Une année de crise Covid : impact sur la dynamique de l’activité des entreprises en FranceUne évaluation sur données individuelles

Benjamin Bureau, Anne Duquerroy, Mathias Lé et Frédéric Vinas (Banque de France), Julien Giorgi et Suzanne Scott (Insee)

Documents de travail
No G2021-02
Paru le : Paru le 20/07/2021
Benjamin Bureau, Anne Duquerroy, Mathias Lé et Frédéric Vinas (Banque de France), Julien Giorgi et Suzanne Scott (Insee)
Documents de travail  No G2021-02 - Juillet 2021

Nous étudions l’impact de la crise sanitaire sur l’activité économique des entreprises françaises pour un échantillon inédit de plus de 645 000 entreprises, à partir de données individuelles permettant d’estimer leur chiffre d’affaires à une fréquence mensuelle. Notre approche, fondée sur un modèle de micro-simulation, est innovante à triple titre. Premièrement, nous quantifions la perte d'activité par rapport à une situation contrefactuelle dans laquelle la crise n'aurait pas eu lieu. Deuxièmement, nous estimons ce choc au niveau de chaque entreprise, permettant une analyse détaillée de l'hétérogénéité des chocs d'activité subies pendant la crise. En particulier, nous mettons en lumière la dispersion du choc à la fois entre secteurs d'activité et au sein de ces derniers. Nous montrons que le secteur d'activité de l'entreprise explique jusqu’à 48 % de la variance des chocs d'activité mensuels pondérés par l'emploi en 2020, contre 0,02 % lors d'une année normale. Enfin, nous tirons parti du caractère mensuel de nos données pour identifier quatre profils de trajectoires distinctes, montrant comment l'activité des entreprises a évolué tout au long de l'année 2020. Le principal déterminant de l'appartenance à un profil de trajectoire d'activité donné est le secteur d'activité de l'entreprise - défini à un niveau très fin de la nomenclature. Conditionnellement au secteur d'activité, le profil de trajectoire est également corrélé à la capacité d'adaptation organisationnelle et productive dont certaines entreprises ont fait preuve pendant la crise, notamment en ce qui concerne le développement de nouveaux produits ou modes de livraison ainsi que la réalisation d’investissements spécifiques dans les technologies du numérique.