Insee Analyses Hauts-de-FranceLes zones d’emploi 2020 : des économies diversifiées, s’appuyant sur de grands établissements

Audrey Baëhr, Géraldine Caron (Insee)

Dans les Hauts-de-France, les 24 nouvelles zones d’emploi millésimées 2020 ont des orientations économiques différentes et dessinent le portrait d’une économie régionale globalement diversifiée. Ainsi, la zone de Lille est la seule de la région classée au niveau national parmi les grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines. Pour autant, la part de ces fonctions stratégiques reste en retrait par rapport à celle de ses homologues françaises. Les autres grandes agglomérations se caractérisent par des emplois plus concentrés dans de grands établissements privés et publics. Les zones au sud de la région, limitrophes de l’Île-de-France, ont un caractère plus résidentiel avec des déplacements plus fréquents en dehors de la zone de résidence pour aller travailler. Au nord-ouest et à l’est de la région, les zones d’emploi n’ont pas de spécialité économique dominante, contrairement au sud du littoral tourné vers le tourisme et l’industrie.

Insee Analyses Hauts-de-France
No 112
Paru le : Paru le 10/09/2020
Audrey Baëhr, Géraldine Caron (Insee)
Insee Analyses Hauts-de-France  No 112 - Septembre 2020

24 zones d’emploi dans les Hauts-de-France en 2020

Les zones d’emploi constituent l’outil le plus pertinent pour étudier le fonctionnement local du marché du travail. En 2020, ce découpage a fait l’objet d’une révision afin de tenir compte notamment de l’évolution des déplacements domicile-travail au cours de ces dix dernières années (encadré 1).

Désormais, les Hauts-de-France se composent de 24 zones d’emploi, contre 28 dans la version 2010. Deux d’entre elles sont partagées avec la Normandie : la zone d’emploi de Beauvais qui déborde dorénavant dans l’Eure et la Seine-Maritime, et La Vallée de la Bresle-Vimeu, déjà à cheval entre les deux régions dans le précédent zonage (figure 1).

Figure 1Des zones d’emploi plus vastes en 2020Zones d’emploi des Hauts-de-France, versions 2010 et 2020

  • Note de lecture : La région est découpée en 24 « zones d’emploi 2020 ». Par rapport à la précédente version, les zones d’emploi limitrophes de l’Île-de-France (Roissy-Sud-Picardie et Soissons) voient leurs contours fortement modifiés. La zone de Flandre-Lys disparaît, tandis que celles de Tergnier et de Péronne fusionnent avec celle de Saint-Quentin. C’est également le cas des zones de Maubeuge et de Thiérache qui sont regroupées. Le territoire du Ternois est quant à lui rattaché à la zone de Berck et non plus à celle d’Arras.
  • Source : Insee.

Des zones d’emploi plus peuplées qu’en moyenne nationale

De taille variable (de 72 000 habitants pour Château‑Thierry à 918 000 habitants pour Lille avec respectivement 22 000 et 432 000 emplois), les zones d’emploi des Hauts-de-France sont en moyenne plus peuplées et plus pourvoyeuses d’emploi qu’au niveau national. La moitié de ces zones abritent au moins 222 500 habitants et 73 800 emplois, contre 127 000 habitants et 44 600 emplois en France entière.

De plus, les échanges entre zones sont plus intenses dans la région qu’ailleurs, ce qui signifie qu’en proportion, moins d’actifs des Hauts-de-France travaillent dans leur zone de résidence. Dans la moitié des zones d’emploi de la région, le taux de stables est effectivement supérieur à 71 % contre 78 % en France. Ces échanges dépendent du profil de la main-d’œuvre disponible, mais surtout des caractéristiques du tissu productif (taille des établissements employeurs, diversité des secteurs d’activité…) de la zone d’emploi et celles avoisinantes. Le rayonnement de la métropole lilloise et de la région francilienne explique pourquoi les actifs habitant la périphérie de Lille et le sud de la région quittent plus souvent leur zone de résidence pour aller travailler. La part d’actifs travaillant et résidant dans leur zone est ainsi la plus faible (autour de 60 %) dans les zones d’emploi de Roubaix-Tourcoing, Béthune, Lens, Douai, Beauvais, Creil, Soissons et Château-Thierry.

