Impacts économiques de la crise sanitaire dans les Pays de la LoireUne baisse d'activité moins sensible au fil des semaines

Charles Battesti, Nathalie Cloarec (Insee)

Depuis le 11 mai 2020, l’activité économique des Pays de la Loire serait inférieure de 21 % par rapport à la « normale ». Cette perte constituerait un rebond de plus de 10 points par rapport à la précédente estimation du 7 mai 2020 (- 33 %). Du fait de la structure de l’économie régionale, la perte d’activité est notamment liée à l’industrie et à la construction alors qu’en France, elle est plutôt portée par les services marchands. La consommation, estimée au travers des transactions par carte bancaire, connaît une forte baisse pendant la période de confinement (jusqu’à - 56 % la seconde semaine). Les échanges extérieurs baissent également durant la période. En outre, 422 100 salariés, non-salariés et intérimaires travaillent dans un secteur dont l’activité serait réduite de plus des deux tiers par rapport à une situation « normale ». Avec une baisse de 19 % pendant les trois premières semaines de confinement, la consommation électrique reflète également la baisse d’activité des entreprises même si les températures clémentes de fin mars-début avril ont pu également freiner la consommation énergétique des ménages. Dans la région, 18 % des salariés sont concernés par les mesures de chômage partiel. Les impacts économiques de la crise pour les ménages sont majeurs même si quelques effets bénéfiques sont visibles comme l’amélioration de la qualité de l’air.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
Paru le : Paru le 28/05/2020
Charles Battesti, Nathalie Cloarec (Insee)
Insee Conjoncture Pays de la Loire - mai 2020

Les mesures mises en place en France et plus généralement dans le monde pour contenir l’épidémie de coronavirus ont des conséquences lourdes sur le fonctionnement des différentes économies. Depuis le 11 mai, date de sortie du confinement, l’activité économique serait inférieure de 21 % par rapport à une situation « normale » dans les Pays de la Loire comme en France. Cette perte constituerait tout de même un rebond de plus de 10 points de pourcentage par rapport à la précédente estimation, publiée le 7 mai, portant sur la dernière quinzaine pré-déconfinement (– 33 %). Si les 243 000 établissements ligériens sont concernés par les contraintes liées au confinement (figure 1), tous les secteurs ne sont pas impactés de la même manière. La situation est également très différente pour les 3,8 millions d’habitants dont les 1,7 millions d’actifs résidant dans la région selon qu’ils peuvent exercer leur activité à distance, travaillent dans un domaine en contact avec le public, sont parents ou retraités.

Figure 1Environ 207 000 entreprises et 243 000 établissements marchands doivent s’adapter à la crise sanitaireNombre d'entreprises et d’établissements par secteur d'activité dans les Pays de la Loire

Environ 207 000 entreprises et 243 000 établissements marchands doivent s’adapter à la crise sanitaire
Secteurs Entreprises Établissements
Industrie 16 299 20 996
Construction 27 116 28 988
Commerce, transport, hébergement-restauration 54 181 67 697
Services marchands aux entreprises 60 713 71 581
Services marchands aux particuliers 48 881 53 424
Ensemble 207 190 242 686
  • Champ : activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene) au 31 décembre 2017.

Une perte d’activité évaluée à 21 % dans les Pays de la Loire comme au niveau national

En faisant l’hypothèse qu’une branche d’activité est affectée avec la même intensité dans tous les territoires qu’au niveau national (Sources et méthodes), les mesures de confinement y étant similaires, les différences observées entre les régions et les départements reflètent donc essentiellement des différences de composition de leur tissu économique. En prenant en compte la structure régionale, la perte d’activité dans les Pays de la Loire serait de 21 % comme en France depuis le 11 mai, date de sortie du confinement. Elle aurait été de 33 % pendant les semaines de confinement, selon l’estimation au 7 mai. Cependant, la perte d’activité n’est pas liée aux mêmes secteurs. L’industrie et la construction contribuent respectivement à - 4,1 % et - 3,0 % de la réduction d’activité alors qu’en France, la baisse est plutôt liée aux services marchands. La région tire son épingle du jeu grâce à son poids dans l’agriculture, la fabrication de denrées alimentaires, secteurs relativement plus épargnés. Les secteurs du tertiaire auraient été plus épargnés dans un premier temps grâce à la possibilité de mettre en place du travail à distance mais l’industrie et la construction ont pu commencer à reprendre leurs activités ces dernières semaines, une fois mises en place les mesures de sécurité sanitaire permettant le retour des salariés concernés.

