Produits intérieurs bruts régionaux et valeurs ajoutées régionales de 2015 à 2018Série en base 2014

Bases de données
Paru le : Paru le 22/09/2021
- Septembre 2021

25 mars 2021 – Des erreurs ont été detectées dans les tableaux de valeurs ajoutées régionales et de produits intérieurs bruts régionaux sur le millésime 2015. Ces tableaux sont assortis d'un onglet « Historique des mises à jour » qui détaille la nature de la modification.

Le champ couvert est celui de la France métropolitaine et des départements d'outre-mer (DOM).
Les données présentées sont en base 2014.

Produits intérieurs bruts régionaux de 2015 à 2018
(xlsx, 31 Ko)
Valeurs ajoutées régionales en A17 de 2015 à 2018
(xlsx, 40 Ko)

Pour comprendre

Méthode

Les produits intérieurs bruts régionaux sont établis en base 2014 en cohérence avec les comptes nationaux, en conformité avec le Système Européen des Comptes 2010 (Sec2010).

Le PIB national et les valeurs ajoutées nationales concernent l'ensemble des unités résidentes sur le territoire économique français : métropole et départements d'outre-mer (DOM).

Les comptes des départements d'outre-mer (DOM) sont beaucoup plus complets que les comptes des régions métropolitaines. Ils sont établis par les services de l'Insee dans les DOM. Les indicateurs économiques régionaux des régions métropolitaines (PIB et valeurs ajoutées) résultent d'une régionalisation des indicateurs métropolitains à partir de clés de répartition.

Les PIB et les valeurs ajoutées métropolitains de chaque branche sont égaux à la différence entre les données France entière (établis au début mai de chaque année) et les données DOM.

Les données régionales sont ainsi cohérentes avec les données nationales.

Détermination des valeurs ajoutées régionales à prix courants dans une première phase...

Pour la métropole, l'estimation des valeurs ajoutées régionales des branches marchandes (hors agriculture et finances) repose, en base 2014 comme en base 2010, sur l'utilisation du fichier FARE (Fichier Approché des Résultats des Entreprises) issu du processus Élaboration des Statistiques ANnuelles d'Entreprises (Esane) depuis 2008 et des données d’emploi issues de CLAP (Connaissance Locale de l'Appareil Productif) et FLORES (Fichier LOcalisé des Rémunérations et de l’Emploi Salarié) depuis l’exercice 2016. Cette source d’emploi permet de localiser l'ensemble de l'activité économique (Esane) au travers des effectifs et des rémunérations des établissements. Le fichier FARE (source Esane), qui contient les principales variables des comptes des entreprises, donne la valeur ajoutée de chaque entreprise ; cette valeur ajoutée est ensuite régionalisée au prorata de la masse salariale de chaque établissement (données CLAP/FLORES). Les valeurs ajoutées des établissements sont ensuite agrégées par secteur d'activité et région. Par souci de cohérence avec la comptabilité nationale, la somme des VA régionales de chaque branche est ajustée sur la valeur ajoutée métropolitaine fournie par les comptes nationaux.

Par nécessité de simplification, on assimile l’activité principale des établissement à des branches.

Les travaux se font en croisant activité et région (A17 * région).

Les branches non marchandes (et la partie non marchande des branches principalement non marchandes, telles que la santé, l'enseignement) ainsi que l'agriculture, les activités financières et d'assurance et les loyers imputés font l'objet de traitements spécifiques ; la méthode décrite plus haut ne peut être appliquée car la source Esane ne couvre pas ces champs d'activité.

La valeur ajoutée de l'agriculture est régionalisée à partir d'indicateurs établis par le Ministère de l'agriculture ; les loyers imputés (loyer que les propriétaires occupants se verseraient à eux mêmes) à partir des valeurs locatives des logements concernés (issues du fichier de la taxe d’habitation). Pour les autres branches, les valeurs ajoutées métropolitaines sont ventilées par région au prorata des rémunérations brutes de CLAP/FLORES.

...puis des produits intérieurs bruts régionaux à prix courants

La structure des valeurs ajoutées régionales ainsi déterminée est appliquée au PIB de la métropole pour en déduire les PIB régionaux sur le même champ.

...et des produits intérieurs bruts régionaux « en volume » (i.e. « en volume » chaînés de la base 2014)

Les PIB régionaux « en volume » sont estimés à partir du PIB national « en volume » à l'aide de la structure des valeurs ajoutées régionales « en volume ». Ces dernières résultent de l'agrégation des valeurs ajoutées régionales « en volume » par branche. Chacune d'entre elles est obtenue en rapportant la valeur ajoutée régionale par branche à prix courants à l'indice de prix national par branche, ce qui équivaut à appliquer la structure des valeurs ajoutées en valeur à la valeur ajoutée en volume de la branche.

Les PIB en volume doivent être utilisés avec prudence car ils ne découlent pas du calcul d'un indice de prix régional :

  • faute de sources disponibles, les prix sont supposés évoluer de manière identique sur tout le territoire. C'est bien le cas dans le cadre d'un marché unique où les conditions locales ont une faible influence. Mais en pratique, cette hypothèse peut ne pas être vérifiée pour certaines branches (par exemple, les prix de l'immobilier n'évoluent pas au même rythme dans toutes les régions) ou pour certains territoires spécifiques (en particulier les Dom) ;
  • l'indice de prix national d'une branche dépend de la composition de cette branche en sous-branches. Or l'importance relative des sous-branches diffère selon les régions. Les indices de branche nationaux ne sont donc que des approximations des indices régionaux qui seraient calculés si la répartition régionale des biens à un niveau plus fin était disponible.

Déroulement des campagnes de comptes

La méthode décrite ci-dessus s'applique aux comptes définitifs et semi-définitifs.

Les données publiées pour la dernière année sont semi-définitives. Pour les années antérieures, les données sont définitives.

Définitions


Produit intérieur brut aux prix du marché / PIB : le produit intérieur brut aux prix du marché vise à mesurer la richesse créée par tous les agents, privés et publics, sur un territoire national pendant une période donnée. Agrégat clé de la comptabilité nationale, il repré­sente le résultat final de l’activité de production des unités productrices résidentes.
Le PIB aux prix du marché peut être mesuré de trois façons :

  • selon l’optique de la production, en faisant la somme des valeurs ajoutées de toutes les acti­vités de production de biens et de services et en y ajoutant les impôts moins les subventions sur les produits ;
  • selon l’optique des dépenses, en faisant la somme de toutes les dépenses finales (consacrées à la consommation ou à l’accroissement de la richesse) en y ajoutant les exportations moins les importations de biens et services ;
  • selon l’optique du revenu, en faisant la somme de tous les revenus obtenus dans le processus de production de biens et de services (revenus salariaux, excédent brut d’exploitation et revenu mixte) et en y ajou­tant les impôts sur la production et les importa­tions moins les subventions.

Valeur ajoutée : solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

    • Liste des variables

      • Produits intérieurs bruts régionaux en valeur en millions d'euros
      • Produits intérieurs bruts régionaux en euros par habitant
      • Produits intérieurs bruts régionaux en euros par emploi
      • Produits intérieurs bruts régionaux en « volume, prix chaînés, base 2014 » en millions d'euros
      • Valeur ajoutée régionale par branche d'activité (nomenclature NA à 17 postes)

Pour en savoir plus

Les comptes de la Nation en 2019 (séries longues des comptes nationaux annuels en base 2014)