Les 306 zones d’emploi françaises ont été réparties en sept classes (figure 2) décrivant l’orientation économique dominante du territoire à partir d’indicateurs de spécialisation économique (encadré 2). Chacune de ces classes est représentée dans la région sauf celle des zones d’emploi spécialisées dans l’agriculture.

La région présente une économie globalement diversifiée où sont implantés de gros employeurs. Elle est d’ailleurs la première région française, ex æquo avec l’Île-de-France, pour la part de l’emploi dans les établissements de 250 à 4 999 salariés , avec 24 %, soit un taux supérieur de trois points à la moyenne nationale. Ainsi, la zone de Dunkerque figure parmi les dix premières zones d’emploi françaises où cet indicateur est le plus élevé, suivie de près par celles de Lille, Roubaix-Tourcoing et Valenciennes.

Si l’empreinte industrielle reste marquée au sein de quelques territoires, elle n’est plus une spécificité régionale. En 2016, les Hauts-de-France sont 7e au classement des régions les plus industrielles avec 14 % de l’emploi total relevant de ce secteur (12 % en moyenne en France), soit un peu moins de 300 000 emplois. Il y a 20 ans, cette part atteignait 18 % (15 % au niveau national).

Figure 2Des spécialisations différentes selon les territoiresOrientation économique dominante des nouvelles zones d’emploi en France et dans les Hauts-de-France

