Depuis 50 ans, faute d’emplois, des territoires se dépeuplent en Occitanie

Laurent Bisault (Insee)

Avec la disparition de nombreuses exploitations agricoles familiales et d’anciennes industries, certains territoires d’Occitanie sont aujourd’hui moins peuplés qu’il y a cinquante ans. Au sud du Massif central, dans les Pyrénées et une partie du Gers, les effectifs d’agriculteurs et d’ouvriers ont beaucoup baissé. Ces actifs n’ont été que partiellement remplacés par des cadres, des professions intermédiaires et des employés. Dans ces bassins de vie, le chômage est disparate, souvent bas dans les territoires agricoles et élevé dans les anciens bassins industriels.

Insee Analyses Occitanie
No 93
Paru le : Paru le 12/06/2020
Laurent Bisault (Insee)
Insee Analyses Occitanie  No 93 - juin 2020

Difficile de rester vivre au pays quand l’emploi fait défaut. C’est ce qu’ont vécu les habitants de 63 des 215 bassins de vie d’Occitanie sur les cinquante dernières années. Soixante-trois bassins dont la population a diminué entre 1968 et 2016 alors que l’ensemble de la région connaissait un fort dynamisme démographique. La population y a aussi vieilli plus rapidement que dans le reste de la région, les plus jeunes étant partis étudier et travailler ailleurs. Ils étaient 788 000 habitants en 1968 dans ces territoires. Ils ne sont plus que 645 000 à y résider en 2016. Au sud du Massif central, en Margeride, dans l’Aubrac, les Cévennes, une partie du Tarn, dans les Pyrénées, mais aussi à l’ouest du Gers (figure 1 et figure 2). Des bassins de vie où l’emploi a baissé ou au mieux stagné, ce qui a réduit d’autant la possibilité de vivre sur place, sachant que les autres pôles d’activité sont trop éloignés pour permettre aux habitants de résider dans ces bassins et de travailler ailleurs. Première cause des pertes d’emplois, la disparition de nombreuses exploitations agricoles a eu d’autant plus de conséquences que souvent plusieurs générations cohabitaient dans ces fermes. L’arrêt total ou partiel d’établissements industriels, dans les mines, le textile ou dans d’autres activités, a également réduit les effectifs de façon plus localisée, mais aussi plus brutale. Dans les villes et campagnes moins peuplées, des artisans et des commerçants ont fermé boutique faute de clients, dans un contexte marqué aussi par de profondes transformations des modes de vie et de consommation. Le nombre de cadres, de professions intermédiaires et d’employés a néanmoins progressé dans ces territoires pour répondre aux nouveaux besoins de l’économie.

Figure 1Déclin démographique dans les montagnes et une partie du GersVariation de la population entre 1968 et 2016 dans les bassins de vie d’Occitanie

