Insee Flash Centre-Val de LoireSaison touristique 2019 : nouveau record de fréquentation estivale

Pierre Chapuis (Insee)

En Centre-Val de Loire, la fréquentation estivale des hôtels et campings est en hausse pour la troisième année consécutive. Cette progression concerne les hôtels et les campings et est portée par la clientèle résidente. Dans les campings, la hausse est la plus forte depuis 2015. Dans l’hôtellerie, l’augmentation est limitée par le recul de la clientèle en provenance de l’étranger.

Insee Flash Centre-Val de Loire
No 34
Paru le : Paru le 28/11/2019
Pierre Chapuis (Insee)
Insee Flash Centre-Val de Loire  No 34 - Novembre 2019

Avec une année 2019 marquée par une hausse des entrées dans les grands sites touristiques et la célébration des 500 ans de la Renaissance, la fréquentation des hôtels et des campings du Centre-Val de Loire atteint 6 millions de nuitées (figure 1) entre avril et septembre 2019. Ce nombre représente 2,4 % de la fréquentation en France métropolitaine. Il progresse de 3,4 % sur un an, davantage qu’au niveau national (+ 2,3 %). À l’exception de mai et septembre, tous les mois de la période estivale ont connu une augmentation.

La hausse est portée par les touristes de l’hexagone, qui représentent 69 % de la clientèle en 2019. Par rapport à 2018, leurs nuitées augmentent de 5,2 % tandis que celles des clients résidant à l’étranger stagne (- 0,4 %).

Figure 1Fréquentation touristique estivale en hausse dans la région

milliers, %
Fréquentation touristique estivale en hausse dans la région (milliers, %)
Nuitées dans les hôtels Nuitées dans les campings Évolution 2018-2019 Tous types d’hébergementsConfondus(%)
2019 Évolution 2018-2019(%) 2019 Évolution 2018-2019(%)
Résidant en France 2 857 3,8 1 274 8,5 5,2
Résidant à l’étranger 987 -3,1 904 2,7 -0,4
Ensemble 3 845 1,9 2 178 6,0 3,4
  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

Les européens toujours majoritaires parmi les non-résidents

Les européens représentent 84 % de la clientèle non-résidente. Les Néerlandais sont toujours les plus présents (figure 2). Avec 480 000 nuitées, ils sont venus plus nombreux qu’en 2018 et plutôt dans les campings (+ 6,8 %). La clientèle belge et celle moins nombreuse d’Italie augmentent plus encore.

Avec 400 000 nuitées, la fréquentation des Britanniques baisse cette année. Les incertitudes liées au Brexit pourraient expliquer cette chute. Les Allemands, avec 240 000 nuitées, ont une fréquentation globalement constante sur un an.

Pour la clientèle non européenne, la fréquentation se concentre essentiellement dans les hôtels. Parmi eux, les touristes résidant aux États-Unis représentent 118 000 nuitées dans la région, fréquentation stable par rapport à 2018.

Figure 2Sept touristes non-résidents sur dix viennent d’Europe du Nord

Sept touristes non-résidents sur dix viennent d’Europe du Nord
Poids dans les Non résidents Nuitées Évolution des nuitées 2017-2018
Chine et Japon 1,6 28 -16,6 %
Suisse 3,2 63 5,4 %
Autres pays hors UE 5,2 94 -5,4 %
États-Unis 6,2 119 1,0 %
Italie 4,3 83 12,0 %
Autres pays UE 5,2 94 -0,4 %
Espagne 5,2 98 2,2 %
Belgique 9,8 189 5,4 %
Allemagne 12,5 240 0,7 %
Royaume-Uni 21,3 399 -8,2 %
Pays-Bas 25,7 482 2,7 %
  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

Figure 2Sept touristes non-résidents sur dix viennent d’Europe du Nord

  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

L’activité en hausse dans les hôtels grâce aux touristes résidents

Depuis 2015, la fréquentation dans les hôtels du Centre-Val de Loire progresse plus qu’en France (figure 3). Elle s’élève en 2019 de 1,9 % à un niveau record de 3 800 000 nuitées. Cette hausse provient uniquement de la clientèle résidant en France qui représente 74 % de la fréquentation. Leur nombre de nuitées augmente de 3,8 % et compense la baisse de 3,0 % des nuitées de la clientèle étrangère.

En 2019, avec 156 000 nuitées, les Britanniques demeurent la première clientèle étrangère des hôtels, mais leur fréquentation baisse de 9 %. Les nuitées néerlandaises sont également en retrait (- 10 %). La fréquentation en provenance des États-Unis est stable. Seul le nombre de nuitées de touristes en provenance de Suisse et d’Italie augmente (respectivement + 8,5 % et + 10 %).