Des spécialisations différentes selon les territoires
Code ZE2020 Libellé de la zone d’emploi Orientation économique
0051 Alençon Économie diversifiée
0052 Arles à forte orientation touristique
0053 Avignon Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
0054 Beauvais Résidentielles
0055 Bollène-Pierrelatte Spécialisées dans l'industrie
0056 Cosne-Cours-sur-Loire Spécialisées dans l'agriculture
0057 Dreux Résidentielles
0058 La Vallée de la Bresle - Vimeu Spécialisées dans l'industrie
0059 Mâcon Économie diversifiée
0060 Nevers Économie diversifiée
0061 Nogent-le -Rotrou Spécialisées dans l'industrie
0062 Redon Résidentielles
0063 Ussel Spécialisées dans l'agriculture
0064 Valréas Spécialisées dans l'agriculture
0101 Côte sous le vent Économie diversifiée
0102 Est Grande Terre Spécialisées dans l'agriculture
0103 Marie-Galante Spécialisées dans l'agriculture
0104 Région Pointoise Économie diversifiée
0105 Sud Basse-Terre Économie diversifiée
0201 Le Centre-Atlantique Économie diversifiée
0202 Le Centre agglomération Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
0203 Le Nord-Atlantique Spécialisées dans l'agriculture
0204 Le Nord-Caraïbe Spécialisées dans l'agriculture
0205 Le Sud à forte orientation touristique
0206 Le Sud-Caraïbe à forte orientation touristique
0301 Est-littoral Économie diversifiée
0302 Ouest-Guyanais Économie diversifiée
0303 Savanes  Résidentielles
0401 L'Est Économie diversifiée
0402 L'Ouest Économie diversifiée
0403 Le Nord Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
0404 Le Sud Économie diversifiée
0601 Mayotte Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
1101 Cergy-Vexin Résidentielles
1102 Coulommiers Résidentielles
1103 Etampes Résidentielles
1104 Evry Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
1105 Fontainebleau-Nemours Résidentielles
1106 Marne-la-Vallée à forte orientation touristique
1107 Meaux Résidentielles
1108 Melun Résidentielles
1109 Paris Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
1110 Provins Spécialisées dans l'agriculture
1111 Rambouillet Résidentielles
1112 Roissy Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
1113 Saclay Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
1114 Seine-Yvelinoise Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
1115 Versailles-Saint-Quentin Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
2401 Blois Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2402 Bourges Économie diversifiée
2403 Chartres Résidentielles
2404 Châteaudun Économie diversifiée
2405 Châteauroux Économie diversifiée
2406 Chinon Spécialisées dans l'industrie
2407 Gien Spécialisées dans l'industrie
2408 Loches Spécialisées dans l'agriculture
2409 Montargis Résidentielles
2410 Orléans Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2411 Pithiviers Résidentielles
2412 Romorantin-Lanthenay Résidentielles
2413 Tours Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2414 Vendôme Spécialisées dans l'industrie
2415 Vierzon Économie diversifiée
2701 Autun Économie diversifiée
2702 Auxerre Économie diversifiée
2703 Avallon Spécialisées dans l'agriculture
2704 Beaune Spécialisées dans l'agriculture
2705 Belfort Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2706 Besançon Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2707 Chalon-sur-Saône Économie diversifiée
2708 Charolais Économie diversifiée
2709 Châtillon-Montbard Économie diversifiée
2710 Creusot-Montceau Spécialisées dans l'industrie
2711 Dijon Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2712 Dole Résidentielles
2713 Lons-le-Saunier Économie diversifiée
2714 Montbéliard Spécialisées dans l'industrie
2715 Pontarlier Résidentielles
2716 Saint-Claude Résidentielles
2717 Sens Résidentielles
2718 Vesoul Économie diversifiée
2801 Argentan Spécialisées dans l'agriculture
2802 Avranches Spécialisées dans l'agriculture
2803 Bernay Résidentielles
2804 Caen Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2805 Cherbourg en Cotentin Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2806 Coutances Spécialisées dans l'agriculture
2807 Dieppe - Caux maritime Spécialisées dans l'industrie
2808 Evreux Économie diversifiée
2809 Flers Spécialisées dans l'industrie
2810 Granville à forte orientation touristique
2811 Honfleur Pont-Audemer à forte orientation touristique
2812 L’Aigle Spécialisées dans l'industrie
2813 Le Havre Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2814 Lisieux Économie diversifiée
2815 Rouen Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
2816 Saint-Lô Économie diversifiée
2817 Vernon - Gisors Résidentielles
2818 Vire Normandie Spécialisées dans l'agriculture
2819 Yvetot - Vallée du Commerce Résidentielles
3201 Abbeville à forte orientation touristique
3202 Amiens Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
3203 Arras Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
3204 Berck à forte orientation touristique
3205 Béthune Résidentielles
3206 Boulogne-sur-Mer Économie diversifiée
3207 Calais Économie diversifiée
3208 Cambrai Économie diversifiée
3209 Château-Thierry Résidentielles
3210 Compiègne Résidentielles
3211 Creil Résidentielles
3212 Douai Économie diversifiée
3213 Dunkerque Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
3214 Laon Économie diversifiée
3215 Lens Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
3216 Lille Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
3217 Maubeuge Économie diversifiée
3218 Roubaix-Tourcoing Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
3219 Saint-Omer Économie diversifiée
3220 Saint-Quentin Économie diversifiée
3221 Soissons Résidentielles
3222 Valenciennes Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
4401 Bar-le-Duc Economie diversifiée
4402 Châlons-en-Champagne Economie diversifiée
4403 Charleville-Mezières Economie diversifiée
4404 Chaumont Economie diversifiée
4405 Colmar Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
4406 Epernay Spécialisées dans l'agriculture
4407 Epinal Economie diversifiée
4408 Forbach Résidentielles
4409 Haguenau Résidentielles
4410 Metz Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
4411 Mulhouse Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
4412 Nancy Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
4413 Reims Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
4414 Remiremont Spécialisées dans l'industrie
4415 Romilly-sur-Seine Spécialisées dans l'industrie
4416 Saint-Avold Résidentielles
4417 Saint-Dié-des-Vosges Résidentielles
4418 Saint-Louis Résidentielles
4419 Sarrebourg Economie diversifiée
4420 Sarreguemines Résidentielles
4421 Sedan Résidentielles
4422 Sélestat Résidentielles
4423 Strasbourg Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
4424 Thionville Résidentielles
4425 Troyes Economie diversifiée
4426 Verdun Economie diversifiée
4427 Vitry-le-François Saint-Dizier Economie diversifiée
5201 Ancenis Spécialisées dans l'industrie
5202 Angers Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5203 Challans à forte orientation touristique
5204 Château-Gontier Spécialisées dans l'industrie
5205 Châteaubriant Spécialisées dans l'agriculture
5206 Cholet Spécialisées dans l'industrie
5207 Fontenay-le-Comte Spécialisées dans l'agriculture
5208 La Ferté-Bernard Spécialisées dans l'industrie
5209 La Flèche Spécialisées dans l'industrie