Déclin démographique dans les montagnes et une partie du Gers
Code bassin de vie Libellé bassin de vie Variation 1968-2016 de la population
30132 La Grand-Combe - 13 530
12089 Decazeville - 12 133
81060 Carmaux - 10 783
48080 Langogne - 7 431
12197 Réquista - 5 686
81163 Mazamet - 4 759
48140 Saint-Chély-d'Apcher - 4 567
30037 Bessèges - 4 386
11304 Quillan - 4 372
9261 Saint-Girons - 4 269
81124 Lacaune - 3 657
12198 Rieupeyroux - 3 360
65258 Lannemezan - 3 282
34284 Saint-Pons-de-Thomières - 3 282
12208 Saint-Affrique - 3 152
9160 Lavelanet - 3 118
31042 Bagnères-de-Luchon - 2 869
12164 Mur-de-Barrez - 2 339
32107 Condom - 2 332
12169 Naucelle - 2 261
65286 Lourdes - 2 186
65059 Bagnères-de-Bigorre - 1 999
81003 Alban - 1 964
66003 Amélie-les-Bains-Palalda - 1 887
31080 Boulogne-sur-Gesse - 1 850
81037 Brassac - 1 806
46201 Montcuq - 1 519
65452 Trie-sur-Baïse - 1 514
31239 L'Isle-en-Dodon - 1 458
32462 Vic-Fezensac - 1 449
32296 Nogaro - 1 422
12224 Saint-Geniez-d'Olt - 1 399
65295 Luz-Saint-Sauveur - 1 339
9306 Tarascon-sur-Ariège - 1 249
46143 Lacapelle-Marival - 1 194
32119 Eauze - 1 119
12094 Entraygues-sur-Truyère - 1 106
46251 Saint-Céré - 1 037
12119 Laguiole - 935
32208 Lectoure - 917
12270 Sévérac-le-Château - 913
32256 Mirande - 910
9032 Ax-les-Thermes - 904
12096 Espalion - 873
12199 Rignac - 802
12185 Pont-de-Salars - 759
65025 Argelès-Gazost - 730
32233 Marciac - 728
32344 Riscle - 612
66088 Ille-sur-Têt - 607
32319 Plaisance - 529
11129 Espéraza - 515
66016 Banyuls-sur-Mer - 510
31020 Aspet - 484
31523 Salies-du-Salat - 477
46231 Puy-l'Évêque - 438
12148 Montbazens - 323
48061 Florac Trois Rivières - 315
81308 Valence-d'Albigeois - 226
32242 Masseube - 133
31390 Montréjeau - 59
34245 Saint-Chinian - 44
11315 Rieux-Minervois - 09
65304 Maubourguet + 68
82155 Saint-Antonin-Noble-Val + 82
65031 Arreau + 84
32249 Mauvezin + 96
30269 Saint-Jean-du-Gard + 174
34028 Bédarieux + 370
48034 La Canourgue + 401
32213 Lombez + 489
46330 Vayrac + 517
82013 Beaumont-de-Lomagne + 645
30350 Le Vigan + 695
65447 Tournay + 699
32410 Samatan + 741
31375 Montesquieu-Volvestre + 811
46127 Gourdon + 985
12033 Bozouls + 1 079
9194 Mirepoix + 1 106
32147 Gimont + 1 331
12120 Laissac + 1 344
46309 Souillac + 1 348
12138 Marcillac-Vallon + 1 369
46225 Prayssac + 1 382
32132 Fleurance + 1 402
31324 Martres-Tolosane + 1 473
34162 Montagnac + 1 642
30263 Saint-Hippolyte-du-Fort + 1 685
46128 Gramat + 1 726
46029 Biars-sur-Cère + 1 774
12056 Baraqueville + 1 787
9282 Saverdun + 1 958
11266 Port-la-Nouvelle + 1 976
31483 Saint-Gaudens + 2 073
12145 Millau + 2 082
34052 Capestang + 2 164
81222 Réalmont + 2 174
12300 Villefranche-de-Rouergue + 2 447
31098 Cadours + 2 457
81120 Labruguière + 2 462
11206 Limoux + 2 478
82087 Lafrançaise + 2 532
81219 Puylaurens + 2 538
34111 Ganges + 2 542
48092 Marvejols + 2 602
66108 Millas + 2 719
9167 Lézat-sur-Lèze + 2 750
9122 Foix + 2 800
81105 Graulhet + 2 839
31584 Villemur-sur-Tarn + 2 893
66149 Prades + 3 028
9185 Mazères + 3 096
34332 Vias + 3 180
65460 Vic-en-Bigorre + 3 205
31573 Verfeil + 3 311
31106 Caraman + 3 470
34142 Lodève + 3 558
34192 Palavas-les-Flots + 3 708
11397 Trèbes + 3 755
30221 Roquemaure + 3 791
31396 Nailloux + 3 811
46102 Figeac + 3 869
30034 Bellegarde + 3 884
34150 Marseillan + 4 045
11379 Sigean + 4 102
82186 Valence + 4 108
34101 Florensac + 4 146
34031 Bessan + 4 158
82037 Caussade + 4 168
48095 Mende + 4 192
30003 Aigues-Mortes + 4 269
66124 Font-Romeu-Odeillo-Via + 4 290
11202 Leucate + 4 320
11049 Bram + 4 392
31135 Cazères + 4 407
34239 Saint-André-de-Sangonis + 4 595
34199 Pézenas + 4 639
30258 Saint-Gilles + 4 730
66024 Le Boulou + 5 059
31358 Montastruc-la-Conseillère + 5 113
34079 Clermont-l'Hérault + 5 143
31202 Fronton + 5 165
30210 Quissac + 5 268
81220 Rabastens + 5 272
34194 Paulhan + 5 628
31451 Revel + 5 649
34300 Servian + 5 718
82125 Montech + 5 736
30344 Vergèze + 5 746
81140 Lavaur + 5 872
66049 Céret + 6 072
82079 Labastide-Saint-Pierre + 6 082
11076 Castelnaudary + 6 208
34088 Cournonterral + 6 425
31582 Villefranche-de-Lauragais + 6 483
82134 Nègrepelisse + 6 809
31066 Bessières + 6 864
82190 Verdun-sur-Garonne + 7 021
32013 Auch + 7 236
31572 Venerque + 7 248
66210 Thuir + 7 332
81099 Gaillac + 7 505
34157 Mèze + 7 617
31232 Grenade + 7 751
30141 Laudun-l'Ardoise + 7 868
30155 Manduel + 7 896
81271 Saint-Sulpice-la-Pointe + 8 073
34276 Saint-Mathieu-de-Tréviers + 8 183
82033 Castelsarrasin + 8 265
31454 Rieumes + 8 296
34147 Magalas + 8 459
11106 Coursan + 8 869
31118 Castelnau-d'Estrétefonds + 8 958
32160 L'Isle-Jourdain + 9 168
30028 Bagnols-sur-Cèze + 9 176
11203 Lézignan-Corbières + 9 570
30341 Vauvert + 9 651
30062 Calvisson + 9 909
31033 Auterive + 10 281
65440 Tarbes + 10 424
30202 Pont-Saint-Esprit + 10 435
34022 Baillargues + 10 463
31107 Carbonne + 10 908
30032 Beaucaire + 10 927
30321 Sommières + 11 460
34114 Gignac + 11 544
30212 Remoulins + 11 635
30334 Uzès + 12 074
34299 Sérignan + 12 371
81065 Castres + 13 033
66037 Canet-en-Roussillon + 13 522
31499 Saint-Lys + 13 559
34344 Le Grau-du-Roi + 13 751
9225 Pamiers + 13 983
34154 Mauguio + 14 069
46042 Cahors + 14 338
34058 Castries + 14 344
31187 Fonsorbes + 16 025
34003 Agde + 17 786
66180 Saint-Laurent-de-la-Salanque + 20 318
11069 Carcassonne + 20 849
34032 Béziers + 21 339
12202 Rodez + 22 846
81004 Albi + 25 125
82121 Montauban + 27 997
11262 Narbonne + 28 605
34301 Sète + 40 543
30007 Alès + 41 146
34145 Lunel + 41 213
66171 Saint-Cyprien + 43 839
30189 Nîmes + 76 064
66136 Perpignan + 88 751
34172 Montpellier + 272 786
31555 Toulouse + 531 390
O1 Pop d'Occitanie en baisse - 142 817
O2 Pop d'Occitanie en hausse + 2 038 125
OC Occitanie + 1 895 308
ME Ensemble métropole + 14 812 148
Ensemble France + 16 756 454
  • Source : Insee, recensements de la population