Au niveau départemental, la structure sectorielle de l'économie génère également des disparités dans l'ampleur de la perte d’activité (figure 2) même si la reprise est notable dans tous les départements. La Mayenne et le Maine-et-Loire seraient relativement moins impactés, avec - 19 % et - 20 % depuis le 11 mai (contre - 32 % dans la période de confinement). La Vendée se situe dans la moyenne régionale. La Loire-Atlantique et la Sarthe seraient les plus touchées, avec - 22 % depuis le 11 mai (– 34 % dans la période de confinement). La part plus importante des services marchands dans ces deux départements explique leur relative plus grande exposition notamment en raison du poids des activités scientifiques et techniques en Loire-Atlantique (contribution de - 4 % à la perte estimée) et du commerce et de l’hébergement-restauration dans la Sarthe (contribution respective de - 4 % et - 3 % à la perte d’activité estimée).

Figure 2La Loire-Atlantique et la Sarthe plus impactées en raison du poids des services marchandsBaisse d’activité et contribution des différents secteurs en France, dans les Pays de la Loire et par département (en %)

La Loire-Atlantique et la Sarthe plus impactées en raison du poids des services marchands
Agriculture, sylviculture et pêche Industrie Construction Services marchands Services non marchands
France entière -0,1 -3,4 -2,3 -14,0 -1,5
Pays de la Loire -0,2 -4,1 -2,5 -12,3 -1,6
Loire-Atlantique -0,1 -3,9 -2,4 -13,7 -1,5
Sarthe -0,1 -4,3 -2,0 -13,6 -1,6
Vendée -0,2 -5,0 -3,0 -11,0 -1,3
Maine-et-Loire -0,2 -4,2 -2,5 -11,0 -1,7
Mayenne -0,4 -4,8 -2,4 -10,3 -1,6
  •  Source : calculs Insee à partir de sources diverses.

Figure 2La Loire-Atlantique et la Sarthe plus impactées en raison du poids des services marchandsBaisse d’activité et contribution des différents secteurs en France, dans les Pays de la Loire et par département (en %)

  •  Source : calculs Insee à partir de sources diverses.

Chute prononcée des transactions par carte bancaire lors des semaines de confinement

Comme dans toutes les régions de France métropolitaine, les transactions par carte bancaire ont fortement reculé dans les Pays de la Loire lors de la mise en place du confinement dans la semaine du 16 mars c’est-à-dire la 12e semaine de l’année (Sources et méthodes). La semaine précédente, les transactions ont légèrement augmenté (+ 9 %) par rapport à la même semaine de l’année 2019 (figure 3). Les ménages ont anticipé de potentielles pénuries en effectuant des stocks. Au cours de la première semaine de confinement, les dépenses chutent de 38 % puis de 56 % au cours de la seconde semaine. Au fil des semaines, la baisse est moins sensible variant de - 54 % en semaine 14, à - 35 % en semaine 19. Certaines activités se sont organisées en mettant en place des mesures de précaution et ont pu reprendre : vente à emporter dans la restauration, bricolage, etc.

Figure 3Les transactions bancaires baissent de 38 % la première semaine du confinementÉvolution du nombre de transactions par rapport à la même semaine de l’année précédente (en %)

Les transactions bancaires baissent de 38 % la première semaine du confinement
Semaine Pays de la Loire France métropolitaine
2 3,24 2,74
3 4,20 3,77
4 6,54 6,72
5 3,57 4,39
6 3,00 2,51
7 5,75 2,02
8 3,80 3,75
9 -1,02 0,03
10 3,52 3,63
11 9,43 7,94
12 -38,48 -40,76
13 -56,41 -58,10
14 -53,65 -54,60
15 -45,92 -46,72
16 -49,71 -48,74
17 -42,14 -41,73
18 -46,03 -45,01
19 -34,78 -34,41
  • Source : Cartes bancaires CB - Calculs Insee.

Figure 3Les transactions bancaires baissent de 38 % la première semaine du confinementÉvolution du nombre de transactions par rapport à la même semaine de l’année précédente (en %)

  • Source : Cartes bancaires CB - Calculs Insee.

Si les dépenses chutent dans tous les départements ligériens au moment du confinement, les profils d’évolution diffèrent un peu (figure 4). En Loire-Atlantique, en Maine-et-Loire et avec une semaine de décalage dans la Sarthe, les dépenses chutent de plus de 40 % la première semaine et entre - 57 % et - 59 % la seconde semaine. Les départements les plus peuplés sont également ceux où les surfaces commerciales liées à l’équipement de la personne ou de la maison sont les plus importantes. Or ces commerces ont été soumis à l’obligation de fermeture, ils sont donc plus impactés. Par ailleurs, les agglomérations bénéficient en temps normal d’un afflux d’actifs qui viennent travailler dans ces pôles d’emploi et y consomment. Enfin, la population présente dans les départements de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire a diminué lors de la mise en place du confinement notamment en raison du départ des étudiants vers leurs familles. A contrario, la baisse des dépenses est moins forte en Vendée et en Mayenne. Ces deux départements ont connu les pics de consommation les plus importants dans la semaine qui a précédé le confinement avec respectivement + 14 % et + 12 % d’évolution. Ils ont connu une croissance de leur population présente : arrivée vers les résidences secondaires, retour des étudiants.