5210 La Roche-sur-Yon Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5211 Laval Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5212 Le Mans Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5213 Les Herbiers - Montaigu Spécialisées dans l'industrie
5214 Les Sables-d'Olonne à forte orientation touristique
5215 Mayenne Spécialisées dans l'industrie
5216 Nantes Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
5217 Pornic à forte orientation touristique
5218 Sablé-sur-Sarthe Spécialisées dans l'industrie
5219 Saint-Nazaire Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5220 Saumur Spécialisées dans l'agriculture
5221 Segré-en-Anjou Bleu Spécialisées dans l'industrie
5301 Auray à forte orientation touristique
5302 Brest Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5303 Carhaix – Plouguer Spécialisées dans l'agriculture
5304 Dinan à forte orientation touristique
5305 Fougères Spécialisées dans l'industrie
5306 Guingamp Économie diversifiée
5307 Lamballe – Armor Spécialisées dans l'industrie
5308 Lannion à forte orientation touristique
5309 Lorient Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5310 Morlaix Économie diversifiée
5311 Ploërmel Spécialisées dans l'industrie
5312 Pontivy – Loudéac Spécialisées dans l'industrie
5313 Quimper Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5314 Quimperlé Résidentielles
5315 Rennes Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
5316 Saint-Brieuc Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
5317 Saint-Malo à forte orientation touristique
5318 Vannes à forte orientation touristique
5319 Vitré Spécialisées dans l'industrie
7501 Agen Économie diversifiée
7502 Angoulême Économie diversifiée
7503 Bayonne Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7504 Bergerac Spécialisées dans l'agriculture
7505 Bordeaux Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
7506 Bressuire Spécialisées dans l'industrie
7507 Brive-la-Gaillarde Économie diversifiée
7508 Châtellerault Spécialisées dans l'industrie
7509 Cognac Spécialisées dans l'agriculture
7510 Dax à forte orientation touristique
7511 Guéret Spécialisées dans l'agriculture
7512 La Rochelle Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7513 La Teste-de-Buch à forte orientation touristique
7514 Langon Spécialisées dans l'agriculture
7515 Lesparre – Médoc Spécialisées dans l'agriculture
7516 Libourne Spécialisées dans l'agriculture
7517 Limoges Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7518 Marmande Spécialisées dans l'agriculture
7519 Mont-de-Marsan Économie diversifiée
7520 Niort Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7521 Oloron – Sainte-Marie Spécialisées dans l'agriculture
7522 Pau Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7523 Périgueux Économie diversifiée
7524 Poitiers Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7525 Rochefort Économie diversifiée
7526 Royan à forte orientation touristique
7527 Saint-Junien Spécialisées dans l'agriculture
7528 Saintes Économie diversifiée
7529 Sarlat-La-Canéda à forte orientation touristique
7530 Thouars Spécialisées dans l'industrie
7531 Tulle Économie diversifiée
7532 Villeneuve-sur-Lot Spécialisées dans l'agriculture
7601 Agde - Pézenas à forte orientation touristique
7602 Albi Économie diversifiée
7603 Alès - Le Vigan Résidentielles
7604 Auch Spécialisées dans l'agriculture
7605 Bagnols-sur-Cèze Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7606 Béziers à forte orientation touristique
7607 Cahors Économie diversifiée
7608 Carcassonne - Limoux Économie diversifiée
7609 Castelsarrasin - Moissac Spécialisées dans l'agriculture
7610 Castres - Mazamet Économie diversifiée
7611 Figeac - Villefranche Spécialisées dans l'industrie
7612 Foix - Pamiers Économie diversifiée
7613 Mende Spécialisées dans l'agriculture
7614 Millau Spécialisées dans l'agriculture
7615 Montauban Économie diversifiée
7616 Montpellier Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
7617 Narbonne à forte orientation touristique
7618 Nîmes Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
7619 Nord-du-Lot Spécialisées dans l'industrie
7620 Perpignan à forte orientation touristique
7621 Rodez Économie diversifiée
7622 Saint-Gaudens Résidentielles
7623 Sète à forte orientation touristique
7624 Tarbes - Lourdes à forte orientation touristique
7625 Toulouse Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
8401 Annecy Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
8402 Aubenas à forte orientation touristique
8403 Aurillac Économie diversifiée
8404 Belley Résidentielles
8405 Bourg en Bresse Résidentielles
8406 Bourgoin-Jallieu Résidentielles
8407 Chambéry Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
8408 Clermont-Ferrand Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
8409 Grenoble Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
8410 Issoire Spécialisées dans l'industrie
8411 La Maurienne à forte orientation touristique
8412 La Plaine du Forez Résidentielles
8413 La Tarentaise à forte orientation touristique
8414 La Vallée de l’Arve Spécialisées dans l'industrie
8415 Le Chablais à forte orientation touristique
8416 Le Genevois Français Résidentielles
8417 Le Livradois Spécialisées dans l'industrie
8418 Le Mont Blanc à forte orientation touristique
8419 Le Puy en Velay Économie diversifiée
8420 Les Sources de la Loire Spécialisées dans l'industrie
8421 Lyon Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
8422 Montélimar Économie diversifiée
8423 Montluçon Économie diversifiée
8424 Moulins Économie diversifiée
8425 Oyonnax Spécialisées dans l'industrie
8426 Roanne Économie diversifiée
8427 Romans-sur-Isère Résidentielles
8428 Saint-Etienne Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
8429 Saint-Flour Spécialisées dans l'agriculture
8430 Tarare Résidentielles
8431 Valence Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
8432 Vichy Économie diversifiée
8433 Vienne-Annonay Résidentielles
8434 Villefranche-sur-Saône Résidentielles
8435 Voiron Résidentielles
9301 Aix-en-Provence Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
9302 Briançon à forte orientation touristique
9303 Brignoles à forte orientation touristique
9304 Cannes Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
9305 Carpentras Spécialisées dans l'agriculture
9306 Cavaillon à forte orientation touristique
9307 Digne-les-Bains à forte orientation touristique
9308 Draguignan Économie diversifiée
9309 Fréjus à forte orientation touristique
9310 Gap à forte orientation touristique
9311 Manosque Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
9312 Marseille Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines
9313 Martigues – Salon Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
9314 Menton à forte orientation touristique
9315 Nice Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
9316 Orange Spécialisées dans l'agriculture
9317 Sainte-Maxime à forte orientation touristique
9318 Toulon Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs
9401 Ajaccio à forte orientation touristique
9402 Bastia à forte orientation touristique
9403 Calvi à forte orientation touristique
9404 Corte à forte orientation touristique
9405 Ghisonaccia Spécialisées dans l'agriculture
9406 Porto-Vecchio à forte orientation touristique
9407 Propriano à forte orientation touristique
  • Source : Insee, recensement de la population 2016, CLAP 2015, enquêtes fréquentation touristique 2019.