Figure 1Déclin démographique dans les montagnes et une partie du GersVariation de la population entre 1968 et 2016 dans les bassins de vie d’Occitanie

  • Source : Insee, recensements de la population

Figure 2Moins d’emplois, moins d’habitantsVariations de l’emploi¹ et de la population en Occitanie entre 1968 et 2016

Moins d’emplois, moins d’habitants
Bassins de vie dont la population baisse de 1968 à 2016 Bassins de vie dont la population augmente de 1968 à 2016 Ensemble Occitanie
Emploi 1968 288 000 1 117 000 1 405 000
2016 210 000 1 981 000 2 191 000
Variation 1968-2016 - 78 000 + 864 000 + 786 000
Variation (%) - 27 + 77 + 56
Population 1968 788 000 3 102 000 3 890 000
2016 645 000 5 140 000 5 785 000
Variation 1968-2016 - 143 000 + 2 038 000 + 1 895 000
Variation (%) - 18 + 66 + 49
  • 1 Les emplois sont comptabilisés au lieu de travail.
  • Source : Insee, recensements de la population

La profonde mutation des exploitations agricoles

Quatre-vingt-treize mille emplois d’exploitants et d’ouvriers agricoles ont été perdus dans les territoires en déclin démographique d’Occitanie depuis 1968. Soit 78 % des emplois liés à l’agriculture en moins, un mouvement que l’on retrouve dans le reste de la région comme dans l’ensemble de la France (figure 3).

Figure 3Les emplois agricoles ont baissé de 80 % en 50 ansVariation de l’emploi¹ par catégorie socioprofessionnelle entre 1968 et 2016 en Occitanie

