Trois événements majeurs ont dynamisé la fréquentation hôtelière en juin 2019 en Normandie

Caroline Poupet, Pauline Roger (Insee)

En juin 2019, trois événements ont dynamisé la fréquentation touristique normande : le 75e anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie, l’Armada de Rouen et la coupe du monde féminine de football au Havre. Sur l’ensemble du mois, les hôtels ont comptabilisé 144 000 nuitées de plus qu’en moyenne les quatre années précédentes. En plus des 54 000 nuitées supplémentaires enregistrées dans les sites directement impactés, 90 000 nuitées supplémentaires ont été passées dans le reste de la Normandie. L’impact mesuré est particulièrement net dans les territoires du Calvados et plus encore dans l’agglomération havraise, avec un fort afflux de clientèle étrangère, notamment américaine. Le surplus de fréquentation est plus modéré pour l’Armada et a surtout touché une clientèle résidente.

Insee Analyses Normandie
No 69
Paru le : Paru le 05/11/2019
Caroline Poupet, Pauline Roger (Insee)
Insee Analyses Normandie  No 69 - novembre 2019

Trois événements culturels et sportif de grande ampleur ont eu lieu en Normandie au cours du mois de juin 2019. À l’occasion du 75ᵉ anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie, de nombreuses commémorations et manifestations festives ont été organisées au début du mois de juin dans le Calvados et dans la Manche, notamment autour des plages du débarquement et à Caen. À Rouen, la 7e édition de l’Armada s’est tenue du 6 au 16 juin. Ce rassemblement de plus de quarante grands voiliers, bateaux et navires militaires, organisé depuis 30 ans tous les quatre à six ans sur les quais de la Seine, au cœur de Rouen, est un événement maritime important. Enfin, la ville du Havre a accueilli en juin sept rencontres de la coupe du monde féminine de football 2019, dont un huitième et un quart de finale.

À la faveur de ces trois événements majeurs, les touristes ont afflué dans la région et permis une fréquentation de 144 000 nuitées supplémentaires dans les hôtels normands par rapport à la moyenne des mois de juin de 2015 à 2018. Avec plus de 930 000 nuitées enregistrées dans les hôtels, le mois de juin 2019 est de loin le plus dynamique pour la région depuis 2011 (figure 1).

Figure 1Une fréquentation particulièrement dynamique au cours du mois de juin 2019Évolution de la fréquentation dans les hôtels au cours du mois de juin (en milliers de nuitées)

Une fréquentation particulièrement dynamique au cours du mois de juin 2019
Nuitées totales Résidents Non-résidents
2011 855 633 222
2012 771 568 204
2013 797 581 215
2014 825 570 255
2015 790 567 224
2016 736 532 204
2017 810 578 232
2018 824 584 240
2019 934 645 290
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 1Une fréquentation particulièrement dynamique au cours du mois de juin 2019Évolution de la fréquentation dans les hôtels au cours du mois de juin (en milliers de nuitées)

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

La clientèle américaine fortement présente pour les commémorations du 75ᵉ anniversaire du débarquement

Les commémorations et autres événements liés au 75ᵉ anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie ont largement profité à la région, notamment aux hôtels situés dans les communes des plages du débarquement et à Caen, lieux privilégiés de ces manifestations. Dans ces territoires, les établissements ont enregistré 23 500 nuitées supplémentaires en juin 2019 par rapport à la moyenne des quatre années précédentes, dont 16 500 nuitées concernant des non-résidents (personnes ne résidant pas en France).

L’affluence a été particulièrement importante entre le mercredi 5 et le samedi 8 juin, période durant laquelle 93 % des chambres ont été occupées, soit 15 points de plus qu’en moyenne les années précédentes. Ce taux a même atteint 96 % le mercredi 5 juin, veille de l’anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 (figure 2). En 2014, à l’occasion du 70ᵉ anniversaire, le taux d’occupation des hôtels était légèrement inférieur (91 %) entre le jeudi 5 juin et le samedi 7 juin.

Le nombre de chambres occupées a été également particulièrement élevé le 1er juin, samedi qui a suivi le jeudi férié de l’Ascension, propice aux ponts. En revanche, la fréquentation a été moindre au cours des dimanches, une caractéristique que l’on retrouve de manière constante les années précédentes, indépendamment de la tenue ou non d’événements particuliers.