Figure 2Des spécialisations différentes selon les territoiresOrientation économique dominante des nouvelles zones d’emploi en France et dans les Hauts-de-France

  • Source : Insee, recensement de la population 2016, CLAP 2015, enquêtes fréquentation touristique 2019.

Lille, seule zone d’emploi de la région à forte concentration de fonctions métropolitaines

En France, les plus grandes zones d’emploi ont en commun de concentrer une part importante de fonctions métropolitaines (conception-recherche, commerce interentreprises, gestion, prestations intellectuelles, culture-loisirs). La zone d’emploi de Lille est la seule de la région classée parmi ces grandes agglomérations, comme 17 autres zones d’emploi en France (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nantes, Rennes, Grenoble…) (figure 2). La zone de Lille réunit 15 % de la population (soit 918 000 habitants) et 20 % des emplois des zones d’emploi des Hauts-de-France (soit 432 000 emplois).

Cependant, elle présente des spécificités en comparaison des zones d’emplois de la même classe : les emplois de cadres des fonctions métropolitaines , stratégiques et à fort contenu décisionnel, y sont moins répandus (13 % contre 19 %). De plus, la part d’actifs résidant et travaillant dans la zone d’emploi de Lille est l’une des plus faibles de la catégorie : elle est de 78 % quand elle atteint 90 % dans la moitié des zones à forte concentration de fonctions métropolitaines françaises (figure 2).

Les activités pour la santé humaine (CHU de Lille, groupement des hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille), l’administration publique, l’hébergement médico-social et l’action sociale sans hébergement sont surreprésentés par rapport à la moyenne de la classe. De fait, le poids des dix plus gros établissements publics y est deux fois plus élevé (8 %). À l’inverse, l’industrie concentre moins d’emplois : 8 %, soit la troisième part la plus basse des zones du même type, derrière Paris et Montpellier.