Les emplois agricoles ont baissé de 80 % en 50 ans
Catégorie socioprofessionnelle (CSP) Bassins de vie dont la population baisse de 1968 à 2016 Bassins de vie dont la population augmente de 1968 à 2016 Ensemble Occitanie
Exploitants et ouvriers agricoles 1968 118 000 246 000 364 000
2016 25 000 57 000 82 000
Variation 1968-2016 - 93 000 - 189 000 - 282 000
Variation 1968-2016 (%) - 78 - 77 - 77
Artisans, commerçants et chefs d'entreprise 1968 34 000 128 000 162 000
2016 25 000 163 000 188 000
Variation 1968-2016 - 9 000 + 35 000 + 26 000
Variation 1968-2016 (%) - 28 + 27 + 16
Cadres et professions intellectuelles supérieures 1968 6 000 55 000 61 000
2016 17 000 344 000 361 000
Variation 1968-2016 + 11 000 + 289 000 + 300 000
Variation 1968-2016 (%) + 167 + 527 + 490
Professions intermédiaires 1968 22 000 132 000 154 000
2016 42 000 532 000 574 000
Variation 1968-2016 + 20 000 + 400 000 + 420 000
Variation 1968-2016 (%) + 89 + 303 + 273
Employés 1968 32 000 231 000 263 000
2016 62 000 559 000 621 000
Variation 1968-2016 + 30 000 + 328 000 + 358 000
Variation 1968-2016 (%) + 92 + 142 + 136
Ouvriers non agricoles 1968 76 000 324 000 400 000
2016 39 000 326 000 365 000
Variation 1968-2016 - 37 000 + 2 000 - 35 000
Variation 1968-2016 (%) - 48 + 00 -9
Ensemble des CSP 1968 288 000 1 117 000 1 405 000
2016 210 000 1 981 000 2 191 000
Variation 1968-2016 - 78 000 + 864 000 + 786 000
Variation 1968-2016 (%) - 27 + 77 + 56
  • 1 Les emplois sont comptabilisés au lieu de travail.
  • Source : Insee, recensement de la population

Les exploitants agricoles, les plus nombreux, étaient chefs d’exploitation ou aides-familiaux car l’agriculture a longtemps été une activité où s’impliquaient les femmes, les enfants et parfois les parents en plus du chef d’exploitation. Ces pertes d’emplois ont été rapides de 1968 à 1990, moins par la suite. De tels volumes d’emplois perdus ont été atteints parce que, depuis la France des Trente Glorieuses, les politiques d’orientation agricole ont accéléré l’exode rural. Dans le cadre d’un vaste mouvement de modernisation, les agriculteurs ont agrandi la superficie de leurs exploitations, se sont équipés, ont acheté des machines plus puissantes ; ils ont arraché les haies tout en se tournant vers la chimie. Beaucoup de petites exploitations familiales qui associaient culture et élevage ont disparu. L’agriculture a fortement régressé dans certaines zones montagneuses, mais elle est partout devenue économe en main-d’œuvre. Autre raison du changement de modèle agricole : comme dans le reste de la société française, les femmes d’agriculteurs sont progressivement devenues de plus en plus autonomes sur le plan économique. Une transformation qui a été facilitée parce que leur présence était de moins en moins nécessaire à la ferme, et souvent indispensable à l’extérieur pour apporter un second revenu au foyer. Dans les territoires en déclin démographique d’Occitanie, les conjointes d’agriculteurs étaient 95 % à travailler sur l’exploitation en 1968, elles ont progressivement cherché et trouvé un emploi en dehors de l’exploitation (figure 4). La transformation s’est faite progressivement jusqu’en 1982, plus rapidement ensuite, au point que le travail en dehors de la ferme était devenu majoritaire pour les épouses en 2008. Les descendants ont de même été nombreux à quitter le foyer familial pour aller vivre et travailler ailleurs. Ceux qui sont restés à la ferme sont donc le plus souvent ceux qui ont continué à y travailler. Les parents d’agriculteurs ont par ailleurs rarement quitté l’endroit où ils ont toujours vécu.

Figure 4Les femmes d’agriculteurs quittent la ferme pour travailler ailleursRépartition des membres de la famille des exploitants agricoles par catégorie socioprofessionnelle (CSP) dans les bassins de vie en déclin démographique d’Occitanie (en %)

Les femmes d’agriculteurs quittent la ferme pour travailler ailleurs - Lecture : 47 % des conjointes d’agriculteurs travaillent à l’exploitation en 2008, contre 95 % en 1968.
1968 1975 1982 1990 1999 2008
Conjointes
Agricultrices exploitantes 95 90 88 76 57 47
Autres CSP 5 10 12 24 43 53
Ensemble 100 100 100 100 100 100
Enfants
Agriculteurs exploitants 74 69 66 72 70 67
Autres CSP 26 31 34 28 30 33
Ensemble 100 100 100 100 100 100
Parents
Agriculteurs exploitants 94 93 94 85 91 89
Autres CSP 6 7 6 15 9 11
Ensemble 100 100 100 100 100 100
  • Lecture : 47 % des conjointes d’agriculteurs travaillent à l’exploitation en 2008, contre 95 % en 1968.
  • Champ : individus de 15 ans ou plus des ménages dont la personne de référence est un homme agriculteur et dont le lieu de travail se trouve dans un bassin de vie en déclin démographique en Occitanie.
  • Source : Insee, recensements de la population