Pour les seuls hôtels des communes des plages du débarquement, les touristes ont passé 14 800 nuitées de plus au cours du mois de juin qu’en moyenne pour ce même mois entre 2015 et 2018. Ce dynamisme résulte à la fois des fréquentations résidentes (+ 6 300 nuitées, soit + 19 %) comme non résidentes (+ 8 500 nuitées, soit + 23 %). Pour autant, si le nombre de nuitées passées par les Américains a augmenté (+ 6 400 nuitées), la fréquentation britannique a, quant à elle, reculé (- 700 nuitées). Les Belges (+ 400 nuitées) et les Hollandais (+ 1 300 nuitées) sont également venus nombreux assister aux commémorations.

À Caen, les hôtels ont enregistré, en juin 2019, 8 700 nuitées de plus qu’en moyenne sur les quatre années antérieures. À la différence des plages du débarquement, cette hausse a été largement portée par les non-résidents (+ 7 900 nuitées) puisque la fréquentation des résidents est restée relativement stable. Ainsi, plus de la moitié des nuitées passées à Caen au cours du mois de juin 2019 sont le fait de non-résidents. La clientèle américaine est, là aussi, venue en nombre (+ 3 400 nuitées, soit 90 % de plus qu’en moyenne entre 2015 et 2018). Avec plus de 7 200 nuitées passées à Caen au cours du mois de juin 2019, les Américains sont donc la nationalité la plus présente, devant les Britanniques (6 400 nuitées, soit 800 de plus que les années précédentes). Les Canadiens, bien que moins représentés, sont également venus plus nombreux cette année.

Figure 2Plus de 95 % des chambres occupées le 5 juin à Caen et dans les communes des plages du débarquement Taux d’occupation en chambres par jour dans les hôtels de Caen au cours du mois de juin 2019 (en %)

Plus de 95 % des chambres occupées le 5 juin à Caen et dans les communes des plages du débarquement
Caen Juin 2019 Moyenne des mois de juin de 2015 à 2018
01 juin 95,7 66,4
02 juin 50,4 72,0
03 juin 86,6 73,5
04 juin 94,2 82,6
05 juin 97,0 74,8
06 juin 95,2 87,4
07 juin 84,9 74,4
08 juin 91,7 74,2
09 juin 79,3 70,6
10 juin 59,6 66,7
11 juin 93,1 71,5
12 juin 94,1 67,7
13 juin 94,1 82,7
14 juin 70,1 76,2
15 juin 84,7 76,0
16 juin 65,2 71,9
17 juin 85,8 66,2
18 juin 94,7 70,2
19 juin 95,1 67,0
20 juin 92,0 77,3
21 juin 64,8 67,6
22 juin 79,4 69,9
23 juin 53,4 66,4
24 juin 86,5 62,7
25 juin 92,0 67,7
26 juin 81,7 62,1
27 juin 83,1 75,8
28 juin 60,7 71,0
29 juin 86,1 70,4
30 juin 56,1 73,9
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 2Plus de 95 % des chambres occupées le 5 juin à Caen et dans les communes des plages du débarquement Taux d’occupation en chambres par jour dans les hôtels de Caen au cours du mois de juin 2019 (en %)

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Une fréquentation hôtelière un peu plus élevée durant l’Armada, malgré une météo pluvieuse

Du 6 au 16 juin, plus de quarante navires se sont amarrés à Rouen dans le cadre de la 7e édition de l’Armada. Durant cette période, de nombreuses activités et animations ont été organisées. Sur l’ensemble du mois de juin 2019, cet événement a entraîné, sur le territoire de la Métropole Rouen Normandie, un surplus de fréquentation de 9 % par rapport à la moyenne des années 2015 à 2018 (+ 8 500 nuitées). Cette hausse est néanmoins inférieure à celle qui avait été constatée lors de la précédente édition (Pour en savoir plus). Si la fréquentation des résidents a augmenté dans les hôtels de la métropole (+ 15 %), les non-résidents sont en revanche venus moins nombreux (- 7 %). L’événement semble donc avoir eu une portée plus locale.

