

Publication rédigée par : Megan Courthial, Noémie Cavan

Pour comprendre

Les résultats sont issus de l’exploitation complémentaire des recensements de population de 2019 et 2009. Les habitants sont répartis selon leur catégorie d’habitation ou leur mode de vie selon trois catégories : les personnes vivant en ménages ordinaires, celles qui vivent en communautés et les personnes vivant dans des habitations mobiles, les mariniers et les personnes sans abri. La population vivant en communauté est recensée de manière exhaustive tous les 5 ans, à raison d’un cinquième par an. Le champ de l’étude porte sur l’ensemble des personnes vivant en communautés y compris les élèves mineurs en internat. Pour cette étude, le choix a été fait de conserver les mineurs en communautés. Ainsi, les chiffres sont différents de ceux publiés sur insee.fr où les mineurs sont réintégrés dans la population des ménages ordinaires.

Catégorie de population Nombre de personnes concernées Dans les résultats du recensement sous insee.fr Dans cette étude
Personnes vivant en ménages ordinaires 5 865 961 5 885 583 5 865 961
Élèves mineurs internes 19 622 122 844
Autres résidents des communautés 103 222 103 222
Habitations mobiles 16 143 16 143 16 143
Ensemble de la population vivant dans les Hauts-de-France 6 004 947 6 004 947 6 004 947
  • Source : Insee, recensement de la population de 2019.

Définitions

Une communauté, au sens du recensement de la population, est un ensemble de locaux d’habitation relevant d’une même autorité gestionnaire et dont les habitants partagent à titre habituel un mode de vie commun (comme la prise de repas). La population de la communauté comprend les personnes qui résident dans la communauté, à l’exception de celles qui résident dans des logements de fonction.

Les communautés sont ici réparties en 9 catégories :

  • les maisons de retraite médicalisées (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, Ehpad) ou non ;
  • les établissements sanitaires ou sociaux de moyen et long séjour autres que les maisons de retraite (foyers de travailleurs, établissements pour personnes nécessitant des soins médicaux, structures pour enfants handicapés, structures pour les adultes handicapés, structures d’aide sociale à l’enfance et de prévention judiciaire pour enfants et jeunes majeurs, structures sociales pour adultes et familles nécessitant un accompagnement social et psychologique, autres) ;
  • les établissements militaires (casernes, quartiers, bases ou camps militaires ou assimilés) ;
  • les établissements hébergeant des étudiants (cités universitaires) ;
  • les établissements hébergeant des élèves (internats, y compris les établissements militaires d’enseignement) ;
  • les établissements pénitentiaires ;
  • les établissements sociaux de court séjour ;
  • les communautés religieuses ;
  • les autres communautés.

Pour en savoir plus

« En 2019, 1,6 million de personnes vivent en communauté : Ehpad, internat, foyer de travailleurs… », Insee Première n° 1906, juin 2022

« La vie en communauté : 76 600 personnes en Nord-Pas-de-Calais », Pages de profils, Insee Nord-Pas-de-Calais, septembre 2013

« Près de 110 000 seniors dépendants en plus d’ici 2050 », Insee Analyses Hauts-de-France n° 114, novembre 2020

« Une part de jeunes ruraux plus faible qu’en province », Insee Flash Hauts-de-France n° 133, janvier 2022

« L'égalité filles – garçons dans les Hauts-de-France », Région académique Hauts-de-France, 2021