Ces transformations du modèle de l’exploitation agricole ont marqué l’ensemble de la France rurale. Elles ont eu des conséquences sensibles dans les territoires d'Occitanie où l'emploi agricole était important. En 1968, les emplois d’exploitants et d’ouvriers agricoles constituaient ainsi 80 % des effectifs autour de Trie-sur-Baïse entre Hautes-Pyrénées et Gers, 75 % à Rieupeyroux dans l’Aveyron, 73 % à Marciac (Gers) et un peu plus de 70 % à Alban (Tarn) et L’Isle-en-Dodon (Haute-Garonne). Cinquante années plus tard, les emplois agricoles ont drastiquement chuté. Ils ne constituent plus que 12 % des effectifs dans les territoires en déclin démographique, l’essentiel du chemin ayant déjà été fait à la fin des années 2000. Les fiefs régionaux de l’agriculture sont toujours les mêmes, mais elle mobilise désormais à peine plus de 30 % de l’ensemble des emplois à Réquista et Pont-de-Salars (Aveyron), un peu moins à Laguiole (Aveyron), Alban et Trie-sur-Baïse, et seulement 21 % à Marciac.

La fin de certaines histoires industrielles

La fin de vieilles industries, mines, métallurgie et textile-habillement pour l’essentiel, a constitué la seconde cause des baisses d’emplois dans les bassins en déclin démographique. Ces territoires ont perdu 37 000 postes d’ouvriers non agricoles de 1968 à 2016, alors que ces postes étaient stables en nombre mais profondément transformés dans le reste de la région (nouveaux secteurs d’activité, qualification croissante...). À La Grand-Combe (Gard), Carmaux (Tarn) et Decazeville (Aveyron), les mines de charbon se sont taries (figure 5). À Ganges (Hérault) et à Amélie-les Bains (Pyrénées-Orientales), on a cessé d’extraire du fer et du zinc. La métallurgie s’est éteinte à Bessèges dans les Cévennes et à Decazeville où elle avait pris le relais de l’activité minière. Alors que l’entreprise s’était installée dans les Pyrénées pour bénéficier de tarifs avantageux d’électricité, et de gaz à proximité du gisement de Lacq, Pechiney a arrêté sa production d’aluminium autour de Tarascon-sur-Ariège, ainsi qu’à Marignac à côté de Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne) et Lannemezan (Hautes-Pyrénées). Une grosse partie des suppressions d’emplois viennent du textile, de l’habillement et de l’industrie du cuir, qui structuraient bon nombre de bassins en 1968. Dans les bastions de Lavelanet en Ariège et de Mazamet dans le Tarn. Mais aussi à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) et Amélie-les-Bains où on fabriquait des toiles et des espadrilles. Dans la haute vallée de l’Aude à Espéraza, où la chapellerie côtoyait l’industrie de la chaussure également présente à Quillan. À proximité des mines de Carmaux, on transformait la laine ainsi qu’à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) et à Saint-Affrique (Aveyron). La fabrication du formica a aussi disparu de Quillan et la pâte à papier a périclité à Saint-Girons (Ariège). Les fins de ces histoires industrielles ont été d’autant plus douloureuses qu’elles se sont déroulées sur fond de baisse d’emploi agricole. Certes les bassins miniers de La Grand-Combe et Decazeville ou le bassin métallurgique de Bessèges ne laissaient qu’une faible place à l’agriculture, mais ce n’était pas le cas ailleurs. Dans les bassins de vie de Carmaux, Quillan, Bagnères-de-Luchon, Saint-Pons-de-Thomières ou Lannemezan, l’agriculture était encore importante. Et à Saint-Girons, les emplois agricoles constituaient encore la moitié des effectifs en 1968.

Figure 5Baisses les plus marquées dans les territoires industrielsVariations de population et d’emploi¹ dans les bassins de vie en déclin démographique d’Occitanie entre 1968 et 2016

