L’excellence pour tous ? Les effets différenciés des lycées dans la réussite au bac

Pauline Givord, Milena Suarez Castillo

Documents de travail
No G2019/14
Paru le : Paru le 17/12/2019
Pauline Givord, Milena Suarez Castillo
Documents de travail  No G2019/14 - décembre 2019
Consulter

Cette étude propose de nouveaux indicateurs de valeur ajoutée des établissements scolaires, qui intègrent la capacité des établissements à résorber, ou à intensifier, les écarts de résultats entre élèves initialement similaires. En pratique, ces indicateurs de valeurs ajoutés des lycées sont estimés par régression quantile à différents niveaux de la distribution des résultats des élèves. L’estimation d’un effet fixe par quantile prolonge les modèles de valeur ajoutée classiques en considérant les effets des établissements sur les distributions. Cette méthode est appliquée aux données exhaustives des résultats du baccalauréat de la session 2015, en contrôlant des différences de composition, en particulier en fonction du niveau scolaire initial des élèves à leur entrée dans l'établissement, et d’un indice de position sociale. Les résultats suggèrent que près d'un sixième des lycées français aurait un comportement soit « égalitaire », pour plus de 8% d’entre eux, au sens où ils réduisent significativement la dispersion attendue des résultats des élèves, soit « inégalitaire », pour près de 9% d’entre eux, au sens où ils augmentent à l'inverse les écarts de résultats entre élèves similaires.