Dans les autres grandes agglomérations, de gros employeurs

Les autres grandes agglomérations dotées de gros employeurs ont des caractéristiques proches des zones d’emploi à forte concentration de fonctions métropolitaines. La taille et la part des cadres des fonctions métropolitaines de ces zones, bien qu’importantes, y sont cependant plus faibles. Elles se démarquent également par la présence de grands établissements (privés et/ou publics).

Les zones d’Amiens, Roubaix‑Tourcoing, Dunkerque, Valenciennes, Lens et Arras, qui regroupent un tiers de la population (2 034 000 habitants) et des emplois des zones d’emploi régionales (695 000 emplois), en font partie (figure 2). Cependant, comparées à leurs homologues des autres régions, elles sont en moyenne plus petites et la part des cadres des fonctions métropolitaines y est aussi moins élevée.

Au niveau national, les activités présentielles dans ces agglomérations prévalent généralement sur la sphère productive (33 % contre 30 %). Ce n’est pas le cas pour les six zones d’emploi des Hauts-de-France entrant dans cette catégorie. La sphère productive domine même largement dans les zones de Roubaix‑Tourcoing (36 %), Dunkerque (35 %) et Valenciennes (34 %).

À l’échelle nationale, l’économie dans ces territoires est par ailleurs plus dépendante des grands établissements : 23 % des emplois sont localisés dans les établissements de 250 à 4 999 salariés contre 21 % pour l’ensemble des zones d’emploi françaises, quelle que soit leur orientation économique. Cette particularité est plus marquée dans la région puisque la part de l’emploi dans ces établissements avoisine 30 % dans les zones de Roubaix-Tourcoing, de Dunkerque, et de Valenciennes (figure 2). Celles-ci bénéficient à la fois de gros employeurs publics et privés qui se concentrent dans un secteur : le commerce à Roubaix-Tourcoing (Auchan, La Redoute), la métallurgie et la production/distribution d’électricité (Arcelor Mittal, Électricité de France) à Dunkerque et la fabrication de matériel de transport (Toyota, PSA, Bombardier, Alstom) à Valenciennes. Dans les zones d’Amiens et d’Arras, toutes deux préfectures de département, les grands établissements publics pèsent plus dans l’emploi salarié. Plus spécifiquement à Amiens, les activités liées à l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale sont plus présentes qu’en moyenne dans la classe (38 % contre 35 %).

Une économie diversifiée au nord-ouest et à l’est

Huit zones d’emploi des Hauts-de-France n’ont pas de spécialité économique dominante, leur économie étant diversifiée (figure 2). Il s’agit, au nord-ouest de la région, des zones de Calais, Boulogne-sur-mer et Saint‑Omer, et à l’est, de Douai, Cambrai, Maubeuge, Saint-Quentin et Laon. Elles rassemblent 25 % de la population (1 505 000 habitants) et 23 % des emplois des zones de la région (491 000 emplois).

De par son statut de préfecture de département, la zone de Laon se différencie par le poids plus élevé des emplois relevant de l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale (43 % contre 37 % dans la classe). Dans les sept autres zones d’emploi, la sphère productive est plus importante que dans les zones françaises appartenant à la même catégorie. L’industrie y est en effet surreprésentée, sauf dans la zone de Calais qui se distingue par ses activités de transport.

Dans les zones de Saint‑Omer, Douai, Calais, Maubeuge, quelques très grands établissements privés sont implantés, employant chacun plus de 1 000 salariés (Arc France, Renault, Amazon, Eurotunnel et Maubeuge Construction Automobile). Dans la zone de Saint-Quentin, où le poids de l’industrie est aussi conséquent (18 %), les plus grands établissements du privé emploient autour de 500 salariés (Le Creuset, MBK Industrie, Bonduelle, Materne, Nestlé…).

Des zones résidentielles au sud

Dans les Hauts-de-France, six zones ont un caractère résidentiel en étant sous influence de pôles d’emploi extérieurs (figure 2). Autrement dit, les actifs occupés de ces zones les quittent plus souvent pour travailler que dans le reste de la région : 38 % d’entre eux sont dans cette situation, soit 9 points de plus que pour l’ensemble des zones d’emploi des Hauts-de-France. Cette proportion varie de 29 % pour la zone de Compiègne à 43 % pour celle de Soissons.