Baisses les plus marquées dans les territoires industriels
Bassins de vie Population Emploi Classes
La Grand-Combe - 13 530 - 3 728 1
Decazeville - 12 133 - 2 923 1
Carmaux - 10 783 - 5 386 1
Langogne - 7 431 - 3 498 1
Réquista - 5 686 - 2 456 1
Mazamet - 4 759 - 4 602 1
Saint-Chély-d'Apcher - 4 567 - 2 495 1
Bessèges - 4 386 - 613 1
Quillan - 4 372 - 2 277 1
Saint-Girons - 4 269 - 2 361 1
Lacaune - 3 657 - 1 253 1
Rieupeyroux - 3 360 - 2 314 1
Saint-Pons-de-Thomières - 3 282 - 1 718 1
Lannemezan - 3 282 - 2 117 1
Saint-Affrique - 3 152 - 1 302 1
Lavelanet - 3 118 - 3 924 1
Bagnères-de-Luchon - 2 869 - 662 1
Mur-de-Barrez - 2 339 - 974 2
Condom - 2 332 - 1 891 2
Naucelle - 2 261 - 1 182 2
Lourdes - 2 186 - 762 2
Bagnères-de-Bigorre - 1 999 - 1 641 2
Alban - 1 964 - 1 035 2
Amélie-les-Bains-Palalda - 1 887 - 1 419 2
Boulogne-sur-Gesse - 1 850 - 1 233 2
Brassac - 1 806 - 905 2
Montcuq - 1 519 - 1 327 2
Trie-sur-Baïse - 1 514 - 1 285 2
L'Isle-en-Dodon - 1 458 - 1 228 2
Vic-Fezensac - 1 449 - 1 971 2
Nogaro - 1 422 - 496 2
Saint-Geniez-d'Olt - 1 399 - 763 2
Luz-Saint-Sauveur - 1 339 + 16 2
Tarascon-sur-Ariège - 1 249 - 647 2
Lacapelle-Marival - 1 194 - 246 2
Eauze - 1 119 - 217 2
Entraygues-sur-Truyère - 1 106 - 514 2
Saint-Céré - 1 037 - 694 2
Laguiole - 935 + 114 2
Lectoure - 917 - 928 2
Sévérac-le-Château - 913 - 19 2
Mirande - 910 - 1 379 2
Ax-les-Thermes - 904 + 697 2
Espalion - 873 - 1 197 2
Rignac - 802 - 891 2
Pont-de-Salars - 759 - 401 2
Argelès-Gazost - 730 - 615 2
Marciac - 728 - 391 2
Riscle - 612 + 80 2
Ille-sur-Têt - 607 - 1 544 2
Plaisance - 529 - 742 2
Espéraza - 515 - 590 2
Banyuls-sur-Mer - 510 - 145 2
Aspet - 484 - 864 2
Salies-du-Salat - 477 - 849 2
Puy-l'Évêque - 438 - 407 2
Montbazens - 323 - 516 2
Florac Trois Rivières - 315 + 230 2
Valence-d'Albigeois - 226 - 145 2
Masseube - 133 - 890 2
Montréjeau - 59 - 1 649 2
Saint-Chinian - 44 - 209 2
Rieux-Minervois - 09 - 1 055 2
Maubourguet + 68 + 395 3
Saint-Antonin-Noble-Val + 82 - 157 3
Arreau + 84 + 1 270 3
Mauvezin + 96 - 703 3
Saint-Jean-du-Gard + 174 - 30 3
Bédarieux + 370 + 535 3
La Canourgue + 401 + 393 3
Lombez + 489 + 17 3
Vayrac + 517 - 177 3
Beaumont-de-Lomagne + 645 - 493 3
Le Vigan + 695 + 00 3
Tournay + 699 - 756 3
Samatan + 741 - 164 3
Montesquieu-Volvestre + 811 - 192 3
Gourdon + 985 - 1 340 3
Bozouls + 1 079 + 850 3
Mirepoix + 1 106 - 372 3
Gimont + 1 331 - 56 3
Laissac + 1 344 - 98 3
Souillac + 1 348 - 392 3
Marcillac-Vallon + 1 369 - 668 3
Prayssac + 1 382 + 274 3
Fleurance + 1 402 + 154 3
Martres-Tolosane + 1 473 - 767 3
Montagnac + 1 642 + 63 3
Saint-Hippolyte-du-Fort + 1 685 + 82 3
Gramat + 1 726 + 764 3
Biars-sur-Cère + 1 774 + 1 409 3
Baraqueville + 1 787 + 148 3
Saverdun + 1 958 - 197 3
Port-la-Nouvelle + 1 976 + 688 3
Saint-Gaudens + 2 073 + 2 390 3
Millau + 2 082 - 36 3
Capestang + 2 164 - 556 3
Réalmont + 2 174 - 462 3
Villefranche-de-Rouergue + 2 447 + 231 3
Cadours + 2 457 + 64 3
Labruguière + 2 462 - 80 3
Limoux + 2 478 + 162 3
Lafrançaise + 2 532 - 800 3
Puylaurens + 2 538 - 604 3
Ganges + 2 542 - 1 273 3
Marvejols + 2 602 + 1 099 3
Millas + 2 719 + 129 3
Lézat-sur-Lèze + 2 750 + 184 3
Foix + 2 800 + 2 647 3