Entre le 5 et le 16 juin, 78 % des chambres proposées par les hôtels de la métropole ont été occupées (figure 3). Malgré une météo grise et pluvieuse au cours de cette première quinzaine, l’attrait de l’Armada a permis de maintenir la fréquentation à un niveau légèrement plus élevé que les autres jours du mois (76 %), mais également que la moyenne des mois de juin 2015 à 2018 (72 %).

Le taux d’occupation a été particulièrement élevé le mercredi 5 juin, veille de l’ouverture de l’événement (92 %).

Figure 3Entre le 5 et le 16 juin, 78% des chambres occupées sur le territoire de la Métropole Rouen NormandieTaux d'occupation en chambres par jour dans les hôtels de la Métropole Rouen Normandie au cours du mois de juin 2019 (en %)

Entre le 5 et le 16 juin, 78% des chambres occupées sur le territoire de la Métropole Rouen Normandie
Armada (6-16 juin) Juin 2019 Moyenne des mois de juin de 2015 à 2018
01 juin 89,0 70,4
02 juin 41,2 70,9
03 juin 73,5 72,2
04 juin 84,6 77,0
05 juin 91,8 60,5
06 juin 87,3 82,3
07 juin 71,1 72,9
08 juin 85,1 72,1
09 juin 69,5 73,7
10 juin 52,5 66,1
11 juin 87,7 66,8
12 juin 89,0 67,9
13 juin 86,1 82,0
14 juin 72,6 75,5
15 juin 86,6 75,0
16 juin 60,3 71,6
17 juin 87,1 62,7
18 juin 91,6 67,9
19 juin 90,9 69,4
20 juin 84,3 82,1
21 juin 65,7 74,8
22 juin 73,9 74,8
23 juin 53,7 73,0
24 juin 85,9 65,6
25 juin 87,0 72,0
26 juin 88,4 68,4
27 juin 78,6 80,6
28 juin 63,1 71,9
29 juin 78,4 69,2
30 juin 46,6 67,4
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 3Entre le 5 et le 16 juin, 78% des chambres occupées sur le territoire de la Métropole Rouen NormandieTaux d'occupation en chambres par jour dans les hôtels de la Métropole Rouen Normandie au cours du mois de juin 2019 (en %)

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Un très fort surplus de fréquentation des hôtels de l’agglomération havraise grâce à la coupe du monde féminine de football

Du 8 au 27 juin, la ville du Havre a accueilli sept rencontres de la coupe du monde féminine de football 2019, dont un huitième et un quart de finale. Ces rencontres ont eu lieu au stade Océane dont la capacité permet d’accueillir jusqu’à 25 000 spectateurs. De nombreux supporters sont venus de l’étranger pour assister à cet événement, et quatre matchs ont rassemblé plus de 20 000 spectateurs : Angleterre / Argentine, Suède / États-Unis, France / Brésil et Angleterre / Norvège. L’ensemble des sept matchs a rassemblé plus de 120 000 spectateurs.

Les supporters, mais aussi les joueurs, les membres du staff et les journalistes ont été très nombreux à séjourner dans les hôtels de l’agglomération havraise. Au cours du mois, ces hôtels ont enregistré 22 000 nuitées supplémentaires par rapport à la moyenne des quatre années précédentes, soit une hausse de 48 %. Le caractère mondial de cet événement sportif a particulièrement attiré les touristes non résidents (+ 8 800 nuitées, soit + 91 %). Les Américains et les Britanniques (+ 2 300 nuitées chacun) sont les nationalités ayant le plus contribué à cette hausse, suivies par les Hollandais (+ 1 600 nuitées). Même si leur effectif est plus faible, les touristes espagnols et chinois sont également venus plus nombreux.

Sur l’ensemble du mois de juin, 78 % des chambres des hôtels de l’agglomération havraise ont été occupées, soit 20 points de plus que la moyenne des années 2015 à 2018.