Figure 3Une croissance soutenue depuis le creux de 2016

Une croissance soutenue depuis le creux de 2016
Hôtels France métropolitaine Hôtels Centre-Val de Loire Campings France métropolitaine Campings Centre-Val de Loire
2015 100,00 100,00 100,00 100,00
2016 96,38 100,35 99,18 96,23
2017 101,81 103,73 104,68 105,48
2018 103,49 104,75 105,56 108,79
2019 104,80 106,78 108,59 115,33
  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

Figure 3Une croissance soutenue depuis le creux de 2016

  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

Une année exceptionnelle pour les campings

La fréquentation dans les campings atteint un nouveau record avec 2 178 000 nuitées en 2019, en hausse de 6 % en un an (figure 4). Comme en 2018, les emplacements équipés (20 % des places offertes) progressent le plus.

Cette hausse est due aux touristes de l’hexagone (+ 8,5 %) et dans une moindre mesure à la clientèle étrangère. En 2019, celle-ci représente 41 % de la fréquentation. En tête, les Néerlandais représentent 42 % des clients non-résidents. Leur fréquentation est en hausse (+ 7 %) tout comme celle des Allemands (+ 4,3 %) qui totalisent 12 % des nuitées non-résidentes. Avec une fréquentation en baisse de 8 %, les Britanniques constituent la deuxième clientèle non-résidente des campings de la région avec 27 % des nuitées.

Figure 4Forte hausse de la clientèle résidente dans les campings

milliers, %
Forte hausse de la clientèle résidente dans les campings (milliers, %)
Type d’emplacement Ensemble Clientèle résidente Clientèle non résidente
Nuitées 2019 Évolution 2018-2019 Nuitées 2019 Évolution 2018-2019 Nuitées 2019 Évolution 2018-2019
Nus 1 279 4,3 % 661 8,4 % 618 0,3 %
Locatifs 899 8,6 % 613 8,7 % 286 8,3 %
Ensemble 2 178 6,0 % 1 274 8,5 % 904 2,7 %
  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

L’Eure-et-Loir puis le Loir-et-Cher sont les départements où la fréquentation augmente le plus, dans les campings comme les hôtels (figure 5). Département le plus fréquenté, l’Indre-et-Loire a accueilli 1 200 000 nuitées dans ses hôtels et 690 000 dans ses campings.

Figure 5Des campings dynamiques, notamment à l’ouest de la région

en %
Des campings dynamiques, notamment à l’ouest de la région (en %)
Évolution 2018-2019 en % Hôtels Campings
Cher 2,53 -0,64
Eure-et-Loir 3,75 20,51
Indre 2,33 0,76
Indre-et-Loire 0,70 4,96
Loir-et-Cher 3,63 8,02
Loiret 1,17 2,60
Centre-Val de Loire 1,94 6,01
France métropolitaine 1,41 1,77
  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux

Figure 5Des campings dynamiques, notamment à l’ouest de la région

  • Sources : Insee ; DGE ; CRT et partenaires régionaux
Avertissement : révision des séries concernant les hôtels

À partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées (– 0,9 % au quatrième trimestre 2018) mais n’a pas d’impact sur les évolutions. Les données sont inchangées pour les autres modes d’hébergement.

Avertissement

Note méthodologique : changement de questionnaire à partir de janvier 2019 -
 Modification dans la manière d’observer le pays de résidence des touristes

Jusqu’en janvier 2019, lorsque le pays de résidence d’un touriste n’était pas connu, les nuitées et les arrivées de touristes étaient imputées aux non-résidents, c’est-à-dire résidant en dehors de France.

À partir de janvier 2019, par souci de qualité, une nouvelle modalité de réponse « pays non connu » a été introduite. Elle permet d’identifier les situations pour lesquelles l’hébergement ne sait pas si les touristes sont résidents ou non-résidents. Cette modification permet de mieux estimer la répartition des nuitées et des arrivées entre résidents et non-résidents. Elle peut aussi entraîner une baisse de la part des nuitées des non-résidents à partir de 2019. À titre d’exemple, les nuitées des non-résidents représentaient 38,7 % du total en mai-juin-juillet 2019 et 39,6 % aux mois de mai-juin-juillet 2018, soit 0,9 point d’écart pour la France métropolitaine.

Sources

En partenariat avec la Direction Générale des Entreprises, le Comité régional du tourisme et les partenaires régionaux, l’Insee réalise mensuellement des enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques : hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT). Ces derniers, comme les hébergements proposés par les particuliers, ne sont pas pris en compte dans cette étude.

Définitions


La saison d’été couvre les mois d’avril à septembre. La clientèle peut être soit résidente en France (si son lieu d’habitation habituel est localisé en France) soit non-résidente. Les nuitées (ou fréquentation) correspondent au nombre total de nuits passées par les clients dans les hôtels ou campings. Un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.