Graulhet + 2 839 - 2 113 3
Villemur-sur-Tarn + 2 893 - 168 3
Prades + 3 028 + 170 3
Mazères + 3 096 + 1 067 3
Vias + 3 180 + 702 3
Vic-en-Bigorre + 3 205 - 513 3
Verfeil + 3 311 + 158 3
Caraman + 3 470 - 332 3
Lodève + 3 558 + 1 129 3
Palavas-les-Flots + 3 708 + 874 3
Trèbes + 3 755 + 298 3
Roquemaure + 3 791 + 514 3
Nailloux + 3 811 + 1 184 3
Figeac + 3 869 + 2 230 3
Bellegarde + 3 884 + 249 3
Marseillan + 4 045 + 820 3
Sigean + 4 102 + 482 3
Valence + 4 108 + 416 3
Florensac + 4 146 + 279 3
Bessan + 4 158 + 1 139 3
Caussade + 4 168 - 359 3
Mende + 4 192 + 3 313 3
Aigues-Mortes + 4 269 + 695 3
Font-Romeu-Odeillo-Via + 4 290 + 2 420 3
Leucate + 4 320 + 994 3
Bram + 4 392 + 161 3
Cazères + 4 407 - 71 3
Saint-André-de-Sangonis + 4 595 + 860 3
Pézenas + 4 639 + 1 873 3
Saint-Gilles + 4 730 - 323 3
Le Boulou + 5 059 + 1 122 4
Montastruc-la-Conseillère + 5 113 + 947 4
Clermont-l'Hérault + 5 143 + 2 334 4
Fronton + 5 165 + 1 135 4
Quissac + 5 268 + 418 4
Rabastens + 5 272 + 121 4
Paulhan + 5 628 - 336 4
Revel + 5 649 + 1 939 4
Servian + 5 718 + 472 4
Montech + 5 736 + 1 043 4
Vergèze + 5 746 + 1 434 4
Lavaur + 5 872 + 2 627 4
Céret + 6 072 + 966 4
Labastide-Saint-Pierre + 6 082 + 667 4
Castelnaudary + 6 208 + 2 739 4
Cournonterral + 6 425 + 1 018 4
Villefranche-de-Lauragais + 6 483 + 1 349 4
Nègrepelisse + 6 809 + 280 4
Bessières + 6 864 + 992 4
Verdun-sur-Garonne + 7 021 - 13 4
Auch + 7 236 + 6 333 4
Venerque + 7 248 + 968 4
Thuir + 7 332 + 2 282 4
Gaillac + 7 505 + 2 386 4
Mèze + 7 617 + 1 740 4
Grenade + 7 751 + 1 668 4
Laudun-l'Ardoise + 7 868 + 3 650 4
Manduel + 7 896 + 551 4
Saint-Sulpice-la-Pointe + 8 073 + 1 877 4
Saint-Mathieu-de-Tréviers + 8 183 + 2 246 4
Castelsarrasin + 8 265 + 1 403 4
Rieumes + 8 296 + 473 4
Magalas + 8 459 + 121 4
Coursan + 8 869 + 442 4
Castelnau-d'Estrétefonds + 8 958 + 3 944 4
L'Isle-Jourdain + 9 168 + 2 361 4
Bagnols-sur-Cèze + 9 176 + 5 281 4
Lézignan-Corbières + 9 570 + 678 4
Vauvert + 9 651 + 1 545 4
Calvisson + 9 909 + 1 511 4
Auterive + 10 281 + 1 833 4
Tarbes + 10 424 + 5 741 4
Pont-Saint-Esprit + 10 435 + 1 867 4
Baillargues + 10 463 + 3 545 4
Carbonne + 10 908 + 2 982 4
Beaucaire + 10 927 + 1 865 4
Sommières + 11 460 + 1 696 4
Gignac + 11 544 + 1 784 4
Remoulins + 11 635 + 1 159 4
Uzès + 12 074 + 4 005 4
Sérignan + 12 371 + 3 136 4
Castres + 13 033 + 6 838 4
Canet-en-Roussillon + 13 522 + 2 599 4
Saint-Lys + 13 559 + 1 651 4
Le Grau-du-Roi + 13 751 + 4 948 4
Pamiers + 13 983 + 7 943 4
Mauguio + 14 069 + 6 570 4
Cahors + 14 338 + 6 087 4
Castries + 14 344 + 2 565 4
Fonsorbes + 16 025 + 2 858 4
Agde + 17 786 + 6 393 4
Saint-Laurent-de-la-Salanque + 20 318 + 3 893 4
Carcassonne + 20 849 + 11 714 4
Béziers + 21 339 + 12 209 4
Rodez + 22 846 + 17 949 4
Albi + 25 125 + 12 929 4
Montauban + 27 997 + 18 020 4
Narbonne + 28 605 + 17 086 4
Sète + 40 543 + 10 868 4
Alès + 41 146 + 9 921 4
Lunel + 41 213 + 11 264 4
Saint-Cyprien + 43 839 + 7 725 4
Nîmes + 76 064 + 41 600 4
Perpignan + 88 751 + 40 656 4
Montpellier + 272 786 + 150 454 5
Toulouse + 531 390 + 335 462 5
  • 1 Les emplois sont comptabilisés au lieu de travail.
  • Source : Insee, recensements de la population

