Sociétés non financièresComptes nationaux annuels - base 2014

Chiffres détaillés
Insee Résultats
Paru le : Paru le 28/07/2021
Insee Résultats - Juillet 2021

En 2020, l’activité des sociétés non financières décroît fortement, dans le contexte de la crise sanitaire liée à la Covid-19 : la valeur ajoutée (en valeur) chute de 8,3 % (figure 2) après une année 2019 dynamique (+ 4,5 %). La production diminue de 10,0 % (après + 3,5 % en 2019), tandis que les consommations intermédiaires chutent de 11,2 % (après + 2,8 % en 2019).

La rémunération totale des salariés baisse aussi fortement en 2020 : − 6,1 % en 2020 après + 1,0 % en 2019. L’activité partielle, dispositif pris en charge par l’État et l’Unédic, est comptabilisée comme une prestation sociale en espèces versée directement aux ménages. L’emploi des sociétés non financières baisse de 1,1 % (après + 1,5 % en 2019), le salaire moyen par tête diminue de 5,1 % (après + 2,3 % en 2019).

Les impôts sur la production baissent de 1,4 %. En revanche, les subventions augmentent (+ 4,9 % en 2020 après + 9,3 % en 2019), sous l’effet des différents dispositifs mis en place au titre de la crise sanitaire. Cependant, la progression des subventions est limitée par la suppression du CICE, transformé en allègement de cotisations patronales.

L’excédent brut d’exploitation (EBE) diminue de 12,5 %, après la forte hausse de 2019 (+ 10,5 %) qui s’expliquait notamment par le fort ralentissement de la rémunération des salariés sous l’effet de la transformation du CICE en allégement de cotisations sociales. En 2020, le taux de marge diminue de 1,5 points de pourcentage et s’élève à 31,8 % (figure 3). Il revient ainsi à un niveau proche de son niveau entre 2015 et 2018, après la forte hausse de 2019 liée au cumul du CICE et des baisses de cotisations. Les SNF, notamment celles des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire, bénéficient aussi de mesures de solidarité (exonération de cotisations, etc.).

En 2020, le solde net des revenus de la propriété versés baisse de 3,0 milliards d’euros en 2020 (après une hausse de 10,1 milliards d’euros en 2019). Les intérêts nets versés diminuent (− 4,1 Mds) en raison de la baisse des taux d’intérêt. C’est le cas aussi des dividendes nets versés (− 3,4 Mds) alors que les bénéfices réinvestis d’investissements directs à l’étranger nets versés augmentent (+ 4,0 Mds).

L’épargne des sociétés non financières chute en 2020 (− 14,4 %, après + 10,0 % en 2019) sous l’effet de la forte baisse de l’EBE, alors que l’impôt sur les sociétés diminue fortement (− 8,7 %) du fait de la chute de l’activité.

En 2020, l’investissement des sociétés non financières diminue nettement (− 6,7 % après + 4,0 % en 2019 et + 5,4 % en 2018). Cette baisse est plus faible que celle de la valeur ajoutée, contrairement à ce qu’on observe habituellement lors des récessions importantes. Le dispositif de prêts garantis par l’État vise à soutenir le financement bancaire des SNF. Le taux d’autofinancement, qui mesure la capacité des entreprises à financer elles-mêmes leurs projets et leur activité, diminue de 8,1 points de pourcentage et s’établit à 89,1 %. Le besoin de financement des sociétés non financières s’établit à 17,2 milliards d’euros soit une hausse de 9,0 milliards par rapport à 2019.