Figure 4Une chute plus forte des dépenses en Loire-Atlantique et en Maine-et-LoireÉvolution des transactions par rapport à la même semaine de l’année précédente, dans les Pays de la Loire, par département (en %)

Une chute plus forte des dépenses en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire
Semaine Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée Pays de la Loire
2 2,3 3,4 5,2 2,0 5,8 3,2
3 3,1 6,3 5,0 2,4 6,0 4,2
4 6,5 7,1 7,3 4,2 7,6 6,5
5 3,1 4,5 4,0 2,4 4,7 3,6
6 3,2 2,7 3,3 0,5 4,8 3,0
7 5,4 6,0 7,2 4,7 6,6 5,8
8 3,0 5,6 4,7 2,2 4,7 3,8
9 -1,3 0,4 -1,2 -3,6 0,3 -1,0
10 3,3 4,6 5,0 0,8 4,6 3,5
11 8,1 8,9 11,8 7,7 14,0 9,4
12 -40,5 -42,2 -34,5 -38,5 -30,8 -38,5
13 -57,4 -58,7 -53,0 -57,8 -51,5 -56,4
14 -54,8 -55,8 -49,3 -54,8 -49,1 -53,6
15 -47,0 -47,8 -39,1 -45,9 -43,9 -45,9
16 -51,1 -47,7 -43,1 -47,8 -51,7 -49,7
17 -44,1 -41,3 -34,1 -40,2 -42,4 -42,1
18 -47,7 -44,6 -39,3 -44,0 -47,3 -46,0
19 -37,4 -34,1 -28,1 -33,1 -33,0 -34,8
  • Source : Cartes bancaires CB - Calculs Insee.

Figure 4Une chute plus forte des dépenses en Loire-Atlantique et en Maine-et-LoireÉvolution des transactions par rapport à la même semaine de l’année précédente, dans les Pays de la Loire, par département (en %)

  • Source : Cartes bancaires CB - Calculs Insee.

Les échanges extérieurs en recul de 25 % la première semaine de confinement

La crise sanitaire liée au covid-19 et le début de la période de confinement ralentissent fortement les flux commerciaux : les exportations reculent de 10,6 % et les importations de 9,8 % (données FAB) entre le 1er trimestre 2019 et le 1er trimestre 2020. Au 31 mars 2020, sur les 12 derniers mois, les exportations atteignent 21,3 milliards d’euros et les importations 26,9 milliards d’euros soit un déficit de 5,6 milliards très légèrement inférieur à celui constaté fin 2019. Le solde extérieur pour les produits agricoles s’améliore avec un excédent 356 millions d’euros. Le solde s’améliore également pour de nombreux produits manufacturés, la baisse des importations étant plus forte que celle des exportations.

Le nombre de déclarations en douane pour les importations et les exportations s’établit à 13 100 (figure 5) dans la semaine qui précède le confinement soit quasiment au même niveau qu’une semaine de référence (semaine 49 en 2019). Le nombre de déclarations baisse ensuite régulièrement pour atteindre 6 400 au cours de la dernière semaine d’avril soit la moitié du nombre de déclarations déposées au cours de la semaine de référence. La chute est moins forte pour les importations que les exportations. Les déclarations remontent au cours de la première quinzaine de mai.

Figure 5Baisse du nombre d’importations et d’exportations Évolution hebdomadaire du nombre de déclarations en douane validées dans les Pays de la Loire (Hors Fret express)

Baisse du nombre d’importations et d’exportations
Semaine Importations Exportations Total
Référence (49) 4 938 8 075 13 013
11 5 093 8 036 13 129
12 3 412 6 307 9 719
13 3 096 4 643 7 739
14 2 618 4 049 6 667
15 3 339 4 486 7 825
16 2 762 3 739 6 501
17 3 310 4 571 7 881
18 2 524 3 843 6 367
19 2 765 4 061 6 826
20 3 875 5 862 9 737
  • Source : Direction régionale des douanes des Pays de la Loire.