Ces zones se situent majoritairement au sud de la région, voisines de l’Île-de-France (Beauvais, Château-Thierry, Compiègne, Creil, Soissons). Une seule (Béthune) est proche de Lille. Elles regroupent 21 % de la population (1 302 000 habitants) et 19 % des emplois (soit 412 100 emplois) des zones d’emploi des Hauts-de-France.

Elles diffèrent des zones d’emploi de même classe par l’importance des emplois liés à la fabrication au sens large et/ou au transport-logistique. Par exemple, les zones de Beauvais, Béthune et Compiègne conservent une spécificité, respectivement, dans le matériel de transport (Faurecia, AGCO), l’agroalimentaire (Roquette Frères) et l’industrie chimique (Sanofi, Colgate-Palmolive) en plus de la fabrication de produits en caoutchouc, en plastique ou d’autres produits minéraux non métalliques (Bridgestone à Béthune, Saverglass à Feuquières). L’industrie chimique est également bien implantée dans la zone de Creil (Chanel, BASF), mais moins que l’administration publique, les activités pour la santé humaine et l’enseignement. Soissons est plus spécialisé dans le secteur du transport et de la logistique comme Château-Thierry. Cette dernière, zone la moins peuplée de la région, conserve en outre une empreinte agricole importante.

Le sud du littoral orienté vers l’industrie et le tourisme

Enfin, trois zones d’emploi situées sur le sud du littoral ont des économies où dominent des activités industrielles ou touristiques (figure 2).

La Vallée de la Bresle‑Vimeu, à cheval sur les Hauts-de-France et la Normandie, est historiquement spécialisée dans l’industrie, plus particulièrement dans la serrurerie, la robinetterie (Delabie, Thirard, Abloy) et dans le flaconnage de luxe (Pochet du Courval, Verescence France et Albéa). Dans cette zone, plus d’un emploi sur trois est industriel, contre un sur quatre dans les zones d’emploi de cette catégorie. La Vallée de la Bresle-Vimeu est de surcroît la zone d’emploi la plus industrielle de France, derrière Oyonnax dans l’Ain. Avec 80 000 habitants et 31 000 emplois, elle est la deuxième plus petite zone d’emploi des Hauts-de-France. Du fait de sa façade maritime, elle dispose également d’atouts touristiques, insuffisants cependant pour faire du tourisme une spécificité sectorielle, contrairement aux zones d’Abbeville et de Berck.

Ces deux territoires réunissent à peine 4 % de la population et de l’emploi des zones de la région (soit 225 000 habitants et 76 100 emplois). Si les résidences secondaires y sont autant représentées dans le parc de logements qu’au sein des autres zones touristiques françaises, le nombre de nuitées par habitant y est par contre plus faible : 10 pour Berck, 18 pour Abbeville contre 22 pour la classe. Les activités présentielles sont aussi moins développées (32 % pour Berck et Abbeville, 40 % dans les espaces du même type). Dans ces deux zones, un emploi sur cinq relève des secteurs de l’hébergement médico-social, l’action sociale sans hébergement ainsi que les activités pour la santé humaine, avec notamment la fondation Hopale à Berck. Au sein de cette zone, de gros employeurs industriels sont également implantés : Valéo (matériel de transport) et Herta (agroalimentaire) comptant chacun plus de 1 000 salariés.

Encadré 1 - Une méthode européenne de refonte des zones d’emploi

Une zone d’emploi est un ensemble de communes dans lequel la plupart des actifs résident et travaillent. Il s’agit d’un zonage d’étude qui existe depuis 1984, construit à partir des déplacements domicile-travail issus du recensement de la population.

La méthode repose sur un procédé itératif basé sur l’analyse des navettes domicile-travail entre les différentes zones. À chaque étape, des communes (ou groupes de communes agrégées précédemment) sont regroupées en fonction de l’intensité de ces échanges. Un ensemble de communes agrégées constitue une zone d’emploi dès lors qu’elle satisfait à des critères de taille (nombre d’emplois) et de stabilité (part d’actifs travaillant et résidant dans la zone) minimales. Au final, toutes les zones constituées polarisent l’emploi, mais à des degrés différents. Certaines ont un nombre d’emplois plus importants que d’actifs y résidant. Elles jouent de la sorte une fonction de pôle attractif. D’autres ont moins d’emplois qu’elles n’hébergent d’actifs et présentent un caractère plus résidentiel. Enfin, toute commune appartient à une et une seule zone d’emploi.