Les taux d’occupation ont été particulièrement importants les jours de match (figure 4), notamment pour ceux qui ont rassemblé plus de 20 000 spectateurs. Le 14 juin, jour de la rencontre Angleterre / Argentine (20 294 spectateurs), 86 % des chambres étaient occupées, soit 17 points de plus qu’en moyenne les autres vendredis du mois. Les taux d’occupation ont atteint 94 % le 20 juin, jour du match Suède / États-Unis (22 418 spectateurs) et 89 % le 27 juin, lors du quart de finale Angleterre / Norvège (21 111 spectateurs), contre 87 % pour les autres jeudis du mois. Le 23 juin, soir du huitième de finale opposant la France au Brésil (23 965 spectateurs), 64 % des chambres étaient occupées, soit 12 points de plus qu’en moyenne les autres dimanches du mois.

Figure 4Des taux d'occupation importants les jours de matchTaux d'occupation en chambres par jour dans les hôtels de l'agglomération havraise au cours du mois de juin 2019 (en %)

Des taux d'occupation importants les jours de match
Coupe du monde féminine de football (8-27 juin) Juin 2019 Moyenne des mois de juin de 2015 à 2018
01 juin 93,3 58,0
02 juin 34,1 58,6
03 juin 63,4 58,7
04 juin 83,8 65,6
05 juin 93,2 48,1
06 juin 92,2 74,1
07 juin 74,0 62,6
08 juin 90,5 59,6
09 juin 76,2 54,8
10 juin 67,9 50,2
11 juin 86,6 50,4
12 juin 79,0 54,1
13 juin 81,5 66,8
14 juin 86,0 59,4
15 juin 80,0 60,6
16 juin 55,6 55,7
17 juin 80,8 53,5
18 juin 84,6 50,5
19 juin 89,8 53,9
20 juin 93,5 69,2
21 juin 66,6 58,8
22 juin 84,8 59,6
23 juin 64,1 63,6
24 juin 76,8 51,9
25 juin 80,7 52,4
26 juin 85,4 50,6
27 juin 89,0 61,3
28 juin 67,9 55,6
29 juin 91,2 57,1
30 juin 41,8 63,8
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 4Des taux d'occupation importants les jours de matchTaux d'occupation en chambres par jour dans les hôtels de l'agglomération havraise au cours du mois de juin 2019 (en %)

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Une fréquentation hôtelière en hausse également dans le reste de la région

Si les différents événements organisés en juin en Normandie ont eu un impact sur les territoires dans lesquels ils se sont déroulés, ce surplus de fréquentation a profité plus généralement à l’ensemble de la région, au sein de laquelle la fréquentation a augmenté de 18 % par rapport à la moyenne des années 2015 à 2018. L’attrait pour au moins un de ces événements a en effet pu constituer un motif de séjour en Normandie, sans pour autant résider dans les territoires immédiatement concernés. En plus des 54 000 nuitées supplémentaires enregistrées dans les sites directement impactés, ce sont 90 000 nuitées supplémentaires qui peuvent être estimées dans le reste de la Normandie.

Si la clientèle résidente est venue plus nombreuse (+ 14 %) dans la région, l’afflux a été particulièrement marqué pour la clientèle non résidente (+ 29 %), qui représente près d’un tiers des nuitées enregistrées. C’est notamment le cas des Américains, venus assister aux commémorations du 75ᵉ anniversaire du débarquement, mais également à la coupe du monde féminine de football au Havre. Avec plus de 65 000 nuitées passées en juin 2019 dans les hôtels de la région, soit 29 000 nuitées de plus qu’en moyenne sur les quatre années antérieures, ce sont les touristes non résidents qui sont venus les plus nombreux au cours de ce mois, devant les Britanniques dont la fréquentation est restée stable (64 000 nuitées).

Avec 26 000 nuitées supplémentaires (+ 18 % ; figure 5), les hôtels de la Côte Fleurie ont largement profité de cet afflux de touristes. Parmi ces nuitées, 80 % sont dues aux non-résidents, surtout aux Américains (+ 8 900 nuitées). Le taux d’occupation des hôtels de la Côte Fleurie atteint ainsi 81 % au mois de juin, soit 14 points de plus que la moyenne des quatre années précédentes.

Dans le reste de la région, 64 000 nuitées supplémentaires ont été enregistrées, soit une hausse de 17 %. Cherbourg-en-Cotentin (+ 5 100 nuitées) ou encore Dieppe (+ 5 200 nuitées) ont particulièrement bénéficié de l’attrait de la région durant ce mois de juin.