Figure 5Baisse du nombre d’importations et d’exportations Évolution hebdomadaire du nombre de déclarations en douane validées dans les Pays de la Loire (Hors Fret express)

  • Source : Direction régionale des douanes des Pays de la Loire.

À la mi-mars, le port de Nantes Saint-Nazaire a engagé un plan de continuité de l’activité, visant à garantir l’accès des terminaux et à assurer les trafics essentiels (denrées alimentaires, produits énergétiques, etc.). Ainsi, 550 000 tonnes de marchandises ont été traitées du 16 au 22 mars, soit un volume à peine inférieur à la moyenne hebdomadaire de 2019. Sur l’ensemble du mois de mars 2020, 2,5 millions de tonnes ont été traitées soit un volume inférieur de 2 % à la moyenne mensuelle de 2019.

Une chute de la consommation globale d’électricité marquée dès les premiers jours du confinement

Ce confinement entraîne une baisse brutale et marquée de l’activité économique qui se reflète dans la chute de la consommation totale d’électricité. Ainsi, sur l’ensemble de la région, la consommation journalière moyenne totale d’électricité est en baisse de 19 % durant les trois premières semaines du confinement par rapport aux deux semaines qui ont précédé (figure 6). C’est davantage que pour l’ensemble de la France métropolitaine hors Corse (17 %). Ce recul est principalement dû à la chute de la consommation des entreprises tandis que celle des ménages augmenterait avec le confinement et le télétravail mais baisserait avec les températures plus clémentes observées à la fin mars et au début avril. De plus, dans la région, la consommation d’électricité est également en recul de 19 % en avril 2020 par rapport à avril 2019.

Figure 6La consommation d'électricité chute avec les mesures de confinementÉvolution de la consommation d'électricité dans les Pays de la Loire du 1ᵉʳ mars au 30 avril 2019 et 2020 (en MW)

La consommation d'électricité chute avec les mesures de confinement
2019 2020
1-mars 3 514 3 339
2-mars 2 969 3 900
3-mars 2 805 4 190
4-mars 3 633 4 131
5-mars 3 738 3 875
6-mars 3 739 4 097
7-mars 3 734 3 546
8-mars 3 787 3 189
9-mars 3 107 3 802
10-mars 2 838 3 723
11-mars 3 584 3 432
12-mars 3 906 3 462
13-mars 3 878 3 663
14-mars 3 884 3 060
15-mars 3 638 2 796
16-mars 3 058 3 491
17-mars 2 937 3 356
18-mars 3 795 3 003
19-mars 3 799 2 788
20-mars 3 760 2 602
21-mars 3 525 2 522
22-mars 3 374 2 777
23-mars 2 885 2 949
24-mars 2 760 2 891
25-mars 3 508 2 994
26-mars 3 644 3 076
27-mars 3 581 3 096
28-mars 3 557 2 775
29-mars 3 405 2 851
30-mars 2 748 3 466
31-mars 2 515 3 308
1-avr. 3 022 3 178
2-avr. 3 199 3 198
3-avr. 3 639 3 053
4-avr. 3 857 2 646
5-avr. 3 759 2 312
6-avr. 3 303 2 581
7-avr. 2 912 2 605
8-avr. 3 460 2 556
9-avr. 3 442 2 477
10-avr. 3 485 2 372
11-avr. 3 397 2 146
12-avr. 3 384 2 037
13-avr. 2 959 2 025
14-avr. 2 903 2 434
15-avr. 3 420 2 574
16-avr. 3 261 2 491
17-avr. 3 146 2 387
18-avr. 2 996 2 149
19-avr. 2 852 2 105
20-avr. 2 330 2 534
21-avr. 2 107 2 584
22-avr. 2 171 2 543
23-avr. 2 799 2 548
24-avr. 2 956 2 488
25-avr. 3 075 2 152
26-avr. 3 081 2 061
27-avr. 2 587 2 498
28-avr. 2 551 2 533
29-avr. 3 083 2 662
30-avr. 3 001 2 704
  • Source : Réseau de transport d'électricité, données éco2mix (consolidées en 2019, en temps réel en 2020) ; traitements Insee.

Figure 6La consommation d'électricité chute avec les mesures de confinementÉvolution de la consommation d'électricité dans les Pays de la Loire du 1ᵉʳ mars au 30 avril 2019 et 2020 (en MW)

  • Source : Réseau de transport d'électricité, données éco2mix (consolidées en 2019, en temps réel en 2020) ; traitements Insee.