Ce zonage est régulièrement mis à jour pour tenir compte de l’évolution des économies locales. En 2020, l’Insee et la Direction statistique du Ministère en charge du travail et de l’emploi (DARES) l’ont révisé en s’appuyant sur une méthodologie développée par Eurostat afin de faciliter les comparaisons européennes. Un autre objectif de cette refonte était d’homogénéiser la méthode sur le territoire. Contrairement aux zones d’emploi 2010, construites région par région, celles construites en 2020 sont issues de paramètres nationaux. Seules quelques régions font exception : les DOM et la Corse en raison de leur particularité insulaire qui limite les déplacements domicile-travail. L’Île-de-France a également fait l’objet d’un traitement différent pour tenir compte de la très forte polarisation des flux vers Paris : la part des actifs qui résident et travaillent dans la même zone sont inférieurs à ceux du reste du territoire.

Par rapport au zonage de 2010, le nombre de zones d’emploi France entière en 2020 diminue légèrement : 306 (dont une pour Mayotte) contre 321. En revanche, le nombre de zones transrégionales passe de 10 à 14, malgré la réduction du nombre de régions, témoignant de l’intensification des échanges au cours des dix dernières années.

Encadré 2 - Une typologie des zones d’emploi selon leur orientation économique

La principale orientation économique des territoires est dégagée à travers une typologie des 306 zones d’emploi françaises. Celle-ci permet ensuite de repérer les spécificités des zones d’emploi de la région en les resituant parmi les zones qui leur sont le plus semblables, c’est-à-dire qui partagent la même orientation économique. La typologie s’appuie sur des variables d’activité touristique et des indicateurs de spécialisation économique (part de l’emploi rapportée à cette même part mesurée France entière, pour les sphères productive et présentielle, l’industrie, l’administration publique, et les gros ou petits établissements). Dans une première étape, une analyse en composantes principales extrait des axes d’analyse à partir de l’ensemble de ces variables. Dans une seconde étape, une classification ascendante hiérarchique (CAH) regroupe les zones d’emploi selon un faisceau de caractéristiques communes.

Sources

Cette étude s’appuie sur les exploitations principale et complémentaire du recensement de la population 2016, à l’exception des données relatives à la taille des établissements (issues de la source Clap millésime 2015) et des données relatives au nombre de nuitées (enquêtes de fréquentation touristique 2019).

Définitions

Le taux de stables rapporte le nombre d’actifs habitant et travaillant dans une zone d’emploi au nombre total d’actifs occupés résidant dans la zone.

Un gros établissement compte ici de 250 à 4 999 salariés.

Les cadres des fonctions métropolitaines sont les cadres et chefs d’entreprises de 10 salariés ou plus travaillant dans la conception‑recherche, les prestations intellectuelles, le commerce inter entreprises, la gestion et la culture-loisirs (cf analyse fonctionnelle de l’emploi).

Dans les sphères économiques, les activités présentielles sont les activités mises en œuvre localement pour la production de biens et de services visant la satisfaction des besoins de personnes présentes dans la zone, que ces personnes soient résidentes ou touristes. Les activités productives sont déterminées par différence. Il s’agit des activités qui produisent des biens majoritairement consommés hors de la zone et des activités de services tournées principalement vers les entreprises de cette sphère.

Dans cette étude, l’agriculture et l’administration publique sont exclues des sphères économiques.

Pour en savoir plus

« L’orientation économique des zones d’emploi : entre spécialisation et diversification des économies locales », Insee Première n° 1814, septembre 2020.

" En 15 ans, l’économie régionale se tertiarise, tout en maintenant des spécificités industrielles", Insee Analyses Hauts-de-France n° 85, octobre 2018.

"Cinq zones d’emploi gagnantes au jeu des navettes domicile-travail", Insee Analyses Hauts-de-France n° 14, mai 2016.

"Dynamique de l’emploi dans les métropoles et les territoires avoisinants", France stratégie, La note d’analyse n° 64, novembre 2017.

" Trajectoires socio-économiques des territoires du Nord-Pas-de-Calais", Direccte Hauts-de-France, Les synthèses de la Direccte, 2015.