Caen la Mer, une communauté urbaine attractive, notamment pour les jeunes

Antoine LE GRAËT, Caroline POUPET (Insee), Ludivine COLLETTE (Aucame, Agence d’Urbanisme de Caen Normandie Métropole)

L’Insee Normandie, l’Agence d’Urbanisme de Caen Normandie Métropole (Aucame) et la commune d’Hérouville-Saint-Clair se sont associés afin d’analyser les dynamiques résidentielles au sein de la communauté urbaine de Caen la Mer, mais également de la ville d’Hérouville-Saint-Clair.

Entre 2015 et 2016, la population de la communauté urbaine de Caen la Mer a progressé : les naissances sont plus nombreuses que les décès, et il y a davantage de nouveaux arrivants que de départs. Caen, impliquée dans la majorité de ces échanges avec l’extérieur, est la porte d’entrée de l’agglomération.

Parmi l’ensemble des migrations en lien avec Caen la Mer, sept profils migratoires caractérisent les ménages mobiles. Les déménagements impliquent le plus souvent des jeunes qui quittent le domicile de leurs parents pour venir étudier ou travailler dans l’agglomération, principalement à Caen. Ces jeunes sont nombreux à retourner chez leurs parents après avoir effectué leurs études ; ces départs représentent près d’une sortie de l’agglomération sur cinq. Les 65 ans ou plus arrivant dans la communauté urbaine s’installent plus fréquemment dans le périurbain Nord. Les personnes seules ou en colocation emménagent autant dans l’agglomération qu’elles n’en partent, et représentent près d’un quart des déménagements. Caen la Mer est peu attractive pour les couples sans enfant et les couples avec enfant(s), ceux-ci quittant légèrement plus l’agglomération qu’ils n’y entrent. Enfin, les familles monoparentales déménagent plus souvent à proximité de leur ancien domicile que les autres profils.

Des tendances migratoires propres à chaque secteur de l’agglomération se distinguent. Près de la moitié des entrées « caennaises » sont des jeunes quittant le domicile parental. Les migrations en lien avec les couronnes urbaines concernent principalement les ménages de personnes seules ou en colocation. Les espaces périurbains attirent davantage les couples, avec ou sans enfant(s).

Hérouville-Saint-Clair, deuxième ville de l’agglomération, gagne des habitants. Elle attire les jeunes ménages quittant le domicile parental, mais est déficitaire pour les couples.

Insee Dossier Normandie
No 15
Paru le : Paru le 03/04/2020
Antoine LE GRAËT, Caroline POUPET (Insee), Ludivine COLLETTE (Aucame, Agence d’Urbanisme de Caen Normandie Métropole)
Insee Dossier Normandie  No 15 - Avril 2020