Créations d’entreprises en baisse de 61 %

Les créations d’entreprises chutent de 61 % dans la région entre février et avril 2020, avec des disparités entre départements : de - 48 % en Mayenne à - 65 % en Maine-et-Loire. La construction, les activités immobilières et autres activités de services ainsi que l’hébergement-restauration font partie des secteurs d’activités les plus impactés. À l’inverse, le commerce-réparation d’automobiles et de motocycles, les activités de services administratifs et de soutien, et surtout l’agriculture, la sylviculture et la pêche font partie des secteurs dans lesquels le recul des créations d’entreprises est le moins élevé.

Secteurs très fortement impactés : 422 100 salariés, non-salariés et intérimaires concernés

Les secteurs très fortement impactés par le ralentissement économique que connaît la France depuis le début de la période de confinement sont ceux dont l’activité serait réduite de plus des deux tiers par rapport à une situation « normale » (Sources et méthodes). Par exemple, l’hébergement-restauration, la construction ou la fabrication de matériels de transports font partie des secteurs les plus touchés. Au total, 422 100 personnes y exercent une activité. Ce sont ainsi 309 400 salariés soit près d’un quart des salariés de la région. Cette proportion est comparable à la France métropolitaine. À ceux-ci, s’ajoutent 64 300 non-salariés à titre principal soit 39 % des non-salariés ligériens et 48 400 intérimaires.

La plupart des salariés qui travaillent dans ces secteurs très fortement impactés sont employés par une petite entreprise : 37 % dans un établissement de moins de 10 salariés et 34 % dans un établissement de 10 à 49 salariés (figure 7). Or ces entreprises sont souvent plus vulnérables aux aléas conjoncturels. Moins d’un salarié sur cinq travaille dans une entreprise de grande taille.

Figure 7Les entreprises de petite taille plus présentes dans les secteurs très fortement impactésRépartition des salariés en fonction du niveau d’impact sectoriel et de la taille des établissements

Les entreprises de petite taille plus présentes dans les secteurs très fortement impactés - Lecture : Parmi les secteurs très fortement impactés, 37 % des salariés travaillent dans des établissements de moins de 10 salariés.
Moins de 10 salariés De 10 à 49 salariés De 50 à 249 salariés 250 salariés ou plus
Très fortement impactés 37,0 34,2 9,5 19,3
Fortement impactés 14,2 30,7 19,3 35,8
Plus modérément impactés 11,5 22,3 32,5 33,7
  • Lecture : Parmi les secteurs très fortement impactés, 37 % des salariés travaillent dans des établissements de moins de 10 salariés.
  • Source : Insee, Clap 2015, emploi salarié au 31/12.

Figure 7Les entreprises de petite taille plus présentes dans les secteurs très fortement impactésRépartition des salariés en fonction du niveau d’impact sectoriel et de la taille des établissements

  • Lecture : Parmi les secteurs très fortement impactés, 37 % des salariés travaillent dans des établissements de moins de 10 salariés.
  • Source : Insee, Clap 2015, emploi salarié au 31/12.

D’autres activités sont fortement impactées, mais avec une réduction d’activité estimée de moins des deux tiers. Il en va ainsi de nombreuses activités industrielles, du transport, de l’entreposage, des activités de poste et de courrier, etc. Ces activités emploient au total 450 000 personnes. Dans la région, 32 % des salariés sont ainsi concernés et 26 % des non salariés. Les salariés employés dans ces secteurs fortement impactés travaillent plus souvent dans une grande entreprise : 32 % dans un établissement d’au moins 250 salariés et autant dans un établissement entre 50 et 249 salariés.

Des secteurs plus fortement impactés dans les zones d’emploi de Saint-Nazaire, Challans et Les Sables-d’Olonne

Les territoires sont plus ou moins fragiles au regard de la situation actuelle. Ainsi, les zones d’emploi du littoral où les secteurs de l’hébergement-restauration et de la construction sont très présents risquent de connaître des baisses d’activité beaucoup plus fortes (figure 8). Dans les zones de Challans, de Saint-Nazaire et des Sables-d’Olonne, plus de 30 % des salariés travaillent dans des secteurs très fortement impactés par la crise. La zone d’emploi des Herbiers, où le poids des secteurs industriels est important, a également 29 % de ses salariés dans des secteurs fortement touchés par la crise même si certains secteurs comme les industries agro-alimentaires sont un peu préservés. Malgré leurs économies plus diversifiées, la situation des agglomérations est différente : Nantes et Angers ont près d’un quart de leurs salariés dans des secteurs fortement impactés. Le Mans et La Roche-sur-Yon où les activités automobiles, de fabrication de matériels de transports et la construction sont plus présentes, sont plus touchées (respectivement 25,3 % et 25,0 % des salariés). La zone de Laval pourrait être légèrement moins impactée avec 21,3 % des salariés dans des secteurs fortement touchés.