Figure 5Un surplus de fréquentation significatif en dehors des sites directement concernésÉvolution du nombre de nuitées dans les hôtels, en nombre et en part

Un surplus de fréquentation significatif en dehors des sites directement concernés
Évolution de nuitées dans les hôtels
en nombre en part (%)
Plages du débarquement 14 800 20,8
Le Havre Seine Métropole 22 000 48,3
Métropole Rouen Normandie 8 500 8,7
Côte Fleurie 26 200 18,2
Caen 8 700 19,9
Reste de la région 64 100 16,5
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 5Un surplus de fréquentation significatif en dehors des sites directement concernésÉvolution du nombre de nuitées dans les hôtels, en nombre et en part

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Pour comprendre

Méthode

L’effet des différents événements sur la fréquentation touristique a été mesuré à travers le nombre de nuitées passées par les touristes dans les hôtels et le taux d’occupation en chambre.

La valeur prise par un indicateur est comparée à la valeur moyenne de ce même indicateur entre 2015 et 2018. Le taux d’occupation dans les hôtels le 6 juin 2019 a par exemple été comparé au taux d’occupation moyen pour ce même jour de 2015 à 2018. Cette période de quatre ans permet de lisser des effets ponctuels ayant une incidence sur la fréquentation, tels que les conditions météorologiques ou les jours fériés, mais aussi les effets des attentats de novembre 2015 sur la fréquentation en 2016 notamment. Les données antérieures à 2015 n’ont pas pu être intégrées dans l’analyse, car ces données, rétropolées avec la nouvelle méthode d’imputation utilisée depuis 2019 (Sources), ne sont pas disponibles à un niveau infra-départemental.

Les comparaisons ont été réalisées jour par jour, ce qui permet d’apprécier l’impact particulier d’un événement ayant lieu à une date précise, comme les matchs de football, mais également pour l’ensemble du mois de juin.

Les zones d’étude ont été retenues afin d’évaluer l’impact particulier de chaque évènement. Dans ces zones, la part du surplus de fréquentation liée à d’autres événements dans la région est supposée faible.

Seule la fréquentation hôtelière a été exploitée, les données pour les autres formes d’hébergement (campings notamment) étant disponibles trop tardivement.

Sources

En partenariat avec la Direction générale des entreprises et les comités régionaux et départementaux du tourisme, l’Insee réalise mensuellement une enquête sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques.

À partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées (− 0,9 % au quatrième trimestre 2018) mais n’a pas d’impact sur les évolutions. Les données 2015 à 2018 ont été rétropolées en utilisant cette méthode.

Note méthodologique : changement de questionnaire à partir de janvier 2019 - Modification dans la manière d’observer le pays de résidence des touristes

Jusqu’en janvier 2019, lorsque le pays de résidence d’un touriste n’était pas connu, les nuitées et les arrivées de touristes étaient imputées aux non-résidents, c’est-à-dire résidant en dehors de France.

À partir de janvier 2019, par souci de qualité, une nouvelle modalité de réponse « pays non-connu » a été introduite. Elle permet d’identifier les situations pour lesquelles l’hébergement ne sait pas si les touristes sont résidents ou non résidents. Cette modification permet de mieux estimer la répartition des nuitées et des arrivées entre résidents et non-résidents. Elle peut aussi entraîner une baisse de la part des nuitées des non-résidents à partir de 2019. À titre d’exemple, les nuitées des non-résidents représentaient 38,7 % du total en mai-juin-juillet 2019 et 39,6 % aux mois de mai-juin-juillet 2018, soit 0,9 point d’écart pour la France métropolitaine.

Définitions


La clientèle peut être soit résidente en France (si son lieu d’habitation habituel est localisé en France) soit non résidente.


Les nuitées (ou fréquentation) correspondent au nombre total de nuits passées par les clients. Un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.


Le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres occupées et le nombre de chambres offertes.

Pour en savoir plus

Bayardin V., Caritg J-P., Clément M-G., « Effet de l’Armada 2013 sur la fréquentation hôtelière : 12 400 chambres occupées supplémentaires en Haute-Normandie », Aval Haute-Normandie n°140, novembre 2013

Gony A-S, « Le 70ᵉ anniversaire du Débarquement remplit les hôtel », Insee Flash Basse-Normandie n°7, octobre 2014