Insee
Insee Flash Guadeloupe · Mars 2021 · n° 149
Insee Flash GuadeloupeGuadeloupe - 14 % d’écart de salaires entre les femmes et les hommes au sein de la fonction publique d’État

Zinaïda Salibekyan-Rosain (Insee), avec la contribution de Elodie Shitalou (Université Antilles-Guyane)

Fin 2018, 38 440 personnes travaillent dans la fonction publique en Guadeloupe, soit près d’une personne en emploi sur trois. Les femmes représentent 62 % des agents de la fonction publique. Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes persistent. Les différences de rémunération s’expliquent par le fait que les femmes et les hommes n’occupent pas les emplois de même niveau ou domaine. Les femmes sont sous-représentées parmi les agents occupant des postes de direction et de l’encadrement supérieur.

Insee Flash Guadeloupe
No 149
Paru le : Paru le 08/03/2021

Six agents de la fonction publique sur dix sont des femmes

En 2018, plus de 62 % des agents de la fonction publique guadeloupéenne sont des femmes. Cette féminisation se retrouve également en Martinique (65 %), en Guyane (59 %) et en France métropolitaine (65 %). En Guadeloupe, l’âge moyen des femmes au sein de la fonction publique est proche de celui des hommes (49 ans pour les femmes et de 50 ans pour les hommes). En France métropolitaine, l’âge moyen des femmes est de 45 ans et celui des hommes de 46 ans.

La fonction publique hospitalière (FPH) est la plus féminisée des versants de la fonction publique avec 69 % de personnel féminin. Cette part est de 64 % dans la fonction publique d’État (FPE) et de 54 % dans la fonction publique territoriale (FPT). Cette surreprésentation féminine est plus accentuée en France métropolitaine au sein de la FPH (78 %).

Les femmes sont encore peu présentes dans les emplois d’encadrement et de direction

L’écart de rémunération entre les femmes et les hommes est plus important au sein de la FPE (14 %) qui représente environ 485 euros pour un salaire moyen de 3 624 euros en EQTP. Deux raisons principales expliquent ces inégalités de salaire. D’une part, il y a une surreprésentation des femmes dans les corps de métiers les moins rémunérateurs tels que l’éducation, la santé et le social. Ainsi, le ministère de l’Éducation nationale et l’enseignement supérieur compte parmi ses effectifs 68 % de femmes et ceux du Travail et de la Santé, 63 %. D’autre part, les femmes occupent plus souvent des postes de faibles niveaux hiérarchiques ou avec moins de responsabilités. En effet, au sein de la FPE les agents de la catégorie A+ (emploi de direction et de l’encadrement supérieur) sont majoritairement des hommes (figure 1). Au contraire, les femmes sont surreprésentées parmi les agents de la catégorie A, essentiellement des enseignantes. De même au sein de la FPT, les hommes sont surreprésentés parmi les agents de la catégorie A+ et les femmes sont plus présentes parmi les agents de la catégorie A. Cependant, l’écart de rémunération y est plus faible (6 %). Cette moindre présence féminine dans la catégorie A+ existe aussi au niveau national et s’explique par un taux de promotions plus faible chez les femmes (Pour en savoir plus).

Par ailleurs, au sein de la FPH les rémunérations entre les femmes et les hommes sont proches.

Figure 1Répartition des femmes et des hommes entre les catégories d’emploi en Guadeloupe (en %)

Répartition des femmes et des hommes entre les catégories d’emploi en Guadeloupe (en %) - Note de lecture : au sein de la FPE 66,8 % des femmes occupent un poste de catégorie A.
FPE FPE hors enseignant FPH FPT
Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes
A+ 2,7 6,6 4,4 7,7 0,2 0,8 0,6 1,5
A 66,8 54,8 22,5 19,9 37,1 21,5 6,9 3,7
B 14,9 23,8 35,7 44,7 20,7 15,4 9,6 7,9
C 15,6 14,8 37,4 27,7 42,0 62,3 82,9 87,0
Ensemble 100 100 100 100 100 100 100 100
  • Note de lecture : au sein de la FPE 66,8 % des femmes occupent un poste de catégorie A.
  • Champ de l’étude : ensemble des agents titulaires des trois fonctions publiques en 2018, hors personnel médical.
  • Source : Insee, Système d’informations sur les agents du secteur public (SIASP) 2018.

Une femme sur six est en temps partiel dans la fonction publique territoriale

Dans la fonction publique, le recours au temps partiel est une autre source d’écart de rémunération selon les sexes. C’est au sein de la FPT que les femmes utilisent plus largement le temps partiel (16 %), alors que seuls 8 % des hommes y ont recours.

La différence de durée de travail est la plus élevée au sein de la FPE: les femmes y travaillent en moyenne 1h12 de moins que les hommes par semaine. Hors enseignement, cette différence est plus faible: moins de 12 minutes. Elle est de 48 minutes au sein de la FPT.

L’écart des primes est très marqué au sein de la fonction publique d’État

L’écart de rémunération entre les femmes et les hommes est également visible au niveau de l’attribution des primes. Au sein de la fonction publique, les primes reconnaissent le mérite de l’agent. Elles incluent les indemnités de résidence, le supplément familial de traitement, les rémunérations des heures supplémentaires ainsi que les rachats de jours de congé, dans le cadre du compte épargne temps. Elles prennent en compte également les traitements majorés de 40 % en raison du coût de la vie plus élevé en outre-mer.

Elles sont bien plus importantes aux niveaux de responsabilités élevées, occupées plus souvent par les hommes que par les femmes. Le différentiel sur les primes perçues dans l’année est de 4 614 euros par an dans la FPE et de 1 238 euros dans la FPT en faveur des hommes (figure 2).

Figure 2Écart de primes et indemnités annuelles entre les femmes et les hommes au sein de chaque fonction publique (en euros)

Écart de primes et indemnités annuelles entre les femmes et les hommes au sein de chaque fonction publique (en euros)
Primes* et indemnités annuelles (hommes) Primes et indemnités annuelles (femmes) Ecart de primes (H-F)
Fonction Publique d’État (FPE) 21 534 16 920 4 614
FPE hors enseignant 23 743 18 544 5 199
Fonction Publique Hospitalière (FPH) 5 136 5 325 189
Fonction Publique Territoriale (FPT) 5 650 4 412 1 238
Ensemble 14 016 11 300 2 716
  • *y compris les traitements majorés en raison du coût de la vie plus élevé outre-mer.
  • Champ de l’étude : ensemble des agents titulaires des trois fonctions publiques en 2018, hors personnel médical.
  • Source : Insee, Système d’informations sur les agents du secteur public (SIASP) 2018.
Publication rédigée par : Zinaïda Salibekyan-Rosain (Insee), avec la contribution de Elodie Shitalou (Université Antilles-Guyane)

Champ

Le champ de l’étude inclue tous les agents titulaires de la fonction publique, à deux exceptions près : le personnel médical, au sein de la FPH est exclu car la proportion des agents non-titulaires ou autres est importante (40 %) et les militaires.

Afin d’étudier l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, le champ d’étude retient les postes principaux non-annexes actifs au 31/12/2018.

Les fonctionnaires des DOM bénéficient de traitements majorés en raison du coût de la vie plus élevé outre-mer.

Pour en savoir plus

« La fonction publique emploie près du quart de la population active en Guadeloupe », Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane, n°42, 2013

Narcy Mathieu, Lafranchi Joseph, Duvivier Chloé, « Les sources de l’écart de rémunération entre femmes et hommes dans la fonction publique », Économie et Statistique, n°488-489, 2016