Figure 8Les zones littorales et industrielles plus impactéesPart de l’emploi des secteurs très fortement impactés dans l’ensemble (en %)

Les zones littorales et industrielles plus impactées
Libellé Code Part
Alençon 0051 22,1
Nogent-le-Rotrou 0054 23,9
Évreux 2302 21,0
Bourges 2401 23,6
Saint-Amand-Montrond 2402 23,9
Vierzon 2403 19,7
Chartres 2404 21,8
Châteaudun 2405 20,4
Dreux 2406 23,9
Le Blanc 2407 27,4
Issoudun 2408 33,1
Châteauroux 2409 23,6
Chinon 2410 18,8
Loches 2411 25,2
Tours 2412 24,7
Blois 2413 24,3
Romorantin-Lanthenay 2414 22,7
Vendôme 2415 22,0
Gien 2416 19,4
Montargis 2417 25,9
Orléans 2418 22,5
Pithiviers 2419 25,5
Avranches 2506 29,9
Granville 2509 28,5
Argentan 2511 22,8
Flers 2512 24,0
L'Aigle 2513 18,1
Ancenis-Saint-Géréon 5201 23,2
Châteaubriant 5202 20,4
Nantes 5203 23,9
Saint-Nazaire 5204 33,1
Angers 5205 23,2
Cholet 5206 21,6
Saumur 5207 21,2
Segré 5208 17,9
Laval 5209 21,3
Mayenne 5210 23,8
La Ferté-Bernard 5211 20,2
La Flèche 5212 21,0
Le Mans 5213 25,3
Sablé-sur-Sarthe 5214 20,3
Challans 5215 33,4
Fontenay-le-Comte 5216 22,5
Les Herbiers 5217 29,2
La Roche-sur-Yon 5218 25,0
Les Sables-d'Olonne 5219 31,8
Dinan 5301 30,2
Guingamp 5302 18,9
Lannion 5303 23,1
Loudéac 5304 17,3
Saint-Brieuc 5305 23,5
Brest 5306 22,6
Carhaix-Plouguer 5307 16,1
Morlaix 5308 21,6
Quimper 5309 21,4
Fougères 5310 21,0
Redon 5311 24,2
Rennes 5312 22,8
Saint-Malo 5313 27,5
Vitré 5314 17,1
Lorient 5315 25,6
Ploërmel 5316 18,2
Pontivy 5317 18,4
Vannes 5318 26,4
Thouars - Loudun 5401 19,5
Châtellerault 5402 23,4
La Rochelle 5409 28,1
Niort 5410 19,2
Parthenay 5411 23,3
Bressuire 5412 25,0
Poitiers 5413 22,7
  • Source : Insee, Clap 2015, emploi salarié au 31/12.

Figure 8Les zones littorales et industrielles plus impactéesPart de l’emploi des secteurs très fortement impactés dans l’ensemble (en %)

  • Source : Insee, Clap 2015, emploi salarié au 31/12.

18 % des salariés au chômage partiel

En mars 2020, 18 % des salariés ont été placés dans la région en chômage partiel suite au confinement. Cette part place les Pays de la Loire en 7e position des régions métropolitaines. Les secteurs les plus impactés sont le commerce - réparation automobiles et motocycles (17 % des salariés en chômage partiel), la construction (16 %), l’hébergement-restauration (13 %) ainsi que les activités de services administratifs et de soutien (11 %). La Loire-Atlantique concentre 40 % des salariés, le Maine-et-Loire 21 %, la Vendée 20 %, la Sarthe 12 % et la Mayenne 7 %. Cette répartition est relativement cohérente avec la part de l’emploi dans les départements de la région.

En mars 2020, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A en France (hors Mayotte) enregistre sa plus forte hausse depuis le début de la série en 1996 (+246 100, soit + 7,1 %), pour s’établir à 3 732 500. Dans la région, l’augmentation est de + 9,6 %, soit la plus forte hausse régionale, juste derrière la Bretagne (+ 9,7 %), mais ces deux régions connaissaient le plus faible taux de chômage au niveau français.