Figure 5Baisses les plus marquées dans les territoires industrielsVariations de population et d’emploi¹ dans les bassins de vie en déclin démographique d’Occitanie entre 1968 et 2016

  • 1 Les emplois sont comptabilisés au lieu de travail.
  • Source : Insee, recensements de la population

Des emplois de cadres mais en nombre restreint

Avec la baisse de la population, les territoires en déclin ont perdu 9 000 postes d’artisans, de commerçants et de chefs d’entreprise. Davantage de commerçants que d’artisans, car le commerce traditionnel a souffert de l’expansion de la grande distribution. Pour s’adapter aux nouveaux besoins d’une économie de plus en plus tertiaire, le nombre de cadres a augmenté comme celui des professions intermédiaires et des employés. Cet essor concerne la plupart des métiers. Comme partout en France, des professeurs et des professions libérales parmi les cadres pour accompagner l’obligation de suivre des études jusqu’à seize ans instaurée en 1975 et le développement des métiers liés à la santé. Des professions intermédiaires de la santé et des professions administratives. Ainsi que des employés de commerce, des employés administratifs d’entreprise ou de la fonction publique. En dépit de ces transformations profondes, dans les zones en déclin démographique, l’emploi demeure encore aujourd’hui plus agricole et globalement peu qualifié. Les exploitants et ouvriers agricoles occupent ainsi 12 % des emplois contre 3 % dans le reste de la région qui englobe aussi bien les plus grandes villes que certains bassins de vie plus ruraux en croissance démographique.

Un chômage disparate

Le recul des populations s’est traduit différemment selon les territoires sur les niveaux du chômage. En 2016, le chômage est bas dans des bassins en déclin démographique essentiellement agricoles, de l’Aveyron et de Lozère, ainsi que dans quelques bassins du Tarn ou des Hautes-Pyrénées. Ici, la régulation du marché du travail semble s’être opérée par le départ de ceux qui n’ont pas repris la ferme. On y dénombre souvent moins de 10 % de chômeurs et parfois moins de 5 %. Il en a été autrement là où l’industrie a disparu : dans les anciens bassins miniers, métallurgiques, dans les territoires qui furent spécialisés dans le textile, dans la Haute vallée de l’Aude ou à Saint-Girons. Là où des ouvriers privés d’emplois sont souvent restés, d’abord au chômage puis en dehors du marché du travail. La part des chômeurs dans la population active dépasse ainsi en 2016 les 20 % à La Grand-Combe, Bessèges, Lavelanet, Amélie-les-Bains ou Quillan.

Sources

L’étude s’appuie sur les recensements de la population de 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2008 et 2016. Sur ces cinquante années, différentes nomenclatures d’activités et de catégories socioprofessionnelles ont été utilisées pour adapter l’outil statistique aux évolutions de la société française. Elles ne permettent des mesures sectorielles que très agrégées mais autorisent une connaissance plus fine des catégories socioprofessionnelles. Les exploitants comme les ouvriers agricoles sont pris ici au sens large, à savoir y compris ceux de la sylviculture et de la pêche.

Définitions

Le bassin de vie est le plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants. Il y en a 1 663 en France dont 215 situés principalement en Occitanie, un bassin pouvant être implanté sur plusieurs régions. Une centaine de communes d’Auvergne-Rhône-Alpes, de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Nouvelle-Aquitaine sont ainsi rattachées à un bassin de vie d’Occitanie. Et 80 communes d’Occitanie font partie d’un bassin principalement implanté dans une autre région.

L’indicateur de chômage au sens du recensement de la population est le nombre de personnes de 15 à 64 ans qui ont déclaré être au chômage au recensement, divisé par la population active au sens du recensement.

cf. pour en savoir plus : Agreste-Cahiers n° 1

Pour en savoir plus