Le recours aux extensions d'indemnisation à l'assurance chômage

Béatrice BOUTCHENIK - Raphaël LARDEUX

Documents de travail
No G2020/02
Paru le : Paru le 03/06/2020
Béatrice BOUTCHENIK - Raphaël LARDEUX
Documents de travail  No G2020/02 - Juin 2020
Consulter

Lorsqu'ils atteignent la fin de leur allocation, les bénéficiaires de l'assurance chômage ne font pas toujours valoir l'intégralité des extensions d'indemnisation auxquelles ils sont éligibles. En droit, au-delà d'un seuil minimum de jours travaillés, chaque emploi effectué contribue à étendre la durée potentielle d'indemnisation d'une durée équivalente, sous réserve qu'une Attestation Employeur a été envoyée par l'allocataire à Pôle Emploi. De fait, jusque mi-2014, plus d'un cinquième des allocataires ne communiquaient pas l'intégralité de leurs attestations. La réforme des Droits Rechargeables a introduit l'envoi automatique d'un courrier à destination des allocataires dont la fin de droits est prévue après le 1er Octobre 2014 afin de les informer de la nécessité d'envoyer ces attestations. Dans cette étude, nous montrons que ce courrier les a effectivement incités à produire ces documents plus systématiquement, permettant ainsi un allongement de leur durée d'indemnisation potentielle. A partir des données du Fichier National des Allocataires (FNA) de l'Unédic, nous estimons par une régression sur discontinuité que ce courrier a réduit de 14 points la part des allocataires ne certifiant pas l'intégralité de leurs emplois passés et ainsi augmenté d'un mois en moyenne la durée d'indemnisation potentielle. Cet effet de l'information est plus marqué parmi les personnes inscrites à l'Unédic pour la première fois, qui sont également les moins familières de ces démarches.