Figure 1 - Taux d'autofinancement des sociétés non financières

en %
Figure 1 - Taux d'autofinancement des sociétés non financières (en %) - Lecture : en 2020, le taux d'autofinancement des sociétés non financières est de 89,1 %.
Taux d'investissement Taux d'épargne Taux d'autofinancement
1949 29,0 19,5 67,3
1950 27,1 22,4 82,8
1951 26,0 21,6 82,9
1952 24,8 17,9 72,2
1953 24,8 17,5 70,4
1954 23,1 17,0 73,5
1955 23,0 18,2 79,1
1956 23,4 17,4 74,3
1957 24,9 17,5 70,3
1958 25,1 17,2 68,4
1959 25,4 17,9 70,5
1960 24,6 19,3 78,2
1961 25,5 18,3 71,8
1962 26,0 17,4 66,7
1963 25,8 16,6 64,1
1964 25,3 16,9 66,8
1965 24,8 17,3 69,9
1966 25,0 17,9 71,3
1967 25,4 18,3 72,0
1968 24,4 16,9 69,2
1969 24,9 17,6 70,6
1970 24,2 16,6 68,5
1971 24,1 17,6 73,1
1972 24,4 17,1 70,2
1973 23,8 17,0 71,6
1974 23,9 14,3 59,8
1975 21,9 13,6 62,4
1976 21,9 13,1 59,7
1977 21,2 14,0 66,0
1978 21,0 13,9 66,3
1979 20,8 13,7 65,7
1980 22,1 13,0 58,7
1981 21,6 11,2 51,7
1982 21,7 11,2 51,7
1983 20,6 11,3 54,7
1984 20,0 13,0 65,2
1985 20,4 14,4 70,6
1986 20,3 18,5 91,0
1987 20,9 18,1 86,7
1988 21,5 20,5 95,6
1989 22,2 19,8 89,1
1990 22,8 18,9 82,9
1991 23,0 19,1 83,2
1992 21,8 20,0 91,4
1993 20,3 19,2 94,3
1994 20,1 19,7 98,0
1995 19,8 19,5 98,3
1996 20,1 20,0 99,6
1997 19,4 20,8 107,2
1998 19,9 22,4 112,8
1999 21,0 23,2 110,4
2000 21,9 21,7 98,7
2001 22,1 21,8 98,5
2002 21,1 20,8 98,7
2003 20,4 22,1 108,1
2004 20,6 21,5 104,6
2005 20,9 20,8 99,6
2006 21,5 20,1 93,2
2007 22,7 20,8 91,8
2008 23,4 18,6 79,5
2009 21,6 19,4 90,1
2010 22,1 20,7 93,7
2011 22,7 20,3 89,4
2012 22,7 19,0 83,6
2013 22,6 20,8 91,8
2014 22,8 20,9 91,7
2015 22,8 22,2 97,5
2016 23,2 22,9 98,5
2017 23,8 22,9 96,2
2018 24,3 22,4 91,9
2019 24,2 23,5 97,1
2020 24,6 21,9 89,1
  • Lecture : en 2020, le taux d'autofinancement des sociétés non financières est de 89,1 %.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes nationaux, base 2014.

Figure 1 - Taux d'autofinancement des sociétés non financières

  • Lecture : en 2020, le taux d'autofinancement des sociétés non financières est de 89,1 %.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes nationaux, base 2014.

Figure 2 - Principaux éléments du compte des sociétés non financières

en %
Figure 2 - Principaux éléments du compte des sociétés non financières (en %) - Lecture : la valeur ajoutée des sociétés non financières progresse de 4,5 % en 2019.
2020 Évolution
(en milliards d'euros)
2018/2017 2019/2018 2020/2019
Production 2 739,2 3,9 3,5 – 10,0
Consommations intermédiaires 1 570,9 4,5 2,8 – 11,2
Valeur ajoutée 1 168,3 3,1 4,5 – 8,3
Rémunération des salariés 764,1 3,4 1,0 – 6,1
Impôts sur la production 73,0 4,0 15,8 – 1,4
Subventions – 40,1 6,2 9,3 4,9
Excédent brut d'exploitation 371,4 2,6 10,5 – 12,5
Revenus de la propriété versés 225,7 12,4 6,6 – 23,4
Revenus de la propriété reçus 174,6 9,3 3,5 – 27,5
Impôts courants sur le revenu 43,4 – 4,9 5,0 – 8,7
Épargne brute 256,3 0,7 10,0 – 14,4
Formation brute de capital fixe 287,7 5,4 4,0 – 6,7
Variation de stocks 14,6 /// /// ///
Capacité (+) ou besoin (–) de financement – 17,2 /// /// ///
  • Note : la variation des stocks correspond à la valeur des entrées en stocks diminuée de la valeur des sorties de stocks et des pertes courantes sur stocks.
  • Lecture : la valeur ajoutée des sociétés non financières progresse de 4,5 % en 2019.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes nationaux, base 2014.

Figure 3 - Principaux ratios des sociétés non financières

en %
Figure 3 - Principaux ratios des sociétés non financières (en %) - Lecture : le poids de l’épargne brute dans la valeur ajoutée est de 21,9 % en 2020.
2017 2018 2019 2020
Taux de valeur ajoutée 41,8 41,5 41,9 42,7
Partage de la valeur ajoutée (VA)
Rémunération des salariés / VA 65,9 66,1 63,9 65,4
Taux de marge 31,7 31,5 33,3 31,8
Poids en % de la VA
des intérêts versés 5,5 5,3 4,9 4,8
des dividendes versés (nets) 1,4 2,6 2,9 2,9
des impôts courants sur le revenu 4,0 3,7 3,7 3,7
de l'épargne brute 22,9 22,4 23,5 21,9
Taux d'investissement 23,8 24,3 24,2 24,6
Taux d'autofinancement 96,2 91,9 97,1 89,1
  • Lecture : le poids de l’épargne brute dans la valeur ajoutée est de 21,9 % en 2020.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes nationaux, base 2014.

Définitions


L’excédent brut d’exploitation (EBE) est le solde du compte d’exploitation. Il est égal à la valeur ajoutée, diminuée de la rémunération des salariés et des autres impôts sur la production, et augmentée des subventions d'exploitation.


Le taux de marge est le rapport de l’excédent brut d’exploitation à la valeur ajoutée.


Le taux d’autofinancement est le rapport de l’épargne brute à la formation brute de capital fixe.