Niveau d’éducation de la population

Insee Références
Paru le : Paru le 19/11/2019
France, portrait social - novembre 2019

Le niveau de diplôme de la population résidant en France augmente au fil des générations. Ainsi, en 2018, 13 % des personnes âgées de 25 à 34 ans n’ont aucun diplôme ou seulement le brevet des collèges, alors que c’est le cas de 32 % de celles âgées de 55 à 64 ans. De même, les jeunes détiennent moins fréquemment un diplôme de niveau CAP, BEP ou équivalent que les plus âgés. En revanche, ils sont beaucoup plus souvent bacheliers ou diplômés du supérieur que les personnes de 55 à 64 ans : la part de bacheliers ou plus est passée de 37 % à 69 % entre ces deux générations. La différence entre les générations est particulièrement marquée pour les diplômés du supérieur long : 33 % des personnes âgées de 25 à 34 ans ont un niveau de diplôme supérieur à bac + 2, contre 13 % de celles entre 55 et 64 ans.

Parmi les jeunes générations, les femmes sont nettement plus diplômées que les hommes. Elles sont tout d’abord moins souvent non diplômées : 12 % des femmes de 25 à 34 ans n’ont aucun diplôme ou seulement le brevet des collèges contre 14 % des hommes de la même classe d’âge, à l’inverse de ce qui s’observe pour les anciennes générations (figure 1). Elles possèdent aussi plus souvent un diplôme du supérieur : c’est le cas de 51 % des femmes de 25 à 34 ans contre 43 % des hommes de cette classe d’âge. Cet écart entre femmes et hommes est apparu au fil des générations : de 1 point pour les 55‑64 ans, il atteint 8 points pour les 25‑34 ans. Enfin, parmi les 25‑34 ans, les femmes sont plus souvent diplômées du supérieur long que les hommes : respectivement 36 % et 30 % ont un niveau de diplôme supérieur à bac + 2.

Figure 1 - Diplôme le plus élevé obtenu selon l'âge et le sexe en 2018

en %
Figure 1 - Diplôme le plus élevé obtenu selon l'âge et le sexe en 2018 (en %)
25-34 ans 35-44 ans 45-54 ans 55-64 ans
Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes
Aucun diplôme ou certificat d’études primaires 8,4 9,8 11,0 12,8 16,8 16,7 26,0 23,1
Brevet des collèges 3,7 4,3 3,4 3,6 5,2 4,1 8,9 6,5
CAP, BEP ou équivalent 16,0 20,7 16,1 22,2 26,8 33,7 25,9 35,1
Baccalauréat, brevet professionnel ou équivalent 20,9 22,5 20,3 21,0 16,7 14,4 14,6 11,9
Diplôme du supérieur court (niveau bac + 2) 14,9 13,1 20,6 15,7 16,2 13,2 12,5 8,9
Diplôme du supérieur long (supérieur à bac + 2) 36,1 29,6 28,6 24,7 18,3 17,9 12,1 14,5
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Part de bacheliers ou plus 71,9 65,2 69,5 61,4 51,2 45,5 39,2 35,3
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes âgées de 25 à 64 ans.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

En 1985, la proportion de bacheliers dans une génération était de 29 % ; elle atteint 81 % en 2018 (figure 2). Cette progression s’est faite en plusieurs étapes. La part de bacheliers a tout d’abord augmenté de plus de 30 points entre 1985 et 1995, la progression concernant tous les types de baccalauréat mais surtout le baccalauréat général (+ 17 points). Cette part s’est ensuite stabilisée jusqu’en 2010, avant de croître à nouveau sous l’effet, en particulier, de l’augmentation des baccalauréats professionnels.

Figure 2 - Proportion de bacheliers dans une génération

en %
Figure 2 - Proportion de bacheliers dans une génération (en %)
Baccalauréat professionnel Baccalauréat technologique Baccalauréat général
1985 0,0 9,6 19,8
1986 0,0 10,1 21,1
1987 0,1 10,8 21,7
1988 0,8 11,5 24,0
1989 1,7 12,3 25,8
1990 2,8 12,8 27,9
1991 3,9 13,0 30,6
1992 5,1 13,6 32,4
1993 5,9 13,9 34,9
1994 7,0 15,9 36,0
1995 7,9 17,6 37,2
1996 9,4 17,5 34,4
1997 9,9 17,5 34,1
1998 10,5 18,3 33,8
1999 11,1 18,3 32,2
2000 11,4 18,5 32,9
2001 11,2 18,2 32,5
2002 11,5 17,7 32,4
2003 11,4 17,8 33,1
2004 11,7 17,5 31,6
2005 11,4 17,0 32,8
2006 12,1 16,8 33,7
2007 12,6 16,4 33,7
2008 12,4 16,3 33,6
2009 14,6 15,9 34,8
2010 14,4 16,3 34,3
2011 19,1 16,1 35,9
2012 24,4 16,1 37,9
2013 20,4 15,9 38,6
2014 24,2 16,2 38,2
2015 22,3 15,7 39,8
2016 22,6 15,7 40,4
2017p 22,1 15,8 41,3
2018p 21,7 16,5 42,5
  • Note : les données 2017 et 2018 sont provisoires.
  • Champ : France métropolitaine jusqu'en 2000, France hors Mayotte à partir de 2001.
  • Sources : Depp ; Insee ; ministère en charge de l'agriculture.

