Fiche - Prix à la consommation

Depuis le début de l’année, dans un contexte de rebond des prix de l’énergie, bien plus élevés qu’un an plus tôt, mais aussi de vive hausse des prix des matières premières agricoles et minérales, l’inflation a nettement progressé, passant de 0,0 % sur un an en décembre 2020 à 2,1 % en septembre 2021, selon l’estimation provisoire de ce mois. L’inflation sous-jacente, par définition moins affectée par la hausse des prix de l’énergie et des matières premières agricoles, a augmenté plus modérément que l’inflation d’ensemble : elle se serait élevée en septembre à + 1,3 % sur un an, après un pic à + 1,5 % en août dû au décalage des soldes d’été relativement à 2020.

D’ici la fin de l’année, l’inflation d’ensemble resterait supérieure à 2 % : elle atteindrait 2,3 % en octobre puis refluerait légèrement (2,1 % prévu en décembre), sous l’hypothèse conventionnelle d’un prix du pétrole fixé à 75 $ le baril de Brent et d’une stabilité des autres cours de matières premières. Ce profil résulterait principalement des prix de l’énergie : leur contribution resterait vigoureuse d’ici la fin de l’année mais s’amenuiserait par l’effet mécanique (« effet de base ») de la hausse des cours du pétrole observée fin 2020.

L’inflation alimentaire resterait globalement stable d’ici décembre : le prix des produits alimentaires hors frais augmenterait, du fait de la hausse récente des cours des matières premières agricoles (en août, les prix agricoles à la production progressaient de 10,4 % sur un an), mais à l’inverse, les prix alimentaires frais décéléreraient sur un an, ayant fortement augmenté fin 2020 dans le contexte du deuxième confinement. Les prix des produits manufacturés seraient tirés à la hausse par les augmentations récentes des coûts de production industriels (+ 9,5 % sur un an en août). En revanche, les prix des services ralentiraient légèrement d’ici décembre, avec la décélération prévue des prix des services de transport, lesquels retrouveraient une saisonnalité plus habituelle que celle observée l’an dernier.

L’inflation sous-jacente augmenterait quant à elle progressivement durant les prochains mois, pour atteindre 1,5 % sur un an en décembre, sous l’impulsion des prix des biens manufacturés.

Note de conjoncture
Paru le : Paru le 06/10/2021
Note de conjoncture - Octobre 2021