Net recul des déplacements, reflet de la baisse de l’activité économique

Le confinement entraîne une forte réduction des déplacements de la population et une baisse du transport de marchandises. Beaucoup d’actifs occupés n’ont plus à se rendre sur leur lieu de travail et doivent aussi limiter leurs déplacements aux lieux de consommation ouverts et proches. Les magasins n’ont plus autant besoin de livraisons, certains sont fermés et les autres puisent pour partie dans leur stock. Avec la fermeture des 10 000 clubs sportifs, des 650 salles de sport ou piscine et des 200 cinémas et musées, les activités de loisirs des Ligériens se sont largement réduites ainsi que les déplacements pour s’y rendre. En chute de 74 % à Nantes depuis le début du confinement, le reflux de la circulation automobile a été l’une des premières manifestations de la crise sanitaire. Ainsi, par exemple, la congestion routière (Sources et méthodes) a été en moyenne divisée par 5,5 dans 25 grandes villes françaises le 14 avril dernier à 17 heures par rapport à la moyenne observée à 17 heures sur toute l’année 2019. Le ratio est de 5,0 à Nantes et de 2,4 au Mans. En mars 2020, les Autoroutes du Sud de la France (ASF) et Cofiroute ont comptabilisé 2,3 millions véhicules légers et 553 000 poids lourds et autocars aux gares de péages situées dans la région soit respectivement 45 % et 15 % de moins qu’en mars 2019.

Cette baisse du trafic routier liée au confinement a eu pour impact une baisse globale des concentrations de NOx (Sources et méthodes) sur tout le territoire français métropolitain et outre-mer. Ainsi, sur le mois de mars 2020, la mise en place du confinement a mené à une baisse des concentrations moyennes journalières en NOx proches des axes routiers de 75 % à Nantes, le taux le plus élevé de toutes les agglomérations (50 % à Bordeaux, 62 % à Rennes et 70 % à Toulouse par exemple). Quant au prix des carburants, la guerre des prix entre la Russie et l’OPEP ainsi que l'épidémie de Covid-19 ont fait baisser les tarifs dès la mi-janvier. En France, les tarifs ont diminué de quinze centimes au litre lors des trois premières semaines de mars. Autre conséquence : en mars 2020, le nombre d’accidents corporels et de morts sur les routes baisse, au niveau national, de plus de 40 % par rapport à l’an passé. Le recul s’observe également dans la région. En Loire-Atlantique, le nombre d’accidents baisse de 34 % sur les 4 premiers mois de l’année par rapport aux mêmes mois en 2019. La baisse est équivalente dans la Sarthe (- 34 % au 1er trimestre 2020 par rapport au 1er trimestre 2019).

Par ailleurs, le nombre de voyageurs quotidiens des TER (trains express régionaux) a chuté considérablement. En semaine, 500 voyages par jour sont effectués pendant la période de confinement contre 48 000 en période normale. L’offre est d’environ 15 % par rapport à la desserte nominale.

Enfin, concernant l’aéroport de Nantes, le trafic a été presque nul au cours de la seconde quinzaine de mars (quelques dizaines de voyageurs par jour contre 15 000 en moyenne en mars 2019) aboutissant le 30 mars à l’arrêt des vols commerciaux de passagers et à la fermeture de l’aérogare. La dernière interruption de trafic datait d’avril 2010 suite à l’éruption du volcan islandais, l’Eyjafjöll.

Encadré - Partenaires

La direction régionale de l’Insee des Pays de la Loire remercie la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi des Pays de la Loire (Direccte), la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement des Pays de la Loire (Dreal), la Douane, le Conseil régional, les observatoires départementaux de sécurité routière de Loire-Atlantique et de Sarthe, Cofiroute, les autoroutes du sud de la France (ASF) et Cartes bancaires CB pour leur collaboration. La mise à disposition de leurs données enrichissent l’analyse des impacts économiques liés à la crise sanitaire dans la région.

Pour comprendre

La méthode mesurant la baisse instantanée d’activité économique consiste à appliquer les évolutions sectorielles nationales à la structure de chaque territoire, cette structure étant celle de la valeur ajoutée des économies régionales et départementales. Selon cette méthode, le fait qu’un territoire est fortement doté en une activité ayant subi un choc très brutal contribue mécaniquement à générer un impact élevé sur son économie. La somme des contributions de tous les secteurs permet d’estimer l’impact global sur l’économie régionale ou départementale. Toutefois, plusieurs critiques peuvent être faites à l’égard de cette méthode. La première est que la méthode risque d’être appliquée à un niveau trop agrégé, ce qui masquerait les spécificités sectorielles et territoriales. Ainsi, opérer au niveau de l’ensemble de la construction néglige de distinguer les dynamiques propres au bâtiment et aux travaux publics. La seconde critique est que les différences de comportement des entreprises ne sont pas intégrées ; pourtant, tandis qu’une entreprise reprendra partiellement son activité grâce à des protocoles sanitaires garantissant la sécurité de ses employés, une autre pourrait reprendre plus tardivement si les « gestes barrière » sont plus compliqués dans ses établissements. Une troisième critique est que cette méthode ne tient pas compte des variations de la demande des résidents qui s’adresse à l’économie présentielle dans les territoires. Pourtant, les revenus des ménages peuvent être plus atteints par la crise dans certains territoires, par exemple ceux des non salariés (chefs d’entreprise, artisans, professions libérales) plus présents dans le sud de la France. Ces phénomènes peuvent affecter davantage les débouchés dans certains territoires et les amener à diverger, au cours de cette crise, d’autres territoires ayant un tissu économique voisin.