Figure 2 - Proportion de bacheliers dans une génération

  • Note : les données 2017 et 2018 sont provisoires.
  • Champ : France métropolitaine jusqu'en 2000, France hors Mayotte à partir de 2001.
  • Sources : Depp ; Insee ; ministère en charge de l'agriculture.

Malgré cette progression globale du niveau de diplôme, les disparités en matière de diplôme demeurent assez marquées selon le niveau d’éducation des parents. Certes, l’accès à l’enseignement supérieur s’est progressivement ouvert à tous les milieux : en 2014‑2015, un peu plus d’un quart des personnes âgées de 25 à 44 ans dont les parents sont peu ou pas diplômés détiennent un diplôme de l’enseignement supérieur (figure 3). Cette proportion est néanmoins beaucoup plus faible que chez les personnes dont au moins l’un des parents est diplômé du supérieur (78 %). L’écart selon le niveau d’études des parents est encore plus marqué pour les diplômes les plus élevés : 34 % des enfants de diplômés du supérieur ont un diplôme de niveau bac + 5 ou plus contre seulement 5 % de ceux dont les parents sont peu ou pas diplômés. À l’autre extrémité de l’échelle des diplômes, les écarts selon le niveau d’éducation des parents sont également très importants. Alors que près d’un quart des personnes dont les parents sont peu ou pas diplômés n’ont aucun diplôme, ce n’est le cas que de 4 % des enfants de diplômés du supérieur. En revanche, détenir un diplôme de niveau bac + 2 varie moins selon le niveau d’études des parents : cela concerne 15 % des personnes dont les parents n’ont pas de diplôme contre respectivement 22 % et 20 % de celles dont les parents sont diplômés du secondaire ou du supérieur.

Des disparités existent également selon l’origine sociale. Ainsi, les personnes dont le père est cadre ou profession intermédiaire sont en proportion deux fois plus nombreuses à être diplômées du supérieur que les enfants d’employés ou d’ouvriers (65 % contre 31 %) et quatre fois plus nombreuses à avoir un diplôme de niveau bac + 5 (23 % contre 5 %).

Figure 3 - Diplôme le plus élevé obtenu selon le diplôme des parents et l’origine sociale en 2014-2015

en %
Figure 3 - Diplôme le plus élevé obtenu selon le diplôme des parents et l’origine sociale en 2014-2015 (en %)
Diplôme des parents Catégorie socioprofessionnelle du père
Parents peu ou pas diplômés¹ Au moins un parent diplômé au plus du secondaire Au moins un parent diplômé du supérieur Père employé ou ouvrier Père cadre, profession intellectuelle supérieure ou profession intermédiaire
Aucun diplôme, certificat d’études primaires ou brevet des collèges 23,9 8,2 3,8 17,9 5,4
CAP, BEP ou équivalent 27,0 21,0 5,4 28,6 10,3
Baccalauréat, brevet professionnel ou équivalent 21,7 25,9 12,7 23,0 18,9
Diplôme du supérieur court (niveau bac + 2) 14,6 22,0 20,3 16,0 23,2
Diplôme de niveau bac + 3 ou bac + 4 8,1 12,9 23,7 9,2 19,1
Diplôme de niveau bac + 5 ou plus 4,8 10,0 34,1 5,4 23,2
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Part de diplômés du supérieur 27,4 44,9 78,1 30,5 65,4
  • 1. Les parents n’ont pas de diplôme autre que le certificat d’études primaires ou le brevet des collèges.
  • Champ : France métropolitaine, personnes âgées de 25 à 44 ans.
  • Source : Insee, enquête Formation et qualification professionnelle (FQP) 2014-2015.

Définitions


Proportion de bacheliers dans une génération : proportion de bacheliers dans une génération fictive de personnes qui auraient, à chaque âge, les taux de candidature et de réussite observés l’année considérée. Ce nombre est obtenu en calculant, pour chaque âge, le rapport du nombre de lauréats à la population totale de cet âge et en faisant la somme de ces taux.

Pour en savoir plus

L’état de l’École, Depp, édition 2019.

Bilan Formation‑Emploi, Insee, chiffres détaillés, 2019.

Formations et emploi, coll. « Insee Références », édition 2018.