Pour l’analyse de l’emploi, les secteurs économiques ont été classés selon l’intensité de la baisse d’activité qu’ils connaissent au niveau national selon la note de conjoncture de l’Insee du 7 mai. Cette classification s’est appuyée sur les éléments fournis par l’analyse de la baisse d’activité au niveau national avec l’approche du PIB et la connaissance des fermetures réglementaires : secteurs très fortement impactés (plus de deux tiers de baisse d’activité) : l’hébergement-restauration (IZ), le commerce non alimentaire (GZ hors 46.2, 46.3, 47.11 et 47.2), la construction (FZ), la cokéfaction-raffinage (C2), la fabrication de matériel de transport (C4) et des activités de service (RU et 78.2) ; secteurs fortement impactés (de un tiers à deux tiers de baisse) : la fabrication d'équipements électriques, électroniques, informatiques, fabrication de machines (C3), la fabrication d'autres produits industriels hors pharmacie (C5 hors C21), le transport et entreposage (HZ), la production de films, programmation et conseil informatique (J59), la programmation conseil et autres activités informatiques (J62), les activités immobilières (LZ), les activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien (MN), l'enseignement culturel, médecins, dentistes, action sociale sans hébergement (85.5, 86.2 et Q88) ; secteurs plus modérément impactés (moins de un tiers de baisse d’activité) : tous les autres secteurs.

On considère ici le secteur de chaque établissement (APET) et non celui de l’entreprise (APEN). Les emplois salariés sont issus de Connaissance locale de l’appareil productif (Clap 2015, effectifs au 31 décembre). Les emplois non salariés sont issus de la base non-salariés 2015. On conserve les non-salariés à titre principal en activité au 31 décembre. Les effectifs d’emplois intérimaires sont issus des estimations d’emploi localisées au 4e trimestre 2015.

Sources

Les données sur les transactions bancaires proviennent de Cartes Bancaires CB et couvrent l’essentiel des transactions par cartes bancaires. Elles sont tirées d’une extraction de transactions anonymisées et agrégées à l’échelle départementale afin de respecter les exigences de confidentialité. Ces informations sont sujettes à certaines limites. Les données utilisées concernent tout détenteur de carte bancaire CB sur le territoire français, ce qui, outre les ménages, peut recouvrir aussi des entreprises. Ces données ne recouvrent pas les transactions réalisées par d’autres moyens de paiement (espèces, chèque, ticket restaurant, etc.). De plus, à l’inverse des données utilisées à l’échelle nationale, notamment dans l’estimation de la perte de consommation des ménages, les données départementales intègrent certaines transactions non assimilables à de la consommation (dons à des associations, achat de timbres fiscaux, etc.). Enfin, les transactions à distance (notamment celles sur internet) ne sont pas prises en compte.

Les données sur la congestion routière proviennent de TomTom. Un « niveau de congestion », par exemple, de 50 % dans une ville à un moment donné, signifie qu’un voyage qui nécessite 30 minutes de route sans aucune congestion, prendra 50 % de temps de plus à ce moment là soit 45 minutes. Les « conditions habituelles » de circulation sont déterminées en analysant les temps de déplacement en circulation libre de tous les véhicules sur l'ensemble du réseau routier, et enregistrés 24h sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an.

Les données sur les concentrations de NOx proviennent d’Atmo France. Les NOx regroupent le monoxyde d'azote (NO) et le dioxyde d'azote (NO2) exprimés en µg/m3 équivalent NO2. La source principale d’émission de NOx en ville est le trafic routier pour plus de 2/3. Indicateurs de pollution du trafic routier, ces polluants sont réglementés par la législation européenne. Leur surveillance sur le territoire est obligatoire et le NO2 est une espèce particulière suivie en raison de sa toxicité. Atmo France avec l’appui des AASQA a analysé l’évolution des concentrations moyennes journalières en NOx du 1er au 31 mars 2020 sur des stations représentatives de l’exposition à la pollution dû au trafic dans les principales agglomérations françaises.

Les données sur le chômage partiel sont issues d’une exploitation précoce de la Déclaration sociale nominative (DSN).

Pour en savoir plus